Le Plan gouvernemental « Vélo et mobilités actives » fête ses deux ans !

Thierry du Crest, coordonnateur interministériel pour le développement de l’usage du vélo au ministère de la Transition écologique, travaille à la mise en œuvre du plan Vélo. Il nous en présente les dernières évolutions en lien avec la crise de la Covid et le plan France Relance.

Propos recueillis par Nathalie Garat

Les dynamiques autour du vélo s’accélèrent. En quoi la crise sanitaire actuelle y contribue-t-elle ?

Tout n’est pas parti de la crise de la Covid. La dynamique existait déjà avant.

Fin 2017, lors des assises de la mobilité, le vélo a pris une place de choix assez inattendue. Ce qui a conduit au plan gouvernemental « Vélo et mobilités actives » de 2018 et à une intégration spécifique dans la loi d’orientation des mobilités. Et depuis les dix derniers mois, la dynamique cyclable ne cesse de croître. Dans l’urbain dense, les grèves de décembre et janvier derniers ont redonné de l’appétit pour ce mode de transport utilisé alors en substitution. En outre, il s’est invité dans les sujets de campagnes municipales sur de nombreux territoires.

Mais depuis le déconfinement de mai dernier, l’intérêt pour le vélo s’affirme à un niveau encore inégalé en France. Selon l’association Vélo et Territoires, la fréquentation des pistes cyclables a augmenté de 29 % entre 2019 et 2020 pour la période mi-mai à mi-août. Ceci concerne aussi bien les territoires urbains (34 %) et périurbains (20 %), que le milieu rural (18 %).

Fin mai, le plan gouvernemental Vélo a été revisité. Que comprend ce volet « déconfinement » ?

Dans l’urgence du déconfinement, l’objectif est alors de faciliter la remise en selle rapide des cyclistes sur les territoires, qu’il s’agisse de pratiquants réguliers ou de nouveaux usagers. Puisque face à la situation sanitaire, beaucoup de personnes y voient une alternative à leur mode de transport antérieur.

Ainsi, cela passe en premier lieu par la réalisation de pistes cyclables provisoires. De nombreuses collectivités locales s’y emploient. En période de déconfinement, les démarches administratives ont été facilitées. De plus, le Cerema a organisé plusieurs webinaires au printemps. Et son guide des aménagements cyclables provisoires, publié en quelques semaines, fournit dorénavant autant de repères utiles pour les aménageurs.

Par ailleurs, le plan « Coup de pouce réparation Vélo » connaît un franc succès. 50€ sont défalqués des factures de réparation, aidant ainsi les nouveaux cyclistes à ressortir leurs vieux vélos des garages. Au départ, on tablait sur 300 000 vélos. Mais face à l’engouement, l’objectif a été porté à plus d’un million de vélos jusqu’à la fin de l’année.

En outre, depuis le 1er juin dernier, l’État a simplifié son bonus d’aide à l’achat de VAE (Vélo à Assistance Électrique). Là où les collectivités aident déjà les particuliers, l’État double l’aide dans la limite de 200 € pour les ménages les plus modestes. Le VAE s’est fortement développé ces cinq dernières années. Limitant l’effort, aplanissant les côtes…, l’assistance électrique favorise l’accès de la bicyclette à des territoires vallonnés mais aussi à d’autres publics plus réticents, comme les séniors ou les femmes. Ce qui s’avère des plus utiles pour généraliser la pratique du vélo au quotidien.

En lien avec le plan France Relance, quelles mesures viennent d’être annoncées pour soutenir la pratique du vélo ?

Le 14 septembre dernier, le plan « Vélo et mobilités actives » a fêté ses deux ans. Il vise à  tripler l’usage du vélo d’ici 2024. Si celui-ci est vraiment devenu un mode de transport à part entière depuis le déconfinement, l’objectif n’en demeure pas moins ambitieux. Ceci passe notamment par la sécurisation des parcours cyclables ou la lutte contre le vol.

Et avec le plan France Relance, l’idée est d’enclencher la vitesse supérieure. Ainsi, l’État va abonder le « Fonds mobilités actives » de 100 millions d’euros de subventions supplémentaires pour les investissements d’infrastructures cyclables de collectivités les deux prochaines années. Ils s’ajouteront à l’enveloppe initiale de 350 M€. Depuis sa création en 2019, ce fonds de l’État est affecté aux opérations après sélection par appel à projets. Il a fait l’objet de deux éditions qui visaient à résorber les discontinuités cyclables. 339 projets lauréats ont ainsi été retenus pour 113 millions de subventions.

Il s’agit donc de développer les aménagements, mais aussi les stationnements sécurisés. En effet, outre la sécurité lors du déplacement, la crainte du vol constitue l’un des deux freins majeurs à l’usage du vélo. Aussi, 100 M€ seront versés aux Régions et consacrés au stationnement sécurisé en gare favorisant par la même l’intermodalité train/vélo.Un nouvel appel à projets « Fonds mobilité active » vient d’être lancé en juillet dernier. Outre la résorption des discontinuités cyclables, il vise à soutenir la pérennisation de pistes cyclables de transition et la réalisation d’itinéraires cyclables sécurisés. La date limite de dépôt des dossiers est fixée au 30 octobre prochain.

Le vélo prend ses marques

Depuis la fin août, le Grand Lyon dépasse allègrement l’objectif de 1000 km de voies cyclables fixé à l’horizon 2020 dans son plan mobilités actives. Au cœur de la dynamique, Matthieu Meylan – responsable du pôle conduite d’opérations vélo – nous livre les premiers retours d’expérience sur cette période bien particulière.

Propos recueillis par Nathalie Garat

À l’échelle du Grand Lyon, pas moins de 79 km de réseau cyclable ont été aménagés sur les quatre derniers mois. Comment expliquer une telle dynamique ?

La crise sanitaire de la Covid-19 modifie en profondeur les comportements de mobilité. Le contexte général est devenu très favorable au vélo. C’est le cas notamment à l’échelle nationale avec le plan gouvernemental vélo de 2018 complété lors du déconfinement.

Et face au risque de propagation du virus, l’appétence pour le vélo devient vraiment palpable. Ici en métropole lyonnaise, les trafics de cyclistes explosent depuis le début du déconfinement. Par rapport à l’année dernière à la même période, la croissance tourne autour des 70 %.

Ainsi, devant cette opportunité inédite, l’urgence est de réaliser les infrastructures manquantes les plus utiles pour les cyclistes du Grand Lyon. Le 15 avril dernier, nos élus ont lancé le programme. Et cinq mois plus tard, 48 projets sont d’ores et déjà livrés, augmentant notre linéaire de réseau cyclable de 79 km.

Quels grands principes vous ont guidé pour choisir les secteurs à aménager en priorité ?

En fait, les 79 km réalisés se concentrent surtout sur les axes structurants. Certes, depuis 2009 à la faveur de nos différents plans sur les modes doux puis actifs, le territoire du Grand Lyon s’avère de plus en plus accueillant pour les cyclistes. Néanmoins, restaient des discontinuités sur le réseau principal, freinant d’autant l’usage du vélo. Le but est donc d’en résorber un maximum à la faveur de cette période propice. Ce qui nous permettra de bénéficier d’un effet réseau fonctionnant à plein régime.

Et, second pilier de la démarche, l’optique est aussi de soulager les lignes de métro et de tramway. Le plus souvent, nous disposons d’aménagements cyclables sur ces linéaires. Mais l’objectif est de les élargir. De plus grande capacité, ils viennent alors en superposition des réseaux de métro et de tramway, facilitant d’autant les reports.

Pour atteindre ce niveau de réalisation jusque-là inégalé, quelles méthodes de travail avez-vous adopté ?

Avec la crise sanitaire, les méthodes ont radicalement changé. La réversibilité des aménagements cyclables constitue l’un des principes-clé. On se donne le droit à l’expérimentation et donc aussi à l’erreur.

Ceci suppose déjà d’accepter de porter politiquement les secteurs qui ne marcheront pas ou qui nécessiteront de ré-intervenir. Et sur le plan technique, l’appréhension des projets diffère vraiment. Il s’agit de choisir les secteurs d’intervention adaptés à une mise en œuvre simple, rapide et peu coûteuse. Ce qui facilite d’éventuels retours en arrière.

Ainsi, cette réversibilité nous a permis de consulter nos partenaires sur un format bien plus léger que pour des aménagements pérennes. Le principe de test in situ autorise une ambition accrue dans le choix des aménagements. L’impact sur le trafic motorisé est ensuite observé sur place et donne lieu à d’éventuels réajustements.

Marquage jaune, balisettes, séparateurs plastiques, cette démarche expérimentale s’appuie donc sur des moyens simples. Nos études de faisabilité se sont centrées le plus souvent sur des axes avec plusieurs files par sens de circulation. Ce qui permet d’en dédier une aux vélos.

Quels impacts avez-vous observé sur les automobilistes et autres usagers de la route ?

Il est arrivé que certains aménagements ne fonctionnent pas. Après quelques semaines d’observation, les carrefours les plus complexes, en baïonnette par exemple, ont nécessité des ré-ajustement. Mais, à ce jour, sur l’ensemble des 48 réalisations, seul un projet a été effacé.

En revanche, lors de la conception, les itinéraires de bus ont fait l’objet d’une grande vigilance. On s’est surtout orienté vers des couloirs mixtes bus–vélo. C’est une décision politique forte. L’idée générale était de faciliter, avant tout, les modes de transports alternatifs à la voiture individuelle. Donc de veiller à ne pas pénaliser davantage la desserte en bus, celle-ci étant déjà impactée par la crise sanitaire.

Ainsi, 36 km de nouveaux couloirs mixtes viennent augmenter le linéaire de bus en site propre de 25 %. Ce qui optimise d’autant les temps de parcours et par conséquent la capacité des lignes concernées.

Quelles perspectives s’ouvrent pour le vélo sur le Grand Lyon ?

Nous passons à un potentiel de 75 projets (dont les 48 réalisés), soit 98 km supplémentaires d’aménagements cyclables en perspective. Dorénavant, s’ajoutent ceux portés par les communes de la métropole, de même que ceux relayés par les associations.

Et au travers de la nouvelle édition de l’atlas cartographique communal, nous nous penchons notamment sur l’implantation d’arceaux pour stationner son vélo. Ceci pose les premières bases d’un travail partenarial avec les communes, puisqu’elles sont compétentes en la matière. Ce maillon de stationnement s’avère capital pour l’équipement cyclable de notre territoire. Car pour le cycliste, stationner son vélo en lieu sûr compte tout autant que sa propre sécurité durant le trajet.

Des espaces habités pas comme les autres

À la campagne comme en ville, il est possible de penser autrement l’urbanisation. L’architecte-urbaniste Bernard Menguy en témoigne. Économes en foncier et riches en biodiversité, les opérations conçues en Ille-et-Vilaine réussissent à conjuguer charme des lieux et frugalité.

Diagonal Au début des années 2000, à Hédé-Bazouges, vous avez conçu l’un des premiers éco-lotissements en milieu rural. Avec quel parti pris initial ?

Le maire savait qu’il ne voulait pas du lotissement standard que l’on trouve dans la plupart des bourgs. Nous avons donc lancé des réflexions avec des habitants et les élus, autour d’idées force visant à économiser le foncier et à intégrer les enjeux écologiques dans le projet d’aménagement du lotissement et dans les systèmes constructifs des futures maisons. Outre la taille des lots, en deçà de la moyenne, nous avons décidé de restreindre la place de la voiture qui n’a rien à faire à proximité des maisons sur les parcelles constructibles. Il a été convenu qu’elles seraient regroupées à l’extérieur des parcelles sur de petits parkings avec garages, en lien avec la voie d’accès.

Quel est l’impact de ce parti pris sur l’artificialisation ?

Il l’a quand même bien limitée. Nous avons une voie unique de 3 mètres 50 de large au lieu des huit mètres d’emprise au sol dans un lotissement classique. À Bazouges, il n’y a pas de trottoir mais une bande enherbée d’un côté, tandis que de l’autre, le fossé recueille les eaux de ruissellement. Les terres d’excavation de la voirie ont également été rabattues sur les côtés de la voie pour créer des talus plantés. Avec les économies d’échelle réalisées, nous avons végétalisé le lotissement en faisant appel à un paysagiste qui a utilisé des essences locales.

Vous avez voulu composer un paysage avec des vues. Qu’entendez-vous par là ?

Dans les lotissements traditionnels, chacun cherche à montrer sa maison et ce qui est donné à voir, en direction de l’espace public, n’est pas de grande qualité. Nous avons voulu nous inspirer de ce que l’on découvre lorsqu’on se promène sur une route de campagne où vous avez en premier plan un talus planté et juste derrière, des maisons, des hameaux, une cheminée qui fume, que vous découvrez à travers la frondaison des arbres. Voilà le paysage que l’on a souhaité construire à Bazouges, avec au premier plan le talus planté, puis le jardin d’agrément qui se devine entre les arbres et les arbustes, et enfin la maison que l’on découvre en cheminant.

Dans le lotissement réalisé à Langouët, qui dispose de petites parcelles, comment avez-vous résolu le problème de la densité et de la promiscuité ?

La plus petite parcelle doit faire 220 m², aussi l’intimité se gère-t-elle par un travail sur les mitoyennetés par exemple, avec des haies végétales plus denses sur une longueur de 3 à 4 mètres mais aussi par des constructions mitoyennes. Il se développe dans ce lieu un mode de vie particulier, avec de la solidarité et beaucoup de partage. Cette situation répond à une de nos préoccupations sur le lien social. Bazouges et Langouët apportent des réponses à cette question.

Autre exemple, cette fois à Rennes, où vous avez réalisé un ensemble de petits collectifs insérés dans la nature existante, « les Passerelles des Matelouères ». Comment avez-vous procédé ?

Cette résidence est venue se poser sur une ancienne prairie où trône un poirier centenaire magnifique. Le projet visait un impact environnemental aussi faible que possible. Une démarche bioclimatique a donc été mise en place. Les 53 logements, accessibles au plus grand nombre, sont tous orientés plein sud, et ils sont reliés à des chaufferies bois. Par ailleurs, il y avait, autrefois, un manoir entouré d’un bois. Il en reste un reliquat aujourd’hui préservé. Et, là aussi, nous voulions éloigner la voiture, avec un bâtiment en front de rue, comprenant deux parkings en sous-sol, tandis que les trois autres bâtiments sont posés sur la prairie, en peigne. Je dis bien « posés », de manière à garder des bandes intercalaires entre les bâtiments. Nous les avons aménagés en jardins partagés, avec des traverses de cheminements piétons ouverts sur le quartier, qui mènent au bois. Il existait aussi un lieu de passage naturel sur cette prairie, utilisé par les habitants du voisinage. Nous l’avons conservé pour garder les connexions naturelles créées par les usages du quartier, et nous en avons suscité de nouvelles pour favoriser des transversalités.

Quels sont les principaux freins et les leviers pour repenser les espaces habités ?

Les freins, ce sont les résistances que, les uns et les autres, nous mettons, les habitants, les élus, les « sachants ». Pour les dépasser, la démarche participative s’avère indispensable comme en attestent déjà plusieurs de nos projets. Tout d’un coup, et souvent pour la première fois, les réflexions, les envies des habitants sont prises en considération. Et ce qui se passe dans ces ateliers collaboratifs est simplement fabuleux !

Propos recueillis par Virginie Bathellier

Mobilisation en urgence des logements vacants

Développant l’une de ses missions habituelles, la Direction générale de l’aménagement, du logement et de la nature (DGALN), au ministère en charge de ces politiques publiques, s’est mobilisée pour participer à l’effort général de recherche de logements vacants pouvant être mis à la disposition des soignants et du personnel des Ehpad. Henry Ciesielski, chef de projet « lutte contre la vacance de logements » au sein de la direction, apporte son éclairage.

Pendant la crise de la Covid-19, votre mission au sein de la DGALN s’est étendue à la recherche dans l’urgence de logements vacants pouvant être mis à disposition des personnels mobilisés pour lutter contre la pandémie. Comment cette action s’est-elle opérée ?
Dans le cadre de son activité « normale » d’élaboration et de suivi du Plan national de mobilisation des logements et locaux vacants, l’État avait déjà une forme de visibilité sur la nature des propriétaires pouvant être contactés. Une petite structure s’est donc mise en place au sein de la Direction de l’habitat, de l’urbanisme et des paysages (DHUP). Elle a pu bénéficier du soutien de la mission d’appui à la réalisation des projets du secrétariat général du Ministère de la Cohésion des Territoires tout en travaillant en parallèle avec la Délégation interministérielle à l’hébergement et à l’accès au logement (DIHAL). Au début de la crise nous avons procédé à un recensement de l’offre mobilisable, en établissant une liste d’une cinquantaine d’acteurs ayant un volume important de logements. On y retrouve des grands groupes, Nexity, Foncia… Nous avons également recensé les initiatives existantes, en particulier dans le monde associatif, tandis que le ministre du logement, Julien Denormandie, impliquait directement des acteurs d’ordinaire moins présents dans le domaine de la solidarité, la plateforme Airbnb ou le service de petites annonces de Particuliers à Particuliers.
Il s’agissait de repérer une offre de logements pouvant être mis à disposition à titre gratuit pendant une durée déterminée. Les « publics » concernés relevaient principalement du secteur de la santé et de la sécurité, le personnel soignant des hôpitaux ou des Ehpad, les pompiers, les policiers… tandis que la DIHAL participait à la mise en confinement des SDF par la mobilisation de chambres d’hôtel.

Ces propriétaires de natures très différentes pouvaient être rétifs à l’idée de mettre à disposition un bien sans garanties légales. Fallait-il inventer un type de contrat de location adapté à la circonstance ?
Le type de contrat nécessaire existait. Parmi les informations qu’elle a immédiatement mises en ligne sur les conséquences de la crise COVID-19 sur les rapports locatifs, l’Agence nationale d’information sur le logement (Anil) a adapté très rapidement un modèle permettant la « mise à disposition temporaire et à titre gratuit d’un logement au bénéfice d’un personnel soignant dans le contexte de la lutte contre le virus Covid-19. » L’établissement de cette convention donne un confort juridique aux institutions ou aux particuliers qui prêtent leurs logements.

Quels sont les enseignements que l’on peut retenir d’une opération montée dans l’urgence dans le cadre d’une situation exceptionnelle, en particulier dans la perspective d’autres types de catastrophes naturelles ou industrielles ?
En créant une plateforme numérique présentant les acteurs engagés dans cette démarche, nous avons donné de la lisibilité à leur action. Dans l’avenir il faudrait sans doute davantage de coordination entre les différents ministères concernés, pour éviter par exemple que certains aient recours à des solutions « payantes » pour loger leur personnel, alors que nous recensions des offres gratuites. Cette action menée en quelques semaines, quels qu’en soient les résultats, est cependant porteuse d’enseignements pour l’avenir. Elle pourrait apporter la réponse à différentes situations : le logement de repli des femmes battues, le logement des jeunes chassés de leur famille à la suite d’un coming-out…
Il s’agissait d’un élan de solidarité particulier, lié à une situation exceptionnelle.
Nous avons appris à repérer et à mobiliser des acteurs venant d’horizons très divers. Nous avons contacté des propriétaires qui relèvent du monde institutionnel ou privé, ayant des patrimoines de toutes tailles, mais aussi des particuliers « organisés » au sein d’un réseau ou indépendants. Nous avons aussi rapidement mis en place un type de contrat qui sécurise les prêts des logements vacants.
Des pratiques sont apparues qui pourraient être réactivées dans le cadre de crises d’autres natures. Grâce aux contacts pris à l’occasion, à la démonstration faite qu’il était possible d’offrir une sécurité juridique aux propriétaires dans des situations particulières, nous espérons pousser certains de ces propriétaires à envisager plus sereinement de louer leurs logements dans le cadre de l’intermédiation locative.

Propos recueillis par Marc Lemonier

Vers une architecture biodiversitaire

Alors que la biodiversité s’effondre et que le milieu scientifique appelle de ses voeux une “ville biodiversitaire”, des pionniers inventent de nouveaux visages pour l’architecture. Sophie Deramond, directrice et responsable recherche et développement à l’agence Chartier- Dalix (1), revient sur l’histoire et le fonctionnement du bâtiment exemplaire de l’École des sciences et de la biodiversité à Boulogne-Billancourt. Tout en pointant les difficultés persistantes.

Propos recueillis par Florent Chappel

N°208 : Vers une architecture biodiversitaire – Interview de Sophie Deramond

Choisir le bon arbre, Sesame ouvre la voie

Premier en Europe, le dispositif Sesame propose un outil d’aide pour concevoir la trame végétale des aménagements urbains. Il fait partie de la démarche de la ville de Metz, primée “meilleure grande ville pour la biodiversité 2019”. Luc Chrétien, chef de la division Biodiversité, eau et aménagement à la direction territoriale Est du Cerema, nous le présente.

Propos recueillis par Nathalie Garat

N°208 : Choisir le bon arbre, Sesame ouvre la voie – Interview de Luc Chrétien

L’eau comme ressource de la ville perméable

Le Grand Lyon poursuit depuis plusieurs années l’objectif de devenir une “ville perméable”. Elisabeth Sibeud, responsable études et travaux au sein de la direction de l’Eau, répond à nos questions.

Propos recueillis par Florent Chappel

N°208 : L’eau comme ressource de la ville perméable – Interview d’Elisabeth Sibeud

L’économie symbiotique en quelques lignes

Agronome et environnementaliste, Isabelle Delannoy développe en 2017 le concept d’économie symbiotique. Depuis cette nouvelle approche sociétale, elle nous présente une autre manière de tisser l’urbain.

Propos recueillis par Nathalie Garat.

N°208 : L’économie symbiotique en quelques lignes – Interview d’Isabelle Delannoy

Au chevet des villes moyennes

Avec les nouveaux critères mobilisés pour redéfinir les quartiers prioritaires, des situations jusqu’alors ignorées ont émergé. Les villes moyennes sont ainsi plus nombreuses que par le passé à bénéficier de l’appui de l’Agence pour la rénovation urbaine, qui s’attache aussi à intervenir sur les quartiers de centre-ville. Benoît Zeller, directeur opérationnel de l’Anru, revient pour nous sur la spécificité de certains projets.

Propos recueillis par Marc Lemonier.

N°208 : Au chevet des villes moyennes – Interview de Benoît Zeller

Le mal-logement s’enracine

Le mal-logement semble s’installer durablement dans la société française. Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé Pierre, dresse un constat inquiétant de la situation, avec des indicateurs au rouge. Une réalité plurielle qui touche plusieurs millions de personnes.

Propos recueillis par Virginie Bathellier

N°207 : Le mal-logement s’enracine – Interview de Christophe Robert

L’esprit des lieux au cœur des transitions paysagères

Présidente de l’association “Paysages de l’après-pétrole”, Odile Marcel porte un autre regard sur les manières de “faire transition”. Très impliqué dans la transition énergétique, ce collectif met en lumière le rôle du paysage pour donner corps aux mutations à conduire.

Propos recueillis par Nathalie Garat

N°207 : L’esprit des lieux au cœur des transitions paysagères – Interview d’Odile Marcel

Eurométropole de Strasbourg – La participation citoyenne en débat sur l’ÉcoQuartier de la Brasserie

Anaïs Ghia, cheffe de projet à la société d’aménagement et d’équipement de la région de Strasbourg (SERS), Camille Tarrieu, urbaniste à l’Eurométropole, ainsi que Pierre Zimmermann, chargé de mission ville en transition, reviennent sur les expériences de participation citoyenne dans les ÉcoQuartiers. En partant de l’opération Brasserie, l’évolution de leur regard et de leur pratique de la concertation révèle un champ en pleine mutation.

Propos recueillis par Florent Chappel

N°207 : La participation citoyenne en débat sur l’ÉcoQuartier de la Brasserie – Interview

Patrick Bouchain donne la preuve par 7

Grand Prix de l’urbanisme 2019, Patrick Bouchain a, tout au long de son parcours, bousculé les codes en plaçant les usages au coeur de sa pratique, et renouvelé en profondeur les modes de faire et de participation habitante. Aujourd’hui, il poursuit son oeuvre en s’attachant à la transmission, à travers des chantiers sur des sites variés.

Construire autrement pour faire école, démontrer pour susciter un changement généralisé, tel est le sens de la démarche La Preuve par 7.

Propos recueillis par Marc Lemonier

N°207 : Patrick Bouchain donne la preuve par 7 – Interview

Îlots de chaleur: le plan canopée de la métropole lyonnaise

Frédéric Ségur est responsable du service  » arbres et paysages » à la métropole de Lyon. Il nous présente le plan canopée qui s’y met en place, ouvrant la perspective d’une ville plus agréable sous les canicules. C’est l’une des actions qui a valu le tout récent titre de capitale française de la biodiversité 2019 au Grand Lyon.

La métropole de Lyon a lancé un plan Canopée pour la période 2017-2030 . De quoi s’agit-il ?
Le plan Canopée vise à développer le patrimoine arboré de la métropole lyonnaise. En fait, le terme « canopée » désigne l’étage supérieur d’une forêt, c’est-à-dire les couronnes de feuilles profitant directement du soleil. Aujourd’hui, nous comptons de l’ordre de deux à trois millions d’arbres sur le territoire. L’objectif d’ici à 2030 serait d’en planter au minimum 300 000, ce qui porterait la surface de canopée urbaine à un ambitieux 30 %.

Pourquoi lancer une telle démarche ?
Les canicules constituent l’une des principales vulnérabilités de l’agglomération lyonnaise. L’épisode de 2003, par l’ampleur de ses conséquences sanitaires avec 15 à 20 000 morts à l’échelle française, a vraiment mis en exergue le phénomène d’îlots de chaleur urbain. Et les grandes métropoles, comme Lyon et Paris, figurent parmi les plus touchées. A l’époque, l’Inserm a approfondi les mécanismes en cause. Ce qui a permis de redécouvrir l’importance du végétal pour rafraîchir la ville. D’ailleurs, sur Lyon la perception du rôle des arbres par les habitants a évolué depuis 2003.

Quel rôle joue la végétation dans ce processus de rafraîchissement ?
Les îlots de chaleur urbain, été comme hiver, induisent en moyenne un écart de températures de 2 à 4 degrés entre le centre de Lyon et sa périphérie. Bien connu, le phénomène s’explique globalement par l’hyper-minéralité d’une ville, la coloration sombre des matériaux absorbant la chaleur, l’imperméabilité et le manque de végétation. Par fortes chaleurs, l’écart se mesure surtout la nuit, pouvant atteindre sur Lyon jusqu’à 11 degrés en pleine canicule. La végétation rafraîchit la campagne. Alors qu’en ville, les matériaux minéraux libèrent la chaleur emmagasinée en journée.
Or l’arbre agit déjà par son ombrage, interceptant les rayons solaires. La température ressentie entre un trottoir à l’ombre et en plein soleil peut dépasser les 9 degrés. Mais l’effet prépondérant reste celui de l’évapotranspiration. L’arbre puise l’eau située dans le sol, notamment pour la photosynthèse. Absorbant jusqu’à plusieurs centaines de litres d’eau par jour, il agit comme une pompe. Et, 95 % de cette eau va être rejetée sous forme de vapeur d’eau au niveau des feuilles, absorbant des calories et créant un effet de rafraîchissement. Cette activité de la végétation, notamment des arbres, figure parmi les éléments essentiels de la bioclimatique urbaine.

Comment s’inscrit la démarche dans la durée ?
Les îlots de chaleur pré-existaient à la question du changement climatique. Toutefois, jusqu’à présent, cela restait supportable, à l’exception de quelques jours en été. Et en hiver, il faisait moins froid. Mais, d’année en année, les canicules s’intensifient. Leur durée s’allonge. On estime qu’en 2050, une canicule exceptionnelle comme celle de 2003 arrivera une année sur deux. Face aux problèmes sanitaires et à l’inconfort thermique grandissant se pose même la question de l’habitabilité urbaine.
Il faut donc commencer le plus tôt possible à transformer la ville. Chaque chantier fournit autant d’opportunités de la rendre plus adaptée, non seulement au climat d’aujourd’hui, mais aussi à celui de demain. En ce sens, le plan canopée se situe à la croisée des chemins entre la logique d’adaptation de notre plan climat et celle de renaturation que la métropole développe depuis quelques décennies.
Aujourd’hui, nous profitons des arbres plantés il y a vingt ans. En effet, en 2000, nous avons signé une première charte de l’arbre qui sensibilisait les acteurs de la métropole lyonnaise aux services rendus par la nature en ville et en particulier par les arbres. La prise de conscience a été progressive. Elle est partie d’une forte demande sociale, poussant à recréer des espaces verts. Or, il apparaît que ce travail de renaturation et de paysagement a un impact sur l’image de la ville et donc sur son attractivité. Aujourd’hui, 120 organismes signataires se retrouvent dans la philosophie de la dernière charte de l’arbre actualisée en 2011. Il s’agit dorénavant d’en appliquer les principes. Ainsi, le plan Canopée 2017-2030 se tourne vers tous les partenaires souhaitant contribuer à ce projet de forêt urbaine. Qu’il s’agisse de collectivités, d’acteurs parapublics comme les bailleurs sociaux, d’acteurs associatifs, d’acteurs privés comme les copropriétés, chacun peut contribuer à replanter trois arbres, quatre arbres, un parc urbain…. Doter la métropole lyonnaise d’une canopée suffisante pour qu’elle reste vivable sous les canicules en 2030, 2050, 2100, voilà le défi à relever dès aujourd’hui!

Propos recueillis par Nathalie GARAT

Des oasis urbaines pour se ressourcer

Stéphan Dégeorges est responsable du pôle architecture, villes et territoires au CAUE de Haute-Savoie. Il témoigne d’une nouvelle méthode de fabrication de la ville autour d’oasis urbaines.

Le principe d’oasis urbaines semble bienvenu suite aux canicules de cet été. Vous y avez travaillé dans le cadre d’un projet de recherche. Que recouvre cette notion?
Comme une oasis en plein désert, l’oasis urbaine se démarque par son ambiance singulière, apportant un bien-être aux passants qui la traversent, aux habitants qui en bénéficient. Plus encore qu’aux siècles précédents, la ville du XXIè siècle interroge sur sa viabilité sociale, économique et environnementale. Exacerbés lors des canicules, les îlots de chaleur urbain illustrent bien les problématiques de confort et de santé qui se posent là plus intensément qu’ailleurs. Mais la démarche ne traite pas que de fraîcheur des villes en été. Il s’agit aussi d’ensoleillement en hiver. Et plus globalement, l’oasis urbaine touche au domaine de l’ambiance. Le bien-être sensoriel doit être au rendez-vous, découlant de la qualité de l’environnement thermique, mais aussi sonore et visuel.

Dans quel cadre avez-vous développé cette démarche?
Nous sommes lauréat de l’appel à projet de recherche de l’Ademe « Modeval Urba 2015 ». A l’origine de la démarche, le bureau d’études Tribu et le cabinet d’architecture Casa architecture, urbanisme et environnement sonore nous ont proposé de nous associer pour définir et approfondir le concept d’oasis urbaine. Partenaire local, le Caue de Haute-Savoie a suggéré les sites et assuré le lien avec la collectivité.

Vous avez testé le concept à Annecy. Pourquoi ce choix?                                              Le Caue de Haute-Savoie investit les champs de la recherche et de la prospective. En effet, nous souhaitons proposer d’autres éclairages aux collectivités sur l’aménagement du territoire. Pour ce projet, l’objectif était d’expérimenter sur site. Nous recherchions une ville suffisamment importante pour disposer d’un SIG (Système d’Informations Géographiques) et d’une palette variée de terrains. Annecy a connu un essor considérable au cours du XXè siècle. Elle offre ainsi une grande diversité de formes, de densités et d’ambiances qui constituent un laboratoire parfaitement adapté au projet.

Sur le terrain, à quoi ressemble une oasis urbaine?
Nous avons calibré nos outils sur l’ensemble du tissu urbain. Suite à une analyse SIG, nous avons mené une campagne complète de mesures et d’enquêtes sociologiques, comparant des espaces aux caractéristiques très tranchées. Et il s’avère que l’oasis urbaine prospère aussi bien dans la vieille ville d’Annecy le long de la rivière du Thiou, que dans les grands ensembles. A côté des 38°C généralement ressentis par une chaude journée d’été à Annecy, les berges du Thiou baignent le passant dans un rafraîchissant 28°C. Au cœur des tours et barres du quartier des Teppes, les vastes espaces engazonnés en pleine terre, les ombrages des arbres de haute-tige et la ventilation généreuse de l’espace ouvert s’avèrent tout aussi efficaces, permettant aux habitants de ce quartier d’habitat social de bénéficier d’un agréable 28°C. Même type de constat au niveau de l’ambiance acoustique. Plus généralement, les témoignages parlent du tilleul en fleur qui embaume tout le quartier, de la vue sur le lac, les montagnes du Parmelan, de la Tournette, du calme des berges du Thiou où l’on se promène à pied ou à vélo. Bien que très différentes, chacune de ces oasis urbaines offre pourtant des qualités analogues de bien-être.

Quelles perspectives s’ouvrent pour faire vivre cet outil d’oasis urbaine?
Aujourd’hui, nous travaillons à une démarche prospective avec la ville d’Annecy. Le département de Haute-Savoie gagne 13000 habitants chaque année. Ce qui nous conduit vers une urbanité plus intense. Ainsi, la question porte sur la capacité de la ville à se densifier, tout en gardant des lieux de qualité et de plaisir. Mobiliser le principe d’oasis urbaine nous aide à cerner les sujets fondamentaux pour le bien-être des habitants et permet de cartographier les espaces importants à ré-investir.
En fait, l’oasis urbaine replace la question des sens et du vécu au cœur de la conception urbaine. Outil efficace et rapide, il permet de diagnostiquer la qualité du territoire en termes d’ambiance urbaine. Il est aussi mobilisable pour concevoir l’aménagement de quartiers. L’urbanisme pratiqué aujourd’hui intègre rarement la qualité d’ambiance. Mais, ce faisant, on oublie que sa vocation première devrait être de faire bien vivre une société dans un lieu donné.


Propos recueillis par Nathalie GARAT