L’intelligence collective, un moteur du changement

Monica-Isabel Diaz, responsable du bureau des stratégies territoriales à la Direction de l’Habitat, de l’Urbanisme et des Paysages, est en charge de l’organisation du Palmarès des jeunes urbanistes. Elle revient pour nous sur ses spécificités.

Dans quelles circonstances a-t-on décidé la création du Palmarès des jeunes urbanistes ?

C’est un arrêté ministériel signé du ministre de l’Équipement et des Transports de l’époque, Dominique Perben, qui en officialise la création en 2005.  Le Palmarès, en complément du Grand Prix de l’urbanisme, devenait le pendant des Albums des jeunes architectes et paysagistes qui, au sein du ministère de la Culture, récompensaient de jeunes professionnels.  

L’un des déterminants du Palmarès fut immédiatement de donner de la voix aux préoccupations de la jeune génération. Et tous azimuts ! Sans chercher à catégoriser les métiers de l’urbanisme, ni à les réduire à un certain nombre de professions. On ne souhaitait pas non plus définir les diplômes permettant de se proclamer urbaniste, même si parmi les lauréats beaucoup proviennent de Sciences Po ou sont géographes.

Le Palmarès a contribué à une approche de l’urbanisme comme un champ ouvert. Nous mettons en valeur le positionnement de ces jeunes dans la société et dans le monde professionnel. Jusqu’en 2016, le Palmarès les classait en fonction du domaine d’exercice de leur profession, maîtrise d’ouvrage publique ou privée, maîtrise d’œuvre… Mais ce n’est pas tellement cela qui est intéressant. Leur apport peut tout aussi bien venir de la recherche que du positionnement d’une agence d’urbanisme plus classique…

Les dernières sessions du Palmarès ont révélé l’existence de nouvelles préoccupations dominantes comme l’urbanisme transitoire…

C’est en effet une dominante qui s’est affirmée, quel que soit le nom qu’on lui donne : urbanisme transitoire, urbanisme temporaire, urbanisme tactique, y compris du point de vue de sa professionnalisation. Un groupe comme Plateau Urbain, lauréat en 2016, a aujourd’hui pignon sur rue. Les professionnels plus traditionnels font appel à eux pour activer des compétences très spécifiques comme mettre en œuvre le permis d’aménager temporaire ou passer des conventions avec certains acteurs lorsqu’il y a des blancs du point de vue juridique.

Cela marque une évolution de l’usage que l’on fait de ces temps de l’urbanisme qui ne sont pas inscrits dans le projet traditionnel. L’agence le Sens de la Ville, par exemple, agit indifféremment sur toutes les échelles et les temporalités des projets d’aménagement. Sur le plateau de Saclay, elle pousse l’établissement public à concevoir l’occupation de l’espace et l’aménagement temporaire pendant le temps des travaux et du projet. Le chantier va durer 20 ou 30 ans alors que les étudiants et les habitants sont déjà là. Elle a fait intégrer dans les bilans d’aménagement des aménagements temporaires de l’espace public dont certains vont rester tels qu’ils sont aujourd’hui. Le Sens de la Ville concilie cette tendance du temporaire avec le long terme.

Il y a un autre domaine dans lequel les lauréats se sont très souvent manifestés, c’est la remise à plat de ce que l’on appelle la concertation…

En 2020, nous avons intégré dans les lauréats Bellastock et Yes We Camp. Cela fait quinze ans qu’ils travaillent sur ces domaines et les manières de concerter autrement. Avec d’autres collectifs, ils sont à l’origine de tous ces concepts de concertation, de participation citoyenne qu’on retrouve aujourd’hui, y compris dans les réglementations nationales. Eux, ils le font en tant que projet en soi. Ils ouvrent le débat public avec des installations temporaires, parfois construites avec les habitants. Ils vont aussi réaliser les logements précaires où ils vont habiter le temps de débattre de la ville et des territoires qui les entourent.

Ces jeunes urbanistes innovent-ils également quant à leur vision des territoires ?

L’autre tendance intéressante ce sont leurs apports aux territoires ruraux. À l’image de ce que propose « l’école de Clermont-Ferrand », à partir de l’École d’architecture de Clermont-Ferrand. Cette même école où a été diplômé Frédéric Bonnet, reconnu avec Marc Bigarnet au sein de l’agence Obras par le Palmarès des jeunes urbanistes, puis par le Grand Prix de l’Urbanisme en 2014, soit quelques années plus tard.

Félix Mulle, avec qui nous travaillons beaucoup, et Loïc Parmentier, qui étaient lauréats en 2016, font par exemple un travail d’une grande finesse… Ils peuvent aussi bien construire quelques logements dans des villages isolés, que promouvoir des stratégies très pédagogiques en aidant les élus à réfléchir à la baisse d’attractivité de leur bourg. À l’image des « médecins de campagne » ce sont des « architectes urbanistes de campagne », qui viennent au chevet des élus des territoires. Ils font école aujourd’hui, il y a un réseau d’architectes de cette génération-là, on y retrouve d’autres lauréats comme Boris Bouchet, ou plus récemment l’agence Tica ou Florian Camani et Mathilde Luguet de l’agence FCML.

Au fil des Palmarès, la figure de l’urbaniste solitaire et omniscient qui couvre tous les domaines de la profession disparait-elle au profit des collectifs ?

En effet, c’est une tendance qui ne se dément pas.

Qui aurait la prétention de dire : je vais résoudre tous vos problèmes et je vais vous expliquer tous les sujets croisés, en allant de l’hydrologie aux risques d’inondation, en passant par les problématiques d’ingénierie, du social et tout cela en même temps ? 

Cette année la seule lauréate solitaire, Sophie Ricard, est récompensée au nom de collectifs comme La Preuve par 7 qu’elle a pu animer en continuité avec les travaux de Patrick Bouchain. Ces collectifs ne regroupent pas seulement d’autres architectes urbanistes, mais des professionnels qui viennent de la médecine sociale, de l’éducation populaire, ou de la politique des quartiers.

Le collectif est l’avenir de l’urbanisme. ■

Propos recueillis par Marc Lemonier.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.