La controverse au service de la participation citoyenne

La démarche “Habiter la France de demain” s’est appuyée sur quatre controverses pour structurer sa participation citoyenne. Source d’inspiration potentielle, cette méthode innovante s’adapte bien à la fabrique de l’action publique et la recherche de l’intérêt général.

“Se loger : faut-il densifier ou faire de l’étalement urbain ? En noir et blanc, cette approche dichotomique illustre l’une des quatre controverses qui ont nourri la démarche “Habiter la France de demain”. Quatre questions ont ainsi été choisies pour introduire et structurer la consultation citoyenne lancée à cette occasion. Apportant des éclairages contrastés au débat, ce cadre a assis les termes de la délibération collective.

Ce qui est intéressant dans la délibération, c’est de confronter les points de vue, souligne Céline Pelletier, directrice de projet “démarches participatives à la DITP. Ici, le citoyen a été sollicité pour éclairer la fabrique de l’action publique en matière de logement. Dans quels lieux de vie désirons-nous habiter dans les prochaines décennies ? Terreau propice de participation citoyenne, la question parle à chacun d’entre nous. Néanmoins, structurer ce type de réflexion collective engage un travail préparatoire bien spécifique. “Il ne s’agit pas d’un processus pour améliorer la satisfaction de l’usager. Le volet individuel n’est pas concerné, analyse Céline Pelletier. Ici, on replace le citoyen dans une posture de recherche de l’intérêt général. Ce qui change fondamentalement la méthode.

La démarche n’est pas partie de zéro. En diverses occasions, les citoyens s’étaient déjà exprimés autour du sujet. Pour Céline Pelletier, “Reconnaître la valeur de toutes ces contributions existantes est essentiel. Pas moins de dix consultations spécifiques étaient disponibles, par exemple Bouygues Immobilier avec la question posée sur “mon quartier rêvé”, des sondages, les consultations lancées en pleine crise sanitaire sur le “monde d’après”, le grand débat national avec ses cahiers de doléances, ses réunions d’initiatives locales. “Nous avons analysé de l’ordre de 100 000 verbatim, précise Antoine Brachet, directeur associé de Bluenove. Le prestataire Bluenove a été choisi notamment pour sa capacité à analyser une masse de données importante. Ainsi, les évolutions dans l’avis et les représentations des Français avec la crise sanitaire ont été identifiées. Issues du grand débat, les valeurs partagées de citoyenneté, de proximité et de solidarité se retrouvent. Mais, trois autres valeurs montantes -la déconnexion, le ralentissement et le lien social- s’y ajoutent. “Bluenove nous a proposé un arbre de décision, se souvient Anaïs Bailly (1) en charge du suivi de cette participation du public au ministère de la Transition écologique. Ce qui a facilité le choix des quatre controverses structurantes.

Car, choisir où habiter demain ne se réduit pas à la seule question de logement. Dans la pratique, le rapport au quartier, le mode de vie au quotidien intervient tout autant. Se déplace-t-on facilement à pied, à vélo, en transport en commun ou en voiture ? Quels accès aux lieux d’activité et quelles manières de travailler  – en présentiel, en télétravail…-? Quels modes de consommation préférentiels et quel type de commerces aisément accessibles ? Au final, choisir où habiter nous parle de ces quatre facettes – et donc de quatre controverses -. Quatre facettes qui dialoguent les unes avec les autres au sein du tissu urbain et qui, à ce titre, méritent d’être examinées de concert. Puisqu’il s’agit de s’immerger dans la peau de l’habitant et de futurs vécus possibles.

En s’appuyant sur ce qui fait dissensus, plutôt que sur ce qui réunit tout le monde, la consultation peut effectivement enrichir l’existant, analyse Céline Pelletier. Autrement dit, partir des nœuds pour mieux sentir ce qui se joue. Dans le cadre de la démarche, pas moins de 70 citoyens se sont impliqués dans les différents ateliers. “Lors des ateliers délibératifs, on est passé d’une opinion individuelle – souvent spontanée – à des avis, des recommandations élaborés collectivement et surtout argumentés, explique Céline Pelletier. Au départ, l’opinion du citoyen peut rester assez peu informée. Et, même si elle l’est – par exemple pour des citoyens engagés -, elle reste de toute façon située. “Suite à l’atelier d’embarquement mi-juillet et pour préparer les ateliers de septembre, nous avons mis à la disposition des citoyens des carnets de vacances et des carnets de controverses, rappelle Anaïs Bailly. Dans ces carnets (2), des avis d’experts viennent éclairer chaque versant de controverses : densification versus étalement urbain, voiture versus mobilités alternatives, digitalisation et télétravail versus déconnexion et présentiel, e-commerce versus circuits courts et production locale. Chaque citoyen peut ainsi asseoir davantage son positionnement, relier son vécu, ses convictions à des dynamiques plus larges et donc commencer à argumenter. Mis en scène sous forme de tribunal avec un jury, des avocats, les ateliers délibératifs ont permis au groupe de se positionner collectivement par rapport à chaque controverse. Restait alors à se projeter dans l’action. Qu’est-ce que chaque citoyen était prêt à faire ou à changer pour s’engager dans cette transition ? Et qu’attendait-il des pouvoirs publics ?

Malgré les ateliers en distanciel liés à la crise sanitaire, l’ensemble des citoyens se sont investis du début jusqu’à la fin. “Plusieurs d’entre eux m’ont confié qu’ils se sont vraiment enrichis sur le sujet et que leur point de vue a évolué”, témoigne Anaïs Bailly. L’investissement a pu être vécu comme chronophage. Néanmoins, “plusieurs d’entre eux pensent garder le contact avec une partie du groupe”. Signe d’un intérêt certain pour le sujet voire peut-être même d’une envie d’aller plus loin. “Avec ce groupe de citoyens déjà mobilisés, nous prévoyons de travailler à la rédaction de propositions concrètes”, informe d’ores et déjà Magali Pinon-Leconte (3), pilote de la démarche au ministère de la transition écologique. Ce qui viendra enrichir le manifeste de la ville durable (4), autre pierre angulaire de “Habiter la France de Demain.”

■ Nathalie Garat

(1) Anaïs Bailly est cheffe de la mission projets, méthodes, outils à la Direction Générale de l’Aménagement, du Logement et de la Nature .

(2) Ces carnets de controverse ont été réalisés par le journal spécialisé Le Drenche.

(3) Magali Pinon-Leconte est adjointe au sous-directeur de l’aménagement durable à la Direction de l’habitat, de l’urbanisme et des paysages.

4) Cf la newsletter n°8 Diagonal de juin 2021 “Un nouveau souffle pour les villes durables”


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search