La Dreal encourage les matériaux biosourcés

Au-delà d’un cadre national très favorable, le niveau régional est essentiel pour promouvoir le bois comme l’ensemble des matériaux biosourcés. Anissa Ben Yahmed, chargée de mission “Filières vertes” à la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal) de la région Auvergne-Rhône-Alpes, livre son analyse sur les actions de l’État et de ses partenaires en faveur du bois construction.

Propos recueillis par Florent Chappel.

N° 212 : La Dreal encourage les matériaux biosourcés – Interview d’Anissa Ben Yahmed

JO 2024 : médaille d’or pour le bois

Antoine du Souich est directeur de la stratégie et de l’innovation à la Société de Livraison des Ouvrages Olympiques (Solideo), chargée de livrer l’ensemble des bâtiments pour les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris. Il explicite pour nous la place privilégiée donnée au bois dans ce chantier pharaonique qui compte 62 ouvrages pour 1,4 milliards d’euros de subventions publiques.

Propos recueillis par Florent Chappel.

N° 212 : JO 2024 médaille d’or pour le bois – Interview d’Antoine du Souich

À Pampelune, le Parc Fluvial fait des émules

À l’instar de la plupart des grandes villes espagnoles, Pampelune organisa
sa croissance tout au long du XXe siècle sous forme de quartiers réguliers de forte densité, reléguant la rivière Arga, sa source nourricière, à un rôle secondaire. Cette situation fut corrigée à partir de 1998 grâce à la mise en place du Parc Fluvial de l’Arga, projet pionnier de “trame bleue”. Carlos Gotlieb, professeur à l’Ensap de Bordeaux, nous en livre la genèse et les perspectives qui se dessinent aujourd’hui.

N° 212 : Le Parc Fluvial de Pampelune fait des émules

L’image, un témoignage du temps qui passe

Depuis des décennies, l’observation photographique des paysages s’invite à la table de l’aménageur et de l’urbaniste. Émilie Fleury-Jägerschmidt, en charge des paysages au ministère de la Transition écologique, nous apporte son éclairage sur cet outil vivant au service des territoires.

Propos recueillis par Nathalie Garat.

N° 212 : L’image, un témoignage du temps qui passe – Interview d’Emilie Fleury -Jägerschmidt

Quand les activités de fabrication partent

Les activités productives quittent les métropoles. C’est le résultat d’un rapport financé par l’institut pour la recherche de la Caisse des Dépôts et soutenu par le Puca, paru en 2020. Réalisé par Nicolas Gillio, directeur de projet au Cerema, et Sylvie Duvillard, enseignante-chercheure à l’Université Grenoble Alpes, il en expose les causes. Mais aussi les pistes de solutions qui renvoient aux stratégies urbaines et à l’adaptation du bâti.

Propos recueillis par Florent Chappel.

N°212 : Quand les activités de fabrication partent – Interview croisée de Sylvie Duvillard et Nicolas Gillio

Le rural sous la loupe des architectes-urbanistes

Dotés de patrimoines bâtis sous-utilisés, les territoires ruraux pourraient devenir le terrain de jeu des architectes-urbanistes d’aujourd’hui et de demain. Directeur de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Clermont-Ferrand, Simon Teyssou nous en présente les intérêts et les exigences pour la profession.

Propos recueillis par Nathalie Garat.

N°212 : Le rural sous la loupe des architectes – urbanistes_Interview de Simon Teyssou

Une réhabilitation épurée

L’architecte Laurent Thomassin et François Tacquard, président
de l’association du Parc textile de Wesserling, nous présentent
les savoir-faire qu’ils ont mobilisés pour la rénovation de la cité-usine.

Propos recueillis par Nathalie Garat.

N°212 : Wesserling – Une réhabilitation épurée

L’action publique territoriale, au défi du travail technico-politique

Ne relie pas qui veut ! Tel est le constat de Jean-Marc Offner, directeur général de l’agence d’urbanisme Bordeaux Aquitaine (a-urba), président de l’École urbaine de Sciences Po et du conseil stratégique de Popsu.
Il nous offre ici une vision fine, non dénuée d’humour, des freins qui limitent l’action publique territoriale et partant, la cohérence des politiques menées. Pour autant, d’autres chemins sont possibles…

N°212 : L’action publique territoriale, au défi du travail technico-politique

Partenaires

Incontournables depuis 30 ans — leur première édition s’est tenue en 1991, les Assises des Déchets continuent de se revisiter. Événement d’envergure nationale, lieux de débats, de propositions et d’informations au format unique, c’est le rendez-vous entre les industriels, les associations, les collectivités locales, les administrations et organismes publics.
Depuis 2010, le concours Capitale française de la Biodiversité identifie, valorise et diffuse les meilleures actions réalisées par des communes et intercommunalités françaises en faveur de la biodiversité.

Yes We Camp, un collectif inventif

Parmi les six lauréats du dernier Palmarès des Jeunes Urbanistes, le collectif Yes We Camp est connu notamment pour le projet des Grands Voisins à Paris. Résolument inscrit dans une démarche d’économie sociale et solidaire, il s’applique à tisser de nouveaux liens entre la société civile et les lieux qu’il investit.

En 2012, alors que Marseille s’apprête à être capitale européenne de la culture, l’idée de créer collectivement un camping d’un nouveau genre germe dans l’esprit de deux amis architecte et artiste graphiste. “Yes We Camp ! Le Camping de l’Estaque”, situé sur des friches au nord de la ville, voit le jour. Le temps d’un été, ce lieu d’accueil éphémère et hors-norme, ouvert aux touristes, aux riverains, aux artistes, aux jeunes en insertion… se base sur deux valeurs fondamentales : l’hospitalité et la créativité. Financé aux trois quarts par ses recettes directes, le camping écologique, artistique et solidaire est une réussite populaire. L’association Yes We Camp est lancée.

Pour Nicolas Détrie, l’un des cofondateurs, “notre but est de transformer les rapports sociaux grâce à un changement d’organisation de nos espaces de vie. Nous pensons qu’il y aurait beaucoup à gagner à démonétariser une partie de nos relations actuelles.”

Quelques années plus tard, le succès revient avec les Grands Voisins, une initiative de transformation temporaire de l’hôpital Saint-Vincent-de-Paul, dans le 14ᵉ arrondissement de Paris. En partenariat avec Plateau Urbain et l’association Aurore, qui mettent en place un centre d’hébergement pour les sans-abri, Yes We Camp investit cet espace inoccupé pour en faire un tiers-lieu solidaire. L’objectif est que des publics diversifiés puissent cohabiter et interagir.

Nicolas Détrie précise le rôle de Yes We Camp : “Nous ne sommes pas des travailleurs sociaux. Nous créons des espaces qui ont pour but de favoriser le travail social, mais nous ne l’assurons pas. Nous fonctionnons toujours avec des partenariats. Notre engagement est d’abord celui d’urbaniste, ou d’architecte social. Nous réfléchissons aux flux, ambiances, couleurs, rythmes et aux fonctions de l’espace.”

L’expérience des Grands Voisins est inédite et son succès inattendu : entre 2015 et 2020, le lieu devient un véritable village en plein cœur de l’arrondissement. 250 associations, startups, artisans et artistes ont pu y déployer leur activité. En 2020, la crise du Covid agit comme révélateur du potentiel de cet espace social : “Assez naturellement, c’est depuis les Grands Voisins qu’une chaîne de production et distribution de plus de 100 000 repas s’est mise en place, en comptant sur l’implication volontaire de centaines de personnes.”

À Paris, Marseille ou Nanterre, le collectif développe d’autres projets inventifs et solidaires dans des espaces vacants : bars, restaurants, galeries, jardins partagés, festivals… Ils ont désormais une renommée internationale et sont appelés à présenter leurs projets en Inde, en Espagne, à Taïwan, en Grèce, ou encore aux États-Unis.

Nicolas Détrie précise qu’en dépit de cette visibilité, le modèle économique de Yes We Camp reste encore fragile, et trouve sa voie dans un financement hybride entre recettes directes et soutiens financiers. Les subventions publiques représentent actuellement 40 % de leur budget. “Ce que nous proposons porte une dimension d’intérêt général et contribue aux politiques publiques. Plutôt que de chercher à autofinancer nos projets, nous privilégions une approche mixte, et nous estimons qu’il est important que nos projets relèvent en partie de financements publics.

La plupart des projets naissent dans des cadres conventionnés à durée limitée, mais la vocation de ces projets n’a pas forcément pour impératif de s’arrêter ! “On nous propose des endroits que la ville conventionnelle n’arrive pas à utiliser, à nous de faire en sorte que ça s’inscrive dans le temps.

Cette question de la temporalité se révèle particulièrement importante dans les quartiers populaires. “Dans les quartiers aisés, tout le monde est content quand nous arrivons avec nos projets novateurs, puis quand vient le départ, le quartier l’accepte plutôt facilement. En revanche, dans les quartiers populaires, où les équipements et services sont plus rares, nos lieux créent un espace de possibilités et d’espoir dont la disparition suscitera de la déception.

La démarche de Yes We Camp est transversale, et n’est d’ailleurs pas circonscrite à l’urbanisme transitoire. Elle témoigne d’une volonté de changer en profondeur notre rapport à l’environnement et nos comportements citoyens, à travers l’aménagement de la ville mais aussi l’éducation, l’alimentation, le récit, l’imaginaire…

Nicolas Détrie souhaite aussi que Yes We Camp puisse à l’avenir lancer de nouvelles initiatives dans les territoires en dehors des métropoles. L’association s’engage cet été dans un village du Marais poitevin, et avance sur la possibilité d’un lieu commun en Isère.

Certes, l’exemple de Yes We Camp demeure encore marginal dans le monde de l’urbanisme, mais, Nicolas Détrie l’affirme : “Il y a une volonté immense de prendre part et de pouvoir s’impliquer dans son environnement vécu. Ce désir est aujourd’hui contraint dans la ville conventionnelle car il y a peu d’espace pour son déploiement. Notre engagement est de contribuer à multiplier les espaces communs pour accueillir ces volontés d’implication.”

Lisa Godot

Le Palmarès des jeunes urbanistes, la jeune garde

Altitude 35, Bellastock, FCML, le sens de la ville, Sophie Ricard et Yes We Camp sont les 6 lauréats de la session 2020 du Palmarès des jeunes urbanistes. Depuis 2006, tous les deux ans, en parallèle avec la proclamation du Grand Prix de l’urbanisme, de jeunes professionnels sont ainsi distingués par un jury réuni à l’initiative du ministère en charge de la Transition écologique.

Qu’ils travaillent au sein d’une agence ou d’une collectivité, solitaires ou réunis en collectif, qu’ils soient urbanistes architectes, paysagistes, économistes, ou tout cela à la fois, ces “jeunes gens”, déjà trentenaires ou quadragénaires, finissent par donner une image assez précise de ce que ces professions peuvent apporter aux villes et aux territoires.

Au fil des promotions, de nouveaux modes d’organisation sont apparus en leur sein, les urbanistes solitaires ou les petites agences ont été concurrencés en nombre par des collectifs, associatifs ou coopératifs. Mais surtout, les préoccupations affichées ont évolué avec le temps. Les travaux des “jeunes urbanistes” apparaissent souvent comme prémonitoires de ce que seront les grandes questions du moment.

Le Palmarès a, dans le passé, distingué des groupes dont les pratiques en matière de concertation – fondées sur l’interactivité avec les habitants durant des opérations temporaires in situ – ont été imitées. La promotion 2020 récompense ainsi des personnalités et des groupes qui furent à l’origine de l’émergence en France de “l’urbanisme transitoire”, de “l’urbanisme tactique” ou du réemploi des matériaux de construction.  

L’observation des résultats du Palmarès ne suffit sans doute pas à connaître précisément les manières d’aménager les villes et les territoires de demain. Il donne cependant un avant-goût de ce que seront les pratiques et les ambitions des professionnels qui en auront la charge. ■

Marc Lemonier

L’intelligence collective, un moteur du changement

Monica-Isabel Diaz, responsable du bureau des stratégies territoriales à la Direction de l’Habitat, de l’Urbanisme et des Paysages, est en charge de l’organisation du Palmarès des jeunes urbanistes. Elle revient pour nous sur ses spécificités.

Dans quelles circonstances a-t-on décidé la création du Palmarès des jeunes urbanistes ?

C’est un arrêté ministériel signé du ministre de l’Équipement et des Transports de l’époque, Dominique Perben, qui en officialise la création en 2005.  Le Palmarès, en complément du Grand Prix de l’urbanisme, devenait le pendant des Albums des jeunes architectes et paysagistes qui, au sein du ministère de la Culture, récompensaient de jeunes professionnels.  

L’un des déterminants du Palmarès fut immédiatement de donner de la voix aux préoccupations de la jeune génération. Et tous azimuts ! Sans chercher à catégoriser les métiers de l’urbanisme, ni à les réduire à un certain nombre de professions. On ne souhaitait pas non plus définir les diplômes permettant de se proclamer urbaniste, même si parmi les lauréats beaucoup proviennent de Sciences Po ou sont géographes.

Le Palmarès a contribué à une approche de l’urbanisme comme un champ ouvert. Nous mettons en valeur le positionnement de ces jeunes dans la société et dans le monde professionnel. Jusqu’en 2016, le Palmarès les classait en fonction du domaine d’exercice de leur profession, maîtrise d’ouvrage publique ou privée, maîtrise d’œuvre… Mais ce n’est pas tellement cela qui est intéressant. Leur apport peut tout aussi bien venir de la recherche que du positionnement d’une agence d’urbanisme plus classique…

Les dernières sessions du Palmarès ont révélé l’existence de nouvelles préoccupations dominantes comme l’urbanisme transitoire…

C’est en effet une dominante qui s’est affirmée, quel que soit le nom qu’on lui donne : urbanisme transitoire, urbanisme temporaire, urbanisme tactique, y compris du point de vue de sa professionnalisation. Un groupe comme Plateau Urbain, lauréat en 2016, a aujourd’hui pignon sur rue. Les professionnels plus traditionnels font appel à eux pour activer des compétences très spécifiques comme mettre en œuvre le permis d’aménager temporaire ou passer des conventions avec certains acteurs lorsqu’il y a des blancs du point de vue juridique.

Cela marque une évolution de l’usage que l’on fait de ces temps de l’urbanisme qui ne sont pas inscrits dans le projet traditionnel. L’agence le Sens de la Ville, par exemple, agit indifféremment sur toutes les échelles et les temporalités des projets d’aménagement. Sur le plateau de Saclay, elle pousse l’établissement public à concevoir l’occupation de l’espace et l’aménagement temporaire pendant le temps des travaux et du projet. Le chantier va durer 20 ou 30 ans alors que les étudiants et les habitants sont déjà là. Elle a fait intégrer dans les bilans d’aménagement des aménagements temporaires de l’espace public dont certains vont rester tels qu’ils sont aujourd’hui. Le Sens de la Ville concilie cette tendance du temporaire avec le long terme.

Il y a un autre domaine dans lequel les lauréats se sont très souvent manifestés, c’est la remise à plat de ce que l’on appelle la concertation…

En 2020, nous avons intégré dans les lauréats Bellastock et Yes We Camp. Cela fait quinze ans qu’ils travaillent sur ces domaines et les manières de concerter autrement. Avec d’autres collectifs, ils sont à l’origine de tous ces concepts de concertation, de participation citoyenne qu’on retrouve aujourd’hui, y compris dans les réglementations nationales. Eux, ils le font en tant que projet en soi. Ils ouvrent le débat public avec des installations temporaires, parfois construites avec les habitants. Ils vont aussi réaliser les logements précaires où ils vont habiter le temps de débattre de la ville et des territoires qui les entourent.

Ces jeunes urbanistes innovent-ils également quant à leur vision des territoires ?

L’autre tendance intéressante ce sont leurs apports aux territoires ruraux. À l’image de ce que propose “l’école de Clermont-Ferrand”, à partir de l’École d’architecture de Clermont-Ferrand. Cette même école où a été diplômé Frédéric Bonnet, reconnu avec Marc Bigarnet au sein de l’agence Obras par le Palmarès des jeunes urbanistes, puis par le Grand Prix de l’Urbanisme en 2014, soit quelques années plus tard.

Félix Mulle, avec qui nous travaillons beaucoup, et Loïc Parmentier, qui étaient lauréats en 2016, font par exemple un travail d’une grande finesse… Ils peuvent aussi bien construire quelques logements dans des villages isolés, que promouvoir des stratégies très pédagogiques en aidant les élus à réfléchir à la baisse d’attractivité de leur bourg. À l’image des “médecins de campagne” ce sont des “architectes urbanistes de campagne”, qui viennent au chevet des élus des territoires. Ils font école aujourd’hui, il y a un réseau d’architectes de cette génération-là, on y retrouve d’autres lauréats comme Boris Bouchet, ou plus récemment l’agence Tica ou Florian Camani et Mathilde Luguet de l’agence FCML.

Au fil des Palmarès, la figure de l’urbaniste solitaire et omniscient qui couvre tous les domaines de la profession disparait-elle au profit des collectifs ?

En effet, c’est une tendance qui ne se dément pas.

Qui aurait la prétention de dire : je vais résoudre tous vos problèmes et je vais vous expliquer tous les sujets croisés, en allant de l’hydrologie aux risques d’inondation, en passant par les problématiques d’ingénierie, du social et tout cela en même temps ? 

Cette année la seule lauréate solitaire, Sophie Ricard, est récompensée au nom de collectifs comme La Preuve par 7 qu’elle a pu animer en continuité avec les travaux de Patrick Bouchain. Ces collectifs ne regroupent pas seulement d’autres architectes urbanistes, mais des professionnels qui viennent de la médecine sociale, de l’éducation populaire, ou de la politique des quartiers.

Le collectif est l’avenir de l’urbanisme. ■

Propos recueillis par Marc Lemonier.

Les nouveaux défis politiques de la ville durable

Après dix années consacrées au plan national ville durable, la ministre Emmanuelle Wargon a lancé la démarche “Habiter la France de demain” le 9 février 2021. Cette journée de webinaire a permis d’ouvrir un débat sur une nouvelle vision de la ville durable, appelée à structurer l’action publique.

Un nouvel élan dans la politique nationale pour des villes durables

Quatre défis semblent s’imposer aujourd’hui pour bâtir la ville durable de demain : la sobriété, la résilience, l’inclusion et la production. Une approche directement inspirée du projet de “Manifeste pour des villes durables”, publié par l’association France Ville durable début février. Et qui rappelle les qualités formulées en creux dans la définition de la ville durable proposée par Cyria Emelianoff en 1999 et qui fait aujourd’hui encore référence. 

Poser les fondements de la ville de demain

Quatre grands témoins sont intervenus et ont chacun animé un atelier dédié à l’un des nouveaux fondamentaux de la ville de demain. 

La sobriété d’abord

Pour Franck Boutté, qui dirige l’agence Franck Boutté Consultants, “il n’y a pas de définition consensuelle de la sobriété”. Elle renvoie à la “frugalité”, à l’“empreinte biologique”, aux  “besoins essentiels”. Elle implique selon lui un renoncement au superflu et une critique de l’hypertechnologie. 

Mais elle pose aussi la question des limites à fixer à cette recherche du moins, comme celle de la “répartition des efforts à consentir et du partage des bénéfices du mieux”. Pour que la sobriété soit acceptée voire désirée dans un consensus citoyen, un débat démocratique est indispensable. 

Plusieurs propositions ont pu être exposées à la ministre en charge du logement : bloquer l’artificialisation des terres dès qu’il existe un potentiel de renouvellement urbain, empêcher la construction neuve si l’on peut réhabiliter l’existant, réserver 1m2 de nature pour chaque m2 bâti ou encore instaurer un fonds pour couvrir les surinvestissements liés à la sobriété. 

Ecoquartier Autour Dun Parc Agro Urbain | atelierphilippemadec
L‘ÉcoQuartier de Montévrain parvient à limiter l’artificialisation des sols ©Atelier Philippe Madec

La résilience comme méthode

Sur le défi de la résilience, Magali Reghezza-Zitt, géographe et directrice du Centre de formation sur l’environnement et la société de l’ENS, a pointé la complexité d’une notion devenue incontournable. “La résilience, c’est d’abord un récit parapluie qui promet un horizon radieux, analyse-t-elle. Mais elle peut être appropriée par la sphère capitaliste comme par les partisans de la déconnexion”. 

Sa définition habituelle, à savoir la capacité d’un système à retrouver son état d’équilibre après une perturbation extérieure, pose problème. “Dans le langage des sciences, la résilience est l’inverse de la bifurcation, remarque-t-elle. On nous demande aujourd’hui une transformation structurelle au niveau des individus, des collectifs, des systèmes productifs, des territoires”.

Enfin, la chercheuse insiste sur la nécessité d’une “appropriation démocratique” de la résilience. En premier lieu, “interroger l’envie collective d’agir et expliciter les coûts de l’inaction”. Puis “discuter les trajectoires et les adapter au fur et à mesure”. Ce qui suppose une gouvernance et un pilotage. Enfin, “rendre publique les négociations”.

C’est à ce prix que la résilience, négociée et locale, peut se construire et susciter l’adhésion des citoyens. Après l’atelier, la chercheuse a suggéré de confier la transition écologique au Haut-Commissariat au plan.

Inondations dans l'Aude - La catastrophe vue du ciel ...
Inondations à Trèbes en 2018 ©lindependant.fr

Pour une ville inclusive

Judith Ferrando, co-directrice du cabinet de conseil Missions publiques, chargée – avec d’autres – d’accompagner la Convention Citoyenne pour le Climat, considère l’inclusion comme “une clé pour gagner les autres défis” et pour “résoudre pacifiquement les conflits”. Il s’agit pour elle de “donner à chacun sa place dans la vie politique, économique, culturelle”.

La ville de demain doit, selon elle, “proposer un récit collectif” susceptible de rencontrer les “aspirations citoyennes au ralentissement, à la proximité, à la frugalité et à la réduction des inégalités”. Si de nombreuses initiatives de collectifs d’habitants existent, elle estime peu probable qu’elles induisent “le changement radical de notre modèle de société”

L’atelier a préconisé la création de nouveaux espaces locaux pour des coalitions d’acteurs de type COP21 et convention citoyenne pour le climat, afin de concrétiser la résilience dans les projets d’aménagement urbain. 

Le jardin des délices dans l’EcoQuartier de la Cerisaie à Villiers-le-Bel

Sans oublier les activités productives en ville

Quatrième et dernier défi, celui de la production. Pierre Veltz, économiste, sociologue et Grand Prix de l’urbanisme 2017, en précise d’emblée l’ambition : “un changement de paradigme qui ne peut se loger seulement dans l’économie de la proximité, sympathique et consensuelle”.

À une approche en silos, par secteurs, doit se substituer une “vision globale renouvelée et humano-centrée de l’économie, tournée vers les besoins fondamentaux”. Il s’agit ainsi de mettre la santé et l’éducation aux premiers rangs de l’économie productive. “Il faut simplifier les produits, pratiquer le discernement technologique sans promouvoir l’austérité ni tomber dans le piège de la décroissance, insiste Pierre Veltz. Car pour être habitable et inclusive, la France doit créer des emplois et de bonne qualité. Les quatre défis de la ville durable sont très liés entre eux”.

La proposition de Pierre Veltz pour relever ce défi consiste à réinsérer les activités productives dans la ville (c.f. le programme “Ville productive” du Puca). Mais aussi à réserver des espaces à l’économie sociale et solidaire, comme aux nouveaux communs urbains, dans les opérations d’aménagement ou de construction.

Parc des industries Artois Flandres dans la future métropole Euralens @ association Euralens

Une nouvelle feuille de route pour la ville durable

Un bilan et de nouvelles perspectives pour la démarche  “Habiter la France de demain” ont été dressés en marge de la journée organisée par France Ville durable le 19 mai 2021. Cette première édition d’un rendez-vous annuel baptisé “Villes durables en action”, était consacrée aux solutions, démonstrateurs, programmes et budgets mobilisables pour faire la ville durable – cf. le dossier de presse du gouvernement sur l’avancement de la démarche Habiter la France de demain.Un consultation citoyenne en ligne a été lancée le 27 mai pour mettre au débat le projet de “Manifeste pour les villes durables”.

■ Florent Chappel

La parole à Sébastien Maire, directeur général de France Ville Durable

L’association France Ville Durable a été créée fin 2019, prenant alors la suite de l’Institut de la ville durable. Avec sa première journée nationale “Villes durables en action” du 19 mai 2021, elle s’affirme comme un acteur central et incontournable pour accélérer la transition écologique des villes et territoires. Sébastien Maire, directeur général de France Ville Durable depuis septembre 2020 et précédemment responsable de la transition écologique de la ville de Paris, précise les outils et modes d’actions de l’association.

Photo du site “Les 100 qui font la ville”

Comment a été conçu le “manifeste pour les villes durables” ? 

À l’origine, j’ai fait la proposition aux membres de l’association France Ville Durable de se doter d’un cadre logique d’intervention. Il s’agissait de s’entendre sur ce que veut dire la ville durable. Les services de l’État ont largement contribué, la DGALN et l’Ademe en particulier. C’est le fruit d’un travail collectif.

Le manifeste intègre la question des limites planétaires, une révolution dans la façon de concevoir les politiques publiques. Sur le plan technique, c’est déjà un acquis : les travaux du Cerema, du Puca, de l’Ademe sont des ressources exceptionnelles qui nourrissent au quotidien tout ce que fait France Ville Durable. Par contre, sur le plan politique, beaucoup reste à faire.

Valorisez-vous cette expertise auprès des élus, dans les territoires ?

Tout à fait. Nous pensons que pour être crédible, il faut se confronter en permanence à la mise en œuvre et ses difficultés dans les territoires. Le manifeste doit être alimenté par les territoires, et réciproquement. Depuis un an, nous proposons donc à toutes nos collectivités membres, l’organisation d’ateliers en 2 temps. Un premier temps consacré à la présentation du cadre logique suivi d’un débat avec tout l’exécutif municipal et les équipes de direction. 

Nous visons l’échelon stratégique pour sensibiliser, former, puis outiller. Une fois que la stratégie de transition du territoire est calée, on déroule par secteur les objectifs de décarbonation. Quels indicateurs choisir ? Quelle évaluation mettre en place ? Puis on propose à la collectivité de soumettre certains des projets structurants du mandat en cours, encore en phase amont, à l’analyse de nos membres publics et privés.

Auriez-vous un exemple ?

Nous avons travaillé avec Caux Seine agglo. Pour les élus, ce fut, d’après les mots de leur présidente Virginie Carolo, un véritable électrochoc. Nous avons organisé des ateliers avec la collectivité pour inspirer élus et techniciens, ainsi que des visites de sites avec les maires et leurs services. Et ce dans le cadre du programme petites villes de demain de l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT), dont nous sommes partenaires.

Nous avons exploré le défi d’une décarbonation de ce territoire dont 15 000 emplois dépendent de la raffinerie d’Exxon Mobil ! Ravie des pistes que nous avons collectivement pu dessiner, la collectivité nous demande une nouvelle convention pour réfléchir avec elle à son futur contrat de relance et de transition écologique (CRTE). Notre plus-value est vraiment de présenter l’expertise privée et publique existante pour accélérer les projets de transition. Nous souhaitons déployer ce dispositif et contractualiser sur le long terme avec l’État.

Quels autres outils développez-vous pour passer d’une logique de pionniers de la ville durable à une massification des bonnes pratiques ?

La demande de la ministre de mettre en valeur des démonstrateurs (116 démonstrateurs ont été dévoilés le 19 mai, ndlr) a permis d’enclencher un processus. Nous allons en permanence identifier et sélectionner de nouveaux démonstrateurs en les étudiant au crible des 4 critères du manifeste (sobriété, résilience, inclusion et créativité, ndlr) et aux différentes échelles – du logement au territoire. Nous irons bien au-delà des seules questions d’habitat pour embrasser toute la stratégie territoriale de transformation, puis des approches sectorielles sur l’énergies, les mobilités, etc.

Ces démonstrateurs viendront alimenter en continu notre portail, dont la mise à jour est prévue cet été. Il remplira la mission phare de donner à voir ce qui fonctionne, des réalisations concrètes opérationnelles. Sa conception est orientée services et usagers. Et il incarnera la sobriété que nous prônons avec une plateforme sobre en utilisation, des innovations techniques pour consommer moins de données et d’énergie.

France Ville Durable est-elle dimensionnée pour porter la ville durable en France comme à l’international ?

L’État a souhaité créer une structure légère et agile, sous la forme d’une association loi 1901. Toute sa force, toute son expertise viennent de ses membres – répartis en 4 collèges paritaires que sont les collectivités locales, les entreprises, l’État et les experts – et de ses partenaires. En France, comme à l’international, nous représentons l’ensemble des parties prenantes professionnelles publiques et privées de la ville et des territoires.

Nous travaillons en équipe restreinte, avec 5 etp (équivalent temps plein, ndlr) et un budget d’un peu moins de 800 000€ à ce jour. Notre développement se fait via l’expertise et les moyens des nouveaux membres, de plus en plus nombreux à vouloir nous rejoindre. Nous étendrons nos activités en conséquence, comme nous l’avons fait avec les ateliers territoriaux lancés en début d’année pour accompagner les exécutifs locaux dans leurs projets de transition.  

À l’international, nous agissons en appui à la diplomatie économique et aux ministères compétents, par la valorisation de l’expertise et du savoir-faire de nos entreprises. Nous assurons notamment une présence sur les salons professionnels de référence en collaboration avec Business France.

Dans ces instances, France Ville Durable porte le message assumé d’un pilotage public de la transition, et en profite pour rappeler l’importance des logiques d’inclusion dans la fabrique de la ville. Nous pensons qu’en cela, l’élu local est le plus légitime pour conduire la transformation de son territoire. A contrario, par exemple, des États-Unis où certains quartiers sont entièrement aux mains d’acteurs privés.

Propos recueillis par Florent Chappel

Un nouveau “Manifeste pour des villes durables”

Pour son premier événement national “Villes Durables en Actions”, l’association France Ville Durable peut se réjouir. Elle est parvenue à rassembler, le 19 mai, à la Halle aux Sucres de Dunkerque, tout le panel des acteurs de la ville durable. Sans oublier la ministre Emmanuelle Wargon, intervenue à distance mais en direct. Et ce devant 2200 internautes au plus fort de l’audience.

Un succès qui semble inscrit dans l’ADN de l’association. Avec ses 4 collèges paritaires que sont l’État, les collectivités, les entreprises et les experts, elle réunit toutes les parties prenantes de la ville durable. Autour d’une mission claire : accélérer le mouvement de transition écologique des villes et territoires. Car, insiste Patrick Vergriete, maire de Dunkerque et président de l’association, “France ville durable est un do-tank, qui vise le faire. Il s’agit de valoriser les méthodes et réalisations françaises pour donner des idées, reproduire ou innover”.

Les associations d’élus, les présidents des 4 collèges de France Ville Durable, des représentants de l’État et de ses agences, des concepteurs et experts de l’urbain ont pu débattre autour d’un “manifeste pour les villes durables” produit par l’association. Un document qui pourrait “remplacer à terme la charte d’Athènes”, veut croire Emmanuelle Wargon. Une chose est sûre, une vision profondément renouvelée de la ville de demain en ressort. La sobriété, la résilience, l’inclusion – sociale et démocratique – et la créativité – économique et culturelle – s’imposent comme les nouveaux fondamentaux de la ville durable.

La journée a également permis de présenter de nombreuses réalisations exemplaires. En tout, 116 démonstrateurs de solutions déjà expérimentées et qui restent à déployer plus largement. L’État n’attend pas autre chose, et Stéphanie Dupuy-Lyon, directrice générale de l’aménagement, du logement et de la nature, invite à “l’industrialisation territorialisée des meilleures pratiques de l’urbanisme durable”.

■ Florent Chappel