Les nouveaux défis politiques de la ville durable

Après dix années consacrées au plan national ville durable, la ministre Emmanuelle Wargon a lancé la démarche “Habiter la France de demain” le 9 février 2021. Cette journée de webinaire a permis d’ouvrir un débat sur une nouvelle vision de la ville durable, appelée à structurer l’action publique.

Un nouvel élan dans la politique nationale pour des villes durables

Quatre défis semblent s’imposer aujourd’hui pour bâtir la ville durable de demain : la sobriété, la résilience, l’inclusion et la production. Une approche directement inspirée du projet de “Manifeste pour des villes durables”, publié par l’association France Ville durable début février. Et qui rappelle les qualités formulées en creux dans la définition de la ville durable proposée par Cyria Emelianoff en 1999 et qui fait aujourd’hui encore référence. 

Poser les fondements de la ville de demain

Quatre grands témoins sont intervenus et ont chacun animé un atelier dédié à l’un des nouveaux fondamentaux de la ville de demain. 

La sobriété d’abord

Pour Franck Boutté, qui dirige l’agence Franck Boutté Consultants, “il n’y a pas de définition consensuelle de la sobriété”. Elle renvoie à la “frugalité”, à l’“empreinte biologique”, aux  “besoins essentiels”. Elle implique selon lui un renoncement au superflu et une critique de l’hypertechnologie. 

Mais elle pose aussi la question des limites à fixer à cette recherche du moins, comme celle de la “répartition des efforts à consentir et du partage des bénéfices du mieux”. Pour que la sobriété soit acceptée voire désirée dans un consensus citoyen, un débat démocratique est indispensable. 

Plusieurs propositions ont pu être exposées à la ministre en charge du logement : bloquer l’artificialisation des terres dès qu’il existe un potentiel de renouvellement urbain, empêcher la construction neuve si l’on peut réhabiliter l’existant, réserver 1m2 de nature pour chaque m2 bâti ou encore instaurer un fonds pour couvrir les surinvestissements liés à la sobriété. 

Ecoquartier Autour Dun Parc Agro Urbain | atelierphilippemadec
L‘ÉcoQuartier de Montévrain parvient à limiter l’artificialisation des sols ©Atelier Philippe Madec

La résilience comme méthode

Sur le défi de la résilience, Magali Reghezza-Zitt, géographe et directrice du Centre de formation sur l’environnement et la société de l’ENS, a pointé la complexité d’une notion devenue incontournable. “La résilience, c’est d’abord un récit parapluie qui promet un horizon radieux, analyse-t-elle. Mais elle peut être appropriée par la sphère capitaliste comme par les partisans de la déconnexion”. 

Sa définition habituelle, à savoir la capacité d’un système à retrouver son état d’équilibre après une perturbation extérieure, pose problème. “Dans le langage des sciences, la résilience est l’inverse de la bifurcation, remarque-t-elle. On nous demande aujourd’hui une transformation structurelle au niveau des individus, des collectifs, des systèmes productifs, des territoires”.

Enfin, la chercheuse insiste sur la nécessité d’une “appropriation démocratique” de la résilience. En premier lieu, “interroger l’envie collective d’agir et expliciter les coûts de l’inaction”. Puis “discuter les trajectoires et les adapter au fur et à mesure”. Ce qui suppose une gouvernance et un pilotage. Enfin, “rendre publique les négociations”.

C’est à ce prix que la résilience, négociée et locale, peut se construire et susciter l’adhésion des citoyens. Après l’atelier, la chercheuse a suggéré de confier la transition écologique au Haut-Commissariat au plan.

Inondations dans l'Aude - La catastrophe vue du ciel ...
Inondations à Trèbes en 2018 ©lindependant.fr

Pour une ville inclusive

Judith Ferrando, co-directrice du cabinet de conseil Missions publiques, chargée – avec d’autres – d’accompagner la Convention Citoyenne pour le Climat, considère l’inclusion comme “une clé pour gagner les autres défis” et pour “résoudre pacifiquement les conflits”. Il s’agit pour elle de “donner à chacun sa place dans la vie politique, économique, culturelle”.

La ville de demain doit, selon elle, “proposer un récit collectif” susceptible de rencontrer les “aspirations citoyennes au ralentissement, à la proximité, à la frugalité et à la réduction des inégalités”. Si de nombreuses initiatives de collectifs d’habitants existent, elle estime peu probable qu’elles induisent “le changement radical de notre modèle de société”

L’atelier a préconisé la création de nouveaux espaces locaux pour des coalitions d’acteurs de type COP21 et convention citoyenne pour le climat, afin de concrétiser la résilience dans les projets d’aménagement urbain. 

Le jardin des délices dans l’EcoQuartier de la Cerisaie à Villiers-le-Bel

Sans oublier les activités productives en ville

Quatrième et dernier défi, celui de la production. Pierre Veltz, économiste, sociologue et Grand Prix de l’urbanisme 2017, en précise d’emblée l’ambition : “un changement de paradigme qui ne peut se loger seulement dans l’économie de la proximité, sympathique et consensuelle”.

À une approche en silos, par secteurs, doit se substituer une “vision globale renouvelée et humano-centrée de l’économie, tournée vers les besoins fondamentaux”. Il s’agit ainsi de mettre la santé et l’éducation aux premiers rangs de l’économie productive. “Il faut simplifier les produits, pratiquer le discernement technologique sans promouvoir l’austérité ni tomber dans le piège de la décroissance, insiste Pierre Veltz. Car pour être habitable et inclusive, la France doit créer des emplois et de bonne qualité. Les quatre défis de la ville durable sont très liés entre eux”.

La proposition de Pierre Veltz pour relever ce défi consiste à réinsérer les activités productives dans la ville (c.f. le programme “Ville productive” du Puca). Mais aussi à réserver des espaces à l’économie sociale et solidaire, comme aux nouveaux communs urbains, dans les opérations d’aménagement ou de construction.

Parc des industries Artois Flandres dans la future métropole Euralens @ association Euralens

Une nouvelle feuille de route pour la ville durable

Un bilan et de nouvelles perspectives pour la démarche  “Habiter la France de demain” ont été dressés en marge de la journée organisée par France Ville durable le 19 mai 2021. Cette première édition d’un rendez-vous annuel baptisé “Villes durables en action”, était consacrée aux solutions, démonstrateurs, programmes et budgets mobilisables pour faire la ville durable – cf. le dossier de presse du gouvernement sur l’avancement de la démarche Habiter la France de demain.Un consultation citoyenne en ligne a été lancée le 27 mai pour mettre au débat le projet de “Manifeste pour les villes durables”.

■ Florent Chappel

Pour mieux se préparer

Géographe, Magali Reghezza-Zitt est maîtresse de conférence à l’ENS et spécialiste des risques naturels. Elle revient pour nous sur les notions d’adaptation et de résilience pour mieux les décrypter et cerner les enjeux que soulève leur mise en oeuvre. Au coeur desquels se trouve la cohésion sociale et territoriale.

Propos recueillis par Virginie Bathellier

N°210 : Pour mieux se préparer – Interview de Magali Reghezza-Zitt