Urbicide, les villes victimes de guerre

Marioupol, Hiroshima, Guernica, Alep, Grozny, Sarajevo… à chaque guerre sa « ville martyre », victime de ce que l’architecte Bogdan Bogdanovic, ancien maire de Belgrade, dissident, mort en exil, qualifia d’« urbicide ». Selon la géographe Bénédicte Tratnjek[1], ce terme recouvre les « violences qui visent la destruction d’une ville, non en tant qu’objectif stratégique, mais en tant qu’objectif identitaire ».

Dans un premier temps cela désigna des situations qui paraissent bien futiles au regard des horreurs commises en Ukraine. Interrogé par France Culture, l’historien de l’architecture et des formes urbaines, Brent Patterson, rappela [2] que «  aux États-Unis, le terme est utilisé pour critiquer le travail d’urbaniste mené par Robert Moses à New York entre les années 1930 et les années 1970, et qui est un peu l’équivalent de celui mené par le baron Haussmann à Paris… » Bogdan Bogdanovic, en l’appliquant au siège de Sarajevo, donna à l’expression la connotation exclusivement guerrière qu’on lui connait désormais. La destruction des villes ennemies, davantage encore que les « gains de territoires » obtenus lors d’une invasion, devient le symbole de la toute-puissance des agresseurs.

Remontant le temps, Philippe Chassaigne, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Bordeaux-Montaigne, rappelle[3] que « lorsque les Allemands détruisent 90% de la ville de Coventry en 1940 et que Churchill en réponse fait raser Dresde par des flottes de bombardiers, il s’agit avant tout de frapper l’opinion publique. Les Allemands espèrent désespérer les Britanniques et les amener à pousser Churchill à ouvrir des négociations de paix. Pour Dresde, c’est l’inverse : il s’agit de montrer au peuple allemand que la supériorité technologique et aéronautique est du côté des Alliés et que le Reich n’en a plus pour longtemps. » Ce que l’historien de l’architecture Jean-Louis Cohen résume d’une formule, la « ville pour cible et comme champ de bataille.[4] » Durant la Seconde Guerre mondiale poursuit-il, pour la première fois les villes sont victimes désignées quand la guerre « affame leur population, les utilise comme théâtre pour de grandes batailles terrestres, et surtout, innovation capitale, les frappe jour et nuit avec l’aviation à long rayon d’action. »

À Sarajevo, la ville-capitale de la Bosnie-Herzégovine, des attaques se sont concentrées sur la bibliothèque Vijećnica, inaugurée le 20 août 1896. Comme le rappelle Bénédicte Tratnjek « les ouvrages qui y étaient conservés témoignaient non seulement de la succession de plusieurs pouvoirs et cultures en Bosnie-Herzégovine, mais aussi de leurs influences réciproques. L’incendie de cette bibliothèque et son pillage relève du mémoricide : il s’agit alors de détruire toute trace d’une mémoire collective dans la ville. »

La « guerre moderne » pourrait parfaitement se passer de telles destructions, pour au contraire conserver intactes les ressources et les équipements des villes conquises. Mais il s’agit avant tout d’en terroriser et d’en chasser les habitants ! Plusieurs centaines de milliers de personnes fuient les zones de combat et particulièrement les villes ukrainiennes rendues invivables. On atteint alors le deuxième but de l’urbicide : les mouvements massifs de population deviennent au passage une arme de déstabilisation des pays voisins, considérés eux-aussi comme des ennemis. La Pologne aujourd’hui, le Liban hier sont la cible indirecte des attaques menées sur des villes de pays en guerre.

Selon Amnesty International, qui résume les différents traités internationaux, « les crimes de guerre sont des violations « des lois et coutumes de la guerre » définies par les Conventions de Genève et de la Haye : ils comprennent les attaques délibérées contre des civils, la torture, le meurtre ou les mauvais traitements infligés aux prisonniers de guerre. La notion de crimes contre l’humanité englobe les disparitions forcées, les homicides, la réduction en esclavage, l’expulsion et le viol généralisé et systématique. » L’« urbicide » est l’un des moyens utilisés par l’agresseur pour accompagner et faciliter certains crimes, en détruisant l’un des refuges des hommes qui semblait les mettre à l’abri : la ville.

Marc Lemonier


[1] Bénédicte Tratnjek. La destruction du ” vivre ensemble ” à Sarajevo : penser la guerre par le prisme de l’urbicide. 2012, http://www.defense.gouv.fr/irsem/publications/lettre-de-l-irsem/lettre-de-l-irsem-n5-2012/releve-st. ffhalshs-00705113f

[2] Dans le cadre de l’émission « Que détruit-on lorsqu’on détruit une ville ? » France Culture le 2 octobre 2010

[3] Ibid.

[4] Architecture en uniforme, projeter et construire pour la Seconde Guerre mondiale, Centre Canadien d’Architecture, 2011

Forensic, caractériser le crime

Des architectes et des urbanistes sont appelés en renfort afin de mettre au service des institutions internationales leurs compétences professionnelles en matière de conception des bâtiments… pour analyser la manière utilisée pour les détruire.

Le collectif Forensic architecture, fondé au sein du Goldsmith College de Londres en 2010 par l’architecte Eyal Weizman, a créé des méthodes d’analyse des lieux où se sont déroulées des actions violentes – crimes, guerres, violences policières – en s’inspirant des pratiques de la médecine légale. Il s’agit de relever les traces matérielles des actions violentes, en prélevant sur les bâtiments des impacts de balles ou de bombardements, en utilisant les ressources de l’imagerie 3D pour comparer l’état d’un bâtiment avant et après une explosion, et à analyser grâce à cela les trajectoires des tirs ou d’explosions permettant d’en déterminer l’origine. Ce qui aide en particulier à désigner qui a réellement tiré et depuis quelle position. « La plupart des conflits actuels prennent place dans des villes… les gens meurent dans des bâtiments », affirmait l’architecte israélien Eyal Weizman dans un documentaire consacré à ses travaux. Aussi la collecte de ces informations est-elle essentielle pour constituer des dossiers lorsqu’il s’agira de punir des crimes de guerre.

La collecte est également fondée sur une démarche collaborative. Forensic rassemble les vidéos amateurs présentant l’état antérieur des sites bombardés ou les actions commises durant leur destruction. Ces techniques peuvent avoir des applications « civiles ». Lors de l’explosion du port de Beyrouth du 4 août 2020, Forensic a ainsi rassemblé un grand nombre d’images et de vidéos prises par les témoins. Ce qui lui a ensuite permis de concevoir une image 3D de l’événement.

Dès le mois de mars 2022, des architectes de l’association se sont rendus en Ukraine. Ils sont allés au nord-ouest de Kyiv pour analyser les circonstances de la destruction de la tour de télévision de la ville, non loin du site de Babyn Yar, qui fut durant la Seconde Guerre mondiale le théâtre de l’une des pires atrocités de la « Shoah par balles », et dont un missile russe détruisit le mémorial.

Car l’histoire semble toujours vouloir se répéter.

Marc Lemonier

Références :

  • Eyal Weizman, La vérité en ruines : Manifeste pour une architecture forensique, La découverte, 2021
  • Eyal Weizman, archéologue et enquêteur d’une vérité en ruines, diffusé sur France Culture le 20 mai 2021

De l’urbicide au crime de guerre

Brent Patterson est, au sein de l’Ecole nationale supérieure d’architecture Paris-Malaquais, en charge de l’enseignement des Histoires et théories de l’architecture et des formes urbaines. Il fait partie des rares enseignants qui en France abordent l’histoire des villes au prisme de leur destruction et reconstruction, des conflits qui s’y déroulent et des « urbicides ».

Dans une interview donnée à France Culture vous rappeliez que la notion d’urbicide était initialement liée à ce qu’on appellerait aujourd’hui la défense du patrimoine…

La première personne à avoir employé ce terme était la critique d’architecture Ada Louise Huxtable[i] dans un article du New York Times, repris dans son livre Will They Ever Finish Bruckner Boulevard ? Elle dénonçait l’urbanisme agressif de l’architecte en chef de la ville Robert Moses dans le Bronx. D’autres penseurs de l’époque se reconnaissaient dans ce terme comme le professeur de science politique et d’urbanisme marxiste Marshall Berman, qui associait cette forme d’urbanisme à une attaque contre les classes populaires, à l’instar de la destruction du quartier de Kingsbridge où il avait passé sa jeunesse. La philosophe Jane Jacobs, auteure de Déclin et survie des grandes villes américaines, reprit elle aussi cette notion à son compte.

Bogdan Bogdanovic, architecte avant d’être maire de Belgrade, connaissait l’œuvre de Marshall Berman. Il s’en inspira sans doute lorsqu’il utilisa le terme d’urbicide pour dénoncer la destruction du patrimoine culturel lors du conflit en ex-Yougoslavie. Durant la guerre, des mosquées appartenant au patrimoine régional ou local ont été volontairement détruites. Le spécialiste britannique de politique internationale Martin Coward, dans son ouvrage Urbicide: The Politics of Urban Destruction, a caractérisé l’urbicide à partir de cette notion de destruction ciblée. Les milices, sans motifs stratégiques, visaient la synagogue, les cimetières juifs, les mosquées, la bibliothèque. En Ukraine, les troupes russes ont attaqué des lieux culturels, des centres communautaires, des écoles, des écoles d’art, au prétexte qu’ils hébergeaient des soldats.

Il est important de mettre en lumière les attaques ciblées et intentionnelles contre ce patrimoine culturel, pour alerter l’opinion avant que la situation n’évolue vers un génocide. Car l’urbicide est une étape ou l’un des aspects des crimes contre les personnes. À Tombouctou au Mali, certaines personnes ont été jugées comme criminelles pour la destruction des mausolées, alors qu’on les soupçonnait par ailleurs d’être des assassins impliqués dans des viols et des meurtres… 

Les méthodes développées par Forensic architecture (voir ci-après) pour caractériser des crimes de guerre appartiennent à un ensemble plus vaste de techniques. Quels types d’information peuvent-elles apporter ? 

L’équipe de Forensic est extrêmement interdisciplinaire, ce ne sont pas uniquement des architectes… Ainsi, elle a dernièrement réalisé un travail sur le climat, où sont engagés beaucoup de spécialistes experts sur les questions des courants marins en Méditerranée. L’étude a permis de visualiser leur importance pour le déplacement des bateaux des migrants venant d’Afrique du Nord. Il y a également tout un travail en Louisiane par rapport à la pollution chimique provenant de certaines usines pétrochimiques, etc. Rappelons que l’une des premières actions du collectif permit de caractériser l’appropriation des quartiers palestiniens par la colonisation et la destruction de maisons en Cisjordanie.

L’analyse des dégâts commis durant les guerres aide également à préparer la reconstruction. L’UNESCO et d’autres associations internationales cherchent de plus en plus à être sur la scène très rapidement pour pouvoir juger de la nature des destructions et intervenir dès la fin des conflits.


Propos recueillis par Marc Lemonier.

Mobiliser autour de l’Agenda 2030

Le 22 février dernier Florence Provendier remettait à Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, son rapport intitulé : Mobiliser et structurer le mouvement multi-acteurs autour des objectifs de développement durable. Il fait suite à l’adoption par les 193 pays membres de l’Onu, en septembre 2015, de l’Agenda 2030, qui comprend 17 grands objectifs. Parmi les défis à relever, les inégalités, le changement climatique, la dégradation de l’environnement, la paix et la justice sont particulièrement mis en avant. Le dernier rapport du Giec, très alarmant sur les bouleversements environnementaux présents et à venir, et l’arrivée de réfugiés en provenance d’Ukraine sont là pour nous rappeler l’urgence à agir grâce à une approche systémique. Le rapport va dans ce sens en “proposant d’utiliser les ODD comme une boussole pour orienter les formations initiale et continue, ou encore évaluer le budget de l’État ou la performance extra-financière des entreprises“, soulignait la ministre.

■ Virginie Bathellier

L’ambition des Français pour la protection de l’environnement

Huit associations nationales (1) ont demandé à l’Ifop d’identifier les attentes des Français en faveur de la protection de la nature et de la biodiversité. Les résultats du sondage sont éloquents, ils montrent combien les attentes sociétales sont fortes. Ainsi, 76 % des Français considèrent que la santé et la protection de l’environnement sont liées et ils sont encore plus nombreux à souhaiter l’interdiction de pesticides dangereux. Ils se disent aussi prêts à modifier certains comportements de consommation, comme favoriser l’achat de produits bio même plus chers ou la diminution de la consommation de poissons pour éviter la surpêche. Ils sont également très nombreux (82 %) à réclamer une attention portée à la faune et à la flore lors de l’implantation d’infrastructures de transports et d’énergie. Dans le même ordre d’idée, ils sont 90 % à se déclarer favorables à une augmentation des espaces naturels protégés, tels que les réserves naturelles et ils sont 74 % à regretter que l’éducation à la nature et à l’environnement ne soit pas plus développée en France. Des chiffres qui peuvent aider à dessiner des politiques ambitieuses.

■ Virginie Bathellier

1) ASPA, H et B, FNE, LPO, OPIE, SFDE, SHF, SNPN.

Le SCoT de Gascogne, vers un changement de modèle

Ce document de planification, qui touche 397 communes du Gers, entend maîtriser le développement du territoire en contenant l’éparpillement de l’urbanisation.

Le pays de D’Artagnan et des mousquetaires offre aux nombreux visiteurs en quête de calme et de verdure une variété de paysages enchanteurs et un riche patrimoine culturel et vernaculaire. Mais ses atouts ne s’arrêtent pas là. Dynamique, le département du Gers détient un bon ratio/habitat emploi et dispose également d’une assise agricole importante et diversifiée. A côté des vignes et céréales, il est aussi le premier producteur en tournesol et soja en France et le 2e département pour les canards …

Pourtant ce territoire de Gascogne n’est pas seulement rural, il est aussi périurbain dans sa partie Est, autour de Auch, le long des RN 124 et 21, où en 40 ans la surface urbanisée a quasiment doublé. Située à quelques encablures de la métropole Toulousaine, la petite préfecture de 22 000 habitants attire en effet depuis de nombreuses années des citadins désireux de s’installer dans ses alentours. L’attractivité résidentielle concerne d’ailleurs l’ensemble du département qui enregistrait 1560 habitants supplémentaires entre 2012 et 2017. Un phénomène que la crise sanitaire du Covid a sans doute renforcé, d’autant que le télétravail a ouvert des perspectives impensables jusqu’alors pour certains ménages. Aussi la problématique de l’étalement urbain est-elle particulièrement présente, que ce soit sous la forme d’un mitage de l’espace rural ou de lotissements.

Du reste, le porter à connaissance du SCoT de Gascogne réalisé par l’Etat en 2016 montre que si l’évolution de la tâche urbaine demeure modérée sur l’ensemble du territoire concerné (+ 20% entre 1990 et 2010), l’examen de Plu récents fait souvent apparaître une consommation d’espace par logement très élevée dans les communes rurales. L’Observatoire de l’artificialisation, dont les données sont plus récentes, indique que près de 2600 ha d’espaces naturels, agricoles et forestiers ont été « consommés » sur les 10 dernières années.

La fragmentation des espaces naturels et agricoles devient un problème que les acteurs locaux cherchent à limiter à travers le SCoT de Gascogne en cours d’élaboration, en réhabilitant et réinvestissant les centres-bourgs. Jusqu’alors, « la déprise des noyaux villageois et des petites villes s’expliquait par des coûts de restauration trop élevés, explique Olivier Salesses, en charge du SCoT de Gascogne à l’Agence d’urbanisme et d’aménagement Toulouse aire métropolitaine (AUAT). L’objectif partagé de revitaliser les centres par la résorption de la vacance -qui touche autant les commerces que les logements- marque une volonté forte de changer de modèle. Les élus ont aussi conscience que si les centres ne proposent pas de services, les populations ne viendront pas. » Les collectivités locales visent ainsi à faciliter l’émergence de projets adaptés aux besoins contemporains des ménages tout en préservant le caractère patrimonial des lieux. D’ores et déjà, de nombreuses communes s’engagent dans les programmes tels que Petites villes de demain ou sur la revitalisation des centres-bourgs pour apporter des réponses globales, articulées et cohérentes.

Pour autant, la cohérence des actions passe aussi par l’idée de complémentarité, y compris à l’échelle territoriale. L’AUAT invite les élus à développer des réflexions intercommunales que le SCoT aide à structurer. « Avec les réflexions issues de la Convention citoyenne et la loi Climat et résilience, les élus ont anticipé la limitation de la consommation d’espace et ils sont en phase de réflexion pour basculer en PLUI », explique Olivier Salesses.

Dans la perspective d’une évolution notable du modèle d’urbanisation et d’une territorialisation des besoins, les données issues de l’Observatoire de l’artificialisation des sols sont essentielles. L’AUAT est engagée depuis plusieurs années dans la construction de l’OCS GE. Elle va disposer pour le Gers, territoire pilote, de trois millésimes, 2013-2016-2019, fiables et homogènes, qui aideront à réaliser des portraits de territoire, et surtout à analyser finement la consommation d’espace. Pour Olivier Salesses, « il faut accepter qu’il y ait quelques écueils dans un premier temps. Mais ce sera l’outil le plus fiable et qui, à partir d’un même protocole de recueil de données, favorisera les comparaisons ». Un outil qui semble indispensable pour agir en toute connaissance de cause.

■ Virginie Bathellier

Vers un outil unique de connaissance

L’Observatoire national de l’artificialisation travaille avec quelques départements pilotes sur un outil de mesure (OCS GE) qui permettra de connaître avec finesse les évolutions à l’œuvre et d’établir des comparaisons. Pascal Lory, directeur du projet ” Dispositif de mesure de l’artificialisation” au ministère de la Transition écologique, nous en présente les caractéristiques.

Diagonal À quels besoins répond l’Observatoire de l’artificialisation, que ce soit à l’échelle nationale ou communale ?

Il y a un premier besoin au niveau de l’État de suivre la trajectoire d’artificialisation jusqu’à l’objectif ZAN en 2050. Parallèlement, les collectivités territoriales et les services déconcentrés de l’État ont également la nécessité de disposer de bilans fiables d’artificialisation sur les territoires.

Au-delà de donner les moyens à l’État, en particulier la DGALN, de piloter cette politique prioritaire du gouvernement qu’est la lutte contre l’artificialisation des sols, il s’agit également de permettre aux Régions, SCoT et structures intercommunales ou communales qui sont en charge de documents d’urbanisme ou de planification de répondre à un certain nombre d’exigences, notamment en ce qui concerne leur bilan de consommation d’espaces. Dans le cadre de la loi Climat et des décrets d’application prévus, les collectivités vont devoir fournir des rapports en matière de lutte contre l’artificialisation des sols avec un certain nombre d’indicateurs. Cet observatoire va leur en donner les moyens, il fournira des données et permettra une mesure plus fiable de l’artificialisation des sols.

On utilise deux notions qui renvoient à des définitions différentes : la consommation d’espaces d’un côté et l’artificialisation de l’autre. En quoi se distinguent-elles ou se complètent-elles ?

En fait, ce sont deux notions assez proches et l’absence de définition claire n’a pas aidé à préciser leurs perceptions respectives. La loi Climat et résilience a enfin établi la définition de l’artificialisation des sols, en faisant référence à l’atteinte durable aux fonctionnalités du sol.

Mais les débats avaient démarré avec le plan biodiversité. À la suite de sa parution, un groupe de travail sur la sobriété foncière qui rassemblait toutes les parties prenantes avait été formé (voir NL n°5). Puis la Conférence citoyenne pour le climat a également alimenté les débats, avant que les parlementaires, au cours du premier semestre 2021, ne s’emparent du sujet et aboutissent au texte de loi que l’on connait.

On peut dire qu’il y a eu quasiment trois ans de lente maturation pour arriver à cette définition de l’artificialisation.

Les deux termes renvoient à deux visions du territoire différentes. À ce stade, la consommation concerne plutôt les usages des parcelles, sous un angle foncier, avec comme finalité la lutte contre l’étalement urbain. Alors qu’avec l’artificialisation, on a une approche par les sols, l’objectif étant de les protéger. Dès lors, l’observation se fait plus sous un angle : “On regarde le sol au travers de son occupation”. À savoir : que trouve-t-on à la surface de ce sol ? Est-ce du revêtu ? Des parkings, des infrastructures routières, du bâti, considérés comme artificialisés ? Ou, a contrario, des espaces végétalisés, arborés, considérés comme non artificialisés ?

Côté artificialisation, les phénomènes sont bien cernés et on va pouvoir les mesurer finement. Côté consommation, il y a toujours des interprétations, même si ses contours sont précisés dans l’article 194 de la loi : “la consommation des espaces naturels, agricoles et forestiers est entendue comme la création ou l’extension effective d’espaces urbanisés sur le territoire concerné”. Une note de doctrine est en cours de rédaction et va préciser les choses.

Des observatoires locaux sont déjà en place. Ils mesurent la consommation des espaces naturels agricoles et forestiers et continueront probablement de le faire après 2031, qui constitue le jalon, dans la loi Climat et résilience, pour le passage de témoin entre consommation et artificialisation. L’Observatoire national apporte la mesure de l’artificialisation, actuellement nous cherchons à articuler les deux échelons de mesure, national et local, afin d’assurer la plus grande cohérence.

Vous avez réalisé un prototype de base de données qui distingue l’usage de l’occupation, va-t-il permettre d’industrialiser la production de la connaissance ?

Un prototype a été fait sur le SCoT d’Arcachon, avec comme premier objectif de vérifier la faisabilité technique de constituer une base de données sur l’occupation et l’usage des sols par intelligence artificielle (Occupation du sol à grande échelle : OCS GE). Jusqu’à présent, des humains analysaient des photographies aériennes et produisaient les bases de données. Cette production va donc être considérablement bouleversée même si le résultat final, l’OCS GE, conserve des spécifications identiques.

Le deuxième intérêt du prototypage a porté sur le lien fort entre l’outil de mesure et la définition. Il s’agissait effectivement d’élaborer une définition qui soit mesurable.

Êtes-vous d’ores et déjà en mesure de mettre en application cet outil sur le terrain et d’observer concrètement ses impacts ?

Nous allons les mesurer sur le département du Gers. Ce seront des données labellisées, officielles. Elles seront disponibles dès le mois de mars. Un certain nombre d’acteurs locaux sont en attente de ces données OCS GE, et notamment le SCoT de Gascogne qui va pouvoir les utiliser, de même que la DDT. Un opérateur technique, comme l’Agence d’Urbanisme de Toulouse, qui les exploitera pour le compte du SCoT, est également dans les starting-blocks.

Vous prévoyez son déploiement sur d’autres départements. Comment les choisissez –vous ?

Il est tout d’abord nécessaire de rappeler que l’ambition est de couvrir l’intégralité du territoire national pour 2024. Néanmoins, pour le choix des départements, il y a actuellement plusieurs critères.

Le premier critère est technique. Il faut s’appuyer sur une prise de vue aérienne récente, afin d’éviter de produire une occupation du sol à une grande échelle qui serait déjà un peu datée, même si, à chaque fois, on produit deux millésimes. En ce moment, les départements que l’on choisit disposent de prises de vue de 2021, voire 2020. Et l’on prend aussi la prise de vue plus ancienne de trois ans. Cette production bi-millésimée permet d’emblée de calculer des flux d’artificialisation.

Le second critère est de produire là où les besoins sont forts, les attentes avérées, et où les moyens sont mis en place pour utiliser les données rapidement, afin de produire des cas d’usage.

Quelles sont les attentes de vos financeurs et de la DGALN ?

L’investissement important consenti par l’État nous oblige. Le coût de l’Observatoire est en effet de l’ordre de 20 millions d’euros. Le Fonds de transformation de l’action publique (FTAP), porté par l’État, est notre financeur principal, il contribue à hauteur de 11 millions d’euros pour la production de l’OCS GE. Les autres financeurs de l’observatoire sont la DGALN et le ministère de l’Agriculture. Aussi est-il essentiel de faciliter des cas d’usage par les utilisateurs locaux, l’État au travers des services déconcentrés et les collectivités territoriales. C’est ce que nous faisons dans le cadre de l’accompagnement des territoires au déploiement de l’OCS GE.

■ Propos recueillis par Virginie Bathellier.

L’étalement urbain, entre demande sociale et impératifs écologiques

Concilier les objectifs du Zan et la qualité de vie dans des espaces densifiés constitue un véritable enjeu, qui se heurte encore aux aspirations des ménages.

Les sondages se succèdent et ne se démentent pas. Le rêve d’une maison individuelle, entourée d’un jardin et proche d’espaces de nature, est toujours plébiscité par 80 % de la population française, loin devant l’appartement dans un immeuble collectif, même agrémenté d’un balcon ou d’espaces paysagers (1). D’après une enquête Ipsos, ce désir est si puissant que le mode de déplacement intervient peu dans les souhaits de localisation et d’achat de ménages pourtant sensibles aux questions environnementales (2).

Ceci étant, le logement individuel, considéré comme un idéal indépassable, a son revers : l’étalement urbain. Certes, la réhabilitation du bâti existant tend à se développer depuis peu, mais ce mode d’urbanisation continue de s’imposer avec force dans le paysage rural ou périurbain, en dépit d’une volonté de le contrôler depuis la loi SRU en 2000.

Les chefs d’accusation à son encontre ne manquent pas. Comme le mettait en scène la FNAU en décembre 2021 lors de ses rencontres, l’étalement urbain serait ainsi responsable d’une désocialisation des citoyens, tournés vers l’entre-soi. Il serait un vecteur d’accroissement des inégalités. Territoire de l’automobile, il constituerait un frein puissant à la transition énergétique et écologique. Enfin, il abîmerait les paysages, un reproche déjà formulé par Télérama en 2010, qui s’interrogeait sur “la France moche”.

Bien sûr, les espaces périurbains ou ruraux produits par l’étalement urbain demeurent divers. Ils s’inscrivent en effet dans de multiples configurations, à commencer par les formes d’habitat, qui peuvent relever du diffus, hors de l’enveloppe urbaine existante, ou de zones aménagées destinées à de l’individuel groupé, à des lotissements … Contrairement aux idées reçues, une socialisation de proximité peut s’y développer, et la maison, quand elle ne conduit pas à un surendettement, donne aussi plus de liberté. Socialement, ces espaces ne sont d’ailleurs pas homogènes, avec l’archétype des lotissements à l’américaine qui bénéficient de vastes parcelles, conçus pour les classes moyennes aisées, ou le lotissement destiné aux populations plus modestes, aux qualités constructives laissant parfois à désirer.

Car l’étalement urbain n’offre pas à tous les mêmes atouts. Même si la fiscalité locale y est souvent plus faible qu’en ville dense, le reste à vivre dépend aussi de la facture énergétique qui représenterait a minima selon l’Insee 9 % du budget moyen des ménages résidant dans une maison de plus de 5 ans. Mais surtout, la dépendance automobile vient amplifier les dépenses. Une réalité qui n’a pas été anticipée, or la hausse du prix de l’énergie va constituer une variable incontournable à l’avenir.

Comme on le voit, il est difficile de parler d’un seul espace, d’autant qu’ils peuvent se greffer à des petites villes, se développer aux marges des métropoles, participer de l’urbanisation des communes littorales, relever d’une dynamique touristique. L’Observatoire national de l’artificialisation en brosse un portrait précis (3). Sur une période de 10 ans, l’habitat est bien le principal contributeur de la consommation d’espace (68%), mais les activités sont également représentées (26 %).  À l’échelle locale, “on constate que la consommation d’espaces est un phénomène polarisé et guidé par deux forces majeures, à savoir la métropolisation et l’attraction du littoral.” Autre constat fait par les auteurs du rapport, “la consommation d’espaces est à la fois la résultante de grands projets consommateurs et de l’accumulation de multiples projets peu consommateurs individuellement, mais dont l’impact cumulé est significatif “.

Du reste, l’impact environnemental de l’étalement urbain est largement connu et partagé. En faisant disparaître les terres agricoles, naturelles et forestières (28 000 ha/an selon le Cerema), il accélère la perte de biodiversité, imperméabilise les sols, favorise les inondations, participe au réchauffement climatique. C’est bien pour limiter, voire arrêter ce phénomène que le Plan biodiversité de 2018 a instauré le principe du zéro artificialisation nette (ZAN), renforcé par la loi Climat et résilience.

Néanmoins, avec une demande sociale qui ne faiblit pas, la tâche est complexe. D’autant que, “paradoxalement, la maison individuelle bénéficie toujours d’avantages procéduraux en matière d’urbanisme opérationnel que ne connait pas l’habitat collectif”, regrettaient Jean-Philippe Antoni, professeur à l’université de Bourgogne, et Jean Houssemand, urbaniste, dans un article récent (4). Des pays européens peuvent cependant servir d’exemple. Les Pays-Bas et l’Allemagne concilient les objectifs du Zan et la qualité de vie, comme la Suisse qui limite aussi l’urbanisation de la quasi-totalité des terres arables (5).

Aussi les politiques de planification constituent-elles un levier essentiel pour agir, en particulier dans “les territoires qui artificialisent moins dans l’absolu, mais pour lesquels l’étalement urbain est important, car de grandes surfaces sont artificialisées pour accueillir un faible nombre de ménages et d’emplois”, rappellent les auteurs de l’Observatoire. Et de recommander : “Sur ces territoires, la question de l’effet de l’urbanisation, et la bonne définition des besoins, sont fondamentales.” 

Il s’agit là d’un défi à relever. L’enquête réalisée sur le territoire rural du Diois dans le n°214 de Diagonal témoigne de la difficulté à maîtriser l’étalement urbain dans un PLUi qui doit composer avec des enjeux encore contradictoires (6). Les outils de connaissance qui se mettent en place aideront sans doute à définir des projets de territoire plus cohérents et vertueux.

■ Virginie Bathellier

  1. Géomètre, Propositions pour le pavillonnaire, janvier 2022
  2. Baromètre Qualitel, Logement : peut-on joindre l’utile à l’agréable ? Édition 2021
  3. https://artificialisation.developpement-durable.gouv.fr/
  4. Urbanisme n° 423, Le paradoxe du permis d’aménager, 2022
  5. Géomètre, Objectif : la sobriété foncière, février 2022
  6. Un modèle de développement à définir, Diagonal N°214, mars 2022

Partenaires

Incontournables depuis 30 ans — leur première édition s’est tenue en 1991, les Assises des Déchets continuent de se revisiter. Événement d’envergure nationale, lieux de débats, de propositions et d’informations au format unique, c’est le rendez-vous entre les industriels, les associations, les collectivités locales, les administrations et organismes publics.
Depuis 2010, le concours Capitale française de la Biodiversité identifie, valorise et diffuse les meilleures actions réalisées par des communes et intercommunalités françaises en faveur de la biodiversité.

Yes We Camp, un collectif inventif

Parmi les six lauréats du dernier Palmarès des Jeunes Urbanistes, le collectif Yes We Camp est connu notamment pour le projet des Grands Voisins à Paris. Résolument inscrit dans une démarche d’économie sociale et solidaire, il s’applique à tisser de nouveaux liens entre la société civile et les lieux qu’il investit.

En 2012, alors que Marseille s’apprête à être capitale européenne de la culture, l’idée de créer collectivement un camping d’un nouveau genre germe dans l’esprit de deux amis architecte et artiste graphiste. “Yes We Camp ! Le Camping de l’Estaque”, situé sur des friches au nord de la ville, voit le jour. Le temps d’un été, ce lieu d’accueil éphémère et hors-norme, ouvert aux touristes, aux riverains, aux artistes, aux jeunes en insertion… se base sur deux valeurs fondamentales : l’hospitalité et la créativité. Financé aux trois quarts par ses recettes directes, le camping écologique, artistique et solidaire est une réussite populaire. L’association Yes We Camp est lancée.

Pour Nicolas Détrie, l’un des cofondateurs, “notre but est de transformer les rapports sociaux grâce à un changement d’organisation de nos espaces de vie. Nous pensons qu’il y aurait beaucoup à gagner à démonétariser une partie de nos relations actuelles.”

Quelques années plus tard, le succès revient avec les Grands Voisins, une initiative de transformation temporaire de l’hôpital Saint-Vincent-de-Paul, dans le 14ᵉ arrondissement de Paris. En partenariat avec Plateau Urbain et l’association Aurore, qui mettent en place un centre d’hébergement pour les sans-abri, Yes We Camp investit cet espace inoccupé pour en faire un tiers-lieu solidaire. L’objectif est que des publics diversifiés puissent cohabiter et interagir.

Nicolas Détrie précise le rôle de Yes We Camp : “Nous ne sommes pas des travailleurs sociaux. Nous créons des espaces qui ont pour but de favoriser le travail social, mais nous ne l’assurons pas. Nous fonctionnons toujours avec des partenariats. Notre engagement est d’abord celui d’urbaniste, ou d’architecte social. Nous réfléchissons aux flux, ambiances, couleurs, rythmes et aux fonctions de l’espace.”

L’expérience des Grands Voisins est inédite et son succès inattendu : entre 2015 et 2020, le lieu devient un véritable village en plein cœur de l’arrondissement. 250 associations, startups, artisans et artistes ont pu y déployer leur activité. En 2020, la crise du Covid agit comme révélateur du potentiel de cet espace social : “Assez naturellement, c’est depuis les Grands Voisins qu’une chaîne de production et distribution de plus de 100 000 repas s’est mise en place, en comptant sur l’implication volontaire de centaines de personnes.”

À Paris, Marseille ou Nanterre, le collectif développe d’autres projets inventifs et solidaires dans des espaces vacants : bars, restaurants, galeries, jardins partagés, festivals… Ils ont désormais une renommée internationale et sont appelés à présenter leurs projets en Inde, en Espagne, à Taïwan, en Grèce, ou encore aux États-Unis.

Nicolas Détrie précise qu’en dépit de cette visibilité, le modèle économique de Yes We Camp reste encore fragile, et trouve sa voie dans un financement hybride entre recettes directes et soutiens financiers. Les subventions publiques représentent actuellement 40 % de leur budget. “Ce que nous proposons porte une dimension d’intérêt général et contribue aux politiques publiques. Plutôt que de chercher à autofinancer nos projets, nous privilégions une approche mixte, et nous estimons qu’il est important que nos projets relèvent en partie de financements publics.

La plupart des projets naissent dans des cadres conventionnés à durée limitée, mais la vocation de ces projets n’a pas forcément pour impératif de s’arrêter ! “On nous propose des endroits que la ville conventionnelle n’arrive pas à utiliser, à nous de faire en sorte que ça s’inscrive dans le temps.

Cette question de la temporalité se révèle particulièrement importante dans les quartiers populaires. “Dans les quartiers aisés, tout le monde est content quand nous arrivons avec nos projets novateurs, puis quand vient le départ, le quartier l’accepte plutôt facilement. En revanche, dans les quartiers populaires, où les équipements et services sont plus rares, nos lieux créent un espace de possibilités et d’espoir dont la disparition suscitera de la déception.

La démarche de Yes We Camp est transversale, et n’est d’ailleurs pas circonscrite à l’urbanisme transitoire. Elle témoigne d’une volonté de changer en profondeur notre rapport à l’environnement et nos comportements citoyens, à travers l’aménagement de la ville mais aussi l’éducation, l’alimentation, le récit, l’imaginaire…

Nicolas Détrie souhaite aussi que Yes We Camp puisse à l’avenir lancer de nouvelles initiatives dans les territoires en dehors des métropoles. L’association s’engage cet été dans un village du Marais poitevin, et avance sur la possibilité d’un lieu commun en Isère.

Certes, l’exemple de Yes We Camp demeure encore marginal dans le monde de l’urbanisme, mais, Nicolas Détrie l’affirme : “Il y a une volonté immense de prendre part et de pouvoir s’impliquer dans son environnement vécu. Ce désir est aujourd’hui contraint dans la ville conventionnelle car il y a peu d’espace pour son déploiement. Notre engagement est de contribuer à multiplier les espaces communs pour accueillir ces volontés d’implication.”

Lisa Godot

Patrick Bouchain donne la preuve par 7

Grand Prix de l’urbanisme 2019, Patrick Bouchain a, tout au long de son parcours, bousculé les codes en plaçant les usages au coeur de sa pratique, et renouvelé en profondeur les modes de faire et de participation habitante. Aujourd’hui, il poursuit son oeuvre en s’attachant à la transmission, à travers des chantiers sur des sites variés.

Construire autrement pour faire école, démontrer pour susciter un changement généralisé, tel est le sens de la démarche La Preuve par 7.

Propos recueillis par Marc Lemonier

N°207 : Patrick Bouchain donne la preuve par 7 – Interview

Notre équipe

Stéphanie Dupuy-Lyon, Directrice générale de l’aménagement, du logement et de la nature par intérim, directrice de la publication

Virginie Bathellier, rédactrice en chef

Virginie Bathellier, Florent Chappel, Nathalie Garat, Marc Lemonier,  journalistes

Murielle Morvan, secrétaire de rédaction

Valérie Blin, chargée de Diagoflash

Florent Chappel, chargé de la valorisation de la revue


Contact annonces : Diagoflash.dguhc@developpement-durable.gouv.fr

Renseignements, demande de numéro ou abonnement :

DGALN – Diagonal, service abonnements
Arche Paroi Sud, 92055 la Défense Cedex
Courriel : valerie.blin@developpement-durable.gouv.fr

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search