Îlots de chaleur: le plan canopée de la métropole lyonnaise

Frédéric Ségur est responsable du service ” arbres et paysages” à la métropole de Lyon. Il nous présente le plan canopée qui s’y met en place, ouvrant la perspective d’une ville plus agréable sous les canicules. C’est l’une des actions qui a valu le tout récent titre de capitale française de la biodiversité 2019 au Grand Lyon.

La métropole de Lyon a lancé un plan Canopée pour la période 2017-2030 . De quoi s’agit-il ?
Le plan Canopée vise à développer le patrimoine arboré de la métropole lyonnaise. En fait, le terme “canopée” désigne l’étage supérieur d’une forêt, c’est-à-dire les couronnes de feuilles profitant directement du soleil. Aujourd’hui, nous comptons de l’ordre de deux à trois millions d’arbres sur le territoire. L’objectif d’ici à 2030 serait d’en planter au minimum 300 000, ce qui porterait la surface de canopée urbaine à un ambitieux 30 %.

Pourquoi lancer une telle démarche ?
Les canicules constituent l’une des principales vulnérabilités de l’agglomération lyonnaise. L’épisode de 2003, par l’ampleur de ses conséquences sanitaires avec 15 à 20 000 morts à l’échelle française, a vraiment mis en exergue le phénomène d’îlots de chaleur urbain. Et les grandes métropoles, comme Lyon et Paris, figurent parmi les plus touchées. A l’époque, l’Inserm a approfondi les mécanismes en cause. Ce qui a permis de redécouvrir l’importance du végétal pour rafraîchir la ville. D’ailleurs, sur Lyon la perception du rôle des arbres par les habitants a évolué depuis 2003.

Quel rôle joue la végétation dans ce processus de rafraîchissement ?
Les îlots de chaleur urbain, été comme hiver, induisent en moyenne un écart de températures de 2 à 4 degrés entre le centre de Lyon et sa périphérie. Bien connu, le phénomène s’explique globalement par l’hyper-minéralité d’une ville, la coloration sombre des matériaux absorbant la chaleur, l’imperméabilité et le manque de végétation. Par fortes chaleurs, l’écart se mesure surtout la nuit, pouvant atteindre sur Lyon jusqu’à 11 degrés en pleine canicule. La végétation rafraîchit la campagne. Alors qu’en ville, les matériaux minéraux libèrent la chaleur emmagasinée en journée.
Or l’arbre agit déjà par son ombrage, interceptant les rayons solaires. La température ressentie entre un trottoir à l’ombre et en plein soleil peut dépasser les 9 degrés. Mais l’effet prépondérant reste celui de l’évapotranspiration. L’arbre puise l’eau située dans le sol, notamment pour la photosynthèse. Absorbant jusqu’à plusieurs centaines de litres d’eau par jour, il agit comme une pompe. Et, 95 % de cette eau va être rejetée sous forme de vapeur d’eau au niveau des feuilles, absorbant des calories et créant un effet de rafraîchissement. Cette activité de la végétation, notamment des arbres, figure parmi les éléments essentiels de la bioclimatique urbaine.

Comment s’inscrit la démarche dans la durée ?
Les îlots de chaleur pré-existaient à la question du changement climatique. Toutefois, jusqu’à présent, cela restait supportable, à l’exception de quelques jours en été. Et en hiver, il faisait moins froid. Mais, d’année en année, les canicules s’intensifient. Leur durée s’allonge. On estime qu’en 2050, une canicule exceptionnelle comme celle de 2003 arrivera une année sur deux. Face aux problèmes sanitaires et à l’inconfort thermique grandissant se pose même la question de l’habitabilité urbaine.
Il faut donc commencer le plus tôt possible à transformer la ville. Chaque chantier fournit autant d’opportunités de la rendre plus adaptée, non seulement au climat d’aujourd’hui, mais aussi à celui de demain. En ce sens, le plan canopée se situe à la croisée des chemins entre la logique d’adaptation de notre plan climat et celle de renaturation que la métropole développe depuis quelques décennies.
Aujourd’hui, nous profitons des arbres plantés il y a vingt ans. En effet, en 2000, nous avons signé une première charte de l’arbre qui sensibilisait les acteurs de la métropole lyonnaise aux services rendus par la nature en ville et en particulier par les arbres. La prise de conscience a été progressive. Elle est partie d’une forte demande sociale, poussant à recréer des espaces verts. Or, il apparaît que ce travail de renaturation et de paysagement a un impact sur l’image de la ville et donc sur son attractivité. Aujourd’hui, 120 organismes signataires se retrouvent dans la philosophie de la dernière charte de l’arbre actualisée en 2011. Il s’agit dorénavant d’en appliquer les principes. Ainsi, le plan Canopée 2017-2030 se tourne vers tous les partenaires souhaitant contribuer à ce projet de forêt urbaine. Qu’il s’agisse de collectivités, d’acteurs parapublics comme les bailleurs sociaux, d’acteurs associatifs, d’acteurs privés comme les copropriétés, chacun peut contribuer à replanter trois arbres, quatre arbres, un parc urbain…. Doter la métropole lyonnaise d’une canopée suffisante pour qu’elle reste vivable sous les canicules en 2030, 2050, 2100, voilà le défi à relever dès aujourd’hui!

Propos recueillis par Nathalie GARAT

Des oasis urbaines pour se ressourcer

Stéphan Dégeorges est responsable du pôle architecture, villes et territoires au CAUE de Haute-Savoie. Il témoigne d’une nouvelle méthode de fabrication de la ville autour d’oasis urbaines.

Le principe d’oasis urbaines semble bienvenu suite aux canicules de cet été. Vous y avez travaillé dans le cadre d’un projet de recherche. Que recouvre cette notion?
Comme une oasis en plein désert, l’oasis urbaine se démarque par son ambiance singulière, apportant un bien-être aux passants qui la traversent, aux habitants qui en bénéficient. Plus encore qu’aux siècles précédents, la ville du XXIè siècle interroge sur sa viabilité sociale, économique et environnementale. Exacerbés lors des canicules, les îlots de chaleur urbain illustrent bien les problématiques de confort et de santé qui se posent là plus intensément qu’ailleurs. Mais la démarche ne traite pas que de fraîcheur des villes en été. Il s’agit aussi d’ensoleillement en hiver. Et plus globalement, l’oasis urbaine touche au domaine de l’ambiance. Le bien-être sensoriel doit être au rendez-vous, découlant de la qualité de l’environnement thermique, mais aussi sonore et visuel.

Dans quel cadre avez-vous développé cette démarche?
Nous sommes lauréat de l’appel à projet de recherche de l’Ademe “Modeval Urba 2015”. A l’origine de la démarche, le bureau d’études Tribu et le cabinet d’architecture Casa architecture, urbanisme et environnement sonore nous ont proposé de nous associer pour définir et approfondir le concept d’oasis urbaine. Partenaire local, le Caue de Haute-Savoie a suggéré les sites et assuré le lien avec la collectivité.

Vous avez testé le concept à Annecy. Pourquoi ce choix?                                              Le Caue de Haute-Savoie investit les champs de la recherche et de la prospective. En effet, nous souhaitons proposer d’autres éclairages aux collectivités sur l’aménagement du territoire. Pour ce projet, l’objectif était d’expérimenter sur site. Nous recherchions une ville suffisamment importante pour disposer d’un SIG (Système d’Informations Géographiques) et d’une palette variée de terrains. Annecy a connu un essor considérable au cours du XXè siècle. Elle offre ainsi une grande diversité de formes, de densités et d’ambiances qui constituent un laboratoire parfaitement adapté au projet.

Sur le terrain, à quoi ressemble une oasis urbaine?
Nous avons calibré nos outils sur l’ensemble du tissu urbain. Suite à une analyse SIG, nous avons mené une campagne complète de mesures et d’enquêtes sociologiques, comparant des espaces aux caractéristiques très tranchées. Et il s’avère que l’oasis urbaine prospère aussi bien dans la vieille ville d’Annecy le long de la rivière du Thiou, que dans les grands ensembles. A côté des 38°C généralement ressentis par une chaude journée d’été à Annecy, les berges du Thiou baignent le passant dans un rafraîchissant 28°C. Au cœur des tours et barres du quartier des Teppes, les vastes espaces engazonnés en pleine terre, les ombrages des arbres de haute-tige et la ventilation généreuse de l’espace ouvert s’avèrent tout aussi efficaces, permettant aux habitants de ce quartier d’habitat social de bénéficier d’un agréable 28°C. Même type de constat au niveau de l’ambiance acoustique. Plus généralement, les témoignages parlent du tilleul en fleur qui embaume tout le quartier, de la vue sur le lac, les montagnes du Parmelan, de la Tournette, du calme des berges du Thiou où l’on se promène à pied ou à vélo. Bien que très différentes, chacune de ces oasis urbaines offre pourtant des qualités analogues de bien-être.

Quelles perspectives s’ouvrent pour faire vivre cet outil d’oasis urbaine?
Aujourd’hui, nous travaillons à une démarche prospective avec la ville d’Annecy. Le département de Haute-Savoie gagne 13000 habitants chaque année. Ce qui nous conduit vers une urbanité plus intense. Ainsi, la question porte sur la capacité de la ville à se densifier, tout en gardant des lieux de qualité et de plaisir. Mobiliser le principe d’oasis urbaine nous aide à cerner les sujets fondamentaux pour le bien-être des habitants et permet de cartographier les espaces importants à ré-investir.
En fait, l’oasis urbaine replace la question des sens et du vécu au cœur de la conception urbaine. Outil efficace et rapide, il permet de diagnostiquer la qualité du territoire en termes d’ambiance urbaine. Il est aussi mobilisable pour concevoir l’aménagement de quartiers. L’urbanisme pratiqué aujourd’hui intègre rarement la qualité d’ambiance. Mais, ce faisant, on oublie que sa vocation première devrait être de faire bien vivre une société dans un lieu donné.


Propos recueillis par Nathalie GARAT

La loi avance, les phytos reculent

Après l’interdiction des pesticides chimiques dans les espaces gérés par l’État et les collectivités, c’est désormais au tour des particuliers d’y renoncer. Il s’agit là du dernier effet de la loi du 6 février 2014, dite loi Labbé, “visant à mieux encadrer l’utilisation des produits phytosanitaires sur le territoire national”. Retour sur cette avancée majeure avec son principal artisan.

Propos recueillis par Florent Chappel.

N°205 : La loi avance, les phytos reculent – Interview de Joël Labbé

Transition démographique et enjeux territoriaux

Pierre-Marie Chapon, géographe, consultant, référent français auprès de l’OMS pour la Ville Amie des Aînés, dresse un panorama du vieillissement, en France notamment. Il nous alerte sur ses conséquences et revient sur les grandes caractéristiques des nouvelles générations de seniors. Pour répondre aux enjeux sociaux et territoriaux, il invite à prendre en compte toutes les fragilités.

Propos recueillis par Marc Lemonier.

N° 205 : Transition démographique et enjeux territoriaux – Interview de Pierre-Marie Chapon

L’accessibilité au coeur des politiques

Pour supprimer les barrières qui empêchent les personnes en situation de handicap de se déplacer et de bénéficier des aménités et des différents services qu’offre la cité des outils existent. Cependant, Brigitte Thorin, déléguée ministérielle à l’accessibilité, le rappelle, s’il y a une obligation de résultat, les moyens pour y parvenir peuvent emprunter des chemins très variés.

Propos recueillis par Marc Lemonier.

N° 205 : L’accessibilité au coeur des politiques – Interview de Brigitte Thorin

Newsletter

Depuis juin 2019, la revue Diagonal publie sa lettre “En Diagonal”. Elle a vocation à renforcer le débat et le réseau des acteurs qui souhaitent améliorer les pratiques urbaines et accompagner la transition vers des villes et des territoires durables. Ce nouveau support est complémentaire de la revue papier qui paraît 3 fois par an.

Pour en être automatiquement destinataire, il vous suffit de vous abonner via le lien qui figure tout en bas de la Newsletter. Nous prévoyons de diffuser 3 lettres par an, qui s’intercaleront entre les 3 numéros de la revue papier.

L’équipe de Diagonal vous remercie chaleureusement de l’accueil que vous ferez à ce nouveau média, et reste ouverte à tout commentaire ou critique visant à en améliorer la qualité.

N°1 Juin 2019 Biodiversité et urbanisme
N°2 Octobre 2019 Ilot de chaleur urbain
N°3 Janvier 2019 A venir : Thème réhabilitation énergétique de l’habitat privé

 

Urbanisme : faire avec le vivant

Philippe Clergeau est professeur d’écologie au muséum national d’histoire naturelle à Paris. Ses recherches portent sur la biodiversité urbaine, qu’il approche depuis l’échelle du bâtiment jusqu’à celle de la planification. Face à la disparition massive de la biodiversité, il adresse des recommandations aux acteurs qui font la ville.

 

A l’issue de la septième plénière de l’IPBES, un rapport publié le 6 mai a confirmé la crise majeure que traverse la biodiversité. Quelle responsabilité peut-on imputer à l’urbanisme en France ?
L’urbanisation contribue fortement à la baisse d’effectif des espèces. Le phénomène d’étalement urbain, par la fragmentation et la destruction des habitats, porte une atteinte évidente à la biodiversité. Aujourd’hui, l’urbanisation représente 20% de la surface métropolitaine d’après l’INSEE, contre 8 à 10% il y a seulement 10 ans. Aujourd’hui, la ville a un devoir d’intervenir et de participer à une forme de protection de la nature. Plus encore dans le cadre actuel du changement climatique. Les aires de répartition des espèces glissent vers le nord, et les grandes villes et métropoles constituent de vraies barrières. Intégrer davantage la biodiversité est de surcroît une stratégie payante pour la ville. Elle peut en retirer une utilité directe par les multiples services que rendent les écosystèmes : santé, bien-être ou encore gestion des eaux pluviales.

Comment l’urbanisme doit-il changer pour effacer ses impacts sur la biodiversité ?
Il faut raisonner à plusieurs échelles. Localement, de bonnes pratiques se développent. La gestion écologique des espaces verts se généralise et des labels exigeants se diffusent (ÉcoJardin ou Terre Saine par exemple). Autre exemple, le choix des essences, plus locales et mieux adaptées aux évolutions climatiques en cours. Pour que la ville soit durable, sa végétation doit l’être. Les monocultures de platane sont encore trop fréquentes. Autre pratique vertueuse, au niveau du bâtiment, la végétalisation de façades ou de toitures. Des travaux de recherche sont en cours pour limiter l’entretien de ces dispositifs. J’encadre en particulier une thèse opérationnelle pour développer le concept d’une végétalisation spontanée des façades, en partenariat avec des architectes. Parmi eux, l’agence Chartier-Dalix qui s’est illustrée avec le bâtiment de l’« école des sciences et de la biodiversité » à Boulogne-Billancourt. Sa structure béton astucieuse a permis une auto-végétalisation partielle en façade, et abrite une toiture végétalisée exceptionnelle.

Cette échelle concerne d’abord les architectes et les services espaces verts des collectivités. Qu’en est-il des urbanistes ?
Leur rôle est essentiel pour intégrer la biodiversité à l’échelle de la ville entière. Il s’agit de recréer des chaines alimentaires. La question de la dispersion des espèces en ville suppose une réflexion sur les continuités. Les espèces doivent pouvoir circuler pour atteindre de grands espaces (grandes toitures, parcs urbains). Une rue n’est pas toujours une frontière infranchissable, des travaux l’ont démontré. Des continuités existent déjà qu’il faut conforter, comme les berges des cours d’eau. Il faut en inventer d’autres, telles que les suites de pieds d’arbres, les noues, objets sur lesquels je travaille avec Plaine-commune en tant que consultant. La gestion de l’écoulement des eaux pluviales est l’occasion de repenser les caniveaux, de traiter ensemble le risque inondation et l’enjeu de végétalisation. Le développement des voies dédiées aux mobilités douces peut aussi se doubler d’un effort sur la nature en ville. Plus généralement, la forme urbaine doit être repensée pour s’inscrire dans une réflexion structurante sur la biodiversité. Le PUCA lance un programme dédié au sujet, dont je présiderai le conseil scientifique. Il associe chercheurs et concepteurs pour repenser les liens entre formes urbaines et biodiversité. Un appel d’offres sera lancé en janvier prochain pour faire émerger des projets expérimentaux.

Comment convaincre les collectivités de s’engager dans l’urbanisme écologique que vous prônez ?
La sensibilisation des décideurs est indispensable. Les élus d’abord, mais aussi les services municipaux et en premier lieu le directeur général des services. Il lui incombe d’organiser l’appropriation des sujets transversaux dans la commune comme celui de la biodiversité. Pour cela, la formation est un levier essentiel. Elle doit aussi toucher les concepteurs et les aménageurs. Les écoles du paysage ont bien avancé, mais les écoles d’architecture et d’urbanisme sont en retard. L’État et les organismes publics ont un rôle pour faciliter, impulser, montrer l’exemple. le ministère en charge du logement le fait avec la démarche ÉcoQuartier. La question de la localisation d’un quartier nouveau y est posée. De même celle du diagnostic écologique préalable à la forme urbaine, ou de la trame verte et bleue urbaine. Les résultats sont encourageants mais encore limités. Citons aussi le concours « Capitale française de la Biodiversité » organisé par l’agence régionale pour la biodiversité en Île-de-France avec Plante et Cité, en partenariat avec le ministère. On y trouve un vivier considérable de réalisations exemplaires qui peuvent inspirer les collectivités volontaires. Je fais partie de ceux qui aimeraient aller plus loin sur le volet réglementaire : le débat est ouvert.

Propos recueillis par Florent Chappel.

Article extrait de la lettre “En Diagonal” N°1.

Les nouvelles mobilités en questions

Emmanuel Ravalet, chercheur à l’École polytechnique fédérale de Lausanne et associé-fondateur du bureau d’études Mobil’Homme, fait ici le point sur les services à la mobilité et le rôle des nouvelles technologies. Il montre le chemin qu’il reste à parcourir pour développer une société bas carbone, avec, au coeur du débat, une meilleure articulation des politiques de transport, d’aménagement et de l’innovation.

Propos recueillis par Virginie Bathellier.

N° 201 : Les nouvelles mobilités en questions – Emmanuel Ravalet

 

Les riches heures de Pierre Veltz

L’économiste et sociologue Pierre Veltz, Grand Prix de l’urbanisme 2017, a toujours mené de front plusieurs carrières, passant de l’enseignement à la maîtrise d’ouvrage, de la recherche à l’exercice de responsabilités dans de prestigieuses structures associées aux grands projets de ces dernières décennies. Tout au long de sa vie professionnelle, il a publié régulièrement des ouvrages qui interrogent citoyens et gouvernants sur les grands problèmes de l’heure, mondialisation, désindustrialisation, métropolisation…
Il revient ici sur son parcours, tout en rappelant quels furent son rôle et ses engagements, professionnels et intellectuels, dans l’univers de l’aménagement et de l’urbanisme qui lui rend hommage aujourd’hui.

Propos recueillis par Marc Lemonier.

N° 201 : Les riches heures de Pierre Veltz

La nouvelle vie des friches urbaines

Co-fondateur du collectif  Intermède, spécialiste de la question du  temps en urbanisme, Benjamin Pradel, sociologue, décrypte l’urbanisme  temporaire.

Propos recueillis par Marc Lemonier.

N° 203 : La nouvelle vie des friches urbaines – Benjamin Pradel

Quand développement territorial et solidarité vont de pair

Considérée comme une économie d’avenir par certains, l’économie sociale et solidaire a été renforcée par la loi de 2014 et son développement fait désormais partie des missions du ministère de la Transition écologique et solidaire. Philippe Eynaud, professeur à Paris-I-Panthéon-Sorbonne, IAE de Paris, en analyse ici les fondements et les grandes tendances. Si l’ESS participe d’une nouvelle fabrique des territoires, elle propose aussi des modes de coopération entre acteurs innovants.

N° 203 : Quand développement territorial et solidarité vont de pair _ Philippe Eynaud

L’internationalisation des villes au début du XXIe siècle

On a vu ces dernières années se multiplier les références à l’internationalisation des villes. Notion familière, voire banalisée, elle ne cesse de gagner du terrain dans l’agenda politique des gouvernements urbains. Le XIXe siècle était un siècle d’empires ; le XXe un siècle d’États nations. Le XXIe siècle sera-t-il celui des villes ? Rien n’est moins sûr, comme l’indiquent certains travaux de recherche lancés par le Puca et le Latts. Retour sur quelques clés de lecture des enjeux soulevés par cette nouvelle mondialisation.

Bilan de travaux de recherche présenté par Lionel Martins (PUCA).

N°205 : L’internationalisation des villes au début du XXIe siècle_Lionel Martins

La production récente de HLM sous le regard du chercheur

En 2018, Matthieu Gimat a été doublement récompensé par le Prix de thèse sur la ville, décerné par le  Puca, l’Aperau et la CDC, et par le Prix de thèse sur l’habitat social, délivré par l’USH et la CDC. Il met ici en perspective les modalités nouvelles de la production du logement locatif social depuis le milieu des années 2000. Sont ainsi décryptées les évolutions majeures intervenues dans différents domaines et leurs conséquences sur les marchés fonciers et immobiliers.

Il répond aux questions de Virginie Bathellier dans le N°205 de la revue Diagonal.

N°205 : La production récente de HLM sous le regard du chercheur_Matthieu Gimat

Vers un autre chemin d’accès au logement

Marie-Hélène Bacqué est professeure en études urbaines à l’université Paris-Nanterre. Elle travaille sur la démocratie urbaine en France et aux États-Unis et s’intéresse depuis de nombreuses années à l’habitat participatif. Elle en trace ici les grandes lignes et rappelle
ses principaux enjeux.

Elle répond aux questions de Virginie Bathellier dans le N°204 de la revue Diagonal.

N° 204 : Implication citoyenne et renouveau territorial _ Marie Hélène Bacqué