Un trio qui traverse le temps en toute indépendance

L’AUC – acronyme de la locution latine Ad Urbe Condita, depuis la fondation de la ville –, est dirigée par ses trois associés fondateurs, François Decoster, Djamel Klouche et Caroline Poulin, amis et complices depuis 25 ans que dure leur collaboration… Une aventure collective qui leur a valu l’attribution du Grand Prix de l’Urbanisme 2021. Nous le verrons, leurs convictions les ont souvent amenés à répondre à des questions qu’on ne leur avait pas posées, à s’intéresser à des territoires plus vastes que ceux dont on leur proposait d’envisager l’avenir et à créer de toutes pièces des concepts opérationnels.

Propos recueillis par Marc Lemonier.

N°213 : Un trio qui traverse le temps en toute indépendance – Interview de François Decoster Djamel Klouche et Caroline Poulin

Vers des territoires frugaux

Philippe Madec s’est engagé depuis de nombreuses années dans la mise en œuvre des principes du développement durable en architecture et en aménagement. Multiprimé, lauréat 2012 du Global Award for Sustainable Architecture, il milite pour des territoires respectueux des héritages écologiques et culturels locaux et pour des constructions décarbonées. Le Manifeste pour une frugalité heureuse et créative s’inscrit dans cette perspective.

Propos recueillis par Virginie Bathellier.

N°213 : Vers des territoires frugaux : Interview de Philippe Madec

Les piétons dans la ville

Avec la crise sanitaire, l’aménagement redonne place au piéton. Cédric Boussuge, chef de projet Espace public et piétons au Cerema, nous présente les dynamiques en cours et le guide qui est sorti récemment.

Propos recueillis par Nathalie Garat.

N°213 : Les piétons dans la ville – Interview de Cédric Boussuge

Quand solidarité et écologie se pensent ensemble

Timothée Duverger, maître de conférences à Sciences Po-Bordeaux,
revient sur le rôle de l’économie sociale et solidaire dans l’émergence
de solutions écologiques innovantes.

Parole recueillie par Virginie Bathellier.

N°213 : Quand solidarité et écologie se pensent ensemble – Interview de Timothée Duverger

Pour comprendre les performances inégales des communes “SRU”

Vingt ans après l’adoption de l’article 55 de la loi SRU, plusieurs institutions (l’USH, le Puca, le Défenseur des droits, la Caisse des Dépôts) ont souhaité comprendre les facteurs qui influencent l’atteinte ou non des objectifs voulus par le législateur. Thomas Kirszbaum, sociologue, chercheur associé à l’Institut des sciences sociales du politique, et auteur de cette recherche, analyse ce qui se joue dans les communes déficitaires.

Lire l’article de Thomas Kirszbaum

Des fermes urbaines pour améliorer la vie des quartiers

Les ministres chargés de l’Agriculture et de la Ville, ainsi que le président de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru), ont dévoilé, le 30 novembre 2021, les 25 nouveaux lauréats de la 3ème et dernière tranche de l’appel à projets “Les Quartiers Fertiles”, lancée en décembre 2020.

Les “Quartiers fertiles” s’inscrivent dans la transformation de 450 quartiers engagée dans le cadre du Nouveau Programme national de renouvellement urbain (NPRNU). Ce dispositif doté d’un budget global de 34 millions d’euros, dont 13 millions issus du plan France Relance et 10 millions de la Banque des territoires (Caisse des dépôts), a pour objectif de développer l’agriculture urbaine au cœur des quartiers prioritaires. Avec un impact sur 140 quartiers, il va permettre à 100 fermes urbaines de proposer des produits de qualité et de l’activité économique pour des milliers d’habitants des quartiers.

Parmi les fermes urbaines sélectionnées figurent un projet dans le quartier Parc-Sud de Nanterre (Hauts-de-Seine), pour installer un agriculteur urbain sur deux terrains et une champignonnière, afin de fournir les restaurants locaux ; la construction de serres et de bâtiments à Saint-Denis-Plaine commune (Seine-Saint-Denis) ; l’établissement de cinq jardins partagés en pieds d’immeuble et d’une station de lombricompostage au Havre (Seine-Maritime), dans le quartier de Vallée-Béreult ; la plantation d’une forêt comestible sur un terrain de football inutilisé, à Moissy-Cramayel (Seine-et-Marne), ainsi que la création d’une micro-ferme urbaine dans le quartier d’Étouve, à Amiens (Somme).

Ces projets bénéficient du soutien, entre autres partenaires, de l’Association française d’agriculture urbaine professionnelle, de l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture, de l’Agence régionale de la biodiversité d’Île-de-France et du Comité national de liaison des régies de quartier.

■M.M.

Le fonds friches revu à la hausse

Le Gouvernement a déployé un fonds exceptionnel de 300 M€, dans le cadre de France Relance, pour financer des opérations de recyclage des friches. Ces opérations doivent répondre au double objectif de revitalisation urbaine et économique, et de limitation de l’artificialisation des sols. Pour compléter les 544 programmes issus d’un 1er appel à projet et mettre en oeuvre une deuxième vague de financements, l’enveloppe a été abondée de 350 M€ en mai 2021, à engager d’ici fin 2022.

Ainsi, la 2ème édition du fonds friches, lancée le 15 juillet 2021 par les préfets de région, a retenu 503 lauréats pour plus de 280 M€ de subventions octroyées. Seront donc recyclées 1133 ha de friches. Les projets soutenus sont d’une grande diversité avec des créations de logements – notamment sociaux, des tiers-lieux, l’accueil d’entreprises. Ils vont générer plus de 1 833 000 m² de logements (soit l’équivalent d’environ 25 000 logements), dont 40 % de logements sociaux. En outre, plus de 1 830 000 m² de surfaces économiques (bureaux, commerces, industrie…) seront produits.

Autre fait marquant, près des 2/3 de ces projets sont inscrits dans au moins un dispositif contractuel avec l’État (Petites villes de demain, Action cœur de ville, mais aussi opération de revitalisation du territoire, projet partenarial d’aménagement, territoires d’industrie…). Compte tenu de son importance dans le recyclage du foncier, il a été décidé de pérenniser le fonds friches.

■M.M.

La controverse au service de la participation citoyenne

La démarche “Habiter la France de demain” s’est appuyée sur quatre controverses pour structurer sa participation citoyenne. Source d’inspiration potentielle, cette méthode innovante s’adapte bien à la fabrique de l’action publique et la recherche de l’intérêt général.

“Se loger : faut-il densifier ou faire de l’étalement urbain ? En noir et blanc, cette approche dichotomique illustre l’une des quatre controverses qui ont nourri la démarche “Habiter la France de demain”. Quatre questions ont ainsi été choisies pour introduire et structurer la consultation citoyenne lancée à cette occasion. Apportant des éclairages contrastés au débat, ce cadre a assis les termes de la délibération collective.

Ce qui est intéressant dans la délibération, c’est de confronter les points de vue, souligne Céline Pelletier, directrice de projet “démarches participatives à la DITP. Ici, le citoyen a été sollicité pour éclairer la fabrique de l’action publique en matière de logement. Dans quels lieux de vie désirons-nous habiter dans les prochaines décennies ? Terreau propice de participation citoyenne, la question parle à chacun d’entre nous. Néanmoins, structurer ce type de réflexion collective engage un travail préparatoire bien spécifique. “Il ne s’agit pas d’un processus pour améliorer la satisfaction de l’usager. Le volet individuel n’est pas concerné, analyse Céline Pelletier. Ici, on replace le citoyen dans une posture de recherche de l’intérêt général. Ce qui change fondamentalement la méthode.

La démarche n’est pas partie de zéro. En diverses occasions, les citoyens s’étaient déjà exprimés autour du sujet. Pour Céline Pelletier, “Reconnaître la valeur de toutes ces contributions existantes est essentiel. Pas moins de dix consultations spécifiques étaient disponibles, par exemple Bouygues Immobilier avec la question posée sur “mon quartier rêvé”, des sondages, les consultations lancées en pleine crise sanitaire sur le “monde d’après”, le grand débat national avec ses cahiers de doléances, ses réunions d’initiatives locales. “Nous avons analysé de l’ordre de 100 000 verbatim, précise Antoine Brachet, directeur associé de Bluenove. Le prestataire Bluenove a été choisi notamment pour sa capacité à analyser une masse de données importante. Ainsi, les évolutions dans l’avis et les représentations des Français avec la crise sanitaire ont été identifiées. Issues du grand débat, les valeurs partagées de citoyenneté, de proximité et de solidarité se retrouvent. Mais, trois autres valeurs montantes -la déconnexion, le ralentissement et le lien social- s’y ajoutent. “Bluenove nous a proposé un arbre de décision, se souvient Anaïs Bailly (1) en charge du suivi de cette participation du public au ministère de la Transition écologique. Ce qui a facilité le choix des quatre controverses structurantes.

Car, choisir où habiter demain ne se réduit pas à la seule question de logement. Dans la pratique, le rapport au quartier, le mode de vie au quotidien intervient tout autant. Se déplace-t-on facilement à pied, à vélo, en transport en commun ou en voiture ? Quels accès aux lieux d’activité et quelles manières de travailler  – en présentiel, en télétravail…-? Quels modes de consommation préférentiels et quel type de commerces aisément accessibles ? Au final, choisir où habiter nous parle de ces quatre facettes – et donc de quatre controverses -. Quatre facettes qui dialoguent les unes avec les autres au sein du tissu urbain et qui, à ce titre, méritent d’être examinées de concert. Puisqu’il s’agit de s’immerger dans la peau de l’habitant et de futurs vécus possibles.

En s’appuyant sur ce qui fait dissensus, plutôt que sur ce qui réunit tout le monde, la consultation peut effectivement enrichir l’existant, analyse Céline Pelletier. Autrement dit, partir des nœuds pour mieux sentir ce qui se joue. Dans le cadre de la démarche, pas moins de 70 citoyens se sont impliqués dans les différents ateliers. “Lors des ateliers délibératifs, on est passé d’une opinion individuelle – souvent spontanée – à des avis, des recommandations élaborés collectivement et surtout argumentés, explique Céline Pelletier. Au départ, l’opinion du citoyen peut rester assez peu informée. Et, même si elle l’est – par exemple pour des citoyens engagés -, elle reste de toute façon située. “Suite à l’atelier d’embarquement mi-juillet et pour préparer les ateliers de septembre, nous avons mis à la disposition des citoyens des carnets de vacances et des carnets de controverses, rappelle Anaïs Bailly. Dans ces carnets (2), des avis d’experts viennent éclairer chaque versant de controverses : densification versus étalement urbain, voiture versus mobilités alternatives, digitalisation et télétravail versus déconnexion et présentiel, e-commerce versus circuits courts et production locale. Chaque citoyen peut ainsi asseoir davantage son positionnement, relier son vécu, ses convictions à des dynamiques plus larges et donc commencer à argumenter. Mis en scène sous forme de tribunal avec un jury, des avocats, les ateliers délibératifs ont permis au groupe de se positionner collectivement par rapport à chaque controverse. Restait alors à se projeter dans l’action. Qu’est-ce que chaque citoyen était prêt à faire ou à changer pour s’engager dans cette transition ? Et qu’attendait-il des pouvoirs publics ?

Malgré les ateliers en distanciel liés à la crise sanitaire, l’ensemble des citoyens se sont investis du début jusqu’à la fin. “Plusieurs d’entre eux m’ont confié qu’ils se sont vraiment enrichis sur le sujet et que leur point de vue a évolué”, témoigne Anaïs Bailly. L’investissement a pu être vécu comme chronophage. Néanmoins, “plusieurs d’entre eux pensent garder le contact avec une partie du groupe”. Signe d’un intérêt certain pour le sujet voire peut-être même d’une envie d’aller plus loin. “Avec ce groupe de citoyens déjà mobilisés, nous prévoyons de travailler à la rédaction de propositions concrètes”, informe d’ores et déjà Magali Pinon-Leconte (3), pilote de la démarche au ministère de la transition écologique. Ce qui viendra enrichir le manifeste de la ville durable (4), autre pierre angulaire de “Habiter la France de Demain.”

■ Nathalie Garat

(1) Anaïs Bailly est cheffe de la mission projets, méthodes, outils à la Direction Générale de l’Aménagement, du Logement et de la Nature .

(2) Ces carnets de controverse ont été réalisés par le journal spécialisé Le Drenche.

(3) Magali Pinon-Leconte est adjointe au sous-directeur de l’aménagement durable à la Direction de l’habitat, de l’urbanisme et des paysages.

4) Cf la newsletter n°8 Diagonal de juin 2021 “Un nouveau souffle pour les villes durables”

De nouveaux logements à vivre pour demain : un éventail de démarches pour les acteurs locaux

Produire un logement de qualité, apte à répondre aux enjeux de demain, ne va pas de soi. Le 14 octobre dernier, les deux ministères du Logement et de la Culture ont lancé un appel à manifestation d’intérêt dédié. Directeur général de l’Europe des projets architecturaux et urbains, Jean-Baptiste Marie nous en présente les grandes lignes.

Diagonal : L’appel à manifestation d’intérêt (Ami) “Engagés pour la qualité du logement de demain” vient d’être lancé. Que vise-t-il ?

Il constitue une des suites très concrète de la démarche “Habiter la France de demain” engagée par la ministre du Logement Emmanuelle Wargon. Placé sous le signe de l’inventivité, il invite les maîtres d’ouvrage associés à des architectes à expérimenter de nouvelles manières de fabriquer, de concevoir le logement.

Quelles évolutions dans les modes d’habiter poussent à renouveler les pratiques ?

Avec la crise de la Covid-19, les français réinterrogent profondément leur relation au logement. Ils souhaitent disposer d’espaces plus spacieux. Leur besoin de liens plus forts à la nature s’exprime. Il est aussi question de la place de la cour, des rez-de-chaussée, des terrasses, des balcons. Dans le sillage de la crise environnementale, la crise sanitaire renforce encore l’impérieuse nécessité d’adapter les villes au changement climatique, d’atténuer les pics de chaleur urbains. Par ailleurs, déjà mis en relief par le mouvement des gilets jaunes, le rapport du bâti aux centralités devient crucial.

La qualité d’usage revient donc au centre, et pour tout type de logement. Ceci intègre la maîtrise des coûts, l’accès à un logement abordable. En ce sens, notre programme s’inscrit dans la continuité des rapports sur la qualité des logements remis par Pierre-René Lemas le 19 janvier 2021 et par Laurent Girometti et François Leclercq, le 9 septembre 2021 (1). En fait, il s’agit de penser un logement qui offre une qualité architecturale, une qualité d’usage, et dans le même temps qui réponde aux enjeux de la transition écologique. Ces travaux visaient à définir de nouveaux modes de faire entre maîtres d’ouvrage et architectes, tout en prenant en compte l’insertion urbaine dans le dispositif ; c’est dans la veine de ces objectifs et des préconisations qui en résultent que le programme “Engagés pour la qualité du logement de demain” s’inscrit.

En quoi ce lancement conjoint de l’Ami par Roselyne Bachelot et Emmanuelle Wargon apporte-t-il une dimension nouvelle ?

Cette alliance du ministère de la Culture et de celui de la Transition écologique en charge du Logement est assez inédite. L’ordre national des architectes et la profession l’ont souligné. Aujourd’hui, arriver à instaurer un vrai dialogue entre qualité architecturale et transition écologique au cœur des projets devient une nécessité. Désormais, la qualité architecturale passe par l’inscription de la transition écologique dans nos lieux de vie. Et réciproquement, la transition écologique ne peut s’incarner que dans l’expression d’une architecture de qualité restant compatible avec des coûts maîtrisés.

Fort d’un large éventail de situations locales, on en appelle aux talents et à l’engagement des professionnels, des maîtres d’ouvrage, des collectivités pour expérimenter de nouveaux modes de faire sur les territoires.

Quelles sont les conditions pour remettre sa candidature ?

Portant sur des projets concrets, les candidatures sont à remettre avant le 18 février 2022. Il peut s’agir d’une équipe solidaire, constituée d’un maître d’ouvrage – public ou privé -, d’une collectivité et d’un architecte. Ou d’un maître d’ouvrage et d’une collectivité avant que l’architecte ne soit choisi (2).

Trois sujets fondateurs préside à cet Ami. Axe fort, il s’agit déjà de travailler à la qualité d’usages du logement. Plus globalement, la transformation des modes de vie et les nouveaux enjeux sociétaux en appelle à la créativité. Etre créatif en interrogeant les types d’habitation. Être créatif aussi en revisitant les processus et la chaîne de production du logement. Pierre-René Lemas l’explique très bien. La place de l’architecte notamment est questionnée depuis les phases les plus amont – dès les études d’opportunité – jusqu’aux phases de maintenance et de cycles de vie du logement.

Comment les équipes lauréates seront-elles choisies ? Et de quel accompagnement bénéficieront-elles ?

En mars prochain, un jury pluridisciplinaire sélectionnera 100 équipes lauréates. Elles porteront le sceau d’excellence “Engagés pour la qualité du logement de demain”. Valorisées lors d’évènements, d’une exposition à la Cité de l’Architecture et du Patrimoine, il s’agit de diffuser massivement des outils, méthodes et processus ayant fait leurs preuves. Vingt projets bénéficieront d’un accompagnement spécifique par l’intermédiaire d’un incubateur qui sera lancé en juin 2022. Ces projets pourront aussi profiter d’un soutien financier de la Caisse des Dépôts – partenaire de l’Ami – ainsi que d’un programme de recherche architecturale. Les écoles nationales supérieures d’architectures, leurs unités de recherche et les chaires partenariales du ministère de la Culture seront mobilisées.

L’engagement de la profession est inédit et les architectes s’en emparent massivement. Faisons donc place à l’inventivité pour qu’émerge ce vivier d’opérations, au service d’un logement de demain pour tous !

Propos recueillis par Nathalie Garat.

(1) Rapport de la mission sur la qualité du logement Référentiel du logement de qualité” de Laurent Girometti et de François Leclercq (Septembre 2021)

https://www.ecologie.gouv.fr/sites/default/files/Rapport%20Mission%20Logement%20210904.pdf

Rapport “sur la qualité des logements sociaux” Pierre-René Lemas (janvier 2021)
https://www.ecologie.gouv.fr/remise-du-rapport-lemas-sur-qualite-des-logements-sociaux

(2)  Pour en savoir plus sur les conditions détaillées, rendez-vous sur le site de l’Epau

https://epau.archi.fr/home/programme, et prochainement sur le site internet dédié au programme : www.engages-pour-la-qualite-du-logement-de-demain.archi.fr

Les acteurs du cadre de vie en première ligne

À la croisée des regards de citoyens, d’experts, de professionnels, la démarche “Habiter la France de Demain” a rendu ses conclusions le 14 octobre dernier.

100 jours de confinement strict, 38 jours de confinement allégé, 155 jours de couvre-feu. Pour la première fois de notre vie, le logement est devenu un incontournable de notre quotidien. Le 14 octobre dernier, Anne Nicolli – une citoyenne parmi les 70 citoyens impliqués dans la démarche “Habiter la France de Demain” – témoignait du séisme de la crise sanitaire. Un séisme qui fait évoluer nos regards sur notre cadre de vie. Un séisme qui interroge avec une acuité renforcée la fabrique du logement.

Comment habiter la France demain ?Crise sanitaire, réchauffement climatique, crise environnementale… Autant d’enjeux qui résonnent les uns avec les autres et qui interpellent le quotidien de chacun dans son quartier, dans son village, dans son logement. Après neuf mois de consultation auprès des citoyens et des professionnels, la ministre chargée du Logement, Emmanuelle Wargon, a présenté le 14 octobre dernier les conclusions de la démarche (1) “Habiter la France de demain”. Lancée en février 2021 avec l’ensemble des acteurs concernés, ce cycle de réflexion visait à construire de nouveaux “modèles d’habitats durables et désirables. Il s’agissait notamment de promouvoir l’émergence de solutions “en réponse aux défis de la ville et des territoires de demain. Quatre défis majeurs – sobriété, résilience, inclusion, production de valeurs ou créativité – que la rédaction d’un manifeste pour les villes durables a mis en exergue (2).

Durant l’été 2021, pas moins de 4 000 français ont répondu à la consultation en ligne. Et 70 d’entre eux se sont impliqués dans des ateliers citoyens jusque début octobre. Sous le regard expert du Centre interministériel de la participation citoyenne de la DITP (3), cette participation citoyenne a bénéficié d’une méthode innovante basée notamment sur l’identification de controverses (cf Le point sur… ci-dessous). Apportant des éclairages contrastés au débat, ce cadre a assis les termes de la délibération collective au sein du groupe de citoyens. À l’échelle du logement, la crise sanitaire fait émerger une demande forte de logement de qualité. Un logement qui soit suffisamment grand avec un espace extérieur directement accessible et si possible végétalisé. Au-delà de cette aspiration individuelle, le travail collectif a permis d’aller plus loin. Il révèle que les citoyens sont prêts à changer leurs habitudes sous réserve de retrouver quelques fondamentaux dans leur cadre de vie. Il s’agit déjà de rapprocher les différents lieux de vie : l’habitat, la consommation, le travail… Ce qui milite pour une certaine intensité urbaine. Mais à condition de diminuer les nuisances en ville, de créer des espaces partagés en milieux urbains – abris collectifs, jardins partagés…- permettant de vivre la ville autrement. Faciliter ces mutations suppose aussi de revisiter les espaces de mobilité – espaces piétons, pistes cyclables, parking-relais… – et peut passer par un nouveau rapport au travail, comme le télétravail quand c’est possible. Autant de pistes d’évolutions à approfondir et à expérimenter in situ par les acteurs du cadre de vie.

Au nombre des suites très concrètes de la démarche, l’appel à manifestation d’intérêt “Engagés pour la qualité du logement de demain vient ainsi d’être lancé par les ministères chargés du Logement et de la Culture. Placée sous le signe de l’inventivité, cette expérimentation de grande ampleur invite les maîtres d’ouvrage, les collectivités et les architectes à explorer de nouvelles manières de fabriquer, de concevoir le logement (cf Parole d’acteur ci-dessous).

Par ailleurs, dans le cadre du quatrième programme d’investissement d’avenir (PIA4), le gouvernement consacre 675 millions d’euros à l’émergence de “solutions pour la ville durable et les bâtiments innovants”. Regroupant une série d’appels à projets, il accompagne des projets industriels qui développent l’usage du bois, de matériaux bio-sourcés dans la construction mais aussi des projets de démonstrateurs de la ville de demain. En 2021, 116 démonstrateurs (4) ont été sélectionnés par l’association France Ville Durable. Quelques grandes et belles opérations s’y retrouvent. Par exemple, certains ÉcoQuartiers qui répondent aux quatre défis de la ville durable. Pour autant, ces démonstrateurs ne se limitent pas au neuf. Une part importante réhabilite l’existant. Projet parmi d’autres, une ancienne poste a été transformée en local multi-services pour les habitants. “Cela coche toutes les cases du manifeste de la ville durable. Pourtant, c’est tout petit, observe Sébastien Maire, directeur général de France Ville Durable. En fait, ces démonstrateurs ne doivent surtout pas être uniques. Pour servir, ils doivent être réplicables. “Certaines opérations peuvent paraître très simples. Par exemple, rénover de l’habitat classique de deux ou trois logements contigus en zone rurale, précise-t-il. Mais, elles représentent l’essentiel de la mutation de l’existant pour les prochaines années. L’ensemble de ces démonstrateurs sont consultables sur le tout nouveau portail web de France Ville Durable . Et il a vocation à en accueillir de nouveaux. Reconduit au fil de l’eau, le processus de sélection permettra de valoriser aussi bien des opérations menées par des acteurs publics que privés.

Autant de démonstrateurs, d’outils, de démarches susceptibles d’inspirer les acteurs du cadre de vie pour cette mutation à laquelle nombre de citoyens aspirent. “Beaucoup d’acteurs sont déjà en mouvement. Ces démonstrateurs en témoignent”, souligne Magali Pinon-Leconte (5), pilote de la démarche Habiter la France de Demain au ministère de la Transition écologique. “Par la mise en réseau, nous pourrons aller plus loin, plus vite, et être encore plus nombreux dans cette transition. Car il ne faut pas oublier qu’il y a urgence !”

■ Nathalie Garat

(1) Cf. présentation de la journée du 14 octobre 2021 .
(2) Cf. Lettre En diagonal n°8 Juin2021 Un nouveau souffle pour les villes durables.
(3) DITP: direction interministérielle de la transformation publique.
(4) Cf. Lettre En diagonal n°8 Juin2021 Un nouveau souffle pour les villes durables.
(5) Magali Pinon-Leconte est adjointe au sous-directeur de l’aménagement durable à la Direction de l’habitat, de l’urbanisme et des paysages du Ministère de la Transition Écologique.

La Dreal encourage les matériaux biosourcés

Au-delà d’un cadre national très favorable, le niveau régional est essentiel pour promouvoir le bois comme l’ensemble des matériaux biosourcés. Anissa Ben Yahmed, chargée de mission “Filières vertes” à la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal) de la région Auvergne-Rhône-Alpes, livre son analyse sur les actions de l’État et de ses partenaires en faveur du bois construction.

Propos recueillis par Florent Chappel.

N° 212 : La Dreal encourage les matériaux biosourcés – Interview d’Anissa Ben Yahmed

JO 2024 : médaille d’or pour le bois

Antoine du Souich est directeur de la stratégie et de l’innovation à la Société de Livraison des Ouvrages Olympiques (Solideo), chargée de livrer l’ensemble des bâtiments pour les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris. Il explicite pour nous la place privilégiée donnée au bois dans ce chantier pharaonique qui compte 62 ouvrages pour 1,4 milliards d’euros de subventions publiques.

Propos recueillis par Florent Chappel.

N° 212 : JO 2024 médaille d’or pour le bois – Interview d’Antoine du Souich

À Pampelune, le Parc Fluvial fait des émules

À l’instar de la plupart des grandes villes espagnoles, Pampelune organisa
sa croissance tout au long du XXe siècle sous forme de quartiers réguliers de forte densité, reléguant la rivière Arga, sa source nourricière, à un rôle secondaire. Cette situation fut corrigée à partir de 1998 grâce à la mise en place du Parc Fluvial de l’Arga, projet pionnier de “trame bleue”. Carlos Gotlieb, professeur à l’Ensap de Bordeaux, nous en livre la genèse et les perspectives qui se dessinent aujourd’hui.

N° 212 : Le Parc Fluvial de Pampelune fait des émules

L’image, un témoignage du temps qui passe

Depuis des décennies, l’observation photographique des paysages s’invite à la table de l’aménageur et de l’urbaniste. Émilie Fleury-Jägerschmidt, en charge des paysages au ministère de la Transition écologique, nous apporte son éclairage sur cet outil vivant au service des territoires.

Propos recueillis par Nathalie Garat.

N° 212 : L’image, un témoignage du temps qui passe – Interview d’Emilie Fleury -Jägerschmidt

Quand les activités de fabrication partent

Les activités productives quittent les métropoles. C’est le résultat d’un rapport financé par l’institut pour la recherche de la Caisse des Dépôts et soutenu par le Puca, paru en 2020. Réalisé par Nicolas Gillio, directeur de projet au Cerema, et Sylvie Duvillard, enseignante-chercheure à l’Université Grenoble Alpes, il en expose les causes. Mais aussi les pistes de solutions qui renvoient aux stratégies urbaines et à l’adaptation du bâti.

Propos recueillis par Florent Chappel.

N°212 : Quand les activités de fabrication partent – Interview croisée de Sylvie Duvillard et Nicolas Gillio