Sobriété foncière : des jeux sérieux pour mieux appréhender les enjeux du ZAN

Pour aider élus et acteurs de l’aménagement du territoire à intégrer et à mieux se représenter les implications du zéro artificialisation nette (ZAN) d’ici 2050, des agences d’urbanisme et des associations de médiation ont développé des “serious games”, des jeux sérieux à visée pédagogique.

Le plateau du jeu Play-ZAN, développé par l’agence d’urbanisme de Toulouse. (Photo : Play-ZAN)

Comment développer un territoire tout en respectant les objectifs de sobriété foncière ? Voilà l’un des principaux enjeux du ZAN (zéro artificialisation nette) à l’horizon de 2050 posé par la loi “Climat et résilience” du 22 août 2021. Cet objectif, qui remet en cause notre rapport aux sols, trop souvent réduits à leurs dimensions foncières, ne va pas sans soulever des réticences et des questions de la part des élus des territoires. Afin de donner à comprendre les nouvelles règles et les enjeux du ZAN, plusieurs “serious games”, des jeux sérieux à visée pédagogique, ont été créés par des agences d’urbanisme ou associations de médiation.

Ces outils sont actuellement déployés dans certains territoires. Ils s’adressent aux élus locaux, techniciens des collectivités, ou à toutes personnes amenées à accompagner des collectivités dans leur démarche de planification urbaine. Le but de ces jeux est de développer collectivement un territoire tout en limitant l’artificialisation des sols.

Play-ZAN, développé par l’agence d’urbanisme de Toulouse (AUAT)

Play-ZAN est un jeu de plateau développé par l’agence d’urbanisme de Toulouse. Ce “serious game” a été créé en 2021, grâce à un partenariat avec la direction départementale des territoires de Haute-Garonne et d’un appui financier de l’État au titre du fonds vert. “Les objectifs chiffrés inscrits dans la loi Climat et Résilience ont rapidement suscité beaucoup d’interrogations et d’inquiétudes auprès de nos partenaires, présente Sylvain Chapu, chargé de projet au pôle foncier de l’agence. Prendre de la hauteur, du recul au travers d’une animation pédagogique à partir d’une collectivité fictive, est apparu comme la solution la plus adaptée pour faire passer les messages et expliquer les mécanismes du ZAN”.

Formation au jeu Play-ZAN (Photo : Play-ZAN)

L’animation Play-ZAN dure 2 heures et s’organise par groupe de 8 à 10 personnes accompagné d’un animateur formé par l’AUAT. Le plateau représente une collectivité (commune ou intercommunalité) fictive pouvant compter 500 comme 15 000 habitants, de manière à s’adapter à différents types de territoires. Les participants se mettent dans la peau d’un élu local chargé d’élaborer un plan local d’urbanisme (PLU) devant s’inscrire dans la trajectoire du ZAN. À l’aide de jetons qui peuvent symboliser un habitat collectif ou individuel, des équipements, un parc ou encore des commerces et activités, les participants doivent collectivement territorialiser leur projet pour développer ce territoire à partir d’un scénario et d’objectifs de sobriété foncière (priorité donnée à la densification des espaces urbanisés, pas de constructions disséminées, respect des objectifs chiffrés de consommation/artificialisation…). D’autres règles s’invitent : interdiction, par exemple, de poser des jetons sur les zones figurées comme inondables, sur les réservoirs de biodiversité… La session peut aussi être relancée par des cartes “événements” qui sont piochées (événements climatiques, développements économiques, nouvel arrêt de transport collectif…).

L’objectif de cette animation est de dépasser l’aspect purement comptable du ZAN et de remettre la notion de projet au cœur des réflexions, fait valoir Sylvain Chapu. Non, le ZAN ne marque pas la fin du développement des territoires. Il questionne surtout le modèle d’aménagement et la manière de consommer l’espace. En cela, la pédagogie est un levier essentiel”.

Depuis le début de l’année 2024, l’animation est déployée au-delà du territoire de l’aire métropolitaine de Toulouse. Des animateurs venant d’autres régions peuvent être formés. La formation (600 euros) dure une journée et inclut la remise d’un kit d’animation (le kit n’est pas vendu sans la formation).

“Modèle notre territoire”, créé par l’agence d’urbanisme de Besançon (AUDAB)

Plateau du jeu “Modèle notre territoire”, développé par l’agence d’urbanisme de Besançon (AUDAB).

Lancé en 2021 par l’agence d’urbanisme de Besançon Centre Franche-Comté (AUDAB), un autre jeu de plateau – “Modèle notre territoire”- vise aussi à sensibiliser les élus et acteurs des territoires au ZAN. La partie se joue en 1h30 de façon collaborative, avec là aussi un maître du jeu. Le but est de remplir “des objectifs de développement de nouveaux logements ou d’activités économiques et d’équipements en respectant les enjeux du ZAN”, explique Justine Huot-Marchand, chargée d’études planification et dynamiques intercommunales à l’AUDAB. “Les joueurs ont différentes possibilités : utiliser le logement vacant, des friches, par exemple, afin d’impacter le moins possible les terres. Si c’est le cas, on voit comment compenser ces terres urbanisées”, développe-t-elle.

Le plateau, composé de carrés de couleurs, représentant différents espaces (forestier, naturel, agricole, artificialisé) est très schématique. Censé s’adapter à tous les territoires, ruraux comme urbains, il symbolise là encore une intercommunalité fictive. Néanmoins, il ne tient pas compte d’autres règles d’urbanisme ou d’aménagement du territoire, ni d’aléas climatiques. “Notre parti pris a été de simplifier au maximum pour rester concentré sur la question du ZAN et du foncier”, souligne Justine Huot-Marchand. Sans entrer dans les détails des politiques d’aménagement du territoire, le jeu est davantage “un prétexte à discuter”. Pour la chargée d’étude : “le fait de mettre tout le monde autour de la table permet une prise de conscience”.

Le jeu “Modèle notre territoire” est vendu 550 euros l’unité, excepté aux membres de l’association, ce tarif comprend le jeu et une séance de formation en visioconférence. L’agence d’urbanisme Besançon Centre Franche-Comté, qui à ce jour propose essentiellement ce jeu à ses adhérents, est prête à le développer pour le mettre à disposition d’autres partenaires.

Le jeu City-Zan développé par l’association la Compagnie des rêves urbains

À Marseille, la Compagnie des rêves urbains, une association de médiation qui mène des actions pédagogiques sur les thèmes de l’architecture et de l’urbanisme auprès du grand public, a elle aussi créé un jeu – City-Zan – pour sensibiliser aux enjeux de la sobriété foncière. Au-delà des élus locaux et professionnels, ce jeu s’adresse aussi au grand public. De 3 à 6 personnes peuvent jouer une partie.

La Compagnie des rêves urbains a conçu un jeu sérieux pour que élus, professionnels et habitants se familiarisent avec le Zéro Artificialisation Nette (ZAN). (Photo : la Compagnie des rêves urbains)

Le plateau met en scène deux communes rurales fictives, des territoires davantage confrontés au ZAN. La partie dure environ 45 minutes. Les joueurs doivent d’abord planifier le développement de la commune, puis sa mise en œuvre. Des “aléas” peuvent venir perturber leurs plans, le lancement du dé le décide : pour financer un projet, par exemple réhabiliter des logements… Selon le résultat, ils peuvent ne pas avoir les autorisations nécessaires. À la fin de la partie, un bilan est fait : est-ce que les participants ont sauvé l’école, sont parvenus à renaturer les sols, ou ont-ils créé une ville dortoir ? “Les joueurs sont amenés à comprendre que le maintien de l’attractivité d’un territoire passe aussi par l’amélioration du cadre de vie”, souligne Antoine Bentegeat, urbaniste-médiateur, chef de projet et co-créateur du jeu.

Opérationnel depuis l’été 2023, City-Zan est actuellement testé à Carpentras dans le cadre de la création d’un Schéma de cohérence territoriale (SCoT). L’association, qui anime par ailleurs un site internet, “la Ville en jeu ”, qui recense des outils touchant à l’aménagement du territoire, cherche des fonds pour pérenniser son jeu, vendu 120 euros la boîte, auquel il faut ajouter une formation de 300 euros. La Compagnie des rêves urbains aimerait que ce travail d’intérêt public soit reconnu comme tel. Sa demande de subvention auprès de l’ADEME n’a pas été retenue. “Nous cherchons donc d’autres sources de financements ou partenaires potentiels pour éditer le jeu”, confie Antoine Bentegeat. À ce jour, plus d’une trentaine d’exemplaires ont toutefois déjà été vendus.■

Clémentine Perrin



Citer ce billet
Revue d'urbanisme Diagonal (2024, 2 avril). Sobriété foncière : des jeux sérieux pour mieux appréhender les enjeux du ZAN. Revue Diagonal. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w5fo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search