Des fermes urbaines pour améliorer la vie des quartiers

Les ministres chargés de l’Agriculture et de la Ville, ainsi que le président de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru), ont dévoilé, le 30 novembre 2021, les 25 nouveaux lauréats de la 3ème et dernière tranche de l’appel à projets “Les Quartiers Fertiles”, lancée en décembre 2020.

Les “Quartiers fertiles” s’inscrivent dans la transformation de 450 quartiers engagée dans le cadre du Nouveau Programme national de renouvellement urbain (NPRNU). Ce dispositif doté d’un budget global de 34 millions d’euros, dont 13 millions issus du plan France Relance et 10 millions de la Banque des territoires (Caisse des dépôts), a pour objectif de développer l’agriculture urbaine au cœur des quartiers prioritaires. Avec un impact sur 140 quartiers, il va permettre à 100 fermes urbaines de proposer des produits de qualité et de l’activité économique pour des milliers d’habitants des quartiers.

Parmi les fermes urbaines sélectionnées figurent un projet dans le quartier Parc-Sud de Nanterre (Hauts-de-Seine), pour installer un agriculteur urbain sur deux terrains et une champignonnière, afin de fournir les restaurants locaux ; la construction de serres et de bâtiments à Saint-Denis-Plaine commune (Seine-Saint-Denis) ; l’établissement de cinq jardins partagés en pieds d’immeuble et d’une station de lombricompostage au Havre (Seine-Maritime), dans le quartier de Vallée-Béreult ; la plantation d’une forêt comestible sur un terrain de football inutilisé, à Moissy-Cramayel (Seine-et-Marne), ainsi que la création d’une micro-ferme urbaine dans le quartier d’Étouve, à Amiens (Somme).

Ces projets bénéficient du soutien, entre autres partenaires, de l’Association française d’agriculture urbaine professionnelle, de l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture, de l’Agence régionale de la biodiversité d’Île-de-France et du Comité national de liaison des régies de quartier.

■M.M.

Au chevet des villes moyennes

Avec les nouveaux critères mobilisés pour redéfinir les quartiers prioritaires, des situations jusqu’alors ignorées ont émergé. Les villes moyennes sont ainsi plus nombreuses que par le passé à bénéficier de l’appui de l’Agence pour la rénovation urbaine, qui s’attache aussi à intervenir sur les quartiers de centre-ville. Benoît Zeller, directeur opérationnel de l’Anru, revient pour nous sur la spécificité de certains projets.

Propos recueillis par Marc Lemonier.

N°208 : Au chevet des villes moyennes – Interview de Benoît Zeller

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search