Les nouveaux défis politiques de la ville durable

Après dix années consacrées au plan national ville durable, la ministre Emmanuelle Wargon a lancé la démarche “Habiter la France de demain” le 9 février 2021. Cette journée de webinaire a permis d’ouvrir un débat sur une nouvelle vision de la ville durable, appelée à structurer l’action publique.

Un nouvel élan dans la politique nationale pour des villes durables

Quatre défis semblent s’imposer aujourd’hui pour bâtir la ville durable de demain : la sobriété, la résilience, l’inclusion et la production. Une approche directement inspirée du projet de “Manifeste pour des villes durables”, publié par l’association France Ville durable début février. Et qui rappelle les qualités formulées en creux dans la définition de la ville durable proposée par Cyria Emelianoff en 1999 et qui fait aujourd’hui encore référence. 

Poser les fondements de la ville de demain

Quatre grands témoins sont intervenus et ont chacun animé un atelier dédié à l’un des nouveaux fondamentaux de la ville de demain. 

La sobriété d’abord

Pour Franck Boutté, qui dirige l’agence Franck Boutté Consultants, “il n’y a pas de définition consensuelle de la sobriété”. Elle renvoie à la “frugalité”, à l’“empreinte biologique”, aux  “besoins essentiels”. Elle implique selon lui un renoncement au superflu et une critique de l’hypertechnologie. 

Mais elle pose aussi la question des limites à fixer à cette recherche du moins, comme celle de la “répartition des efforts à consentir et du partage des bénéfices du mieux”. Pour que la sobriété soit acceptée voire désirée dans un consensus citoyen, un débat démocratique est indispensable. 

Plusieurs propositions ont pu être exposées à la ministre en charge du logement : bloquer l’artificialisation des terres dès qu’il existe un potentiel de renouvellement urbain, empêcher la construction neuve si l’on peut réhabiliter l’existant, réserver 1m2 de nature pour chaque m2 bâti ou encore instaurer un fonds pour couvrir les surinvestissements liés à la sobriété. 

Ecoquartier Autour Dun Parc Agro Urbain | atelierphilippemadec
L‘ÉcoQuartier de Montévrain parvient à limiter l’artificialisation des sols ©Atelier Philippe Madec

La résilience comme méthode

Sur le défi de la résilience, Magali Reghezza-Zitt, géographe et directrice du Centre de formation sur l’environnement et la société de l’ENS, a pointé la complexité d’une notion devenue incontournable. “La résilience, c’est d’abord un récit parapluie qui promet un horizon radieux, analyse-t-elle. Mais elle peut être appropriée par la sphère capitaliste comme par les partisans de la déconnexion”. 

Sa définition habituelle, à savoir la capacité d’un système à retrouver son état d’équilibre après une perturbation extérieure, pose problème. “Dans le langage des sciences, la résilience est l’inverse de la bifurcation, remarque-t-elle. On nous demande aujourd’hui une transformation structurelle au niveau des individus, des collectifs, des systèmes productifs, des territoires”.

Enfin, la chercheuse insiste sur la nécessité d’une “appropriation démocratique” de la résilience. En premier lieu, “interroger l’envie collective d’agir et expliciter les coûts de l’inaction”. Puis “discuter les trajectoires et les adapter au fur et à mesure”. Ce qui suppose une gouvernance et un pilotage. Enfin, “rendre publique les négociations”.

C’est à ce prix que la résilience, négociée et locale, peut se construire et susciter l’adhésion des citoyens. Après l’atelier, la chercheuse a suggéré de confier la transition écologique au Haut-Commissariat au plan.

Inondations dans l'Aude - La catastrophe vue du ciel ...
Inondations à Trèbes en 2018 ©lindependant.fr

Pour une ville inclusive

Judith Ferrando, co-directrice du cabinet de conseil Missions publiques, chargée – avec d’autres – d’accompagner la Convention Citoyenne pour le Climat, considère l’inclusion comme “une clé pour gagner les autres défis” et pour “résoudre pacifiquement les conflits”. Il s’agit pour elle de “donner à chacun sa place dans la vie politique, économique, culturelle”.

La ville de demain doit, selon elle, “proposer un récit collectif” susceptible de rencontrer les “aspirations citoyennes au ralentissement, à la proximité, à la frugalité et à la réduction des inégalités”. Si de nombreuses initiatives de collectifs d’habitants existent, elle estime peu probable qu’elles induisent “le changement radical de notre modèle de société”

L’atelier a préconisé la création de nouveaux espaces locaux pour des coalitions d’acteurs de type COP21 et convention citoyenne pour le climat, afin de concrétiser la résilience dans les projets d’aménagement urbain. 

Le jardin des délices dans l’EcoQuartier de la Cerisaie à Villiers-le-Bel

Sans oublier les activités productives en ville

Quatrième et dernier défi, celui de la production. Pierre Veltz, économiste, sociologue et Grand Prix de l’urbanisme 2017, en précise d’emblée l’ambition : “un changement de paradigme qui ne peut se loger seulement dans l’économie de la proximité, sympathique et consensuelle”.

À une approche en silos, par secteurs, doit se substituer une “vision globale renouvelée et humano-centrée de l’économie, tournée vers les besoins fondamentaux”. Il s’agit ainsi de mettre la santé et l’éducation aux premiers rangs de l’économie productive. “Il faut simplifier les produits, pratiquer le discernement technologique sans promouvoir l’austérité ni tomber dans le piège de la décroissance, insiste Pierre Veltz. Car pour être habitable et inclusive, la France doit créer des emplois et de bonne qualité. Les quatre défis de la ville durable sont très liés entre eux”.

La proposition de Pierre Veltz pour relever ce défi consiste à réinsérer les activités productives dans la ville (c.f. le programme “Ville productive” du Puca). Mais aussi à réserver des espaces à l’économie sociale et solidaire, comme aux nouveaux communs urbains, dans les opérations d’aménagement ou de construction.

Parc des industries Artois Flandres dans la future métropole Euralens @ association Euralens

Une nouvelle feuille de route pour la ville durable

Un bilan et de nouvelles perspectives pour la démarche  “Habiter la France de demain” ont été dressés en marge de la journée organisée par France Ville durable le 19 mai 2021. Cette première édition d’un rendez-vous annuel baptisé “Villes durables en action”, était consacrée aux solutions, démonstrateurs, programmes et budgets mobilisables pour faire la ville durable – cf. le dossier de presse du gouvernement sur l’avancement de la démarche Habiter la France de demain.Un consultation citoyenne en ligne a été lancée le 27 mai pour mettre au débat le projet de “Manifeste pour les villes durables”.

■ Florent Chappel

La parole à Sébastien Maire, directeur général de France Ville Durable

L’association France Ville Durable a été créée fin 2019, prenant alors la suite de l’Institut de la ville durable. Avec sa première journée nationale “Villes durables en action” du 19 mai 2021, elle s’affirme comme un acteur central et incontournable pour accélérer la transition écologique des villes et territoires. Sébastien Maire, directeur général de France Ville Durable depuis septembre 2020 et précédemment responsable de la transition écologique de la ville de Paris, précise les outils et modes d’actions de l’association.

Photo du site « Les 100 qui font la ville »

Comment a été conçu le “manifeste pour les villes durables” ? 

À l’origine, j’ai fait la proposition aux membres de l’association France Ville Durable de se doter d’un cadre logique d’intervention. Il s’agissait de s’entendre sur ce que veut dire la ville durable. Les services de l’État ont largement contribué, la DGALN et l’Ademe en particulier. C’est le fruit d’un travail collectif.

Le manifeste intègre la question des limites planétaires, une révolution dans la façon de concevoir les politiques publiques. Sur le plan technique, c’est déjà un acquis : les travaux du Cerema, du Puca, de l’Ademe sont des ressources exceptionnelles qui nourrissent au quotidien tout ce que fait France Ville Durable. Par contre, sur le plan politique, beaucoup reste à faire.

Valorisez-vous cette expertise auprès des élus, dans les territoires ?

Tout à fait. Nous pensons que pour être crédible, il faut se confronter en permanence à la mise en œuvre et ses difficultés dans les territoires. Le manifeste doit être alimenté par les territoires, et réciproquement. Depuis un an, nous proposons donc à toutes nos collectivités membres, l’organisation d’ateliers en 2 temps. Un premier temps consacré à la présentation du cadre logique suivi d’un débat avec tout l’exécutif municipal et les équipes de direction. 

Nous visons l’échelon stratégique pour sensibiliser, former, puis outiller. Une fois que la stratégie de transition du territoire est calée, on déroule par secteur les objectifs de décarbonation. Quels indicateurs choisir ? Quelle évaluation mettre en place ? Puis on propose à la collectivité de soumettre certains des projets structurants du mandat en cours, encore en phase amont, à l’analyse de nos membres publics et privés.

Auriez-vous un exemple ?

Nous avons travaillé avec Caux Seine agglo. Pour les élus, ce fut, d’après les mots de leur présidente Virginie Carolo, un véritable électrochoc. Nous avons organisé des ateliers avec la collectivité pour inspirer élus et techniciens, ainsi que des visites de sites avec les maires et leurs services. Et ce dans le cadre du programme petites villes de demain de l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT), dont nous sommes partenaires.

Nous avons exploré le défi d’une décarbonation de ce territoire dont 15 000 emplois dépendent de la raffinerie d’Exxon Mobil ! Ravie des pistes que nous avons collectivement pu dessiner, la collectivité nous demande une nouvelle convention pour réfléchir avec elle à son futur contrat de relance et de transition écologique (CRTE). Notre plus-value est vraiment de présenter l’expertise privée et publique existante pour accélérer les projets de transition. Nous souhaitons déployer ce dispositif et contractualiser sur le long terme avec l’État.

Quels autres outils développez-vous pour passer d’une logique de pionniers de la ville durable à une massification des bonnes pratiques ?

La demande de la ministre de mettre en valeur des démonstrateurs (116 démonstrateurs ont été dévoilés le 19 mai, ndlr) a permis d’enclencher un processus. Nous allons en permanence identifier et sélectionner de nouveaux démonstrateurs en les étudiant au crible des 4 critères du manifeste (sobriété, résilience, inclusion et créativité, ndlr) et aux différentes échelles – du logement au territoire. Nous irons bien au-delà des seules questions d’habitat pour embrasser toute la stratégie territoriale de transformation, puis des approches sectorielles sur l’énergies, les mobilités, etc.

Ces démonstrateurs viendront alimenter en continu notre portail, dont la mise à jour est prévue cet été. Il remplira la mission phare de donner à voir ce qui fonctionne, des réalisations concrètes opérationnelles. Sa conception est orientée services et usagers. Et il incarnera la sobriété que nous prônons avec une plateforme sobre en utilisation, des innovations techniques pour consommer moins de données et d’énergie.

France Ville Durable est-elle dimensionnée pour porter la ville durable en France comme à l’international ?

L’État a souhaité créer une structure légère et agile, sous la forme d’une association loi 1901. Toute sa force, toute son expertise viennent de ses membres – répartis en 4 collèges paritaires que sont les collectivités locales, les entreprises, l’État et les experts – et de ses partenaires. En France, comme à l’international, nous représentons l’ensemble des parties prenantes professionnelles publiques et privées de la ville et des territoires.

Nous travaillons en équipe restreinte, avec 5 etp (équivalent temps plein, ndlr) et un budget d’un peu moins de 800 000€ à ce jour. Notre développement se fait via l’expertise et les moyens des nouveaux membres, de plus en plus nombreux à vouloir nous rejoindre. Nous étendrons nos activités en conséquence, comme nous l’avons fait avec les ateliers territoriaux lancés en début d’année pour accompagner les exécutifs locaux dans leurs projets de transition.  

À l’international, nous agissons en appui à la diplomatie économique et aux ministères compétents, par la valorisation de l’expertise et du savoir-faire de nos entreprises. Nous assurons notamment une présence sur les salons professionnels de référence en collaboration avec Business France.

Dans ces instances, France Ville Durable porte le message assumé d’un pilotage public de la transition, et en profite pour rappeler l’importance des logiques d’inclusion dans la fabrique de la ville. Nous pensons qu’en cela, l’élu local est le plus légitime pour conduire la transformation de son territoire. A contrario, par exemple, des États-Unis où certains quartiers sont entièrement aux mains d’acteurs privés.

Propos recueillis par Florent Chappel

Un nouveau “Manifeste pour des villes durables”

Pour son premier événement national “Villes Durables en Actions”, l’association France Ville Durable peut se réjouir. Elle est parvenue à rassembler, le 19 mai, à la Halle aux Sucres de Dunkerque, tout le panel des acteurs de la ville durable. Sans oublier la ministre Emmanuelle Wargon, intervenue à distance mais en direct. Et ce devant 2200 internautes au plus fort de l’audience.

Un succès qui semble inscrit dans l’ADN de l’association. Avec ses 4 collèges paritaires que sont l’État, les collectivités, les entreprises et les experts, elle réunit toutes les parties prenantes de la ville durable. Autour d’une mission claire : accélérer le mouvement de transition écologique des villes et territoires. Car, insiste Patrick Vergriete, maire de Dunkerque et président de l’association, “France ville durable est un do-tank, qui vise le faire. Il s’agit de valoriser les méthodes et réalisations françaises pour donner des idées, reproduire ou innover”.

Les associations d’élus, les présidents des 4 collèges de France Ville Durable, des représentants de l’État et de ses agences, des concepteurs et experts de l’urbain ont pu débattre autour d’un “manifeste pour les villes durables” produit par l’association. Un document qui pourrait “remplacer à terme la charte d’Athènes”, veut croire Emmanuelle Wargon. Une chose est sûre, une vision profondément renouvelée de la ville de demain en ressort. La sobriété, la résilience, l’inclusion – sociale et démocratique – et la créativité – économique et culturelle – s’imposent comme les nouveaux fondamentaux de la ville durable.

La journée a également permis de présenter de nombreuses réalisations exemplaires. En tout, 116 démonstrateurs de solutions déjà expérimentées et qui restent à déployer plus largement. L’État n’attend pas autre chose, et Stéphanie Dupuy-Lyon, directrice générale de l’aménagement, du logement et de la nature, invite à “l’industrialisation territorialisée des meilleures pratiques de l’urbanisme durable”.

■ Florent Chappel

Les métropoles face à l’épreuve de la Covid-19

Marie-Christine Jaillet est directrice de recherche au Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, Territoires (LISST) à l’Université Toulouse – Jean Jaurès-campus Mirail, et responsable scientifique du programme Popsu Métropoles. Elle nous livre ici ses réflexions sur la situation des métropoles et dresse des perspectives pour l’avenir.

Propos recueillis par Florent Chappel

N°211 : Les métropoles face à l’épreuve de la Covid-19 – Interview de Marie-Christine Jaillet

Urbanisme et santé, la densité en question

Avec l’épidémie de coronavirus, la question de la densité a fait l’objet d’âpres débats. Depuis sa condamnation jusqu’à la volonté d’en élargir le contenu, la densité demeure un concept incontournable de la fabrique urbaine. Thierry Paquot apporte ici son éclairage sur ce que la crise sanitaire révèle de l’urbanisme contemporain. Philosophe de l’urbain, il est l’auteur d’une soixantaine d’ouvrages sur la pensée écologique, les utopies et l’urbanisation planétaire.

Propos recueillis par Florent Chappel

N°211 : Urbanisme et santé, la densité en question – Interview de Thierry Paquot

Des morceaux de ville qui se veulent exemplaires

Émilie Jarousseau, urbaniste, et Yann Watkin, architecte-urbaniste, ont analysé pour l’Institut Paris Région une centaine d’opérations soutenues par l’État et/ou la Région depuis dix ans. Véritables morceaux de ville, ces quartiers durables visent à limiter l’impact de la construction et de la gestion urbaine sur les milieux. Ils nous en livrent un premier bilan.

Propos recueillis par Virginie Bathellier.

N°211 : Des morceaux de ville qui se veulent exemplaires – Interview d’Emilie Jarousseau et Yann Watkin

Dans le Nord, la commission des risques chausse ses bottes !

Depuis 2018, la commission des risques du Nord propose aux acteurs locaux de s’immerger sur site au plus près des risques. Jérome Josserand, chef du service risques à la DDTM 59, nous présente le principe de ces visites.

Propos recueillis par Nathalie Garat

N°211 : Dans le Nord, la commission des risques chausse ses bottes – Interview de Jérome Josserand

France Relance au service de la rénovation énergétique

Une mobilisation massive de 100 milliards d’euros qui va notamment concerner les bâtiments publics de l’État, le parc privé de logements et l’habitat social.

Le plan France Relance, en réponse aux conséquences de la crise mondiale de la Covid 19, finance massivement des activités permettant « la refondation économique, sociale et écologique du pays. » Les chiffres donnent la mesure de l’effort consenti : 100 milliards d’euros, soit un tiers du budget annuel de l’État, dont 40 milliards de contribution européenne.

Ces sommes pharamineuses se doivent d’être bien employées. France Relance fait « le pari d’une société plus économe en ressources et axée sur la proximité… » Trente des 100 milliards sont consacrés à cet objectif. Concernant le domaine de la construction et de la réhabilitation thermique des bâtiments, l’un des points essentiels du plan, les investissements consentis le sont au service des économies d’énergie mais également au service immédiat du retour à l’activité des professionnels du secteur. Comme le rappelle Yannick Pache, chef du bureau QC4 au ministère de la transition écologique, « les chantiers de construction ont connu un quasi coup d’arrêt durant le premier confinement. Le fonds de solidarité et le chômage partiel ont permis de parer au plus pressé. Mais comment rebondir ensuite, après ces arrêts de chantiers ? » D’autant que, dans le même temps, l’activité a diminué, en particulier dans le domaine de la construction d’immeubles destinés au tertiaire.

Le lancement, via le plan, de nouveaux chantiers de rénovation énergétique, participe à la solution des problèmes de l’heure. Le plan va ainsi rehausser le budget du dispositif MaPrimeRénov’ de 2 Md€ durant les années 2021-2022. « Il y a, poursuit Yannick Pache, un triple intérêt à agir, la rénovation elle-même, le respect des objectifs de la Cop 21 et la reprise de l’activité. »

France Relance se décline en diverses thématiques et programmes. La rénovation énergétique en est l’un d’entre eux et concerne différents types de bâtiments, au nombre desquels les bâtiments publics de l’État qui représentent près de 100 millions de m². L’objectif de leur rénovation « est la diminution de la facture énergétique, un gain de confort pour les usagers et les agents – notamment une meilleure protection face aux vagues de chaleur – et une réduction de l’empreinte énergétique et environnementale de l’État. » L’ensemble du territoire français est concerné. Une attention particulière sera accordée aux bâtiments publics situés dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville. Des appels à projet ont été lancés, le premier concernant « les bâtiments d’enseignement supérieur et de recherche – sous tutelle du Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation – le second pour l’ensemble des autres bâtiments de l’État. L’appel à projets relatif aux bâtiments des collectivités fait, par ailleurs, l’objet d’un dispositif spécifique. » Les bâtiments des PME, tout comme le logement privé font également l’objet de mesures spécifiques.

Le parc de logements sociaux bénéficie lui aussi de financements exceptionnels. « Le parc de logement sociaux en France est de très bon niveau, constate Yannick Pache. Mais il reste 6 % de logements HLM très énergivores, classés en F ou G, ce qui désigne les « passoires thermiques ». C’est un volume important ».
Le parc HLM a été massivement rénové dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville. Cependant, comme l’observe Yannick Pache, « il reste de nombreux logements chauffés à l’électricité dans des zones géographiques qui échappent à la géographie prioritaire, des tours en périphérie de villes moyennes, jamais rénovées, ou des maisons individuelles isolées. »

Pour donner un « coup d’accélérateur » à cette rénovation énergétique, le plan France Relance permet la mise en œuvre de l’appel à projet Massi Réno. Les opérations retenues s’inspireront du concept d’Energie Sprong. Développé aux Pays-Bas en 2016, cette méthode favorisant l’industrialisation des techniques de rénovation énergétique par la préfabrication de structures d’isolation par l’extérieur, bénéficia pour son développement du soutien de l’Union Européenne dans le cadre d’un programme H2020. En France, ce concept fut développé par la société Green Flex, une filiale de Total.

Marc Lemonier

« France Relance » accélère la rénovation thermique des logements sociaux

Le plan « France Relance » donne la mesure des enjeux de la rénovation thermique des logements sociaux. « Une partie du parc de logement social est aujourd’hui vétuste ou inadapté aux besoins actuels, notamment au regard de ses caractéristiques et des aspirations des demandeurs. En raison de son ancienneté, ce parc présente également de faibles performances thermiques et nécessite des travaux de rénovation thermique indispensables... ». Amélie Renaud, adjointe au directeur de l’habitat, de l’urbanisme et des paysages, au sein du ‎Ministère de la Transition écologique, revient pour nous sur la manière dont le plan s’empare de cette problématique.

Propos recueillis par Marc Lemonier.

Comment le plan « France Relance » est-il décliné au plus près des territoires dans le domaine de la rénovation thermique des logements sociaux ?

Lors de l’annonce du plan France relance, début septembre 2020, chacun des ministères concernés a déterminé à son niveau les grands équilibres financiers et les thématiques pouvant en être l’objet. Pour ce qui nous concerne, nous avons identifié la rénovation massive de bâtiments en particulier dans le logement privé et le logement social.

En ce qui concerne les logements sociaux plus précisément, l’application de ce cadre national est gérée localement par les préfets et les collectivités délégataires des aides à la pierre qui, sur la base des principes fixés, repèrent les projets répondant aux attentes, et notamment ceux qui seraient prêts à démarrer immédiatement. La rapidité de mise en œuvre est l’un des impératifs du plan de relance. Il doit s’agir de projets déjà avancés, car nous n’avons que deux ans pour monter un dossier, trouver les financements complémentaires et engager leur mise en œuvre…

Durant cette période préalable, il a fallu préciser les modalités de gestion de ces enveloppes, les critères d’éligibilité, le calendrier et les modes d’association des acteurs au niveau local. Ensuite, a débuté une phase de pré-recensement des projets qui pourraient bénéficier du plan. Les services déconcentrés les ont repérés, ce qui nous permettait en retour, d’affiner un peu nos critères d’éligibilité et l’ambition que l’on souhaitait donner à ces actions.

La rénovation énergétique des logements sociaux, l’un des thèmes retenus dans le cadre de France Relance, s’inspire du procédé néerlandais EnergieSprong. Quel en est le principe ?

La grande majorité du parc de logements sociaux a déjà fait l’objet de travaux de rénovation énergétique. Aussi nous ne visons pas l’ensemble du parc, mais des logements ayant plus de 20 ans, et nécessitant une réhabilitation.

EnergieSprong constitue un « coup d’accélérateur », grâce à un saut technologique et aux 40 millions d’euros de financement, qui visent à développer et à massifier des modes de rénovation à coûts maîtrisés. À l’image de ce qui s’est fait aux Pays-Bas, avec ce programme dont le nom signifie « Saut énergétique », nous allons déployer des solutions industrielles pour avoir des bâtiments à consommation nulle, voire à énergie positive, en amplifiant les solutions industrielles mise en œuvre pour y parvenir, tout en pour réduisant les coûts des travaux. Actuellement le coût de la rénovation artisanale de bâtiments anciens demeure prohibitif. Nous cherchons donc à développer des solutions standardisées, applicables à de plus gros volumes, moins chers d’un point de vue unitaire.

C’est l’objet de l’appel à projet « Massification de la rénovation exemplaire du parc locatif social, MassiRéno » qui s’inspire en l’adaptant d’EnergieSprong.

À l’occasion nous privilégions des travaux qui permettent également d’adapter les logements à des publics spécifiques : personnes âgées, personnes handicapées…

La mise en œuvre de MassiRéno, cette démarche de massification des travaux de rénovation, aurait-elle également un impact sur le secteur professionnel du bâtiment ?

Nous visons à promouvoir des solutions innovantes, comme par exemple la production de façades préfabriquées, que l’on puisse massifier et industrialiser pour diminuer les coûts de travaux et les rendre accessibles au plus grand nombre. Il s’agit de développer des filières à bas coût pour la rénovation de bâtiments, permettant d’aboutir à des bâtiments zéro consommation.

Les entreprises sont concernées évidemment. Comme le rappelle l’objectif principal (ou l’intention) de l’appel à projet « les candidats sont invités à déployer des solutions industrielles innovantes et intégrées pour la rénovation énergétique afin que les logements du parc locatif social parviennent à une consommation énergétique très faible, en vue de passer à une échelle de projets plus significatifs en France, en massifiant le procédé« . Cela va dans le sens de l’un des objectifs du plan, la relance économique, par la relance de l’activité des entreprises françaises dès 2021. ■

L’aménagement face au risque sanitaire

Après des décennies d’ignorance réciproque, le dialogue entre santé et urbanisme se construit peu à peu. En témoigne le guide pour l’intégration
de la santé dans l’aménagement urbain (ISadOrA) que viennent d’élaborer des acteurs appartenant aux deux mondes. Il apporte des clés opérationnelles pour agir sur les déterminants de santé liés aux évolutions du climat.

N° 210 – L’aménagement face au risque sanitaire

Pour mieux se préparer

Géographe, Magali Reghezza-Zitt est maîtresse de conférence à l’ENS et spécialiste des risques naturels. Elle revient pour nous sur les notions d’adaptation et de résilience pour mieux les décrypter et cerner les enjeux que soulève leur mise en oeuvre. Au coeur desquels se trouve la cohésion sociale et territoriale.

Propos recueillis par Virginie Bathellier

N°210 : Pour mieux se préparer – Interview de Magali Reghezza-Zitt

Naviguer entre connaissances et incertitudes

Créé par la loi du 19 février 2001, l’Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique, en France métropolitaine et en outre-mer, est rattaché au ministère en charge de l’environnement. Bien placé pour connaître les risques présents ou à venir et les mesures d’adaptation à mettre en oeuvre, Laurent Michel, son directeur, dresse un état général de la situation.

Propos recueillis par Marc Lemonier

N°210 : Naviguer entre connaissances et incertitudes – Interview de Laurent Michel

Jacqueline Osty, paysagiste et humaniste

Le jury international, réuni par le ministère en charge de l’aménagement, a élu en juillet dernier Jacqueline Osty Grand Prix de l’urbanisme 2020. Deux fois Grand Prix national du paysage en 2005 et 2018, la lauréate retrace ici un itinéraire professionnel riche en rencontres et projets innovants. Des lieux de vie où la poésie est « source d’émerveillement pour les usagers ».

Propos recueillis par Marc Lemonier

N°210 : Jacqueline Osty, paysagiste et humaniste

Un dispositif ambitieux pour revitaliser les territoires

Pour enrayer le déclin de centres-villes et dynamiser un territoire dans son ensemble, la loi Élan a prévu un nouvel outil, l’ORT, qui vient conforter d’autres dispositifs. David Laborey, chargé de mission à la direction de l’habitat, de l’urbanisme et des paysages au sein du ministère en charge du logement et de l’aménagement, revient pour nous sur ses objectifs et ses différentes composantes.

Propos recueillis par Marc Lemonier

N°209 : Un dispositif ambitieux pour revitaliser les territoires -Interview de David Laborey

Le port retrouve sa place

Depuis l’enceinte des ports, souvent à l’abri des regards, s’organise l’approvisionnement au quotidien de nos territoires. Chercheur en économie des transports au Cerema, Ludovic Vaillant nous invite à ouvrir les portes de ces espaces mal connus du tissu urbain pour mieux saisir ce qui s’y joue.

Propos recueillis par Nathalie Garat

N°209 : Le port retrouve sa place – Interview de Ludovic Vaillant