Urbicide, les villes victimes de guerre

Marioupol, Hiroshima, Guernica, Alep, Grozny, Sarajevo… à chaque guerre sa « ville martyre », victime de ce que l’architecte Bogdan Bogdanovic, ancien maire de Belgrade, dissident, mort en exil, qualifia d’« urbicide ». Selon la géographe Bénédicte Tratnjek[1], ce terme recouvre les « violences qui visent la destruction d’une ville, non en tant qu’objectif stratégique, mais en tant qu’objectif identitaire ».

Dans un premier temps cela désigna des situations qui paraissent bien futiles au regard des horreurs commises en Ukraine. Interrogé par France Culture, l’historien de l’architecture et des formes urbaines, Brent Patterson, rappela [2] que «  aux États-Unis, le terme est utilisé pour critiquer le travail d’urbaniste mené par Robert Moses à New York entre les années 1930 et les années 1970, et qui est un peu l’équivalent de celui mené par le baron Haussmann à Paris… » Bogdan Bogdanovic, en l’appliquant au siège de Sarajevo, donna à l’expression la connotation exclusivement guerrière qu’on lui connait désormais. La destruction des villes ennemies, davantage encore que les « gains de territoires » obtenus lors d’une invasion, devient le symbole de la toute-puissance des agresseurs.

Remontant le temps, Philippe Chassaigne, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Bordeaux-Montaigne, rappelle[3] que « lorsque les Allemands détruisent 90% de la ville de Coventry en 1940 et que Churchill en réponse fait raser Dresde par des flottes de bombardiers, il s’agit avant tout de frapper l’opinion publique. Les Allemands espèrent désespérer les Britanniques et les amener à pousser Churchill à ouvrir des négociations de paix. Pour Dresde, c’est l’inverse : il s’agit de montrer au peuple allemand que la supériorité technologique et aéronautique est du côté des Alliés et que le Reich n’en a plus pour longtemps. » Ce que l’historien de l’architecture Jean-Louis Cohen résume d’une formule, la « ville pour cible et comme champ de bataille.[4] » Durant la Seconde Guerre mondiale poursuit-il, pour la première fois les villes sont victimes désignées quand la guerre « affame leur population, les utilise comme théâtre pour de grandes batailles terrestres, et surtout, innovation capitale, les frappe jour et nuit avec l’aviation à long rayon d’action. »

À Sarajevo, la ville-capitale de la Bosnie-Herzégovine, des attaques se sont concentrées sur la bibliothèque Vijećnica, inaugurée le 20 août 1896. Comme le rappelle Bénédicte Tratnjek « les ouvrages qui y étaient conservés témoignaient non seulement de la succession de plusieurs pouvoirs et cultures en Bosnie-Herzégovine, mais aussi de leurs influences réciproques. L’incendie de cette bibliothèque et son pillage relève du mémoricide : il s’agit alors de détruire toute trace d’une mémoire collective dans la ville. »

La « guerre moderne » pourrait parfaitement se passer de telles destructions, pour au contraire conserver intactes les ressources et les équipements des villes conquises. Mais il s’agit avant tout d’en terroriser et d’en chasser les habitants ! Plusieurs centaines de milliers de personnes fuient les zones de combat et particulièrement les villes ukrainiennes rendues invivables. On atteint alors le deuxième but de l’urbicide : les mouvements massifs de population deviennent au passage une arme de déstabilisation des pays voisins, considérés eux-aussi comme des ennemis. La Pologne aujourd’hui, le Liban hier sont la cible indirecte des attaques menées sur des villes de pays en guerre.

Selon Amnesty International, qui résume les différents traités internationaux, « les crimes de guerre sont des violations « des lois et coutumes de la guerre » définies par les Conventions de Genève et de la Haye : ils comprennent les attaques délibérées contre des civils, la torture, le meurtre ou les mauvais traitements infligés aux prisonniers de guerre. La notion de crimes contre l’humanité englobe les disparitions forcées, les homicides, la réduction en esclavage, l’expulsion et le viol généralisé et systématique. » L’« urbicide » est l’un des moyens utilisés par l’agresseur pour accompagner et faciliter certains crimes, en détruisant l’un des refuges des hommes qui semblait les mettre à l’abri : la ville.

Marc Lemonier


[1] Bénédicte Tratnjek. La destruction du ” vivre ensemble ” à Sarajevo : penser la guerre par le prisme de l’urbicide. 2012, http://www.defense.gouv.fr/irsem/publications/lettre-de-l-irsem/lettre-de-l-irsem-n5-2012/releve-st. ffhalshs-00705113f

[2] Dans le cadre de l’émission « Que détruit-on lorsqu’on détruit une ville ? » France Culture le 2 octobre 2010

[3] Ibid.

[4] Architecture en uniforme, projeter et construire pour la Seconde Guerre mondiale, Centre Canadien d’Architecture, 2011


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search