Yes We Camp, un collectif inventif

Parmi les six lauréats du dernier Palmarès des Jeunes Urbanistes, le collectif Yes We Camp est connu notamment pour le projet des Grands Voisins à Paris. Résolument inscrit dans une démarche d’économie sociale et solidaire, il s’applique à tisser de nouveaux liens entre la société civile et les lieux qu’il investit.

En 2012, alors que Marseille s’apprête à être capitale européenne de la culture, l’idée de créer collectivement un camping d’un nouveau genre germe dans l’esprit de deux amis architecte et artiste graphiste. “Yes We Camp ! Le Camping de l’Estaque”, situé sur des friches au nord de la ville, voit le jour. Le temps d’un été, ce lieu d’accueil éphémère et hors-norme, ouvert aux touristes, aux riverains, aux artistes, aux jeunes en insertion… se base sur deux valeurs fondamentales : l’hospitalité et la créativité. Financé aux trois quarts par ses recettes directes, le camping écologique, artistique et solidaire est une réussite populaire. L’association Yes We Camp est lancée.

Pour Nicolas Détrie, l’un des cofondateurs, “notre but est de transformer les rapports sociaux grâce à un changement d’organisation de nos espaces de vie. Nous pensons qu’il y aurait beaucoup à gagner à démonétariser une partie de nos relations actuelles.”

Quelques années plus tard, le succès revient avec les Grands Voisins, une initiative de transformation temporaire de l’hôpital Saint-Vincent-de-Paul, dans le 14ᵉ arrondissement de Paris. En partenariat avec Plateau Urbain et l’association Aurore, qui mettent en place un centre d’hébergement pour les sans-abri, Yes We Camp investit cet espace inoccupé pour en faire un tiers-lieu solidaire. L’objectif est que des publics diversifiés puissent cohabiter et interagir.

Nicolas Détrie précise le rôle de Yes We Camp : “Nous ne sommes pas des travailleurs sociaux. Nous créons des espaces qui ont pour but de favoriser le travail social, mais nous ne l’assurons pas. Nous fonctionnons toujours avec des partenariats. Notre engagement est d’abord celui d’urbaniste, ou d’architecte social. Nous réfléchissons aux flux, ambiances, couleurs, rythmes et aux fonctions de l’espace.”

L’expérience des Grands Voisins est inédite et son succès inattendu : entre 2015 et 2020, le lieu devient un véritable village en plein cœur de l’arrondissement. 250 associations, startups, artisans et artistes ont pu y déployer leur activité. En 2020, la crise du Covid agit comme révélateur du potentiel de cet espace social : “Assez naturellement, c’est depuis les Grands Voisins qu’une chaîne de production et distribution de plus de 100 000 repas s’est mise en place, en comptant sur l’implication volontaire de centaines de personnes.”

À Paris, Marseille ou Nanterre, le collectif développe d’autres projets inventifs et solidaires dans des espaces vacants : bars, restaurants, galeries, jardins partagés, festivals… Ils ont désormais une renommée internationale et sont appelés à présenter leurs projets en Inde, en Espagne, à Taïwan, en Grèce, ou encore aux États-Unis.

Nicolas Détrie précise qu’en dépit de cette visibilité, le modèle économique de Yes We Camp reste encore fragile, et trouve sa voie dans un financement hybride entre recettes directes et soutiens financiers. Les subventions publiques représentent actuellement 40 % de leur budget. “Ce que nous proposons porte une dimension d’intérêt général et contribue aux politiques publiques. Plutôt que de chercher à autofinancer nos projets, nous privilégions une approche mixte, et nous estimons qu’il est important que nos projets relèvent en partie de financements publics.

La plupart des projets naissent dans des cadres conventionnés à durée limitée, mais la vocation de ces projets n’a pas forcément pour impératif de s’arrêter ! “On nous propose des endroits que la ville conventionnelle n’arrive pas à utiliser, à nous de faire en sorte que ça s’inscrive dans le temps.

Cette question de la temporalité se révèle particulièrement importante dans les quartiers populaires. “Dans les quartiers aisés, tout le monde est content quand nous arrivons avec nos projets novateurs, puis quand vient le départ, le quartier l’accepte plutôt facilement. En revanche, dans les quartiers populaires, où les équipements et services sont plus rares, nos lieux créent un espace de possibilités et d’espoir dont la disparition suscitera de la déception.

La démarche de Yes We Camp est transversale, et n’est d’ailleurs pas circonscrite à l’urbanisme transitoire. Elle témoigne d’une volonté de changer en profondeur notre rapport à l’environnement et nos comportements citoyens, à travers l’aménagement de la ville mais aussi l’éducation, l’alimentation, le récit, l’imaginaire…

Nicolas Détrie souhaite aussi que Yes We Camp puisse à l’avenir lancer de nouvelles initiatives dans les territoires en dehors des métropoles. L’association s’engage cet été dans un village du Marais poitevin, et avance sur la possibilité d’un lieu commun en Isère.

Certes, l’exemple de Yes We Camp demeure encore marginal dans le monde de l’urbanisme, mais, Nicolas Détrie l’affirme : “Il y a une volonté immense de prendre part et de pouvoir s’impliquer dans son environnement vécu. Ce désir est aujourd’hui contraint dans la ville conventionnelle car il y a peu d’espace pour son déploiement. Notre engagement est de contribuer à multiplier les espaces communs pour accueillir ces volontés d’implication.”

Lisa Godot

Le Palmarès des jeunes urbanistes, la jeune garde

Altitude 35, Bellastock, FCML, le sens de la ville, Sophie Ricard et Yes We Camp sont les 6 lauréats de la session 2020 du Palmarès des jeunes urbanistes. Depuis 2006, tous les deux ans, en parallèle avec la proclamation du Grand Prix de l’urbanisme, de jeunes professionnels sont ainsi distingués par un jury réuni à l’initiative du ministère en charge de la Transition écologique.

Qu’ils travaillent au sein d’une agence ou d’une collectivité, solitaires ou réunis en collectif, qu’ils soient urbanistes architectes, paysagistes, économistes, ou tout cela à la fois, ces “jeunes gens”, déjà trentenaires ou quadragénaires, finissent par donner une image assez précise de ce que ces professions peuvent apporter aux villes et aux territoires.

Au fil des promotions, de nouveaux modes d’organisation sont apparus en leur sein, les urbanistes solitaires ou les petites agences ont été concurrencés en nombre par des collectifs, associatifs ou coopératifs. Mais surtout, les préoccupations affichées ont évolué avec le temps. Les travaux des “jeunes urbanistes” apparaissent souvent comme prémonitoires de ce que seront les grandes questions du moment.

Le Palmarès a, dans le passé, distingué des groupes dont les pratiques en matière de concertation – fondées sur l’interactivité avec les habitants durant des opérations temporaires in situ – ont été imitées. La promotion 2020 récompense ainsi des personnalités et des groupes qui furent à l’origine de l’émergence en France de “l’urbanisme transitoire”, de “l’urbanisme tactique” ou du réemploi des matériaux de construction.  

L’observation des résultats du Palmarès ne suffit sans doute pas à connaître précisément les manières d’aménager les villes et les territoires de demain. Il donne cependant un avant-goût de ce que seront les pratiques et les ambitions des professionnels qui en auront la charge. ■

Marc Lemonier

L’intelligence collective, un moteur du changement

Monica-Isabel Diaz, responsable du bureau des stratégies territoriales à la Direction de l’Habitat, de l’Urbanisme et des Paysages, est en charge de l’organisation du Palmarès des jeunes urbanistes. Elle revient pour nous sur ses spécificités.

Dans quelles circonstances a-t-on décidé la création du Palmarès des jeunes urbanistes ?

C’est un arrêté ministériel signé du ministre de l’Équipement et des Transports de l’époque, Dominique Perben, qui en officialise la création en 2005.  Le Palmarès, en complément du Grand Prix de l’urbanisme, devenait le pendant des Albums des jeunes architectes et paysagistes qui, au sein du ministère de la Culture, récompensaient de jeunes professionnels.  

L’un des déterminants du Palmarès fut immédiatement de donner de la voix aux préoccupations de la jeune génération. Et tous azimuts ! Sans chercher à catégoriser les métiers de l’urbanisme, ni à les réduire à un certain nombre de professions. On ne souhaitait pas non plus définir les diplômes permettant de se proclamer urbaniste, même si parmi les lauréats beaucoup proviennent de Sciences Po ou sont géographes.

Le Palmarès a contribué à une approche de l’urbanisme comme un champ ouvert. Nous mettons en valeur le positionnement de ces jeunes dans la société et dans le monde professionnel. Jusqu’en 2016, le Palmarès les classait en fonction du domaine d’exercice de leur profession, maîtrise d’ouvrage publique ou privée, maîtrise d’œuvre… Mais ce n’est pas tellement cela qui est intéressant. Leur apport peut tout aussi bien venir de la recherche que du positionnement d’une agence d’urbanisme plus classique…

Les dernières sessions du Palmarès ont révélé l’existence de nouvelles préoccupations dominantes comme l’urbanisme transitoire…

C’est en effet une dominante qui s’est affirmée, quel que soit le nom qu’on lui donne : urbanisme transitoire, urbanisme temporaire, urbanisme tactique, y compris du point de vue de sa professionnalisation. Un groupe comme Plateau Urbain, lauréat en 2016, a aujourd’hui pignon sur rue. Les professionnels plus traditionnels font appel à eux pour activer des compétences très spécifiques comme mettre en œuvre le permis d’aménager temporaire ou passer des conventions avec certains acteurs lorsqu’il y a des blancs du point de vue juridique.

Cela marque une évolution de l’usage que l’on fait de ces temps de l’urbanisme qui ne sont pas inscrits dans le projet traditionnel. L’agence le Sens de la Ville, par exemple, agit indifféremment sur toutes les échelles et les temporalités des projets d’aménagement. Sur le plateau de Saclay, elle pousse l’établissement public à concevoir l’occupation de l’espace et l’aménagement temporaire pendant le temps des travaux et du projet. Le chantier va durer 20 ou 30 ans alors que les étudiants et les habitants sont déjà là. Elle a fait intégrer dans les bilans d’aménagement des aménagements temporaires de l’espace public dont certains vont rester tels qu’ils sont aujourd’hui. Le Sens de la Ville concilie cette tendance du temporaire avec le long terme.

Il y a un autre domaine dans lequel les lauréats se sont très souvent manifestés, c’est la remise à plat de ce que l’on appelle la concertation…

En 2020, nous avons intégré dans les lauréats Bellastock et Yes We Camp. Cela fait quinze ans qu’ils travaillent sur ces domaines et les manières de concerter autrement. Avec d’autres collectifs, ils sont à l’origine de tous ces concepts de concertation, de participation citoyenne qu’on retrouve aujourd’hui, y compris dans les réglementations nationales. Eux, ils le font en tant que projet en soi. Ils ouvrent le débat public avec des installations temporaires, parfois construites avec les habitants. Ils vont aussi réaliser les logements précaires où ils vont habiter le temps de débattre de la ville et des territoires qui les entourent.

Ces jeunes urbanistes innovent-ils également quant à leur vision des territoires ?

L’autre tendance intéressante ce sont leurs apports aux territoires ruraux. À l’image de ce que propose « l’école de Clermont-Ferrand », à partir de l’École d’architecture de Clermont-Ferrand. Cette même école où a été diplômé Frédéric Bonnet, reconnu avec Marc Bigarnet au sein de l’agence Obras par le Palmarès des jeunes urbanistes, puis par le Grand Prix de l’Urbanisme en 2014, soit quelques années plus tard.

Félix Mulle, avec qui nous travaillons beaucoup, et Loïc Parmentier, qui étaient lauréats en 2016, font par exemple un travail d’une grande finesse… Ils peuvent aussi bien construire quelques logements dans des villages isolés, que promouvoir des stratégies très pédagogiques en aidant les élus à réfléchir à la baisse d’attractivité de leur bourg. À l’image des « médecins de campagne » ce sont des « architectes urbanistes de campagne », qui viennent au chevet des élus des territoires. Ils font école aujourd’hui, il y a un réseau d’architectes de cette génération-là, on y retrouve d’autres lauréats comme Boris Bouchet, ou plus récemment l’agence Tica ou Florian Camani et Mathilde Luguet de l’agence FCML.

Au fil des Palmarès, la figure de l’urbaniste solitaire et omniscient qui couvre tous les domaines de la profession disparait-elle au profit des collectifs ?

En effet, c’est une tendance qui ne se dément pas.

Qui aurait la prétention de dire : je vais résoudre tous vos problèmes et je vais vous expliquer tous les sujets croisés, en allant de l’hydrologie aux risques d’inondation, en passant par les problématiques d’ingénierie, du social et tout cela en même temps ? 

Cette année la seule lauréate solitaire, Sophie Ricard, est récompensée au nom de collectifs comme La Preuve par 7 qu’elle a pu animer en continuité avec les travaux de Patrick Bouchain. Ces collectifs ne regroupent pas seulement d’autres architectes urbanistes, mais des professionnels qui viennent de la médecine sociale, de l’éducation populaire, ou de la politique des quartiers.

Le collectif est l’avenir de l’urbanisme. ■

Propos recueillis par Marc Lemonier.