La vieillesse diffuse

Patrick Bouchain, Grand Prix de l’urbanisme 2020, s’est vu confier une mission d’expertise consacrée à “l’Ehpad de demain”, par Brigitte Bourguignon, ministre déléguée auprès du ministre des Solidarités et de la Santé, chargée de l’Autonomie. Comme à son habitude, l’architecte étend sa réflexion hors du cadre qui lui était proposé pour s’interroger sur la place des personnes âgées dans l’espace urbain ou villageois.

Propos recueillis par Marc Lemonier.

L’intégralité de l’interview à lire ici.

De nouveaux logements à vivre pour demain : un éventail de démarches pour les acteurs locaux

Produire un logement de qualité, apte à répondre aux enjeux de demain, ne va pas de soi. Le 14 octobre dernier, les deux ministères du Logement et de la Culture ont lancé un appel à manifestation d’intérêt dédié. Directeur général de l’Europe des projets architecturaux et urbains, Jean-Baptiste Marie nous en présente les grandes lignes.

Diagonal : L’appel à manifestation d’intérêt (Ami) “Engagés pour la qualité du logement de demain” vient d’être lancé. Que vise-t-il ?

Il constitue une des suites très concrète de la démarche “Habiter la France de demain” engagée par la ministre du Logement Emmanuelle Wargon. Placé sous le signe de l’inventivité, il invite les maîtres d’ouvrage associés à des architectes à expérimenter de nouvelles manières de fabriquer, de concevoir le logement.

Quelles évolutions dans les modes d’habiter poussent à renouveler les pratiques ?

Avec la crise de la Covid-19, les français réinterrogent profondément leur relation au logement. Ils souhaitent disposer d’espaces plus spacieux. Leur besoin de liens plus forts à la nature s’exprime. Il est aussi question de la place de la cour, des rez-de-chaussée, des terrasses, des balcons. Dans le sillage de la crise environnementale, la crise sanitaire renforce encore l’impérieuse nécessité d’adapter les villes au changement climatique, d’atténuer les pics de chaleur urbains. Par ailleurs, déjà mis en relief par le mouvement des gilets jaunes, le rapport du bâti aux centralités devient crucial.

La qualité d’usage revient donc au centre, et pour tout type de logement. Ceci intègre la maîtrise des coûts, l’accès à un logement abordable. En ce sens, notre programme s’inscrit dans la continuité des rapports sur la qualité des logements remis par Pierre-René Lemas le 19 janvier 2021 et par Laurent Girometti et François Leclercq, le 9 septembre 2021 (1). En fait, il s’agit de penser un logement qui offre une qualité architecturale, une qualité d’usage, et dans le même temps qui réponde aux enjeux de la transition écologique. Ces travaux visaient à définir de nouveaux modes de faire entre maîtres d’ouvrage et architectes, tout en prenant en compte l’insertion urbaine dans le dispositif ; c’est dans la veine de ces objectifs et des préconisations qui en résultent que le programme “Engagés pour la qualité du logement de demain” s’inscrit.

En quoi ce lancement conjoint de l’Ami par Roselyne Bachelot et Emmanuelle Wargon apporte-t-il une dimension nouvelle ?

Cette alliance du ministère de la Culture et de celui de la Transition écologique en charge du Logement est assez inédite. L’ordre national des architectes et la profession l’ont souligné. Aujourd’hui, arriver à instaurer un vrai dialogue entre qualité architecturale et transition écologique au cœur des projets devient une nécessité. Désormais, la qualité architecturale passe par l’inscription de la transition écologique dans nos lieux de vie. Et réciproquement, la transition écologique ne peut s’incarner que dans l’expression d’une architecture de qualité restant compatible avec des coûts maîtrisés.

Fort d’un large éventail de situations locales, on en appelle aux talents et à l’engagement des professionnels, des maîtres d’ouvrage, des collectivités pour expérimenter de nouveaux modes de faire sur les territoires.

Quelles sont les conditions pour remettre sa candidature ?

Portant sur des projets concrets, les candidatures sont à remettre avant le 18 février 2022. Il peut s’agir d’une équipe solidaire, constituée d’un maître d’ouvrage – public ou privé -, d’une collectivité et d’un architecte. Ou d’un maître d’ouvrage et d’une collectivité avant que l’architecte ne soit choisi (2).

Trois sujets fondateurs préside à cet Ami. Axe fort, il s’agit déjà de travailler à la qualité d’usages du logement. Plus globalement, la transformation des modes de vie et les nouveaux enjeux sociétaux en appelle à la créativité. Etre créatif en interrogeant les types d’habitation. Être créatif aussi en revisitant les processus et la chaîne de production du logement. Pierre-René Lemas l’explique très bien. La place de l’architecte notamment est questionnée depuis les phases les plus amont – dès les études d’opportunité – jusqu’aux phases de maintenance et de cycles de vie du logement.

Comment les équipes lauréates seront-elles choisies ? Et de quel accompagnement bénéficieront-elles ?

En mars prochain, un jury pluridisciplinaire sélectionnera 100 équipes lauréates. Elles porteront le sceau d’excellence “Engagés pour la qualité du logement de demain”. Valorisées lors d’évènements, d’une exposition à la Cité de l’Architecture et du Patrimoine, il s’agit de diffuser massivement des outils, méthodes et processus ayant fait leurs preuves. Vingt projets bénéficieront d’un accompagnement spécifique par l’intermédiaire d’un incubateur qui sera lancé en juin 2022. Ces projets pourront aussi profiter d’un soutien financier de la Caisse des Dépôts – partenaire de l’Ami – ainsi que d’un programme de recherche architecturale. Les écoles nationales supérieures d’architectures, leurs unités de recherche et les chaires partenariales du ministère de la Culture seront mobilisées.

L’engagement de la profession est inédit et les architectes s’en emparent massivement. Faisons donc place à l’inventivité pour qu’émerge ce vivier d’opérations, au service d’un logement de demain pour tous !

Propos recueillis par Nathalie Garat.

(1) Rapport de la mission sur la qualité du logement Référentiel du logement de qualité” de Laurent Girometti et de François Leclercq (Septembre 2021)

https://www.ecologie.gouv.fr/sites/default/files/Rapport%20Mission%20Logement%20210904.pdf

Rapport “sur la qualité des logements sociaux” Pierre-René Lemas (janvier 2021)
https://www.ecologie.gouv.fr/remise-du-rapport-lemas-sur-qualite-des-logements-sociaux

(2)  Pour en savoir plus sur les conditions détaillées, rendez-vous sur le site de l’Epau

https://epau.archi.fr/home/programme, et prochainement sur le site internet dédié au programme : www.engages-pour-la-qualite-du-logement-de-demain.archi.fr

Mobilisation en urgence des logements vacants

Développant l’une de ses missions habituelles, la Direction générale de l’aménagement, du logement et de la nature (DGALN), au ministère en charge de ces politiques publiques, s’est mobilisée pour participer à l’effort général de recherche de logements vacants pouvant être mis à la disposition des soignants et du personnel des Ehpad. Henry Ciesielski, chef de projet “lutte contre la vacance de logements” au sein de la direction, apporte son éclairage.

Pendant la crise de la Covid-19, votre mission au sein de la DGALN s’est étendue à la recherche dans l’urgence de logements vacants pouvant être mis à disposition des personnels mobilisés pour lutter contre la pandémie. Comment cette action s’est-elle opérée ?
Dans le cadre de son activité “normale” d’élaboration et de suivi du Plan national de mobilisation des logements et locaux vacants, l’État avait déjà une forme de visibilité sur la nature des propriétaires pouvant être contactés. Une petite structure s’est donc mise en place au sein de la Direction de l’habitat, de l’urbanisme et des paysages (DHUP). Elle a pu bénéficier du soutien de la mission d’appui à la réalisation des projets du secrétariat général du Ministère de la Cohésion des Territoires tout en travaillant en parallèle avec la Délégation interministérielle à l’hébergement et à l’accès au logement (DIHAL). Au début de la crise nous avons procédé à un recensement de l’offre mobilisable, en établissant une liste d’une cinquantaine d’acteurs ayant un volume important de logements. On y retrouve des grands groupes, Nexity, Foncia… Nous avons également recensé les initiatives existantes, en particulier dans le monde associatif, tandis que le ministre du logement, Julien Denormandie, impliquait directement des acteurs d’ordinaire moins présents dans le domaine de la solidarité, la plateforme Airbnb ou le service de petites annonces de Particuliers à Particuliers.
Il s’agissait de repérer une offre de logements pouvant être mis à disposition à titre gratuit pendant une durée déterminée. Les “publics” concernés relevaient principalement du secteur de la santé et de la sécurité, le personnel soignant des hôpitaux ou des Ehpad, les pompiers, les policiers… tandis que la DIHAL participait à la mise en confinement des SDF par la mobilisation de chambres d’hôtel.

Ces propriétaires de natures très différentes pouvaient être rétifs à l’idée de mettre à disposition un bien sans garanties légales. Fallait-il inventer un type de contrat de location adapté à la circonstance ?
Le type de contrat nécessaire existait. Parmi les informations qu’elle a immédiatement mises en ligne sur les conséquences de la crise COVID-19 sur les rapports locatifs, l’Agence nationale d’information sur le logement (Anil) a adapté très rapidement un modèle permettant la “mise à disposition temporaire et à titre gratuit d’un logement au bénéfice d’un personnel soignant dans le contexte de la lutte contre le virus Covid-19.” L’établissement de cette convention donne un confort juridique aux institutions ou aux particuliers qui prêtent leurs logements.

Quels sont les enseignements que l’on peut retenir d’une opération montée dans l’urgence dans le cadre d’une situation exceptionnelle, en particulier dans la perspective d’autres types de catastrophes naturelles ou industrielles ?
En créant une plateforme numérique présentant les acteurs engagés dans cette démarche, nous avons donné de la lisibilité à leur action. Dans l’avenir il faudrait sans doute davantage de coordination entre les différents ministères concernés, pour éviter par exemple que certains aient recours à des solutions “payantes” pour loger leur personnel, alors que nous recensions des offres gratuites. Cette action menée en quelques semaines, quels qu’en soient les résultats, est cependant porteuse d’enseignements pour l’avenir. Elle pourrait apporter la réponse à différentes situations : le logement de repli des femmes battues, le logement des jeunes chassés de leur famille à la suite d’un coming-out…
Il s’agissait d’un élan de solidarité particulier, lié à une situation exceptionnelle.
Nous avons appris à repérer et à mobiliser des acteurs venant d’horizons très divers. Nous avons contacté des propriétaires qui relèvent du monde institutionnel ou privé, ayant des patrimoines de toutes tailles, mais aussi des particuliers “organisés” au sein d’un réseau ou indépendants. Nous avons aussi rapidement mis en place un type de contrat qui sécurise les prêts des logements vacants.
Des pratiques sont apparues qui pourraient être réactivées dans le cadre de crises d’autres natures. Grâce aux contacts pris à l’occasion, à la démonstration faite qu’il était possible d’offrir une sécurité juridique aux propriétaires dans des situations particulières, nous espérons pousser certains de ces propriétaires à envisager plus sereinement de louer leurs logements dans le cadre de l’intermédiation locative.

Propos recueillis par Marc Lemonier

Les anciens numéros

La Revue Diagonal existe depuis 1973, et produit actuellement son 215ème numéro. Vous trouverez ci-dessous les couvertures et sommaires des six derniers numéros, et l’intégralité des numéros parus il y a plus de deux ans (mis en ligne progressive).

Pour tout renseignement sur un numéro paru, n’hésitez pas à vous adresser à Valérie Blin (valerie.blin@developpement-durable.gouv.fr).

Couvertures et sommaires des 6 derniers numéros publiés :  

N°214 Vers la ville du bien-être Mars 2022
N°213 La sobriété renouvelle la fabrique des territoires Novembre 2021
N°212 L’héritage du passé sous le prisme des usages Juillet 2021
N°211 Le coronavirus rebat les cartes de l’urbain Mars 2021
N°210 Risques climatiques, le temps d’agir Novembre 2020
N°209 Dans les coulisses de l’approvisionnement Août 2020

Anciens numéros en version pdf basse définition quand elle est disponible, ou couvertures et sommaires dans le cas contraire (articles disponibles sur demande) :

N°208 Biodiversité en péril : repenser l’urbanisme Avril 2020
N°207 Le logement : des maux et des remèdes Novembre 2019
N°206 Face aux crises, des villes se réinventent Juillet 2019
N°205 Adapter l’espace vécu aux plus fragiles Mars 2019
N°204 Implication citoyenne et renouveau territorial Novembre 2018
N°203 Tourisme et vie locale, l’avenir en partage Juillet 2018
N°202 Mer et Littoral : construire un destin commun Mars 2018
N°201 Les outils des nouvelles mobilités Novembre 2017
N°200 Les ÉcoCités, laboratoires de la ville durable Juillet 2017
N°199 Déchets : du rebus à la ressource Mars 2017
N°198 Ville et santé : deux termes à concilier Novembre 2016
N°197 Ateliers nationaux, Ateliers des territoires Juillet 2016
N°196 Attribution et occupation du logement social Avril 2016
N°195 Ville et réchauffement climatique Novembre 2015
N°194 Énergie : produire mieux, consommer moins Juillet 2015
N°193 De l’agriculture urbaine à l’agri-urbanisme Mars 2015
N°192 Observer, mesurer, anticiper Novembre 2014
N°191 Le paysage : un plan pour l’aménagement Juillet 2014
N°190 La mobilité, un concept en mouvement Mars 2014
N°189 Agir sur l’offre de logement Octobre 2013
N°188 40 ans d’urbanisme Juin 2013
N°186 La gare entre en ville, la ville entre en gare Octobre 2012