La vieillesse diffuse

Patrick Bouchain, Grand Prix de l’urbanisme 2020, s’est vu confier une mission d’expertise consacrée à “l’Ehpad de demain”, par Brigitte Bourguignon, ministre déléguée auprès du ministre des Solidarités et de la Santé, chargée de l’Autonomie. Comme à son habitude, l’architecte étend sa réflexion hors du cadre qui lui était proposé pour s’interroger sur la place des personnes âgées dans l’espace urbain ou villageois.

Propos recueillis par Marc Lemonier.

L’intégralité de l’interview à lire ici.

Le pari des aires protégées pour sauver la biodiversité

Dès 2022, 30 % du territoire national et des espaces maritimes sous juridiction devraient être protégés, dont un tiers sous protection forte. Matthieu Papouin, sous-directeur de la protection et de la restauration des écosystèmes terrestres
à la DGALN au ministère de la Transition écologique, et Michel Sommier, directeur des aires protégées à l’Office français de la biodiversité, répondent aux interrogations de Diagonal.

Propos recueillis par Florent Chappel

L’interview intégrale à lire ici

Un tiers-lieu pour la transition écologique

Terre d’accueil pour les indépendants et les salariés adeptes du télétravail, Die développe le coworking. S’il existe déjà un premier tiers-lieu, un second est en gestation, citoyen et dédié à la transition. Jean-Baptiste Boyer, PDG de la société coopérative d’énergie DWATTS et président de l’association Latelier, nous en dévoile le contenu.

Propos recueillis par Florent Chappel.

N°214 : Un tiers-lieu pour la transition écologique – Interview de Jean-Baptiste Boyer

Quelle place pour les enfants dans les espaces publics ?

De nombreuses études soulignent le déclin de leur présence dans la ville. Alors que cet espace de découvertes et d’autonomisation leur a été progressivement retiré, Denis Moreau, responsable de l’association la Rue de l’Avenir, plaide pour une ville apaisée, accueillante pour tous.

Propos recueillis par Nathalie Garat

N°214 : Quelle place pour les enfants dans les espaces publics ? – Interview de Denis Moreau

L’approche paysagère : tisser des liens pour donner vie aux lieux

Se nourrir d’une approche sensible en plaçant l’humain au centre, telle est l’ambition de la “démarche paysagère relationnelle” que prône le paysagiste Bertrand Folléa. Un retournement complet qu’il nous présente pour concevoir des espaces à vivre.

Propos recueillis par Nathalie Garat.

N°214 : L’approche paysagère -Interview de Bertrand Folléa

Un trio qui traverse le temps en toute indépendance

L’AUC – acronyme de la locution latine Ad Urbe Condita, depuis la fondation de la ville –, est dirigée par ses trois associés fondateurs, François Decoster, Djamel Klouche et Caroline Poulin, amis et complices depuis 25 ans que dure leur collaboration… Une aventure collective qui leur a valu l’attribution du Grand Prix de l’Urbanisme 2021. Nous le verrons, leurs convictions les ont souvent amenés à répondre à des questions qu’on ne leur avait pas posées, à s’intéresser à des territoires plus vastes que ceux dont on leur proposait d’envisager l’avenir et à créer de toutes pièces des concepts opérationnels.

Propos recueillis par Marc Lemonier.

N°213 : Un trio qui traverse le temps en toute indépendance – Interview de François Decoster Djamel Klouche et Caroline Poulin

Vers des territoires frugaux

Philippe Madec s’est engagé depuis de nombreuses années dans la mise en œuvre des principes du développement durable en architecture et en aménagement. Multiprimé, lauréat 2012 du Global Award for Sustainable Architecture, il milite pour des territoires respectueux des héritages écologiques et culturels locaux et pour des constructions décarbonées. Le Manifeste pour une frugalité heureuse et créative s’inscrit dans cette perspective.

Propos recueillis par Virginie Bathellier.

N°213 : Vers des territoires frugaux : Interview de Philippe Madec

Les piétons dans la ville

Avec la crise sanitaire, l’aménagement redonne place au piéton. Cédric Boussuge, chef de projet Espace public et piétons au Cerema, nous présente les dynamiques en cours et le guide qui est sorti récemment.

Propos recueillis par Nathalie Garat.

N°213 : Les piétons dans la ville – Interview de Cédric Boussuge

De nouveaux logements à vivre pour demain : un éventail de démarches pour les acteurs locaux

Produire un logement de qualité, apte à répondre aux enjeux de demain, ne va pas de soi. Le 14 octobre dernier, les deux ministères du Logement et de la Culture ont lancé un appel à manifestation d’intérêt dédié. Directeur général de l’Europe des projets architecturaux et urbains, Jean-Baptiste Marie nous en présente les grandes lignes.

Diagonal : L’appel à manifestation d’intérêt (Ami) “Engagés pour la qualité du logement de demain” vient d’être lancé. Que vise-t-il ?

Il constitue une des suites très concrète de la démarche “Habiter la France de demain” engagée par la ministre du Logement Emmanuelle Wargon. Placé sous le signe de l’inventivité, il invite les maîtres d’ouvrage associés à des architectes à expérimenter de nouvelles manières de fabriquer, de concevoir le logement.

Quelles évolutions dans les modes d’habiter poussent à renouveler les pratiques ?

Avec la crise de la Covid-19, les français réinterrogent profondément leur relation au logement. Ils souhaitent disposer d’espaces plus spacieux. Leur besoin de liens plus forts à la nature s’exprime. Il est aussi question de la place de la cour, des rez-de-chaussée, des terrasses, des balcons. Dans le sillage de la crise environnementale, la crise sanitaire renforce encore l’impérieuse nécessité d’adapter les villes au changement climatique, d’atténuer les pics de chaleur urbains. Par ailleurs, déjà mis en relief par le mouvement des gilets jaunes, le rapport du bâti aux centralités devient crucial.

La qualité d’usage revient donc au centre, et pour tout type de logement. Ceci intègre la maîtrise des coûts, l’accès à un logement abordable. En ce sens, notre programme s’inscrit dans la continuité des rapports sur la qualité des logements remis par Pierre-René Lemas le 19 janvier 2021 et par Laurent Girometti et François Leclercq, le 9 septembre 2021 (1). En fait, il s’agit de penser un logement qui offre une qualité architecturale, une qualité d’usage, et dans le même temps qui réponde aux enjeux de la transition écologique. Ces travaux visaient à définir de nouveaux modes de faire entre maîtres d’ouvrage et architectes, tout en prenant en compte l’insertion urbaine dans le dispositif ; c’est dans la veine de ces objectifs et des préconisations qui en résultent que le programme “Engagés pour la qualité du logement de demain” s’inscrit.

En quoi ce lancement conjoint de l’Ami par Roselyne Bachelot et Emmanuelle Wargon apporte-t-il une dimension nouvelle ?

Cette alliance du ministère de la Culture et de celui de la Transition écologique en charge du Logement est assez inédite. L’ordre national des architectes et la profession l’ont souligné. Aujourd’hui, arriver à instaurer un vrai dialogue entre qualité architecturale et transition écologique au cœur des projets devient une nécessité. Désormais, la qualité architecturale passe par l’inscription de la transition écologique dans nos lieux de vie. Et réciproquement, la transition écologique ne peut s’incarner que dans l’expression d’une architecture de qualité restant compatible avec des coûts maîtrisés.

Fort d’un large éventail de situations locales, on en appelle aux talents et à l’engagement des professionnels, des maîtres d’ouvrage, des collectivités pour expérimenter de nouveaux modes de faire sur les territoires.

Quelles sont les conditions pour remettre sa candidature ?

Portant sur des projets concrets, les candidatures sont à remettre avant le 18 février 2022. Il peut s’agir d’une équipe solidaire, constituée d’un maître d’ouvrage – public ou privé -, d’une collectivité et d’un architecte. Ou d’un maître d’ouvrage et d’une collectivité avant que l’architecte ne soit choisi (2).

Trois sujets fondateurs préside à cet Ami. Axe fort, il s’agit déjà de travailler à la qualité d’usages du logement. Plus globalement, la transformation des modes de vie et les nouveaux enjeux sociétaux en appelle à la créativité. Etre créatif en interrogeant les types d’habitation. Être créatif aussi en revisitant les processus et la chaîne de production du logement. Pierre-René Lemas l’explique très bien. La place de l’architecte notamment est questionnée depuis les phases les plus amont – dès les études d’opportunité – jusqu’aux phases de maintenance et de cycles de vie du logement.

Comment les équipes lauréates seront-elles choisies ? Et de quel accompagnement bénéficieront-elles ?

En mars prochain, un jury pluridisciplinaire sélectionnera 100 équipes lauréates. Elles porteront le sceau d’excellence “Engagés pour la qualité du logement de demain”. Valorisées lors d’évènements, d’une exposition à la Cité de l’Architecture et du Patrimoine, il s’agit de diffuser massivement des outils, méthodes et processus ayant fait leurs preuves. Vingt projets bénéficieront d’un accompagnement spécifique par l’intermédiaire d’un incubateur qui sera lancé en juin 2022. Ces projets pourront aussi profiter d’un soutien financier de la Caisse des Dépôts – partenaire de l’Ami – ainsi que d’un programme de recherche architecturale. Les écoles nationales supérieures d’architectures, leurs unités de recherche et les chaires partenariales du ministère de la Culture seront mobilisées.

L’engagement de la profession est inédit et les architectes s’en emparent massivement. Faisons donc place à l’inventivité pour qu’émerge ce vivier d’opérations, au service d’un logement de demain pour tous !

Propos recueillis par Nathalie Garat.

(1) Rapport de la mission sur la qualité du logement Référentiel du logement de qualité” de Laurent Girometti et de François Leclercq (Septembre 2021)

https://www.ecologie.gouv.fr/sites/default/files/Rapport%20Mission%20Logement%20210904.pdf

Rapport “sur la qualité des logements sociaux” Pierre-René Lemas (janvier 2021)
https://www.ecologie.gouv.fr/remise-du-rapport-lemas-sur-qualite-des-logements-sociaux

(2)  Pour en savoir plus sur les conditions détaillées, rendez-vous sur le site de l’Epau

https://epau.archi.fr/home/programme, et prochainement sur le site internet dédié au programme : www.engages-pour-la-qualite-du-logement-de-demain.archi.fr

La Dreal encourage les matériaux biosourcés

Au-delà d’un cadre national très favorable, le niveau régional est essentiel pour promouvoir le bois comme l’ensemble des matériaux biosourcés. Anissa Ben Yahmed, chargée de mission “Filières vertes” à la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal) de la région Auvergne-Rhône-Alpes, livre son analyse sur les actions de l’État et de ses partenaires en faveur du bois construction.

Propos recueillis par Florent Chappel.

N° 212 : La Dreal encourage les matériaux biosourcés – Interview d’Anissa Ben Yahmed

JO 2024 : médaille d’or pour le bois

Antoine du Souich est directeur de la stratégie et de l’innovation à la Société de Livraison des Ouvrages Olympiques (Solideo), chargée de livrer l’ensemble des bâtiments pour les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris. Il explicite pour nous la place privilégiée donnée au bois dans ce chantier pharaonique qui compte 62 ouvrages pour 1,4 milliards d’euros de subventions publiques.

Propos recueillis par Florent Chappel.

N° 212 : JO 2024 médaille d’or pour le bois – Interview d’Antoine du Souich

À Pampelune, le Parc Fluvial fait des émules

À l’instar de la plupart des grandes villes espagnoles, Pampelune organisa
sa croissance tout au long du XXe siècle sous forme de quartiers réguliers de forte densité, reléguant la rivière Arga, sa source nourricière, à un rôle secondaire. Cette situation fut corrigée à partir de 1998 grâce à la mise en place du Parc Fluvial de l’Arga, projet pionnier de “trame bleue”. Carlos Gotlieb, professeur à l’Ensap de Bordeaux, nous en livre la genèse et les perspectives qui se dessinent aujourd’hui.

N° 212 : Le Parc Fluvial de Pampelune fait des émules

L’image, un témoignage du temps qui passe

Depuis des décennies, l’observation photographique des paysages s’invite à la table de l’aménageur et de l’urbaniste. Émilie Fleury-Jägerschmidt, en charge des paysages au ministère de la Transition écologique, nous apporte son éclairage sur cet outil vivant au service des territoires.

Propos recueillis par Nathalie Garat.

N° 212 : L’image, un témoignage du temps qui passe – Interview d’Emilie Fleury -Jägerschmidt

Le rural sous la loupe des architectes-urbanistes

Dotés de patrimoines bâtis sous-utilisés, les territoires ruraux pourraient devenir le terrain de jeu des architectes-urbanistes d’aujourd’hui et de demain. Directeur de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Clermont-Ferrand, Simon Teyssou nous en présente les intérêts et les exigences pour la profession.

Propos recueillis par Nathalie Garat.

N°212 : Le rural sous la loupe des architectes – urbanistes_Interview de Simon Teyssou

Une réhabilitation épurée

L’architecte Laurent Thomassin et François Tacquard, président
de l’association du Parc textile de Wesserling, nous présentent
les savoir-faire qu’ils ont mobilisés pour la rénovation de la cité-usine.

Propos recueillis par Nathalie Garat.

N°212 : Wesserling – Une réhabilitation épurée