Îlots de chaleur: le plan canopée de la métropole lyonnaise

Frédéric Ségur est responsable du service ” arbres et paysages” à la métropole de Lyon. Il nous présente le plan canopée qui s’y met en place, ouvrant la perspective d’une ville plus agréable sous les canicules. C’est l’une des actions qui a valu le tout récent titre de capitale française de la biodiversité 2019 au Grand Lyon.

La métropole de Lyon a lancé un plan Canopée pour la période 2017-2030 . De quoi s’agit-il ?
Le plan Canopée vise à développer le patrimoine arboré de la métropole lyonnaise. En fait, le terme “canopée” désigne l’étage supérieur d’une forêt, c’est-à-dire les couronnes de feuilles profitant directement du soleil. Aujourd’hui, nous comptons de l’ordre de deux à trois millions d’arbres sur le territoire. L’objectif d’ici à 2030 serait d’en planter au minimum 300 000, ce qui porterait la surface de canopée urbaine à un ambitieux 30 %.

Pourquoi lancer une telle démarche ?
Les canicules constituent l’une des principales vulnérabilités de l’agglomération lyonnaise. L’épisode de 2003, par l’ampleur de ses conséquences sanitaires avec 15 à 20 000 morts à l’échelle française, a vraiment mis en exergue le phénomène d’îlots de chaleur urbain. Et les grandes métropoles, comme Lyon et Paris, figurent parmi les plus touchées. A l’époque, l’Inserm a approfondi les mécanismes en cause. Ce qui a permis de redécouvrir l’importance du végétal pour rafraîchir la ville. D’ailleurs, sur Lyon la perception du rôle des arbres par les habitants a évolué depuis 2003.

Quel rôle joue la végétation dans ce processus de rafraîchissement ?
Les îlots de chaleur urbain, été comme hiver, induisent en moyenne un écart de températures de 2 à 4 degrés entre le centre de Lyon et sa périphérie. Bien connu, le phénomène s’explique globalement par l’hyper-minéralité d’une ville, la coloration sombre des matériaux absorbant la chaleur, l’imperméabilité et le manque de végétation. Par fortes chaleurs, l’écart se mesure surtout la nuit, pouvant atteindre sur Lyon jusqu’à 11 degrés en pleine canicule. La végétation rafraîchit la campagne. Alors qu’en ville, les matériaux minéraux libèrent la chaleur emmagasinée en journée.
Or l’arbre agit déjà par son ombrage, interceptant les rayons solaires. La température ressentie entre un trottoir à l’ombre et en plein soleil peut dépasser les 9 degrés. Mais l’effet prépondérant reste celui de l’évapotranspiration. L’arbre puise l’eau située dans le sol, notamment pour la photosynthèse. Absorbant jusqu’à plusieurs centaines de litres d’eau par jour, il agit comme une pompe. Et, 95 % de cette eau va être rejetée sous forme de vapeur d’eau au niveau des feuilles, absorbant des calories et créant un effet de rafraîchissement. Cette activité de la végétation, notamment des arbres, figure parmi les éléments essentiels de la bioclimatique urbaine.

Comment s’inscrit la démarche dans la durée ?
Les îlots de chaleur pré-existaient à la question du changement climatique. Toutefois, jusqu’à présent, cela restait supportable, à l’exception de quelques jours en été. Et en hiver, il faisait moins froid. Mais, d’année en année, les canicules s’intensifient. Leur durée s’allonge. On estime qu’en 2050, une canicule exceptionnelle comme celle de 2003 arrivera une année sur deux. Face aux problèmes sanitaires et à l’inconfort thermique grandissant se pose même la question de l’habitabilité urbaine.
Il faut donc commencer le plus tôt possible à transformer la ville. Chaque chantier fournit autant d’opportunités de la rendre plus adaptée, non seulement au climat d’aujourd’hui, mais aussi à celui de demain. En ce sens, le plan canopée se situe à la croisée des chemins entre la logique d’adaptation de notre plan climat et celle de renaturation que la métropole développe depuis quelques décennies.
Aujourd’hui, nous profitons des arbres plantés il y a vingt ans. En effet, en 2000, nous avons signé une première charte de l’arbre qui sensibilisait les acteurs de la métropole lyonnaise aux services rendus par la nature en ville et en particulier par les arbres. La prise de conscience a été progressive. Elle est partie d’une forte demande sociale, poussant à recréer des espaces verts. Or, il apparaît que ce travail de renaturation et de paysagement a un impact sur l’image de la ville et donc sur son attractivité. Aujourd’hui, 120 organismes signataires se retrouvent dans la philosophie de la dernière charte de l’arbre actualisée en 2011. Il s’agit dorénavant d’en appliquer les principes. Ainsi, le plan Canopée 2017-2030 se tourne vers tous les partenaires souhaitant contribuer à ce projet de forêt urbaine. Qu’il s’agisse de collectivités, d’acteurs parapublics comme les bailleurs sociaux, d’acteurs associatifs, d’acteurs privés comme les copropriétés, chacun peut contribuer à replanter trois arbres, quatre arbres, un parc urbain…. Doter la métropole lyonnaise d’une canopée suffisante pour qu’elle reste vivable sous les canicules en 2030, 2050, 2100, voilà le défi à relever dès aujourd’hui!

Propos recueillis par Nathalie GARAT