Un trio qui traverse le temps en toute indépendance

L’AUC – acronyme de la locution latine Ad Urbe Condita, depuis la fondation de la ville –, est dirigée par ses trois associés fondateurs, François Decoster, Djamel Klouche et Caroline Poulin, amis et complices depuis 25 ans que dure leur collaboration… Une aventure collective qui leur a valu l’attribution du Grand Prix de l’Urbanisme 2021. Nous le verrons, leurs convictions les ont souvent amenés à répondre à des questions qu’on ne leur avait pas posées, à s’intéresser à des territoires plus vastes que ceux dont on leur proposait d’envisager l’avenir et à créer de toutes pièces des concepts opérationnels.

Propos recueillis par Marc Lemonier.

N°213 : Un trio qui traverse le temps en toute indépendance – Interview de François Decoster Djamel Klouche et Caroline Poulin

Vers des territoires frugaux

Philippe Madec s’est engagé depuis de nombreuses années dans la mise en œuvre des principes du développement durable en architecture et en aménagement. Multiprimé, lauréat 2012 du Global Award for Sustainable Architecture, il milite pour des territoires respectueux des héritages écologiques et culturels locaux et pour des constructions décarbonées. Le Manifeste pour une frugalité heureuse et créative s’inscrit dans cette perspective.

Propos recueillis par Virginie Bathellier.

N°213 : Vers des territoires frugaux : Interview de Philippe Madec

Les piétons dans la ville

Avec la crise sanitaire, l’aménagement redonne place au piéton. Cédric Boussuge, chef de projet Espace public et piétons au Cerema, nous présente les dynamiques en cours et le guide qui est sorti récemment.

Propos recueillis par Nathalie Garat.

N°213 : Les piétons dans la ville – Interview de Cédric Boussuge

De nouveaux logements à vivre pour demain : un éventail de démarches pour les acteurs locaux

Produire un logement de qualité, apte à répondre aux enjeux de demain, ne va pas de soi. Le 14 octobre dernier, les deux ministères du Logement et de la Culture ont lancé un appel à manifestation d’intérêt dédié. Directeur général de l’Europe des projets architecturaux et urbains, Jean-Baptiste Marie nous en présente les grandes lignes.

Diagonal : L’appel à manifestation d’intérêt (Ami) “Engagés pour la qualité du logement de demain” vient d’être lancé. Que vise-t-il ?

Il constitue une des suites très concrète de la démarche “Habiter la France de demain” engagée par la ministre du Logement Emmanuelle Wargon. Placé sous le signe de l’inventivité, il invite les maîtres d’ouvrage associés à des architectes à expérimenter de nouvelles manières de fabriquer, de concevoir le logement.

Quelles évolutions dans les modes d’habiter poussent à renouveler les pratiques ?

Avec la crise de la Covid-19, les français réinterrogent profondément leur relation au logement. Ils souhaitent disposer d’espaces plus spacieux. Leur besoin de liens plus forts à la nature s’exprime. Il est aussi question de la place de la cour, des rez-de-chaussée, des terrasses, des balcons. Dans le sillage de la crise environnementale, la crise sanitaire renforce encore l’impérieuse nécessité d’adapter les villes au changement climatique, d’atténuer les pics de chaleur urbains. Par ailleurs, déjà mis en relief par le mouvement des gilets jaunes, le rapport du bâti aux centralités devient crucial.

La qualité d’usage revient donc au centre, et pour tout type de logement. Ceci intègre la maîtrise des coûts, l’accès à un logement abordable. En ce sens, notre programme s’inscrit dans la continuité des rapports sur la qualité des logements remis par Pierre-René Lemas le 19 janvier 2021 et par Laurent Girometti et François Leclercq, le 9 septembre 2021 (1). En fait, il s’agit de penser un logement qui offre une qualité architecturale, une qualité d’usage, et dans le même temps qui réponde aux enjeux de la transition écologique. Ces travaux visaient à définir de nouveaux modes de faire entre maîtres d’ouvrage et architectes, tout en prenant en compte l’insertion urbaine dans le dispositif ; c’est dans la veine de ces objectifs et des préconisations qui en résultent que le programme “Engagés pour la qualité du logement de demain” s’inscrit.

En quoi ce lancement conjoint de l’Ami par Roselyne Bachelot et Emmanuelle Wargon apporte-t-il une dimension nouvelle ?

Cette alliance du ministère de la Culture et de celui de la Transition écologique en charge du Logement est assez inédite. L’ordre national des architectes et la profession l’ont souligné. Aujourd’hui, arriver à instaurer un vrai dialogue entre qualité architecturale et transition écologique au cœur des projets devient une nécessité. Désormais, la qualité architecturale passe par l’inscription de la transition écologique dans nos lieux de vie. Et réciproquement, la transition écologique ne peut s’incarner que dans l’expression d’une architecture de qualité restant compatible avec des coûts maîtrisés.

Fort d’un large éventail de situations locales, on en appelle aux talents et à l’engagement des professionnels, des maîtres d’ouvrage, des collectivités pour expérimenter de nouveaux modes de faire sur les territoires.

Quelles sont les conditions pour remettre sa candidature ?

Portant sur des projets concrets, les candidatures sont à remettre avant le 18 février 2022. Il peut s’agir d’une équipe solidaire, constituée d’un maître d’ouvrage – public ou privé -, d’une collectivité et d’un architecte. Ou d’un maître d’ouvrage et d’une collectivité avant que l’architecte ne soit choisi (2).

Trois sujets fondateurs préside à cet Ami. Axe fort, il s’agit déjà de travailler à la qualité d’usages du logement. Plus globalement, la transformation des modes de vie et les nouveaux enjeux sociétaux en appelle à la créativité. Etre créatif en interrogeant les types d’habitation. Être créatif aussi en revisitant les processus et la chaîne de production du logement. Pierre-René Lemas l’explique très bien. La place de l’architecte notamment est questionnée depuis les phases les plus amont – dès les études d’opportunité – jusqu’aux phases de maintenance et de cycles de vie du logement.

Comment les équipes lauréates seront-elles choisies ? Et de quel accompagnement bénéficieront-elles ?

En mars prochain, un jury pluridisciplinaire sélectionnera 100 équipes lauréates. Elles porteront le sceau d’excellence “Engagés pour la qualité du logement de demain”. Valorisées lors d’évènements, d’une exposition à la Cité de l’Architecture et du Patrimoine, il s’agit de diffuser massivement des outils, méthodes et processus ayant fait leurs preuves. Vingt projets bénéficieront d’un accompagnement spécifique par l’intermédiaire d’un incubateur qui sera lancé en juin 2022. Ces projets pourront aussi profiter d’un soutien financier de la Caisse des Dépôts – partenaire de l’Ami – ainsi que d’un programme de recherche architecturale. Les écoles nationales supérieures d’architectures, leurs unités de recherche et les chaires partenariales du ministère de la Culture seront mobilisées.

L’engagement de la profession est inédit et les architectes s’en emparent massivement. Faisons donc place à l’inventivité pour qu’émerge ce vivier d’opérations, au service d’un logement de demain pour tous !

Propos recueillis par Nathalie Garat.

(1) Rapport de la mission sur la qualité du logement Référentiel du logement de qualité” de Laurent Girometti et de François Leclercq (Septembre 2021)

https://www.ecologie.gouv.fr/sites/default/files/Rapport%20Mission%20Logement%20210904.pdf

Rapport “sur la qualité des logements sociaux” Pierre-René Lemas (janvier 2021)
https://www.ecologie.gouv.fr/remise-du-rapport-lemas-sur-qualite-des-logements-sociaux

(2)  Pour en savoir plus sur les conditions détaillées, rendez-vous sur le site de l’Epau

https://epau.archi.fr/home/programme, et prochainement sur le site internet dédié au programme : www.engages-pour-la-qualite-du-logement-de-demain.archi.fr

La Dreal encourage les matériaux biosourcés

Au-delà d’un cadre national très favorable, le niveau régional est essentiel pour promouvoir le bois comme l’ensemble des matériaux biosourcés. Anissa Ben Yahmed, chargée de mission “Filières vertes” à la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal) de la région Auvergne-Rhône-Alpes, livre son analyse sur les actions de l’État et de ses partenaires en faveur du bois construction.

Propos recueillis par Florent Chappel.

N° 212 : La Dreal encourage les matériaux biosourcés – Interview d’Anissa Ben Yahmed

JO 2024 : médaille d’or pour le bois

Antoine du Souich est directeur de la stratégie et de l’innovation à la Société de Livraison des Ouvrages Olympiques (Solideo), chargée de livrer l’ensemble des bâtiments pour les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris. Il explicite pour nous la place privilégiée donnée au bois dans ce chantier pharaonique qui compte 62 ouvrages pour 1,4 milliards d’euros de subventions publiques.

Propos recueillis par Florent Chappel.

N° 212 : JO 2024 médaille d’or pour le bois – Interview d’Antoine du Souich

À Pampelune, le Parc Fluvial fait des émules

À l’instar de la plupart des grandes villes espagnoles, Pampelune organisa
sa croissance tout au long du XXe siècle sous forme de quartiers réguliers de forte densité, reléguant la rivière Arga, sa source nourricière, à un rôle secondaire. Cette situation fut corrigée à partir de 1998 grâce à la mise en place du Parc Fluvial de l’Arga, projet pionnier de “trame bleue”. Carlos Gotlieb, professeur à l’Ensap de Bordeaux, nous en livre la genèse et les perspectives qui se dessinent aujourd’hui.

N° 212 : Le Parc Fluvial de Pampelune fait des émules

L’image, un témoignage du temps qui passe

Depuis des décennies, l’observation photographique des paysages s’invite à la table de l’aménageur et de l’urbaniste. Émilie Fleury-Jägerschmidt, en charge des paysages au ministère de la Transition écologique, nous apporte son éclairage sur cet outil vivant au service des territoires.

Propos recueillis par Nathalie Garat.

N° 212 : L’image, un témoignage du temps qui passe – Interview d’Emilie Fleury -Jägerschmidt

Le rural sous la loupe des architectes-urbanistes

Dotés de patrimoines bâtis sous-utilisés, les territoires ruraux pourraient devenir le terrain de jeu des architectes-urbanistes d’aujourd’hui et de demain. Directeur de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Clermont-Ferrand, Simon Teyssou nous en présente les intérêts et les exigences pour la profession.

Propos recueillis par Nathalie Garat.

N°212 : Le rural sous la loupe des architectes – urbanistes_Interview de Simon Teyssou

Une réhabilitation épurée

L’architecte Laurent Thomassin et François Tacquard, président
de l’association du Parc textile de Wesserling, nous présentent
les savoir-faire qu’ils ont mobilisés pour la rénovation de la cité-usine.

Propos recueillis par Nathalie Garat.

N°212 : Wesserling – Une réhabilitation épurée

La parole à Sébastien Maire, directeur général de France Ville Durable

L’association France Ville Durable a été créée fin 2019, prenant alors la suite de l’Institut de la ville durable. Avec sa première journée nationale “Villes durables en action” du 19 mai 2021, elle s’affirme comme un acteur central et incontournable pour accélérer la transition écologique des villes et territoires. Sébastien Maire, directeur général de France Ville Durable depuis septembre 2020 et précédemment responsable de la transition écologique de la ville de Paris, précise les outils et modes d’actions de l’association.

Photo du site “Les 100 qui font la ville”

Comment a été conçu le “manifeste pour les villes durables” ? 

À l’origine, j’ai fait la proposition aux membres de l’association France Ville Durable de se doter d’un cadre logique d’intervention. Il s’agissait de s’entendre sur ce que veut dire la ville durable. Les services de l’État ont largement contribué, la DGALN et l’Ademe en particulier. C’est le fruit d’un travail collectif.

Le manifeste intègre la question des limites planétaires, une révolution dans la façon de concevoir les politiques publiques. Sur le plan technique, c’est déjà un acquis : les travaux du Cerema, du Puca, de l’Ademe sont des ressources exceptionnelles qui nourrissent au quotidien tout ce que fait France Ville Durable. Par contre, sur le plan politique, beaucoup reste à faire.

Valorisez-vous cette expertise auprès des élus, dans les territoires ?

Tout à fait. Nous pensons que pour être crédible, il faut se confronter en permanence à la mise en œuvre et ses difficultés dans les territoires. Le manifeste doit être alimenté par les territoires, et réciproquement. Depuis un an, nous proposons donc à toutes nos collectivités membres, l’organisation d’ateliers en 2 temps. Un premier temps consacré à la présentation du cadre logique suivi d’un débat avec tout l’exécutif municipal et les équipes de direction. 

Nous visons l’échelon stratégique pour sensibiliser, former, puis outiller. Une fois que la stratégie de transition du territoire est calée, on déroule par secteur les objectifs de décarbonation. Quels indicateurs choisir ? Quelle évaluation mettre en place ? Puis on propose à la collectivité de soumettre certains des projets structurants du mandat en cours, encore en phase amont, à l’analyse de nos membres publics et privés.

Auriez-vous un exemple ?

Nous avons travaillé avec Caux Seine agglo. Pour les élus, ce fut, d’après les mots de leur présidente Virginie Carolo, un véritable électrochoc. Nous avons organisé des ateliers avec la collectivité pour inspirer élus et techniciens, ainsi que des visites de sites avec les maires et leurs services. Et ce dans le cadre du programme petites villes de demain de l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT), dont nous sommes partenaires.

Nous avons exploré le défi d’une décarbonation de ce territoire dont 15 000 emplois dépendent de la raffinerie d’Exxon Mobil ! Ravie des pistes que nous avons collectivement pu dessiner, la collectivité nous demande une nouvelle convention pour réfléchir avec elle à son futur contrat de relance et de transition écologique (CRTE). Notre plus-value est vraiment de présenter l’expertise privée et publique existante pour accélérer les projets de transition. Nous souhaitons déployer ce dispositif et contractualiser sur le long terme avec l’État.

Quels autres outils développez-vous pour passer d’une logique de pionniers de la ville durable à une massification des bonnes pratiques ?

La demande de la ministre de mettre en valeur des démonstrateurs (116 démonstrateurs ont été dévoilés le 19 mai, ndlr) a permis d’enclencher un processus. Nous allons en permanence identifier et sélectionner de nouveaux démonstrateurs en les étudiant au crible des 4 critères du manifeste (sobriété, résilience, inclusion et créativité, ndlr) et aux différentes échelles – du logement au territoire. Nous irons bien au-delà des seules questions d’habitat pour embrasser toute la stratégie territoriale de transformation, puis des approches sectorielles sur l’énergies, les mobilités, etc.

Ces démonstrateurs viendront alimenter en continu notre portail, dont la mise à jour est prévue cet été. Il remplira la mission phare de donner à voir ce qui fonctionne, des réalisations concrètes opérationnelles. Sa conception est orientée services et usagers. Et il incarnera la sobriété que nous prônons avec une plateforme sobre en utilisation, des innovations techniques pour consommer moins de données et d’énergie.

France Ville Durable est-elle dimensionnée pour porter la ville durable en France comme à l’international ?

L’État a souhaité créer une structure légère et agile, sous la forme d’une association loi 1901. Toute sa force, toute son expertise viennent de ses membres – répartis en 4 collèges paritaires que sont les collectivités locales, les entreprises, l’État et les experts – et de ses partenaires. En France, comme à l’international, nous représentons l’ensemble des parties prenantes professionnelles publiques et privées de la ville et des territoires.

Nous travaillons en équipe restreinte, avec 5 etp (équivalent temps plein, ndlr) et un budget d’un peu moins de 800 000€ à ce jour. Notre développement se fait via l’expertise et les moyens des nouveaux membres, de plus en plus nombreux à vouloir nous rejoindre. Nous étendrons nos activités en conséquence, comme nous l’avons fait avec les ateliers territoriaux lancés en début d’année pour accompagner les exécutifs locaux dans leurs projets de transition.  

À l’international, nous agissons en appui à la diplomatie économique et aux ministères compétents, par la valorisation de l’expertise et du savoir-faire de nos entreprises. Nous assurons notamment une présence sur les salons professionnels de référence en collaboration avec Business France.

Dans ces instances, France Ville Durable porte le message assumé d’un pilotage public de la transition, et en profite pour rappeler l’importance des logiques d’inclusion dans la fabrique de la ville. Nous pensons qu’en cela, l’élu local est le plus légitime pour conduire la transformation de son territoire. A contrario, par exemple, des États-Unis où certains quartiers sont entièrement aux mains d’acteurs privés.

Propos recueillis par Florent Chappel

Des morceaux de ville qui se veulent exemplaires

Émilie Jarousseau, urbaniste, et Yann Watkin, architecte-urbaniste, ont analysé pour l’Institut Paris Région une centaine d’opérations soutenues par l’État et/ou la Région depuis dix ans. Véritables morceaux de ville, ces quartiers durables visent à limiter l’impact de la construction et de la gestion urbaine sur les milieux. Ils nous en livrent un premier bilan.

Propos recueillis par Virginie Bathellier.

N°211 : Des morceaux de ville qui se veulent exemplaires – Interview d’Emilie Jarousseau et Yann Watkin

Dans le Nord, la commission des risques chausse ses bottes !

Depuis 2018, la commission des risques du Nord propose aux acteurs locaux de s’immerger sur site au plus près des risques. Jérome Josserand, chef du service risques à la DDTM 59, nous présente le principe de ces visites.

Propos recueillis par Nathalie Garat

N°211 : Dans le Nord, la commission des risques chausse ses bottes – Interview de Jérome Josserand

France Relance au service de la rénovation énergétique

Une mobilisation massive de 100 milliards d’euros qui va notamment concerner les bâtiments publics de l’État, le parc privé de logements et l’habitat social.

Le plan France Relance, en réponse aux conséquences de la crise mondiale de la Covid 19, finance massivement des activités permettant “la refondation économique, sociale et écologique du pays.” Les chiffres donnent la mesure de l’effort consenti : 100 milliards d’euros, soit un tiers du budget annuel de l’État, dont 40 milliards de contribution européenne.

Ces sommes pharamineuses se doivent d’être bien employées. France Relance fait “le pari d’une société plus économe en ressources et axée sur la proximité…” Trente des 100 milliards sont consacrés à cet objectif. Concernant le domaine de la construction et de la réhabilitation thermique des bâtiments, l’un des points essentiels du plan, les investissements consentis le sont au service des économies d’énergie mais également au service immédiat du retour à l’activité des professionnels du secteur. Comme le rappelle Yannick Pache, chef du bureau QC4 au ministère de la transition écologique, “les chantiers de construction ont connu un quasi coup d’arrêt durant le premier confinement. Le fonds de solidarité et le chômage partiel ont permis de parer au plus pressé. Mais comment rebondir ensuite, après ces arrêts de chantiers ?” D’autant que, dans le même temps, l’activité a diminué, en particulier dans le domaine de la construction d’immeubles destinés au tertiaire.

Le lancement, via le plan, de nouveaux chantiers de rénovation énergétique, participe à la solution des problèmes de l’heure. Le plan va ainsi rehausser le budget du dispositif MaPrimeRénov’ de 2 Md€ durant les années 2021-2022. “Il y a, poursuit Yannick Pache, un triple intérêt à agir, la rénovation elle-même, le respect des objectifs de la Cop 21 et la reprise de l’activité.”

France Relance se décline en diverses thématiques et programmes. La rénovation énergétique en est l’un d’entre eux et concerne différents types de bâtiments, au nombre desquels les bâtiments publics de l’État qui représentent près de 100 millions de m². L’objectif de leur rénovation “est la diminution de la facture énergétique, un gain de confort pour les usagers et les agents – notamment une meilleure protection face aux vagues de chaleur – et une réduction de l’empreinte énergétique et environnementale de l’État.” L’ensemble du territoire français est concerné. Une attention particulière sera accordée aux bâtiments publics situés dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville. Des appels à projet ont été lancés, le premier concernant “les bâtiments d’enseignement supérieur et de recherche – sous tutelle du Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation – le second pour l’ensemble des autres bâtiments de l’État. L’appel à projets relatif aux bâtiments des collectivités fait, par ailleurs, l’objet d’un dispositif spécifique.” Les bâtiments des PME, tout comme le logement privé font également l’objet de mesures spécifiques.

Le parc de logements sociaux bénéficie lui aussi de financements exceptionnels. “Le parc de logement sociaux en France est de très bon niveau, constate Yannick Pache. Mais il reste 6 % de logements HLM très énergivores, classés en F ou G, ce qui désigne les “passoires thermiques”. C’est un volume important”.
Le parc HLM a été massivement rénové dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville. Cependant, comme l’observe Yannick Pache, “il reste de nombreux logements chauffés à l’électricité dans des zones géographiques qui échappent à la géographie prioritaire, des tours en périphérie de villes moyennes, jamais rénovées, ou des maisons individuelles isolées.”

Pour donner un “coup d’accélérateur” à cette rénovation énergétique, le plan France Relance permet la mise en œuvre de l’appel à projet Massi Réno. Les opérations retenues s’inspireront du concept d’Energie Sprong. Développé aux Pays-Bas en 2016, cette méthode favorisant l’industrialisation des techniques de rénovation énergétique par la préfabrication de structures d’isolation par l’extérieur, bénéficia pour son développement du soutien de l’Union Européenne dans le cadre d’un programme H2020. En France, ce concept fut développé par la société Green Flex, une filiale de Total.

Marc Lemonier

“France Relance” accélère la rénovation thermique des logements sociaux

Le plan “France Relance” donne la mesure des enjeux de la rénovation thermique des logements sociaux. “Une partie du parc de logement social est aujourd’hui vétuste ou inadapté aux besoins actuels, notamment au regard de ses caractéristiques et des aspirations des demandeurs. En raison de son ancienneté, ce parc présente également de faibles performances thermiques et nécessite des travaux de rénovation thermique indispensables...”. Amélie Renaud, adjointe au directeur de l’habitat, de l’urbanisme et des paysages, au sein du ‎Ministère de la Transition écologique, revient pour nous sur la manière dont le plan s’empare de cette problématique.

Propos recueillis par Marc Lemonier.

Comment le plan “France Relance” est-il décliné au plus près des territoires dans le domaine de la rénovation thermique des logements sociaux ?

Lors de l’annonce du plan France relance, début septembre 2020, chacun des ministères concernés a déterminé à son niveau les grands équilibres financiers et les thématiques pouvant en être l’objet. Pour ce qui nous concerne, nous avons identifié la rénovation massive de bâtiments en particulier dans le logement privé et le logement social.

En ce qui concerne les logements sociaux plus précisément, l’application de ce cadre national est gérée localement par les préfets et les collectivités délégataires des aides à la pierre qui, sur la base des principes fixés, repèrent les projets répondant aux attentes, et notamment ceux qui seraient prêts à démarrer immédiatement. La rapidité de mise en œuvre est l’un des impératifs du plan de relance. Il doit s’agir de projets déjà avancés, car nous n’avons que deux ans pour monter un dossier, trouver les financements complémentaires et engager leur mise en œuvre…

Durant cette période préalable, il a fallu préciser les modalités de gestion de ces enveloppes, les critères d’éligibilité, le calendrier et les modes d’association des acteurs au niveau local. Ensuite, a débuté une phase de pré-recensement des projets qui pourraient bénéficier du plan. Les services déconcentrés les ont repérés, ce qui nous permettait en retour, d’affiner un peu nos critères d’éligibilité et l’ambition que l’on souhaitait donner à ces actions.

La rénovation énergétique des logements sociaux, l’un des thèmes retenus dans le cadre de France Relance, s’inspire du procédé néerlandais EnergieSprong. Quel en est le principe ?

La grande majorité du parc de logements sociaux a déjà fait l’objet de travaux de rénovation énergétique. Aussi nous ne visons pas l’ensemble du parc, mais des logements ayant plus de 20 ans, et nécessitant une réhabilitation.

EnergieSprong constitue un “coup d’accélérateur”, grâce à un saut technologique et aux 40 millions d’euros de financement, qui visent à développer et à massifier des modes de rénovation à coûts maîtrisés. À l’image de ce qui s’est fait aux Pays-Bas, avec ce programme dont le nom signifie “Saut énergétique”, nous allons déployer des solutions industrielles pour avoir des bâtiments à consommation nulle, voire à énergie positive, en amplifiant les solutions industrielles mise en œuvre pour y parvenir, tout en pour réduisant les coûts des travaux. Actuellement le coût de la rénovation artisanale de bâtiments anciens demeure prohibitif. Nous cherchons donc à développer des solutions standardisées, applicables à de plus gros volumes, moins chers d’un point de vue unitaire.

C’est l’objet de l’appel à projet “Massification de la rénovation exemplaire du parc locatif social, MassiRéno” qui s’inspire en l’adaptant d’EnergieSprong.

À l’occasion nous privilégions des travaux qui permettent également d’adapter les logements à des publics spécifiques : personnes âgées, personnes handicapées…

La mise en œuvre de MassiRéno, cette démarche de massification des travaux de rénovation, aurait-elle également un impact sur le secteur professionnel du bâtiment ?

Nous visons à promouvoir des solutions innovantes, comme par exemple la production de façades préfabriquées, que l’on puisse massifier et industrialiser pour diminuer les coûts de travaux et les rendre accessibles au plus grand nombre. Il s’agit de développer des filières à bas coût pour la rénovation de bâtiments, permettant d’aboutir à des bâtiments zéro consommation.

Les entreprises sont concernées évidemment. Comme le rappelle l’objectif principal (ou l’intention) de l’appel à projet “les candidats sont invités à déployer des solutions industrielles innovantes et intégrées pour la rénovation énergétique afin que les logements du parc locatif social parviennent à une consommation énergétique très faible, en vue de passer à une échelle de projets plus significatifs en France, en massifiant le procédé“. Cela va dans le sens de l’un des objectifs du plan, la relance économique, par la relance de l’activité des entreprises françaises dès 2021. ■