Les nouveaux défis politiques de la ville durable

Après dix années consacrées au plan national ville durable, la ministre Emmanuelle Wargon a lancé la démarche “Habiter la France de demain” le 9 février 2021. Cette journée de webinaire a permis d’ouvrir un débat sur une nouvelle vision de la ville durable, appelée à structurer l’action publique.

Un nouvel élan dans la politique nationale pour des villes durables

Quatre défis semblent s’imposer aujourd’hui pour bâtir la ville durable de demain : la sobriété, la résilience, l’inclusion et la production. Une approche directement inspirée du projet de “Manifeste pour des villes durables”, publié par l’association France Ville durable début février. Et qui rappelle les qualités formulées en creux dans la définition de la ville durable proposée par Cyria Emelianoff en 1999 et qui fait aujourd’hui encore référence. 

Poser les fondements de la ville de demain

Quatre grands témoins sont intervenus et ont chacun animé un atelier dédié à l’un des nouveaux fondamentaux de la ville de demain. 

La sobriété d’abord

Pour Franck Boutté, qui dirige l’agence Franck Boutté Consultants, “il n’y a pas de définition consensuelle de la sobriété”. Elle renvoie à la “frugalité”, à l’“empreinte biologique”, aux  “besoins essentiels”. Elle implique selon lui un renoncement au superflu et une critique de l’hypertechnologie. 

Mais elle pose aussi la question des limites à fixer à cette recherche du moins, comme celle de la “répartition des efforts à consentir et du partage des bénéfices du mieux”. Pour que la sobriété soit acceptée voire désirée dans un consensus citoyen, un débat démocratique est indispensable. 

Plusieurs propositions ont pu être exposées à la ministre en charge du logement : bloquer l’artificialisation des terres dès qu’il existe un potentiel de renouvellement urbain, empêcher la construction neuve si l’on peut réhabiliter l’existant, réserver 1m2 de nature pour chaque m2 bâti ou encore instaurer un fonds pour couvrir les surinvestissements liés à la sobriété. 

Ecoquartier Autour Dun Parc Agro Urbain | atelierphilippemadec
L‘ÉcoQuartier de Montévrain parvient à limiter l’artificialisation des sols ©Atelier Philippe Madec

La résilience comme méthode

Sur le défi de la résilience, Magali Reghezza-Zitt, géographe et directrice du Centre de formation sur l’environnement et la société de l’ENS, a pointé la complexité d’une notion devenue incontournable. “La résilience, c’est d’abord un récit parapluie qui promet un horizon radieux, analyse-t-elle. Mais elle peut être appropriée par la sphère capitaliste comme par les partisans de la déconnexion”. 

Sa définition habituelle, à savoir la capacité d’un système à retrouver son état d’équilibre après une perturbation extérieure, pose problème. “Dans le langage des sciences, la résilience est l’inverse de la bifurcation, remarque-t-elle. On nous demande aujourd’hui une transformation structurelle au niveau des individus, des collectifs, des systèmes productifs, des territoires”.

Enfin, la chercheuse insiste sur la nécessité d’une “appropriation démocratique” de la résilience. En premier lieu, “interroger l’envie collective d’agir et expliciter les coûts de l’inaction”. Puis “discuter les trajectoires et les adapter au fur et à mesure”. Ce qui suppose une gouvernance et un pilotage. Enfin, “rendre publique les négociations”.

C’est à ce prix que la résilience, négociée et locale, peut se construire et susciter l’adhésion des citoyens. Après l’atelier, la chercheuse a suggéré de confier la transition écologique au Haut-Commissariat au plan.

Inondations dans l'Aude - La catastrophe vue du ciel ...
Inondations à Trèbes en 2018 ©lindependant.fr

Pour une ville inclusive

Judith Ferrando, co-directrice du cabinet de conseil Missions publiques, chargée – avec d’autres – d’accompagner la Convention Citoyenne pour le Climat, considère l’inclusion comme “une clé pour gagner les autres défis” et pour “résoudre pacifiquement les conflits”. Il s’agit pour elle de “donner à chacun sa place dans la vie politique, économique, culturelle”.

La ville de demain doit, selon elle, “proposer un récit collectif” susceptible de rencontrer les “aspirations citoyennes au ralentissement, à la proximité, à la frugalité et à la réduction des inégalités”. Si de nombreuses initiatives de collectifs d’habitants existent, elle estime peu probable qu’elles induisent “le changement radical de notre modèle de société”

L’atelier a préconisé la création de nouveaux espaces locaux pour des coalitions d’acteurs de type COP21 et convention citoyenne pour le climat, afin de concrétiser la résilience dans les projets d’aménagement urbain. 

Le jardin des délices dans l’EcoQuartier de la Cerisaie à Villiers-le-Bel

Sans oublier les activités productives en ville

Quatrième et dernier défi, celui de la production. Pierre Veltz, économiste, sociologue et Grand Prix de l’urbanisme 2017, en précise d’emblée l’ambition : “un changement de paradigme qui ne peut se loger seulement dans l’économie de la proximité, sympathique et consensuelle”.

À une approche en silos, par secteurs, doit se substituer une “vision globale renouvelée et humano-centrée de l’économie, tournée vers les besoins fondamentaux”. Il s’agit ainsi de mettre la santé et l’éducation aux premiers rangs de l’économie productive. “Il faut simplifier les produits, pratiquer le discernement technologique sans promouvoir l’austérité ni tomber dans le piège de la décroissance, insiste Pierre Veltz. Car pour être habitable et inclusive, la France doit créer des emplois et de bonne qualité. Les quatre défis de la ville durable sont très liés entre eux”.

La proposition de Pierre Veltz pour relever ce défi consiste à réinsérer les activités productives dans la ville (c.f. le programme “Ville productive” du Puca). Mais aussi à réserver des espaces à l’économie sociale et solidaire, comme aux nouveaux communs urbains, dans les opérations d’aménagement ou de construction.

Parc des industries Artois Flandres dans la future métropole Euralens @ association Euralens

Une nouvelle feuille de route pour la ville durable

Un bilan et de nouvelles perspectives pour la démarche  “Habiter la France de demain” ont été dressés en marge de la journée organisée par France Ville durable le 19 mai 2021. Cette première édition d’un rendez-vous annuel baptisé “Villes durables en action”, était consacrée aux solutions, démonstrateurs, programmes et budgets mobilisables pour faire la ville durable – cf. le dossier de presse du gouvernement sur l’avancement de la démarche Habiter la France de demain.Un consultation citoyenne en ligne a été lancée le 27 mai pour mettre au débat le projet de “Manifeste pour les villes durables”.

■ Florent Chappel

La parole à Sébastien Maire, directeur général de France Ville Durable

L’association France Ville Durable a été créée fin 2019, prenant alors la suite de l’Institut de la ville durable. Avec sa première journée nationale “Villes durables en action” du 19 mai 2021, elle s’affirme comme un acteur central et incontournable pour accélérer la transition écologique des villes et territoires. Sébastien Maire, directeur général de France Ville Durable depuis septembre 2020 et précédemment responsable de la transition écologique de la ville de Paris, précise les outils et modes d’actions de l’association.

Photo du site « Les 100 qui font la ville »

Comment a été conçu le “manifeste pour les villes durables” ? 

À l’origine, j’ai fait la proposition aux membres de l’association France Ville Durable de se doter d’un cadre logique d’intervention. Il s’agissait de s’entendre sur ce que veut dire la ville durable. Les services de l’État ont largement contribué, la DGALN et l’Ademe en particulier. C’est le fruit d’un travail collectif.

Le manifeste intègre la question des limites planétaires, une révolution dans la façon de concevoir les politiques publiques. Sur le plan technique, c’est déjà un acquis : les travaux du Cerema, du Puca, de l’Ademe sont des ressources exceptionnelles qui nourrissent au quotidien tout ce que fait France Ville Durable. Par contre, sur le plan politique, beaucoup reste à faire.

Valorisez-vous cette expertise auprès des élus, dans les territoires ?

Tout à fait. Nous pensons que pour être crédible, il faut se confronter en permanence à la mise en œuvre et ses difficultés dans les territoires. Le manifeste doit être alimenté par les territoires, et réciproquement. Depuis un an, nous proposons donc à toutes nos collectivités membres, l’organisation d’ateliers en 2 temps. Un premier temps consacré à la présentation du cadre logique suivi d’un débat avec tout l’exécutif municipal et les équipes de direction. 

Nous visons l’échelon stratégique pour sensibiliser, former, puis outiller. Une fois que la stratégie de transition du territoire est calée, on déroule par secteur les objectifs de décarbonation. Quels indicateurs choisir ? Quelle évaluation mettre en place ? Puis on propose à la collectivité de soumettre certains des projets structurants du mandat en cours, encore en phase amont, à l’analyse de nos membres publics et privés.

Auriez-vous un exemple ?

Nous avons travaillé avec Caux Seine agglo. Pour les élus, ce fut, d’après les mots de leur présidente Virginie Carolo, un véritable électrochoc. Nous avons organisé des ateliers avec la collectivité pour inspirer élus et techniciens, ainsi que des visites de sites avec les maires et leurs services. Et ce dans le cadre du programme petites villes de demain de l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT), dont nous sommes partenaires.

Nous avons exploré le défi d’une décarbonation de ce territoire dont 15 000 emplois dépendent de la raffinerie d’Exxon Mobil ! Ravie des pistes que nous avons collectivement pu dessiner, la collectivité nous demande une nouvelle convention pour réfléchir avec elle à son futur contrat de relance et de transition écologique (CRTE). Notre plus-value est vraiment de présenter l’expertise privée et publique existante pour accélérer les projets de transition. Nous souhaitons déployer ce dispositif et contractualiser sur le long terme avec l’État.

Quels autres outils développez-vous pour passer d’une logique de pionniers de la ville durable à une massification des bonnes pratiques ?

La demande de la ministre de mettre en valeur des démonstrateurs (116 démonstrateurs ont été dévoilés le 19 mai, ndlr) a permis d’enclencher un processus. Nous allons en permanence identifier et sélectionner de nouveaux démonstrateurs en les étudiant au crible des 4 critères du manifeste (sobriété, résilience, inclusion et créativité, ndlr) et aux différentes échelles – du logement au territoire. Nous irons bien au-delà des seules questions d’habitat pour embrasser toute la stratégie territoriale de transformation, puis des approches sectorielles sur l’énergies, les mobilités, etc.

Ces démonstrateurs viendront alimenter en continu notre portail, dont la mise à jour est prévue cet été. Il remplira la mission phare de donner à voir ce qui fonctionne, des réalisations concrètes opérationnelles. Sa conception est orientée services et usagers. Et il incarnera la sobriété que nous prônons avec une plateforme sobre en utilisation, des innovations techniques pour consommer moins de données et d’énergie.

France Ville Durable est-elle dimensionnée pour porter la ville durable en France comme à l’international ?

L’État a souhaité créer une structure légère et agile, sous la forme d’une association loi 1901. Toute sa force, toute son expertise viennent de ses membres – répartis en 4 collèges paritaires que sont les collectivités locales, les entreprises, l’État et les experts – et de ses partenaires. En France, comme à l’international, nous représentons l’ensemble des parties prenantes professionnelles publiques et privées de la ville et des territoires.

Nous travaillons en équipe restreinte, avec 5 etp (équivalent temps plein, ndlr) et un budget d’un peu moins de 800 000€ à ce jour. Notre développement se fait via l’expertise et les moyens des nouveaux membres, de plus en plus nombreux à vouloir nous rejoindre. Nous étendrons nos activités en conséquence, comme nous l’avons fait avec les ateliers territoriaux lancés en début d’année pour accompagner les exécutifs locaux dans leurs projets de transition.  

À l’international, nous agissons en appui à la diplomatie économique et aux ministères compétents, par la valorisation de l’expertise et du savoir-faire de nos entreprises. Nous assurons notamment une présence sur les salons professionnels de référence en collaboration avec Business France.

Dans ces instances, France Ville Durable porte le message assumé d’un pilotage public de la transition, et en profite pour rappeler l’importance des logiques d’inclusion dans la fabrique de la ville. Nous pensons qu’en cela, l’élu local est le plus légitime pour conduire la transformation de son territoire. A contrario, par exemple, des États-Unis où certains quartiers sont entièrement aux mains d’acteurs privés.

Propos recueillis par Florent Chappel

Un nouveau “Manifeste pour des villes durables”

Pour son premier événement national “Villes Durables en Actions”, l’association France Ville Durable peut se réjouir. Elle est parvenue à rassembler, le 19 mai, à la Halle aux Sucres de Dunkerque, tout le panel des acteurs de la ville durable. Sans oublier la ministre Emmanuelle Wargon, intervenue à distance mais en direct. Et ce devant 2200 internautes au plus fort de l’audience.

Un succès qui semble inscrit dans l’ADN de l’association. Avec ses 4 collèges paritaires que sont l’État, les collectivités, les entreprises et les experts, elle réunit toutes les parties prenantes de la ville durable. Autour d’une mission claire : accélérer le mouvement de transition écologique des villes et territoires. Car, insiste Patrick Vergriete, maire de Dunkerque et président de l’association, “France ville durable est un do-tank, qui vise le faire. Il s’agit de valoriser les méthodes et réalisations françaises pour donner des idées, reproduire ou innover”.

Les associations d’élus, les présidents des 4 collèges de France Ville Durable, des représentants de l’État et de ses agences, des concepteurs et experts de l’urbain ont pu débattre autour d’un “manifeste pour les villes durables” produit par l’association. Un document qui pourrait “remplacer à terme la charte d’Athènes”, veut croire Emmanuelle Wargon. Une chose est sûre, une vision profondément renouvelée de la ville de demain en ressort. La sobriété, la résilience, l’inclusion – sociale et démocratique – et la créativité – économique et culturelle – s’imposent comme les nouveaux fondamentaux de la ville durable.

La journée a également permis de présenter de nombreuses réalisations exemplaires. En tout, 116 démonstrateurs de solutions déjà expérimentées et qui restent à déployer plus largement. L’État n’attend pas autre chose, et Stéphanie Dupuy-Lyon, directrice générale de l’aménagement, du logement et de la nature, invite à “l’industrialisation territorialisée des meilleures pratiques de l’urbanisme durable”.

■ Florent Chappel

Convention Citoyenne pour le Climat, suites …

La sobriété foncière se trouve au coeur de plusieurs mesures et projets de loi. Cette thématique, mise sur le devant de la scène par la Convention Citoyenne, constitue un objectif fort de la politique gouvernementale et rejoint les préoccupations environnementales de la société. Mais, derrière les annonces, tout un travail se mène en coulisses, sur lequel revient Jean-Baptiste Butlen, sous-directeur à l’aménagement durable au ministère de la Transition écologique.

Propos recueillis par Virginie Bathellier.

N°210 : Convention citoyenne pour le climat, suites… – Interview Jean-Baptiste Butlen