Les acteurs du cadre de vie en première ligne

À la croisée des regards de citoyens, d’experts, de professionnels, la démarche “Habiter la France de Demain” a rendu ses conclusions le 14 octobre dernier.

100 jours de confinement strict, 38 jours de confinement allégé, 155 jours de couvre-feu. Pour la première fois de notre vie, le logement est devenu un incontournable de notre quotidien. Le 14 octobre dernier, Anne Nicolli – une citoyenne parmi les 70 citoyens impliqués dans la démarche “Habiter la France de Demain” – témoignait du séisme de la crise sanitaire. Un séisme qui fait évoluer nos regards sur notre cadre de vie. Un séisme qui interroge avec une acuité renforcée la fabrique du logement.

Comment habiter la France demain ?Crise sanitaire, réchauffement climatique, crise environnementale… Autant d’enjeux qui résonnent les uns avec les autres et qui interpellent le quotidien de chacun dans son quartier, dans son village, dans son logement. Après neuf mois de consultation auprès des citoyens et des professionnels, la ministre chargée du Logement, Emmanuelle Wargon, a présenté le 14 octobre dernier les conclusions de la démarche (1) “Habiter la France de demain”. Lancée en février 2021 avec l’ensemble des acteurs concernés, ce cycle de réflexion visait à construire de nouveaux “modèles d’habitats durables et désirables. Il s’agissait notamment de promouvoir l’émergence de solutions “en réponse aux défis de la ville et des territoires de demain. Quatre défis majeurs – sobriété, résilience, inclusion, production de valeurs ou créativité – que la rédaction d’un manifeste pour les villes durables a mis en exergue (2).

Durant l’été 2021, pas moins de 4 000 français ont répondu à la consultation en ligne. Et 70 d’entre eux se sont impliqués dans des ateliers citoyens jusque début octobre. Sous le regard expert du Centre interministériel de la participation citoyenne de la DITP (3), cette participation citoyenne a bénéficié d’une méthode innovante basée notamment sur l’identification de controverses (cf Le point sur… ci-dessous). Apportant des éclairages contrastés au débat, ce cadre a assis les termes de la délibération collective au sein du groupe de citoyens. À l’échelle du logement, la crise sanitaire fait émerger une demande forte de logement de qualité. Un logement qui soit suffisamment grand avec un espace extérieur directement accessible et si possible végétalisé. Au-delà de cette aspiration individuelle, le travail collectif a permis d’aller plus loin. Il révèle que les citoyens sont prêts à changer leurs habitudes sous réserve de retrouver quelques fondamentaux dans leur cadre de vie. Il s’agit déjà de rapprocher les différents lieux de vie : l’habitat, la consommation, le travail… Ce qui milite pour une certaine intensité urbaine. Mais à condition de diminuer les nuisances en ville, de créer des espaces partagés en milieux urbains – abris collectifs, jardins partagés…- permettant de vivre la ville autrement. Faciliter ces mutations suppose aussi de revisiter les espaces de mobilité – espaces piétons, pistes cyclables, parking-relais… – et peut passer par un nouveau rapport au travail, comme le télétravail quand c’est possible. Autant de pistes d’évolutions à approfondir et à expérimenter in situ par les acteurs du cadre de vie.

Au nombre des suites très concrètes de la démarche, l’appel à manifestation d’intérêt “Engagés pour la qualité du logement de demain vient ainsi d’être lancé par les ministères chargés du Logement et de la Culture. Placée sous le signe de l’inventivité, cette expérimentation de grande ampleur invite les maîtres d’ouvrage, les collectivités et les architectes à explorer de nouvelles manières de fabriquer, de concevoir le logement (cf Parole d’acteur ci-dessous).

Par ailleurs, dans le cadre du quatrième programme d’investissement d’avenir (PIA4), le gouvernement consacre 675 millions d’euros à l’émergence de “solutions pour la ville durable et les bâtiments innovants”. Regroupant une série d’appels à projets, il accompagne des projets industriels qui développent l’usage du bois, de matériaux bio-sourcés dans la construction mais aussi des projets de démonstrateurs de la ville de demain. En 2021, 116 démonstrateurs (4) ont été sélectionnés par l’association France Ville Durable. Quelques grandes et belles opérations s’y retrouvent. Par exemple, certains ÉcoQuartiers qui répondent aux quatre défis de la ville durable. Pour autant, ces démonstrateurs ne se limitent pas au neuf. Une part importante réhabilite l’existant. Projet parmi d’autres, une ancienne poste a été transformée en local multi-services pour les habitants. “Cela coche toutes les cases du manifeste de la ville durable. Pourtant, c’est tout petit, observe Sébastien Maire, directeur général de France Ville Durable. En fait, ces démonstrateurs ne doivent surtout pas être uniques. Pour servir, ils doivent être réplicables. “Certaines opérations peuvent paraître très simples. Par exemple, rénover de l’habitat classique de deux ou trois logements contigus en zone rurale, précise-t-il. Mais, elles représentent l’essentiel de la mutation de l’existant pour les prochaines années. L’ensemble de ces démonstrateurs sont consultables sur le tout nouveau portail web de France Ville Durable . Et il a vocation à en accueillir de nouveaux. Reconduit au fil de l’eau, le processus de sélection permettra de valoriser aussi bien des opérations menées par des acteurs publics que privés.

Autant de démonstrateurs, d’outils, de démarches susceptibles d’inspirer les acteurs du cadre de vie pour cette mutation à laquelle nombre de citoyens aspirent. “Beaucoup d’acteurs sont déjà en mouvement. Ces démonstrateurs en témoignent”, souligne Magali Pinon-Leconte (5), pilote de la démarche Habiter la France de Demain au ministère de la Transition écologique. “Par la mise en réseau, nous pourrons aller plus loin, plus vite, et être encore plus nombreux dans cette transition. Car il ne faut pas oublier qu’il y a urgence !”

■ Nathalie Garat

(1) Cf. présentation de la journée du 14 octobre 2021 .
(2) Cf. Lettre En diagonal n°8 Juin2021 Un nouveau souffle pour les villes durables.
(3) DITP: direction interministérielle de la transformation publique.
(4) Cf. Lettre En diagonal n°8 Juin2021 Un nouveau souffle pour les villes durables.
(5) Magali Pinon-Leconte est adjointe au sous-directeur de l’aménagement durable à la Direction de l’habitat, de l’urbanisme et des paysages du Ministère de la Transition Écologique.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search