Trois questions à Simon Vidal responsable du bureau de la gestion des espaces maritimes et littoraux au MTECT

L’appel à projets “Des solutions fondées sur la nature pour adapter les territoires côtiers à l’érosion” vient d’être lancé par le ministère de la Transition écologique et de la cohésion des territoires. Simon Vidal, responsable du bureau de la gestion des espaces maritimes et littoraux, en assure le pilotage. Et il revient pour Diagonal sur les objectifs de cet appel à projets national.

Comment l’appel à projets “Des solutions fondées sur la nature pour adapter les territoires côtiers à l’érosion” a-t-il émergé ?

Un premier appel à projets promouvant les solutions fondées sur la nature (SfN), sur les espaces littoraux avait été porté par le Ministère entre 2019 et 2023. Il comprenait un suivi technique et scientifique des projets, notamment par l’étude de la réacclimatation des plantes introduites et de leur rôle dans l’adaptation à l’érosion. Cette évaluation écologique se fait sur le très long terme ; elle est donc toujours en cours.

Pour cette seconde édition, le suivi écologique ˗ sur au moins 5 ans ˗ est conservé, mais nous souhaitons mettre en place une évaluation externe, ex-post et co-construite par les porteurs de projets et un acteur scientifique.

Si l’appel à projets est déjà lancé ˗ depuis le 30 avril avec une limite de dépôt de candidatures fixée au 30 septembre 2024 ˗, la définition de la méthode d’évaluation se fera durant les trois prochaines années, qui constitueront sa première phase.

Pourquoi avoir choisi de mettre l’accent sur l’évaluation ?

Nous voulons prouver l’efficacité des SfN pour en faire une méthode d’adaptation aussi considérée par les décideurs locaux que les solutions de génie civil. Une SfN n’est pas une solution technique mais une solution à composantes multiples. Il n’y a pas d’ingénierie précise de la SfN. En revanche, il y a des points sur lesquels il faut être vigilant pour que le tout fonctionne. Le but n’est donc pas de répliquer les SfN qui seront évaluées positivement, mais de vraiment comprendre pourquoi elles sont réussies. Ainsi pourra-t-on généraliser l’approche SfN.

Comment encourager les décideurs locaux à se lancer dans la mise en œuvre de SfN ?

Aujourd’hui, avec un budget pouvant aller jusqu’à 2,5 millions d’euros, nous espérons retenir au moins une dizaine de projets. Avec le même budget, nous ne pourrions jamais retenir autant d’opérations de génie civil.

Concevoir un projet de SfN ne représente pas une grande prise de risque. Après 11 projets accompagnés par le programme Life Adapto à partir de 2017, et 9 projets financés et suivis par le premier appel à projets SfN du Ministère à partir de 2019, tous les retours d’expérience sont positifs.

Sur un site comme les Vieux Salins d’Hyères, alors que les riverains se sont d’abord montrés sceptiques face au projet Adapto de désenrochement, 75 % se sont finalement déclarés très satisfaits des travaux (dont seulement 50 % en connaissaient les raisons).■

Propos recueillis par Naïla Tensi

Pour aller plus loin : les brochures de synthèse du programme Life Adapto et du projet adapto de renaturation des Vieux Salins d’Hyères.

Retour à l’article “Les SfN offrent la possibilité de reconstituer recréer un littoral désirable demain et pour tous”


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Revue d'urbanisme Diagonal (5 juillet 2024). Trois questions à Simon Vidal responsable du bureau de la gestion des espaces maritimes et littoraux au MTECT. Revue Diagonal. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11y64


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search