La Dreal encourage les matériaux biosourcés

Au-delà d’un cadre national très favorable, le niveau régional est essentiel pour promouvoir le bois comme l’ensemble des matériaux biosourcés. Anissa Ben Yahmed, chargée de mission “Filières vertes” à la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal) de la région Auvergne-Rhône-Alpes, livre son analyse sur les actions de l’État et de ses partenaires en faveur du bois construction.

Propos recueillis par Florent Chappel.

N° 212 : La Dreal encourage les matériaux biosourcés – Interview d’Anissa Ben Yahmed

JO 2024 : médaille d’or pour le bois

Antoine du Souich est directeur de la stratégie et de l’innovation à la Société de Livraison des Ouvrages Olympiques (Solideo), chargée de livrer l’ensemble des bâtiments pour les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris. Il explicite pour nous la place privilégiée donnée au bois dans ce chantier pharaonique qui compte 62 ouvrages pour 1,4 milliards d’euros de subventions publiques.

Propos recueillis par Florent Chappel.

N° 212 : JO 2024 médaille d’or pour le bois – Interview d’Antoine du Souich

L’image, un témoignage du temps qui passe

Depuis des décennies, l’observation photographique des paysages s’invite à la table de l’aménageur et de l’urbaniste. Émilie Fleury-Jägerschmidt, en charge des paysages au ministère de la Transition écologique, nous apporte son éclairage sur cet outil vivant au service des territoires.

Propos recueillis par Nathalie Garat.

N° 212 : L’image, un témoignage du temps qui passe – Interview d’Emilie Fleury -Jägerschmidt

Quand les activités de fabrication partent

Les activités productives quittent les métropoles. C’est le résultat d’un rapport financé par l’institut pour la recherche de la Caisse des Dépôts et soutenu par le Puca, paru en 2020. Réalisé par Nicolas Gillio, directeur de projet au Cerema, et Sylvie Duvillard, enseignante-chercheure à l’Université Grenoble Alpes, il en expose les causes. Mais aussi les pistes de solutions qui renvoient aux stratégies urbaines et à l’adaptation du bâti.

Propos recueillis par Florent Chappel.

N°212 : Quand les activités de fabrication partent – Interview croisée de Sylvie Duvillard et Nicolas Gillio

Le rural sous la loupe des architectes-urbanistes

Dotés de patrimoines bâtis sous-utilisés, les territoires ruraux pourraient devenir le terrain de jeu des architectes-urbanistes d’aujourd’hui et de demain. Directeur de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Clermont-Ferrand, Simon Teyssou nous en présente les intérêts et les exigences pour la profession.

Propos recueillis par Nathalie Garat.

N°212 : Le rural sous la loupe des architectes – urbanistes_Interview de Simon Teyssou

Une réhabilitation épurée

L’architecte Laurent Thomassin et François Tacquard, président
de l’association du Parc textile de Wesserling, nous présentent
les savoir-faire qu’ils ont mobilisés pour la rénovation de la cité-usine.

Propos recueillis par Nathalie Garat.

N°212 : Wesserling – Une réhabilitation épurée

L’intelligence collective, un moteur du changement

Monica-Isabel Diaz, responsable du bureau des stratégies territoriales à la Direction de l’Habitat, de l’Urbanisme et des Paysages, est en charge de l’organisation du Palmarès des jeunes urbanistes. Elle revient pour nous sur ses spécificités.

Dans quelles circonstances a-t-on décidé la création du Palmarès des jeunes urbanistes ?

C’est un arrêté ministériel signé du ministre de l’Équipement et des Transports de l’époque, Dominique Perben, qui en officialise la création en 2005.  Le Palmarès, en complément du Grand Prix de l’urbanisme, devenait le pendant des Albums des jeunes architectes et paysagistes qui, au sein du ministère de la Culture, récompensaient de jeunes professionnels.  

L’un des déterminants du Palmarès fut immédiatement de donner de la voix aux préoccupations de la jeune génération. Et tous azimuts ! Sans chercher à catégoriser les métiers de l’urbanisme, ni à les réduire à un certain nombre de professions. On ne souhaitait pas non plus définir les diplômes permettant de se proclamer urbaniste, même si parmi les lauréats beaucoup proviennent de Sciences Po ou sont géographes.

Le Palmarès a contribué à une approche de l’urbanisme comme un champ ouvert. Nous mettons en valeur le positionnement de ces jeunes dans la société et dans le monde professionnel. Jusqu’en 2016, le Palmarès les classait en fonction du domaine d’exercice de leur profession, maîtrise d’ouvrage publique ou privée, maîtrise d’œuvre… Mais ce n’est pas tellement cela qui est intéressant. Leur apport peut tout aussi bien venir de la recherche que du positionnement d’une agence d’urbanisme plus classique…

Les dernières sessions du Palmarès ont révélé l’existence de nouvelles préoccupations dominantes comme l’urbanisme transitoire…

C’est en effet une dominante qui s’est affirmée, quel que soit le nom qu’on lui donne : urbanisme transitoire, urbanisme temporaire, urbanisme tactique, y compris du point de vue de sa professionnalisation. Un groupe comme Plateau Urbain, lauréat en 2016, a aujourd’hui pignon sur rue. Les professionnels plus traditionnels font appel à eux pour activer des compétences très spécifiques comme mettre en œuvre le permis d’aménager temporaire ou passer des conventions avec certains acteurs lorsqu’il y a des blancs du point de vue juridique.

Cela marque une évolution de l’usage que l’on fait de ces temps de l’urbanisme qui ne sont pas inscrits dans le projet traditionnel. L’agence le Sens de la Ville, par exemple, agit indifféremment sur toutes les échelles et les temporalités des projets d’aménagement. Sur le plateau de Saclay, elle pousse l’établissement public à concevoir l’occupation de l’espace et l’aménagement temporaire pendant le temps des travaux et du projet. Le chantier va durer 20 ou 30 ans alors que les étudiants et les habitants sont déjà là. Elle a fait intégrer dans les bilans d’aménagement des aménagements temporaires de l’espace public dont certains vont rester tels qu’ils sont aujourd’hui. Le Sens de la Ville concilie cette tendance du temporaire avec le long terme.

Il y a un autre domaine dans lequel les lauréats se sont très souvent manifestés, c’est la remise à plat de ce que l’on appelle la concertation…

En 2020, nous avons intégré dans les lauréats Bellastock et Yes We Camp. Cela fait quinze ans qu’ils travaillent sur ces domaines et les manières de concerter autrement. Avec d’autres collectifs, ils sont à l’origine de tous ces concepts de concertation, de participation citoyenne qu’on retrouve aujourd’hui, y compris dans les réglementations nationales. Eux, ils le font en tant que projet en soi. Ils ouvrent le débat public avec des installations temporaires, parfois construites avec les habitants. Ils vont aussi réaliser les logements précaires où ils vont habiter le temps de débattre de la ville et des territoires qui les entourent.

Ces jeunes urbanistes innovent-ils également quant à leur vision des territoires ?

L’autre tendance intéressante ce sont leurs apports aux territoires ruraux. À l’image de ce que propose “l’école de Clermont-Ferrand”, à partir de l’École d’architecture de Clermont-Ferrand. Cette même école où a été diplômé Frédéric Bonnet, reconnu avec Marc Bigarnet au sein de l’agence Obras par le Palmarès des jeunes urbanistes, puis par le Grand Prix de l’Urbanisme en 2014, soit quelques années plus tard.

Félix Mulle, avec qui nous travaillons beaucoup, et Loïc Parmentier, qui étaient lauréats en 2016, font par exemple un travail d’une grande finesse… Ils peuvent aussi bien construire quelques logements dans des villages isolés, que promouvoir des stratégies très pédagogiques en aidant les élus à réfléchir à la baisse d’attractivité de leur bourg. À l’image des “médecins de campagne” ce sont des “architectes urbanistes de campagne”, qui viennent au chevet des élus des territoires. Ils font école aujourd’hui, il y a un réseau d’architectes de cette génération-là, on y retrouve d’autres lauréats comme Boris Bouchet, ou plus récemment l’agence Tica ou Florian Camani et Mathilde Luguet de l’agence FCML.

Au fil des Palmarès, la figure de l’urbaniste solitaire et omniscient qui couvre tous les domaines de la profession disparait-elle au profit des collectifs ?

En effet, c’est une tendance qui ne se dément pas.

Qui aurait la prétention de dire : je vais résoudre tous vos problèmes et je vais vous expliquer tous les sujets croisés, en allant de l’hydrologie aux risques d’inondation, en passant par les problématiques d’ingénierie, du social et tout cela en même temps ? 

Cette année la seule lauréate solitaire, Sophie Ricard, est récompensée au nom de collectifs comme La Preuve par 7 qu’elle a pu animer en continuité avec les travaux de Patrick Bouchain. Ces collectifs ne regroupent pas seulement d’autres architectes urbanistes, mais des professionnels qui viennent de la médecine sociale, de l’éducation populaire, ou de la politique des quartiers.

Le collectif est l’avenir de l’urbanisme. ■

Propos recueillis par Marc Lemonier.

Les métropoles face à l’épreuve de la Covid-19

Marie-Christine Jaillet est directrice de recherche au Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, Territoires (LISST) à l’Université Toulouse – Jean Jaurès-campus Mirail, et responsable scientifique du programme Popsu Métropoles. Elle nous livre ici ses réflexions sur la situation des métropoles et dresse des perspectives pour l’avenir.

Propos recueillis par Florent Chappel

N°211 : Les métropoles face à l’épreuve de la Covid-19 – Interview de Marie-Christine Jaillet

Urbanisme et santé, la densité en question

Avec l’épidémie de coronavirus, la question de la densité a fait l’objet d’âpres débats. Depuis sa condamnation jusqu’à la volonté d’en élargir le contenu, la densité demeure un concept incontournable de la fabrique urbaine. Thierry Paquot apporte ici son éclairage sur ce que la crise sanitaire révèle de l’urbanisme contemporain. Philosophe de l’urbain, il est l’auteur d’une soixantaine d’ouvrages sur la pensée écologique, les utopies et l’urbanisation planétaire.

Propos recueillis par Florent Chappel

N°211 : Urbanisme et santé, la densité en question – Interview de Thierry Paquot

Des morceaux de ville qui se veulent exemplaires

Émilie Jarousseau, urbaniste, et Yann Watkin, architecte-urbaniste, ont analysé pour l’Institut Paris Région une centaine d’opérations soutenues par l’État et/ou la Région depuis dix ans. Véritables morceaux de ville, ces quartiers durables visent à limiter l’impact de la construction et de la gestion urbaine sur les milieux. Ils nous en livrent un premier bilan.

Propos recueillis par Virginie Bathellier.

N°211 : Des morceaux de ville qui se veulent exemplaires – Interview d’Emilie Jarousseau et Yann Watkin

Dans le Nord, la commission des risques chausse ses bottes !

Depuis 2018, la commission des risques du Nord propose aux acteurs locaux de s’immerger sur site au plus près des risques. Jérome Josserand, chef du service risques à la DDTM 59, nous présente le principe de ces visites.

Propos recueillis par Nathalie Garat

N°211 : Dans le Nord, la commission des risques chausse ses bottes – Interview de Jérome Josserand

“France Relance” accélère la rénovation thermique des logements sociaux

Le plan “France Relance” donne la mesure des enjeux de la rénovation thermique des logements sociaux. “Une partie du parc de logement social est aujourd’hui vétuste ou inadapté aux besoins actuels, notamment au regard de ses caractéristiques et des aspirations des demandeurs. En raison de son ancienneté, ce parc présente également de faibles performances thermiques et nécessite des travaux de rénovation thermique indispensables...”. Amélie Renaud, adjointe au directeur de l’habitat, de l’urbanisme et des paysages, au sein du ‎Ministère de la Transition écologique, revient pour nous sur la manière dont le plan s’empare de cette problématique.

Propos recueillis par Marc Lemonier.

Comment le plan “France Relance” est-il décliné au plus près des territoires dans le domaine de la rénovation thermique des logements sociaux ?

Lors de l’annonce du plan France relance, début septembre 2020, chacun des ministères concernés a déterminé à son niveau les grands équilibres financiers et les thématiques pouvant en être l’objet. Pour ce qui nous concerne, nous avons identifié la rénovation massive de bâtiments en particulier dans le logement privé et le logement social.

En ce qui concerne les logements sociaux plus précisément, l’application de ce cadre national est gérée localement par les préfets et les collectivités délégataires des aides à la pierre qui, sur la base des principes fixés, repèrent les projets répondant aux attentes, et notamment ceux qui seraient prêts à démarrer immédiatement. La rapidité de mise en œuvre est l’un des impératifs du plan de relance. Il doit s’agir de projets déjà avancés, car nous n’avons que deux ans pour monter un dossier, trouver les financements complémentaires et engager leur mise en œuvre…

Durant cette période préalable, il a fallu préciser les modalités de gestion de ces enveloppes, les critères d’éligibilité, le calendrier et les modes d’association des acteurs au niveau local. Ensuite, a débuté une phase de pré-recensement des projets qui pourraient bénéficier du plan. Les services déconcentrés les ont repérés, ce qui nous permettait en retour, d’affiner un peu nos critères d’éligibilité et l’ambition que l’on souhaitait donner à ces actions.

La rénovation énergétique des logements sociaux, l’un des thèmes retenus dans le cadre de France Relance, s’inspire du procédé néerlandais EnergieSprong. Quel en est le principe ?

La grande majorité du parc de logements sociaux a déjà fait l’objet de travaux de rénovation énergétique. Aussi nous ne visons pas l’ensemble du parc, mais des logements ayant plus de 20 ans, et nécessitant une réhabilitation.

EnergieSprong constitue un “coup d’accélérateur”, grâce à un saut technologique et aux 40 millions d’euros de financement, qui visent à développer et à massifier des modes de rénovation à coûts maîtrisés. À l’image de ce qui s’est fait aux Pays-Bas, avec ce programme dont le nom signifie “Saut énergétique”, nous allons déployer des solutions industrielles pour avoir des bâtiments à consommation nulle, voire à énergie positive, en amplifiant les solutions industrielles mise en œuvre pour y parvenir, tout en pour réduisant les coûts des travaux. Actuellement le coût de la rénovation artisanale de bâtiments anciens demeure prohibitif. Nous cherchons donc à développer des solutions standardisées, applicables à de plus gros volumes, moins chers d’un point de vue unitaire.

C’est l’objet de l’appel à projet “Massification de la rénovation exemplaire du parc locatif social, MassiRéno” qui s’inspire en l’adaptant d’EnergieSprong.

À l’occasion nous privilégions des travaux qui permettent également d’adapter les logements à des publics spécifiques : personnes âgées, personnes handicapées…

La mise en œuvre de MassiRéno, cette démarche de massification des travaux de rénovation, aurait-elle également un impact sur le secteur professionnel du bâtiment ?

Nous visons à promouvoir des solutions innovantes, comme par exemple la production de façades préfabriquées, que l’on puisse massifier et industrialiser pour diminuer les coûts de travaux et les rendre accessibles au plus grand nombre. Il s’agit de développer des filières à bas coût pour la rénovation de bâtiments, permettant d’aboutir à des bâtiments zéro consommation.

Les entreprises sont concernées évidemment. Comme le rappelle l’objectif principal (ou l’intention) de l’appel à projet “les candidats sont invités à déployer des solutions industrielles innovantes et intégrées pour la rénovation énergétique afin que les logements du parc locatif social parviennent à une consommation énergétique très faible, en vue de passer à une échelle de projets plus significatifs en France, en massifiant le procédé“. Cela va dans le sens de l’un des objectifs du plan, la relance économique, par la relance de l’activité des entreprises françaises dès 2021. ■

Pour mieux se préparer

Géographe, Magali Reghezza-Zitt est maîtresse de conférence à l’ENS et spécialiste des risques naturels. Elle revient pour nous sur les notions d’adaptation et de résilience pour mieux les décrypter et cerner les enjeux que soulève leur mise en oeuvre. Au coeur desquels se trouve la cohésion sociale et territoriale.

Propos recueillis par Virginie Bathellier

N°210 : Pour mieux se préparer – Interview de Magali Reghezza-Zitt

Naviguer entre connaissances et incertitudes

Créé par la loi du 19 février 2001, l’Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique, en France métropolitaine et en outre-mer, est rattaché au ministère en charge de l’environnement. Bien placé pour connaître les risques présents ou à venir et les mesures d’adaptation à mettre en oeuvre, Laurent Michel, son directeur, dresse un état général de la situation.

Propos recueillis par Marc Lemonier

N°210 : Naviguer entre connaissances et incertitudes – Interview de Laurent Michel

Jacqueline Osty, paysagiste et humaniste

Le jury international, réuni par le ministère en charge de l’aménagement, a élu en juillet dernier Jacqueline Osty Grand Prix de l’urbanisme 2020. Deux fois Grand Prix national du paysage en 2005 et 2018, la lauréate retrace ici un itinéraire professionnel riche en rencontres et projets innovants. Des lieux de vie où la poésie est “source d’émerveillement pour les usagers”.

Propos recueillis par Marc Lemonier

N°210 : Jacqueline Osty, paysagiste et humaniste