Face au changement climatique, le SAGE Drôme a validé sa stratégie d’adaptation

Le bassin versant de la Drôme manque d’eau et fait l’objet chaque été d’arrêtés sécheresse. Une situation que va encore aggraver le changement climatique en privant l’une des dernières rivières sauvages d’Europe de près d’un tiers de son débit moyen actuel. Fort de sa tradition de coopération et d’une gouvernance solide, ce territoire vient de clôturer une grande étude prospective à horizon 2050 et d’approuver sa stratégie d’adaptation face au changement climatique. En ligne de mire : la réécriture du SAGE Drôme et l’élaboration d’un PTGE (projet de territoire pour la gestion de l’eau) qui devra concrétiser les engagements des acteurs à une plus grande sobriété et un meilleur partage de la ressource en eau.

Paysage de la Drôme près d’Allex, en aval de Crest ©CCVD

Le Schéma d’aménagement et de gestion de l’eau (SAGE) Drôme fut le premier SAGE de France. Adopté en 1997, il est alors un exemple de réussite en matière de gouvernance locale, mettant un terme à des conflits ouverts – parfois armés ! – sur la question de l’eau. Mais à l’époque, le sujet majeur à traiter était celui de sa qualité et du respect du fonctionnement naturel de la rivière.

Aujourd’hui, c’est bien l’ampleur des impacts du changement climatique, avec des sécheresses inédites comme celle de l’été 2023, qui est au cœur des préoccupations. Et pour cause, les débits prévisibles à horizon 2050 pourraient diminuer de 25 à 30 %. Un résultat issu de la phase diagnostique de l’étude prospective SAGE Drôme 2050 (cf. encadré), engagée par décision de la commission locale de l’eau (CLE) en 2021. Et un défi majeur posé dans un territoire qui vit essentiellement de l’agriculture et du tourisme, deux secteurs gourmands en eau.

SAGE Drôme 2050, une étude prospective au long cours qui se termine
L’objectif de l’étude SAGE Drôme 2050 était de co-construire une stratégie d’adaptation du territoire au changement climatique à l’échelle du bassin versant de la Drôme à l’horizon 2050. C’est chose faite, avec l’adoption à une large majorité de cette stratégie lors de la réunion de la CLE du 25 juin 2024. Cette stratégie en 4 axes doit permettre de réduire la vulnérabilité du territoire et de ses activités face aux mutations en cours et à venir (climatiques et socio-économiques) tout en préservant la ressource en eau et les milieux aquatiques, supports de biodiversité. L’étude a démarré en juin 2022 et a été réalisée par le groupement ACTeon-Cereg pour le syndicat mixte de la rivière Drôme (SMRD). Toutes les informations et rendus de l’étude en cours sont téléchargeables ici.

“SAGE Drôme 2050 poursuivait deux objectifs, précise David Arnaud, directeur du syndicat mixte de la rivière Drôme (SMRD) qui porte le SAGE : établir des ordres de grandeur des évolutions probables de la rivière en raison du changement climatique et bâtir une stratégie d’adaptation pour l’ensemble des usages”. L’adoption le 25 juin dernier de cette stratégie couronne de succès deux années de travail animé par le SMRD. Elle ouvre la voie à la réécriture du SAGE en révision et à la définition des actions opérationnelles du projet de territoire pour la gestion de l’eau (PTGE) à l’automne. “Il s’agit à présent d’avancer vers des objectifs chiffrés, précise David Arnaud. Les échéances, les efforts financiers de chacun, le qui fait quoi…”.

Le principal succès de la démarche à ce stade, pour David Arnaud, c’est d’être parvenu à mettre tous les usagers autour de la table et de valider collectivement des intentions et principes pour dessiner un futur désirable sur le bassin-versant.

Carte des enjeux posés par le changement climatique, extraite de la synthèse du diagnostic de l’étude SAGE Drôme 2050, janvier 2023.


Mobiliser et faire converger les acteurs de l’eau

Car c’est le premier facteur de réussite de l’adaptation : la concertation et la co-construction avec les agriculteurs, les hôteliers, les kayakistes, les entreprises, les habitants, en somme l’ensemble des acteurs consommateurs d’eau du territoire. Et sur ce point, la vallée de la Drôme a pu s’appuyer sur le programme européen SPARE expérimenté dans 5 vallées alpines. Entre 2015 et 2018, près de 189 actions opérationnelles ont pu être esquissées et proposées au SAGE qui allait entamer sa révision. Ce fut surtout l’occasion, d’après David Arnaud, “de remettre la délibération au centre de la politique de l’eau”.

La qualité de cette participation citoyenne a permis de formaliser les 4 enjeux du SAGE en révision, qui structurent aujourd’hui la stratégie d’adaptation du bassin-versant de la Drôme : la sobriété comme impératif premier, la résilience, le partage de l’eau, puis la sécurisation et le stockage en dernier recours.

Libellé des 4 axes de la stratégie d’adaptation au changement climatique du bassin-versant de la Drôme :

  1. La sobriété, première des priorités : poursuivre les efforts déjà engagés.
  2. La résilience, une nouvelle ambition territoriale à décliner à l’échelle de la vallée.
  3. Le partage, une réflexion à adapter au changement climatique et à mener en inter-usages .
  4. Le stockage, une solution de sécurisation de l’accès à l’eau à inscrire dans une démarche de territoire.

Et d’aboutir, en novembre 2023, à la formalisation de 4 scénarios d’évolution des usages de l’eau largement partagés, analysés par rapport à un scénario tendanciel de référence. Le premier prévoit une adaptation misant sur le progrès technique et technologique ; le second prend à bras-le-corps les enjeux de sobriété ; le troisième vise la résilience en se tournant vers le végétal ; le quatrième et dernier fait le pari du potentiel de production local. Tous les 4 ont été bâtis sur des hypothèses réalistes et acceptables pour les acteurs. Mais les 4 scénarios d’évolution des usages élaborés en phase 3 de l’étude SAGE Drôme 2050 dépassent les volumes prélevables en “eau potable”. Le défi pour les prélèvements agricoles semble quant à lui accessible, grâce à de possibles ressources de substitution.

Néanmoins, ces deux usages principaux de l’eau vont demander de lourds investissements et un travail de longue haleine pour les acteurs du territoire.

Comparaison des volumes prélevés entre les scénarios élaborés en phase 3 de l’étude prospective  SAGE Drôme 2050, novembre 2023.


Qu’en est-il aujourd’hui dans le secteur agricole des pistes concrètes pour anticiper l’aggravation des effets du changement climatique ?

“Sortir de la logique du premier arrivé premier servi”

“L’enjeu pour le territoire est de sortir du premier arrivé premier servi, estime David Arnaud. Il faut pour cela associer et convaincre les organismes uniques de gestion collective (OUGC)”. Ces derniers sont en effet chargés de la gestion et de la répartition des volumes d’eau prélevables entre les agriculteurs irrigants d’un bassin versant. Le problème étant qu’un nouvel arrivant ne pourra obtenir un droit à irriguer que si un autre agriculteur cède une partie du sien.

Il faut toutefois préciser qu’il existe une mosaïque d’agriculteurs sur le bassin-versant de la Drôme : des collectifs comme des indépendants, des irrigants comme des agriculteurs “en sec”. 

Et distinguer deux situations : celle de la Drôme rive droite en aval de Crest et celle de la rive gauche. La première bénéficie désormais de ressources en eau suffisantes après plusieurs investissements lourds : la création de la retenue des Juanons (2006), l’extension de la retenue de Chauméane (2022) et l’interconnexion du réseau collectif avec le Rhône (2022). Des actions qui ont permis de limiter fortement les impacts des prélèvements agricoles sur les milieux aquatiques en période d’étiage.

Prise de vue par drone de la retenue des Juanons en août 2023, Droits réservés.


Au contraire, les agriculteurs de la rive gauche puisent toujours directement dans la rivière, “une situation héritée d’arbitrages politiques des années 2010, précise le directeur du SMRD. L’irrigation a dû être coupée durant l’été 2022 pour respecter le débit réservé ”. Et d’illustrer la difficulté d’organiser collectivement une solution entre agriculteurs. “Sur les 500 ha de terres agricoles irriguées de la rive gauche, il suffirait d’en consacrer 15 au stockage pour faire face aux périodes d’étiage estivales. Aucune solution foncière n’a encore émergé”.

Le foncier agricole, clé de la résilience

Des actions ont donc été menées pour mieux irriguer. Mais la mise à contribution des agriculteurs ne s’arrêtera pas là. “A 90 %, la résilience devra se faire sur terres agricoles, analyse David Arnaud. C’est sur ce foncier qu’on peut créer des capacités à retenir l’eau dans les paysages. Cela passe par exemple par une reconquête des zones humides drainées et l’expérimentation d’un large panel de solutions relevant de l’hydrologie régénérative”.

Zone humide des Nays sur la commune de Saint-Romans, identifiée au plan de gestion stratégique des zones humides en cours d’élaboration ©SMRD

Autant d’actions innovantes ou de rupture qui ne verront pas le jour sans un accompagnement fort de la profession. Or les financements manquent tant pour le changement de pratiques culturales que pour l’intégration de la résilience dans les exploitations. “Notre stratégie, tout juste validée en CLE, mise beaucoup sur les expérimentations pour attirer des financements spécifiques européens ou nationaux”, conclut le directeur du SMRD.

Les retards du volet eau potable

À cette situation contrastée de l’agriculture correspond un bilan très mitigé de l’évolution des prélèvements pour l’eau potable. “Le monde agricole a travaillé, pas celui de l’eau potable”, résume David Arnaud. Un point de vue que reprend à son compte Pascal Baudin, vice-président en charge de l’eau au sein de la communauté de communes du Diois, l’une des 3 intercommunalités que recouvre le SMRD (cf. carte BV Drôme).

Cartographie des 80 communes du SMRD, qui regroupe 50 000 habitants, sur 500 km de cours d‘eau et 1 760 km² © SMRD, 2017.

“Jusqu’en 2016, le Diois était en retard et se contentait d’une estimation de la consommation d’eau potable, précise-t-il. Avec la création de la commission intercommunale de l’eau1 , une enquête a été menée et a révélé l’absence de compteurs pour mesurer l’eau consommée sur une grande partie du territoire”.

À la suite de cette enquête, un premier contrat de progrès a été signé avec l’agence de l’eau pour généraliser les compteurs et mieux connaître l’état des réseaux de distribution d’eau potable. Un second contrat signé en 2020 a permis de programmer pour près de 10 M€ d’études et de travaux sur l’eau potable et l’assainissement collectif.

Le Diois en marche vers la sobriété en eau potable

“Entre 2016 et 2023, nous avons économisé environ 1 million de m3 d’eau dans le Diois, se félicite Pascal Baudin. Il a fallu pour cela assumer des mesures qui ont d’abord choqué, comme la fermeture des fontaines de village sur les périodes de tension. Et engager de nombreuses réparations de fuites dans les réseaux. ”

Si les élus et habitants ont changé de posture et pris le problème à bras le corps, c’est que le changement climatique a modifié la donne. “Il y a 30 ans, la neige tombait dès le mois de novembre et fondait en avril, se souvient l’élu. Aujourd’hui, c’est fini et il n’y a presque plus de neige pour soutenir les cours d’eau”.

Du chemin a donc été parcouru. Mais il n’est pas terminé. Sur les 2 millions de m3 que prélève aujourd’hui le Diois, près de 800 000 m3 constituent des volumes inconnus. En cause pour partie, les réseaux endommagés et les 4 communes du Diois qui fonctionnent encore au forfait et ne mesurent pas précisément leur consommation d’eau potable. Un travail de prospection reste à faire.

Le temps et la géographie, deux incontournables du territoire

“Il faut bien avoir en tête que mettre à niveau une commune est un chantier de longue haleine, insiste Pascal Baudin qui est aussi maire de Bellegarde-en-Diois. Il m’a fallu étaler les travaux sur 30 ans – mettre fin aux rejets dans les ruisseaux, refaire les réseaux fuyards, construire un nouveau réservoir, mettre en place un contrôle par UV de la qualité de l’eau… – pour ne pas surendetter la commune et respecter le cycle de l’eau”.

Et de souligner la spécificité du Diois qui pose un redoutable défi pour la livraison d’eau potable : la configuration géographique des communes, entre vallées et moyenne montagne, qui impose un coût considérable des infrastructures de l’eau. “Le Diois compte 122 ressources, une centaine de réservoirs, 500 km de réseaux d’eau, 45 stations d’épuration… et tout ça pour 9 600 abonnés !”, détaille-t-il.

Nombreuses sont les communes qui disposent de hameaux en altitude difficiles à approvisionner. C’est le cas de Bellegarde-en-Diois et de son hameau de Montlahuc, dont le développement est compromis. “Alors que le cœur du village dispose de ressources suffisantes, Montlahuc passe d’un débit de 50 à 100 L/min l’hiver à 4 L/min l’été pour desservir 37 maisons, explique le maire. Je suis contraint de surveiller tous les jours le niveau du réservoir. J’envisage la recherche d’une nouvelle source ou pourquoi pas une unité de stockage pour garantir les 1 200 m3 que nous consommons chaque année”.

Le stockage comme projet de territoire

Le stockage ici n’est pas tabou, mais considéré comme une solution transitoire et de dernier recours. La priorité est d’abord de recharger les nappes et reconstituer les fonctions des sols (replantation de haies, restauration des zones humides…). Et si stockage il y a, il doit permettre plusieurs usages et retombées pour le territoire.

Un projet de stockage d’eaux usées traitées est ainsi envisagé à Luc-en-Diois, qui permettrait d’implanter des maraîchers, lesquels trouveraient un débouché dans la future cuisine centrale du village, dans l’EPHAD ou des repas à domicile… Il trouverait ainsi sa place dans le projet alimentaire territorial du Diois. “Tout projet de stockage doit se justifier par son apport à la résilience du territoire, insiste Pascal Baudin. C’est la condition de son acceptabilité sociale”.

L’élu se veut optimiste sur la capacité des acteurs du territoire à progresser sur l’eau potable comme sur les pratiques agricoles. Même s’il admet que dans la réécriture du SAGE, “tout reste fragile et repose sur la volonté des personnes”, il observe un réel changement de postures entre 2020 et aujourd’hui. “La formation de l’animatrice du SAGE aux sciences comportementales, pour dépasser les tensions, se mettre à la place de l’autre, mettre en place les conditions d’un respect mutuel des acteurs, est probablement une clé de cette évolution”, conclut-il.

Et une clé pour la révision du SAGE qui entre dans sa phase de réécriture après la clôture de l’étude SAGE Drôme 2050. Des choix difficiles seront nécessaires pour la traduction opérationnelle de la stratégie d’adaptation du bassin-versant de la Drôme et la définition des actions du PTGE, mais les acteurs du territoire semblent prêts à les faire. Prochain rendez-vous à l’automne 2024 !■

Florent Chappel

  1. Cette instance a été créée pour conserver la maîtrise communale de l’eau tout en mutualisant les moyens à l’échelle de l’intercommunalité, une façon de proposer une alternative autant qu’une préparation au transfert de compétences rendu obligatoire au 1er janvier 2026 par la loi NOTRe de 2016. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Revue d'urbanisme Diagonal (5 juillet 2024). Face au changement climatique, le SAGE Drôme a validé sa stratégie d’adaptation. Revue Diagonal. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11yar


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search