« Zéro Artificialisation Nette » : des questions écologiques se posent

Le « zéro artificialisation nette » est un horizon proposé pour endiguer l’artificialisation des sols et le déclin du vivant. Issu du plan Biodiversité du gouvernement lancé en 2018, son impact écologique est pourtant très relatif. Un regard d’écologues sur ce concept et sa traduction opérationnelle soulève en effet de nombreuses questions. Le respect de certains principes doit être assuré à toutes les échelles de l’aménagement pour qu’il trouve sa pertinence et son efficacité écologiques. 

Article rédigé par Marc Barra, ingénieur écologue à l’institut Paris Région, et Philippe Clergeau, professeur au Muséum national d’Histoire naturelle.

Le « Zéro artificialisation nette » : des questions écologiques se posent


Une réflexion sur « « Zéro Artificialisation Nette » : des questions écologiques se posent »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.