Pour une réhabilitation légère et collaborative : expérimentation à Harnes sur 25 maisons minières  

Maisons et Cités est le premier bailleur social des Hauts-de-France, avec un parc de près de 65 000 logements sociaux dont 97 % de maisons individuelles. Il est fortement engagé dans le renouveau du bassin minier. Sur l’initiative de la chaire Post-Minier, dont Béatrice Mariolle assure la direction scientifique, l’opération expérimentale de réhabilitation de 25 maisons minières appartenant au bailleur est lauréate du programme Engagé pour la qualité du logement demain (EQLD). Avec deux axes d’innovation : l’élaboration collaborative du programme des travaux avec les habitants et l’utilisation des écomatériaux. Béatrice Mariolle et deux de ses doctorants, Mélusine Pagnier et Martin Fessard, partagent avec nous leurs travaux et leurs alertes sur les défis à relever.

Diagonal : Quels sont les enjeux scientifiques de la rénovation de maisons minières sur la commune d’Harnes ?

Béatrice Mariolle : Ils correspondent aux orientations d’un appel à projets d’innovation architecturale du ministère de la Culture. Du moins à ses deux premières : le travail sur les pratiques collaboratives pour l’élaboration du projet d’une part, l’usage des matériaux biosourcés d’autre part. Ces deux approches sont respectivement prises en charge par les doctorants Mélusine Pagnier et Martin Fessard. Avec une visée opérationnelle très forte : comment la réhabilitation de ces 25 maisons peut-elle éclairer celle des 60 000 maisons du bassin minier ? Le défi est de taille : la réhabilitation de ces maisons en briques et leur adaptation au changement climatique est d’autant plus délicate qu’elles ont un statut patrimonial 1.

En quoi consiste vos recherches sur les pratiques collaboratives ?

Mélusine Pagnier : Il s’agit d’interroger les modalités d’association des habitants à l’élaboration du programme de rénovation des logements et des espaces communs. Après un travail théorique de deux ans sur cette notion, le site d’Harnes et du quartier de la cité d’Orient a été choisi comme terrain d’expérimentation, en lien avec la mission du Bassin Minier. Et j’ai opté pour l’outil de la permanence architecturale 2. pour mettre en place les conditions de la collaboration. Depuis 2021, j’habite sur place.

Mélusine en permanence architecturale©Martin Fessard

Pour quels résultats à ce jour ?

Mélusine Pagnier : J’ai mobilisé des outils de conception architecturale classiques comme des plans et cartographies, autant que des modalités d’actions plus atypiques, comme la préfiguration d’usage. Le but était notamment de susciter une émulation et un cadre propice à la collaboration. Il faut savoir que le corps social, dans ce quartier comme dans de nombreux corons, est très abîmé et les conflits de voisinage très fréquents. Nous devions le reconstruire. Au fil des échanges avec les habitants, l’idée a émergé de monter une association de quartier et de lui confier la maîtrise d’usage du quartier dans le cadre de l’opération de rénovation. Il s’agissait principalement de défendre les intérêts des habitants et leur permettre de devenir un acteur à part entière du projet de rénovation. L’idée s’est concrétisée et l’association a vu le jour après 1 an de co-conception du site.

L’ERBM : un programme de rénovation massive des maisons minières

L’Engagement pour le Renouveau du Bassin Minier du Nord-Pas-de-Calais a été signé le 7 mars 2017. Il s’est appuyé sur le rapport Subileau3 pour élaborer une stratégie globale de restructuration et de développement du bassin minier sur 10 ans. Il comporte un projet ambitieux de rénovation de 23 000 logements de 35 cités minières jugées prioritaires.  Il est mis en œuvre par l’État, les collectivités, la mission Bassin Minier et les deux bailleurs Maisons et Cités et SIA Habitat. Il s’appuie sur un référentiel d’ambitions partagées rédigé en 2019 et qui précise les objectifs et moyens pour améliorer les conditions de vie des habitants des cités.■

Pouvez-vous donner quelques exemples de préfigurations d’usages qui ont bien fonctionné ?

Mélusine Pagnier : Nous avons testé plusieurs activités et pistes de projets pour proposer des espaces communs dans les fonds de parcelles en friches et abandonnés, une situation typique des maisons minières. Trois idées ont vraiment fédéré : la petite buvette de Ginette, improvisée dans un garage de la rue et qui a permis d’égayer l’ensemble des réunions organisées sur la rénovation ; un cinéma de plein air cousu main avec les couturières du quartier, accroché aux murs pignons des logements ; une ressourcerie, qui a permis un regroupement des nombreux dépôts et déchets du quartier – une source de nuisance et de mécontentement permanent – puis leur tri et leur éventuel réemploi dans une des parcelles vacantes du quartier.

Façade arrière d’un coron de la cité d’Orient ©Martin Fessard

Béatrice Mariolle : Ces trois projets sont financés en partie sur l’enveloppe obtenue par la Banque des Territoires, via le GIP-EPAU, pilote du programme EQLD. Le budget correspondant à leur mise en œuvre sera confié directement à l’association. L’espace commun prendra place en fonds de parcelle, sur un périmètre encore à définir. Un redécoupage foncier sera nécessaire, sachant que les voyettes4 appartiennent à la commune et les parcelles de jardin, aux bailleurs. Il faut aussi ajouter que la participation des habitants dans la rénovation des maisons ira jusqu’à l’auto-réhabilitation accompagnée ce qui signifie que les chantiers, par une entreprise locale, associeront, selon les cas, soit  des habitants soit  des lycées en formation professionnelle aux métiers du bâtiment, ou encore des compagnons bâtisseurs du territoire.

Pour en venir à la réhabilitation du bâti justement, comment comptez-vous intensifier l’usage des matériaux biosourcés dans la rénovation des maisons minières ?

Martin Fessard : Notre idée principale est d’expérimenter la réhabilitation légère avec des moyens limités pour aller plus vite et en redonnant aux habitants la maîtrise du climat intérieur. Car en travaillant avec Mélusine, nous avons constaté le décalage entre les conceptions de la rénovation thermique lourde classiquement mises en œuvre dans le parc social – qui visent un climat homogène continu dans toute la maison – et les pratiques locales des habitants qui sont beaucoup plus variées – certains chauffent une partie de la maison, l’étage seulement… Notre approche comporte trois volets : la réutilisation du second œuvre existant – qui, en réhabilitation lourde, est curé et évacué ; les travaux de finition en matériaux biosourcés et géosourcés (enduits en lin, terre crue) ; un ajustement du chauffage aux pratiques des habitants en travaillant sur des climats variés à l’intérieur de la maison et en visant des “plaisirs thermiques”− comme un poêle chaud en hiver ou un carrelage frais en été.

Allez-vous engager la réhabilitation des 25 maisons de la rue simultanément ?

Non, nous allons d’abord tester l’approche dans 3 maisons témoins de la cité d’Orient. Leurs formes sont identiques mais leurs orientations diffèrent. Pour rentrer dans le concret, nous allons tester des enduits en terre crue, des isolations en amas de lin, des panneaux rayonnants électriques mobiles ou encore des rideaux thermiques en laine ou en lin 5. Ces derniers sont de grandes dimensions et servent à couvrir un mur en hiver par exemple ou réaliser un sas d’entrée dans la maison, rendant ainsi la maîtrise du confort thermique aux habitants.

Les performances de cette rénovation expérimentale seront-elles mesurées ?

Tout à fait. Nous allons instrumenter nos maisons témoins pour relever les consommations d’énergie, les températures intérieures ou encore la qualité de l’air (CO2, COV). Nous nous appuyons sur le bureau d’études lillois Octopus. Des enquêtes de ressenti auprès des habitants viendront compléter ces mesures. Et nous allons également comparer les résultats obtenus aux performances d’une réhabilitation lourde telle que la pratique couramment Maisons et Cités (cf. encadré). Car dans la rue de Warna, parallèle à la rue Plewna, des opérations de réhabilitation conventionnelle de maisons similaires de ce bailleur social sont prévues. C’est d’ailleurs en partie grâce au programme EQLD que ces deux appels d’offres distincts ont été lancés, l’un pour engager des opérations de rénovations lourdes classiques et l’autre pour expérimenter des réhabilitations légères. Dans les deux cas, les travaux doivent déboucher sur un classement énergétique B ou C. Et l’enveloppe financière à disposition est la même : 65 k€ environ pour la réhabilitation d’une maison hors périmètre Unesco, 100 k€ à l’intérieur 6

Quel est l’avancement des travaux dans les maisons témoins ?

Les contrats de maîtrise d’œuvre (cf. encadré) sont en cours de signature aujourd’hui. Les chantiers des 3 maisons témoins devraient commencer en janvier ou février 2024, et les 22 autres de la rue Plewna devraient démarrer à l’été 2024.

Une maîtrise d’œuvre sur mesure

Pour mener à bien la rénovation des 25 maisons tests de la rue Plewna, le bailleur et les doctorants de la Chaire Post-Minier ont choisi une maîtrise d’œuvre issue du réseau de la frugalité heureuse et créative des Hauts-de-France. Elle réunit l’atelier Post, Marie Blanckaert et le bureau d’études Tribu. Ils travaillent tous régulièrement sur les apports bioclimatiques et la participation citoyenne.■

À quelles principales difficultés avez-vous été confrontés ?

Mélusine Pagnier : La principale, pour ce qui me concerne, c’est le travail avec les futurs habitants. Car je ne sais pas quels sont, parmi les habitants actuels des 25 maisons de la rue Plewna, ceux qui vont rester après les travaux de rénovation. Si le diagnostic énergétique effectué sur les maisons impose une rénovation lourde – i.e. si l’étiquette est E, F ou G –, alors les occupants devront déménager et certains choisiront de ne pas revenir. Un gros travail reste à faire avec l’ANCOLS [Agence nationale de contrôle du logement social, ndlr] pour obtenir une dérogation auprès de la commission d’attribution des logements du bailleur, afin de savoir en amont de la rénovation qui viendra habiter là. Sans une procédure d’attribution des logements avant travaux, on ne pourra pas impliquer les nouveaux habitants dans la conception et le chantier des maisons. C’est dommage et très pénalisant pour le logement social.  

Martin Fessard : De mon côté, je mesure l’inertie de certaines normes techniques. Un seul exemple concret : les matériaux biosourcés et géosourcés ont une moindre résistance thermique en comparaison des isolants classiques. Leurs caractéristiques propres, encore difficiles à mesurer – des travaux sont en cours – compensent en grande partie ce défaut. Mais c’est bien la seule variable de la résistance thermique qui est retenue pour l’octroi de certains financements comme les CEE ou les prêts à taux préférentiels. Le choix des matériaux biosourcés et géosourcés se traduit donc par une perte de subventions aux travaux. Pour les bailleurs sociaux, la question des normes a des répercussions sur les financements et sur les assurances. Ce point est à considérer avec précautions. C’est aussi une ouverture vers d’autres modes de faire. Impliquer les habitants, c’est garantir une meilleure gestion et un meilleur usage futur des logements.

Béatrice Mariolle : Il est très intéressant de constater qu’en prenant seulement deux éléments, la participation des habitants et l’utilisation de matériaux bio et géosourcés, on réinterroge l’ensemble des normes et processus de la rénovation thermique. Pour le bailleur social, c’est un pari et une vraie prise de risque d’explorer de nouvelles voies.

Cette approche très spécifique de la réhabilitation légère permet-elle de massifier les rénovations ?

Béatrice Mariolle : Nous visons un essaimage des bonnes pratiques et non une massification industrielle. Les opérations de rénovation restent finalement très artisanales car chaque maison fait l’objet d’un chantier spécifique et relativement sur mesure. Donc dans notre travail, nous allons essayer de réfléchir à toutes les solutions qui sont reproductibles, qu’il s’agisse de questions techniques, de méthodes de participation des habitants, d’organisation des chantiers… ■

Propos recueillis par Florent Chappel



Citer ce billet
Revue d'urbanisme Diagonal (2023, 12 octobre). Pour une réhabilitation légère et collaborative : expérimentation à Harnes sur 25 maisons minières  . Revue Diagonal. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nltf

  1. Sur les 563 cités minières du Nord et du Pas-de-Calais, qui regroupent 70 000 logements, 124 sont inscrites sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2012. []
  2. Cf. l’article de Diagonal sur cet outil et plus largement sur l’approche de la Preuve par 7 héritée de Patrick Bouchain []
  3. Jean-Louis Subileau a coordonné la mission interministérielle en charge de rédiger ce rapport []
  4. Les voyettes sont des petites sentes qui séparent les parcelles entre elles. []
  5. Un atelier workshop a même été récemment dédié à la fabrication collective de ce type de rideau []
  6. La réhabilitation des maisons dans le périmètre Unesco est plus contrainte et fait l’objet d’un financement complémentaire de l’État et de la Région []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search