France Relance au service de la rénovation énergétique

Une mobilisation massive de 100 milliards d’euros qui va notamment concerner les bâtiments publics de l’État, le parc privé de logements et l’habitat social.

Le plan France Relance, en réponse aux conséquences de la crise mondiale de la Covid 19, finance massivement des activités permettant « la refondation économique, sociale et écologique du pays. » Les chiffres donnent la mesure de l’effort consenti : 100 milliards d’euros, soit un tiers du budget annuel de l’État, dont 40 milliards de contribution européenne.

Ces sommes pharamineuses se doivent d’être bien employées. France Relance fait « le pari d’une société plus économe en ressources et axée sur la proximité… » Trente des 100 milliards sont consacrés à cet objectif. Concernant le domaine de la construction et de la réhabilitation thermique des bâtiments, l’un des points essentiels du plan, les investissements consentis le sont au service des économies d’énergie mais également au service immédiat du retour à l’activité des professionnels du secteur. Comme le rappelle Yannick Pache, chef du bureau QC4 au ministère de la transition écologique, « les chantiers de construction ont connu un quasi coup d’arrêt durant le premier confinement. Le fonds de solidarité et le chômage partiel ont permis de parer au plus pressé. Mais comment rebondir ensuite, après ces arrêts de chantiers ? » D’autant que, dans le même temps, l’activité a diminué, en particulier dans le domaine de la construction d’immeubles destinés au tertiaire.

Le lancement, via le plan, de nouveaux chantiers de rénovation énergétique, participe à la solution des problèmes de l’heure. Le plan va ainsi rehausser le budget du dispositif MaPrimeRénov’ de 2 Md€ durant les années 2021-2022. « Il y a, poursuit Yannick Pache, un triple intérêt à agir, la rénovation elle-même, le respect des objectifs de la Cop 21 et la reprise de l’activité. »

France Relance se décline en diverses thématiques et programmes. La rénovation énergétique en est l’un d’entre eux et concerne différents types de bâtiments, au nombre desquels les bâtiments publics de l’État qui représentent près de 100 millions de m². L’objectif de leur rénovation « est la diminution de la facture énergétique, un gain de confort pour les usagers et les agents – notamment une meilleure protection face aux vagues de chaleur – et une réduction de l’empreinte énergétique et environnementale de l’État. » L’ensemble du territoire français est concerné. Une attention particulière sera accordée aux bâtiments publics situés dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville. Des appels à projet ont été lancés, le premier concernant « les bâtiments d’enseignement supérieur et de recherche – sous tutelle du Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation – le second pour l’ensemble des autres bâtiments de l’État. L’appel à projets relatif aux bâtiments des collectivités fait, par ailleurs, l’objet d’un dispositif spécifique. » Les bâtiments des PME, tout comme le logement privé font également l’objet de mesures spécifiques.

Le parc de logements sociaux bénéficie lui aussi de financements exceptionnels. « Le parc de logement sociaux en France est de très bon niveau, constate Yannick Pache. Mais il reste 6 % de logements HLM très énergivores, classés en F ou G, ce qui désigne les « passoires thermiques ». C’est un volume important ».
Le parc HLM a été massivement rénové dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville. Cependant, comme l’observe Yannick Pache, « il reste de nombreux logements chauffés à l’électricité dans des zones géographiques qui échappent à la géographie prioritaire, des tours en périphérie de villes moyennes, jamais rénovées, ou des maisons individuelles isolées. »

Pour donner un « coup d’accélérateur » à cette rénovation énergétique, le plan France Relance permet la mise en œuvre de l’appel à projet Massi Réno. Les opérations retenues s’inspireront du concept d’Energie Sprong. Développé aux Pays-Bas en 2016, cette méthode favorisant l’industrialisation des techniques de rénovation énergétique par la préfabrication de structures d’isolation par l’extérieur, bénéficia pour son développement du soutien de l’Union Européenne dans le cadre d’un programme H2020. En France, ce concept fut développé par la société Green Flex, une filiale de Total.

Marc Lemonier


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.