L’étalement urbain, entre demande sociale et impératifs écologiques

Concilier les objectifs du Zan et la qualité de vie dans des espaces densifiés constitue un véritable enjeu, qui se heurte encore aux aspirations des ménages.

Les sondages se succèdent et ne se démentent pas. Le rêve d’une maison individuelle, entourée d’un jardin et proche d’espaces de nature, est toujours plébiscité par 80 % de la population française, loin devant l’appartement dans un immeuble collectif, même agrémenté d’un balcon ou d’espaces paysagers (1). D’après une enquête Ipsos, ce désir est si puissant que le mode de déplacement intervient peu dans les souhaits de localisation et d’achat de ménages pourtant sensibles aux questions environnementales (2).

Ceci étant, le logement individuel, considéré comme un idéal indépassable, a son revers : l’étalement urbain. Certes, la réhabilitation du bâti existant tend à se développer depuis peu, mais ce mode d’urbanisation continue de s’imposer avec force dans le paysage rural ou périurbain, en dépit d’une volonté de le contrôler depuis la loi SRU en 2000.

Les chefs d’accusation à son encontre ne manquent pas. Comme le mettait en scène la FNAU en décembre 2021 lors de ses rencontres, l’étalement urbain serait ainsi responsable d’une désocialisation des citoyens, tournés vers l’entre-soi. Il serait un vecteur d’accroissement des inégalités. Territoire de l’automobile, il constituerait un frein puissant à la transition énergétique et écologique. Enfin, il abîmerait les paysages, un reproche déjà formulé par Télérama en 2010, qui s’interrogeait sur “la France moche”.

Bien sûr, les espaces périurbains ou ruraux produits par l’étalement urbain demeurent divers. Ils s’inscrivent en effet dans de multiples configurations, à commencer par les formes d’habitat, qui peuvent relever du diffus, hors de l’enveloppe urbaine existante, ou de zones aménagées destinées à de l’individuel groupé, à des lotissements … Contrairement aux idées reçues, une socialisation de proximité peut s’y développer, et la maison, quand elle ne conduit pas à un surendettement, donne aussi plus de liberté. Socialement, ces espaces ne sont d’ailleurs pas homogènes, avec l’archétype des lotissements à l’américaine qui bénéficient de vastes parcelles, conçus pour les classes moyennes aisées, ou le lotissement destiné aux populations plus modestes, aux qualités constructives laissant parfois à désirer.

Car l’étalement urbain n’offre pas à tous les mêmes atouts. Même si la fiscalité locale y est souvent plus faible qu’en ville dense, le reste à vivre dépend aussi de la facture énergétique qui représenterait a minima selon l’Insee 9 % du budget moyen des ménages résidant dans une maison de plus de 5 ans. Mais surtout, la dépendance automobile vient amplifier les dépenses. Une réalité qui n’a pas été anticipée, or la hausse du prix de l’énergie va constituer une variable incontournable à l’avenir.

Comme on le voit, il est difficile de parler d’un seul espace, d’autant qu’ils peuvent se greffer à des petites villes, se développer aux marges des métropoles, participer de l’urbanisation des communes littorales, relever d’une dynamique touristique. L’Observatoire national de l’artificialisation en brosse un portrait précis (3). Sur une période de 10 ans, l’habitat est bien le principal contributeur de la consommation d’espace (68%), mais les activités sont également représentées (26 %).  À l’échelle locale, “on constate que la consommation d’espaces est un phénomène polarisé et guidé par deux forces majeures, à savoir la métropolisation et l’attraction du littoral.” Autre constat fait par les auteurs du rapport, “la consommation d’espaces est à la fois la résultante de grands projets consommateurs et de l’accumulation de multiples projets peu consommateurs individuellement, mais dont l’impact cumulé est significatif “.

Du reste, l’impact environnemental de l’étalement urbain est largement connu et partagé. En faisant disparaître les terres agricoles, naturelles et forestières (28 000 ha/an selon le Cerema), il accélère la perte de biodiversité, imperméabilise les sols, favorise les inondations, participe au réchauffement climatique. C’est bien pour limiter, voire arrêter ce phénomène que le Plan biodiversité de 2018 a instauré le principe du zéro artificialisation nette (ZAN), renforcé par la loi Climat et résilience.

Néanmoins, avec une demande sociale qui ne faiblit pas, la tâche est complexe. D’autant que, “paradoxalement, la maison individuelle bénéficie toujours d’avantages procéduraux en matière d’urbanisme opérationnel que ne connait pas l’habitat collectif”, regrettaient Jean-Philippe Antoni, professeur à l’université de Bourgogne, et Jean Houssemand, urbaniste, dans un article récent (4). Des pays européens peuvent cependant servir d’exemple. Les Pays-Bas et l’Allemagne concilient les objectifs du Zan et la qualité de vie, comme la Suisse qui limite aussi l’urbanisation de la quasi-totalité des terres arables (5).

Aussi les politiques de planification constituent-elles un levier essentiel pour agir, en particulier dans “les territoires qui artificialisent moins dans l’absolu, mais pour lesquels l’étalement urbain est important, car de grandes surfaces sont artificialisées pour accueillir un faible nombre de ménages et d’emplois”, rappellent les auteurs de l’Observatoire. Et de recommander : “Sur ces territoires, la question de l’effet de l’urbanisation, et la bonne définition des besoins, sont fondamentales.” 

Il s’agit là d’un défi à relever. L’enquête réalisée sur le territoire rural du Diois dans le n°214 de Diagonal témoigne de la difficulté à maîtriser l’étalement urbain dans un PLUi qui doit composer avec des enjeux encore contradictoires (6). Les outils de connaissance qui se mettent en place aideront sans doute à définir des projets de territoire plus cohérents et vertueux.

■ Virginie Bathellier

  1. Géomètre, Propositions pour le pavillonnaire, janvier 2022
  2. Baromètre Qualitel, Logement : peut-on joindre l’utile à l’agréable ? Édition 2021
  3. https://artificialisation.developpement-durable.gouv.fr/
  4. Urbanisme n° 423, Le paradoxe du permis d’aménager, 2022
  5. Géomètre, Objectif : la sobriété foncière, février 2022
  6. Un modèle de développement à définir, Diagonal N°214, mars 2022

2 réflexions sur « L’étalement urbain, entre demande sociale et impératifs écologiques »

  1. Bonjour,

    Je voulais savoir si le ZAN va être appliqué et identifié clairement dans les PRU ou sera une donnée complémentaire liée à un ratio entre surface construite ou surface vierge ou en jachère ?
    Par avance, merci.

    1. Bonjour,
      Votre question est fort intéressante et l’équipe de Diagonal est preneure de la réponse ! En toute logique, vous devriez en savoir plus en contactant directement la DDTM des Hautes-Alpes ou la DREAL PACA.
      Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.