Yes We Camp, un collectif inventif

Parmi les six lauréats du dernier Palmarès des Jeunes Urbanistes, le collectif Yes We Camp est connu notamment pour le projet des Grands Voisins à Paris. Résolument inscrit dans une démarche d’économie sociale et solidaire, il s’applique à tisser de nouveaux liens entre la société civile et les lieux qu’il investit.

En 2012, alors que Marseille s’apprête à être capitale européenne de la culture, l’idée de créer collectivement un camping d’un nouveau genre germe dans l’esprit de deux amis architecte et artiste graphiste. “Yes We Camp ! Le Camping de l’Estaque”, situé sur des friches au nord de la ville, voit le jour. Le temps d’un été, ce lieu d’accueil éphémère et hors-norme, ouvert aux touristes, aux riverains, aux artistes, aux jeunes en insertion… se base sur deux valeurs fondamentales : l’hospitalité et la créativité. Financé aux trois quarts par ses recettes directes, le camping écologique, artistique et solidaire est une réussite populaire. L’association Yes We Camp est lancée.

Pour Nicolas Détrie, l’un des cofondateurs, “notre but est de transformer les rapports sociaux grâce à un changement d’organisation de nos espaces de vie. Nous pensons qu’il y aurait beaucoup à gagner à démonétariser une partie de nos relations actuelles.”

Quelques années plus tard, le succès revient avec les Grands Voisins, une initiative de transformation temporaire de l’hôpital Saint-Vincent-de-Paul, dans le 14ᵉ arrondissement de Paris. En partenariat avec Plateau Urbain et l’association Aurore, qui mettent en place un centre d’hébergement pour les sans-abri, Yes We Camp investit cet espace inoccupé pour en faire un tiers-lieu solidaire. L’objectif est que des publics diversifiés puissent cohabiter et interagir.

Nicolas Détrie précise le rôle de Yes We Camp : “Nous ne sommes pas des travailleurs sociaux. Nous créons des espaces qui ont pour but de favoriser le travail social, mais nous ne l’assurons pas. Nous fonctionnons toujours avec des partenariats. Notre engagement est d’abord celui d’urbaniste, ou d’architecte social. Nous réfléchissons aux flux, ambiances, couleurs, rythmes et aux fonctions de l’espace.”

L’expérience des Grands Voisins est inédite et son succès inattendu : entre 2015 et 2020, le lieu devient un véritable village en plein cœur de l’arrondissement. 250 associations, startups, artisans et artistes ont pu y déployer leur activité. En 2020, la crise du Covid agit comme révélateur du potentiel de cet espace social : “Assez naturellement, c’est depuis les Grands Voisins qu’une chaîne de production et distribution de plus de 100 000 repas s’est mise en place, en comptant sur l’implication volontaire de centaines de personnes.”

À Paris, Marseille ou Nanterre, le collectif développe d’autres projets inventifs et solidaires dans des espaces vacants : bars, restaurants, galeries, jardins partagés, festivals… Ils ont désormais une renommée internationale et sont appelés à présenter leurs projets en Inde, en Espagne, à Taïwan, en Grèce, ou encore aux États-Unis.

Nicolas Détrie précise qu’en dépit de cette visibilité, le modèle économique de Yes We Camp reste encore fragile, et trouve sa voie dans un financement hybride entre recettes directes et soutiens financiers. Les subventions publiques représentent actuellement 40 % de leur budget. “Ce que nous proposons porte une dimension d’intérêt général et contribue aux politiques publiques. Plutôt que de chercher à autofinancer nos projets, nous privilégions une approche mixte, et nous estimons qu’il est important que nos projets relèvent en partie de financements publics.

La plupart des projets naissent dans des cadres conventionnés à durée limitée, mais la vocation de ces projets n’a pas forcément pour impératif de s’arrêter ! “On nous propose des endroits que la ville conventionnelle n’arrive pas à utiliser, à nous de faire en sorte que ça s’inscrive dans le temps.

Cette question de la temporalité se révèle particulièrement importante dans les quartiers populaires. “Dans les quartiers aisés, tout le monde est content quand nous arrivons avec nos projets novateurs, puis quand vient le départ, le quartier l’accepte plutôt facilement. En revanche, dans les quartiers populaires, où les équipements et services sont plus rares, nos lieux créent un espace de possibilités et d’espoir dont la disparition suscitera de la déception.

La démarche de Yes We Camp est transversale, et n’est d’ailleurs pas circonscrite à l’urbanisme transitoire. Elle témoigne d’une volonté de changer en profondeur notre rapport à l’environnement et nos comportements citoyens, à travers l’aménagement de la ville mais aussi l’éducation, l’alimentation, le récit, l’imaginaire…

Nicolas Détrie souhaite aussi que Yes We Camp puisse à l’avenir lancer de nouvelles initiatives dans les territoires en dehors des métropoles. L’association s’engage cet été dans un village du Marais poitevin, et avance sur la possibilité d’un lieu commun en Isère.

Certes, l’exemple de Yes We Camp demeure encore marginal dans le monde de l’urbanisme, mais, Nicolas Détrie l’affirme : “Il y a une volonté immense de prendre part et de pouvoir s’impliquer dans son environnement vécu. Ce désir est aujourd’hui contraint dans la ville conventionnelle car il y a peu d’espace pour son déploiement. Notre engagement est de contribuer à multiplier les espaces communs pour accueillir ces volontés d’implication.”

Lisa Godot


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.