De l’urbicide au crime de guerre

Brent Patterson est, au sein de l’Ecole nationale supérieure d’architecture Paris-Malaquais, en charge de l’enseignement des Histoires et théories de l’architecture et des formes urbaines. Il fait partie des rares enseignants qui en France abordent l’histoire des villes au prisme de leur destruction et reconstruction, des conflits qui s’y déroulent et des « urbicides ».

Dans une interview donnée à France Culture vous rappeliez que la notion d’urbicide était initialement liée à ce qu’on appellerait aujourd’hui la défense du patrimoine…

La première personne à avoir employé ce terme était la critique d’architecture Ada Louise Huxtable[i] dans un article du New York Times, repris dans son livre Will They Ever Finish Bruckner Boulevard ? Elle dénonçait l’urbanisme agressif de l’architecte en chef de la ville Robert Moses dans le Bronx. D’autres penseurs de l’époque se reconnaissaient dans ce terme comme le professeur de science politique et d’urbanisme marxiste Marshall Berman, qui associait cette forme d’urbanisme à une attaque contre les classes populaires, à l’instar de la destruction du quartier de Kingsbridge où il avait passé sa jeunesse. La philosophe Jane Jacobs, auteure de Déclin et survie des grandes villes américaines, reprit elle aussi cette notion à son compte.

Bogdan Bogdanovic, architecte avant d’être maire de Belgrade, connaissait l’œuvre de Marshall Berman. Il s’en inspira sans doute lorsqu’il utilisa le terme d’urbicide pour dénoncer la destruction du patrimoine culturel lors du conflit en ex-Yougoslavie. Durant la guerre, des mosquées appartenant au patrimoine régional ou local ont été volontairement détruites. Le spécialiste britannique de politique internationale Martin Coward, dans son ouvrage Urbicide: The Politics of Urban Destruction, a caractérisé l’urbicide à partir de cette notion de destruction ciblée. Les milices, sans motifs stratégiques, visaient la synagogue, les cimetières juifs, les mosquées, la bibliothèque. En Ukraine, les troupes russes ont attaqué des lieux culturels, des centres communautaires, des écoles, des écoles d’art, au prétexte qu’ils hébergeaient des soldats.

Il est important de mettre en lumière les attaques ciblées et intentionnelles contre ce patrimoine culturel, pour alerter l’opinion avant que la situation n’évolue vers un génocide. Car l’urbicide est une étape ou l’un des aspects des crimes contre les personnes. À Tombouctou au Mali, certaines personnes ont été jugées comme criminelles pour la destruction des mausolées, alors qu’on les soupçonnait par ailleurs d’être des assassins impliqués dans des viols et des meurtres… 

Les méthodes développées par Forensic architecture (voir ci-après) pour caractériser des crimes de guerre appartiennent à un ensemble plus vaste de techniques. Quels types d’information peuvent-elles apporter ? 

L’équipe de Forensic est extrêmement interdisciplinaire, ce ne sont pas uniquement des architectes… Ainsi, elle a dernièrement réalisé un travail sur le climat, où sont engagés beaucoup de spécialistes experts sur les questions des courants marins en Méditerranée. L’étude a permis de visualiser leur importance pour le déplacement des bateaux des migrants venant d’Afrique du Nord. Il y a également tout un travail en Louisiane par rapport à la pollution chimique provenant de certaines usines pétrochimiques, etc. Rappelons que l’une des premières actions du collectif permit de caractériser l’appropriation des quartiers palestiniens par la colonisation et la destruction de maisons en Cisjordanie.

L’analyse des dégâts commis durant les guerres aide également à préparer la reconstruction. L’UNESCO et d’autres associations internationales cherchent de plus en plus à être sur la scène très rapidement pour pouvoir juger de la nature des destructions et intervenir dès la fin des conflits.


Propos recueillis par Marc Lemonier.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search