Xavier Lagurgue, architecte : “Il n’y a pas de forme urbaine idéale”

Le programme Biodiversité, Aménagement Urbain et Morphologie, BAUM a été lancé par le PUCA en 2019 pour concilier densification urbaine et maintien d’espaces de nature en ville favorables à l’accueil de la biodiversité. Dans ce cadre, un état de l’art a été réalisé par Morgane Flégeau1 et 6 projets de recherche ont été développés et ont présenté leurs résultats lors d’un colloque de restitution tenu le 28 septembre 2023 au MNHN. Xavier Lagurgue, Architecte DPLG, docteur “ville et architecture” et associé de l’agence XLGD architectures, professeur à l’École nationale supérieure d’architecture Paris La Villette et membre du conseil scientifique du programme BAUM, nous livre ici son point de vue sur les avancées que le programme aura permises pour l’aménagement urbain.

ÉcoQuartier Clichy-Batignolles à Paris et son parc de 10 ha au cœur du quartier © Terra

Selon vous, le programme BAUM a-t-il permis de faire émerger une ou plusieurs formes urbaines idéales pour accueillir la biodiversité ?

Il faut souligner avant toute chose que la notion même de forme urbaine n’était pas vraiment définie dans le cadre du programme. C’est un exercice difficile. On peut la caractériser par le tissu, par la trame, les porosités… Du reste, elle est de moins en moins claire et dessinée dans la ville contemporaine peu ou pas du tout planifiée. Quand on évoque une forme urbaine, on perçoit plutôt des images : les bastides du 12e siècle, le lotissement…

Malgré ce flou initial, nous avions l’espoir de trouver des morphologies urbaines particulièrement adaptées au vivant à l’échelle du quartier, comme une sorte de Graal. Mais certains travaux de BAUM montrent qu’aucune des configurations types que sont les grands ensembles, le tissu pavillonnaire, la cité-jardin, le faubourg ou encore l’écoquartier contemporain, ne se distingue du point de vue des espèces étudiées.

Libellé Porteur du projet Objet de la recherche
Terrain d’étude
TRAMBIO’SOL Sol Paysage Localisation et caractérisation de la trame brune des sols, paramètre dans la projection des villes de demain à partager avec tous les acteurs de l’aménagement urbain. Plateau de Saclay
BIOREV’AIX Aix-Marseille Université Évaluation de la capacité du réseau viaire de la ville d’Aix à être support de fonctionnements urbanistiques et écologiques, en particulier à l’échelle du quartier. Aix-en-Provence
RÉAUMUR Université de Franche-Comté Évaluation de l’influence des morphologies urbaines sur les communautés d’insectes pollinisateurs et leurs interactions avec la flore locale, à l’échelle du quartier et en considérant les réseaux écologiques multi-échelles. Agglomération de Dijon
MORPHOBIOT ENSAT Évaluation de la capacité de cinq tissus résidentiels toulousains, observés à l’échelle de l’îlot, à accueillir et maintenir une biodiversité urbaine, en lien avec les continuités écologiques métropolitaines. Toulouse
EVOLVILLE CNRS/LIVE Évaluation de la diversité fonctionnelle des écosystèmes dans différents contextes de densification urbaine et de gestion à l’échelle du quartier. Le projet vise à étudier les compositions taxonomique et fonctionnelle des communautés végétales dans les espaces herbacés urbains. Eurométropole de Strasbourg
FRUGACITÉ AREP Analyse de l’articulation entre morphologie urbaine et biodiversité selon une typologie de quartiers dépendant de leur position sur un gradient de densité urbaine – quartiers autour des gares de la ligne N du Transilien.
Île-de-France
Descriptif succinct des projets de recherche du programme BAUM. Source : Programme du colloque de restitution du 28 septembre 2023

Certaines espèces ne sont donc pas sensibles aux formes urbaines ?

Tout à fait. Le projet TramBio’Sol montre par exemple que le ver de terre, espèce ingénieure des sols, se retrouve en des proportions comparables dans toutes les formes urbaines considérées. Les communautés lombriciennes semblent indifférentes aux configurations du bâti au sein d’un quartier donné. Mais ils sont en revanche très sensibles aux caractéristiques physico-chimiques des sols, qui déterminent leur habitabilité. Or leur présence est indispensable à la vie biologique des sols. L’équipe de TramBioSol a donc conclu son travail de recherche par des préconisations sur l’intégration de la trame brune et la réalisation d’un diagnostic bio-pédologique dans le processus d’élaboration d’un SCOT ou d’un PLUi, comme à l’échelle plus fine du projet d’aménagement.

Autre exemple, celui des insectes pollinisateurs. Le projet Réaumur s’est attaché à évaluer les liens entre les réseaux d’interactions abeilles-plantes et différents tissus urbains environnants, avec une approche purement quantitative. L’analyse de 35 espaces végétalisés de l’agglomération dijonnaise n’a pas permis de mettre en évidence une corrélation très nette entre les deux, ni l’extension de l’étude à l’échelle nationale réalisée à partir de la base de données Spipoll.

Pour autant, les insectes pollinisateurs sont très utiles pour analyser le tissu urbain : ils sont perceptibles pour chacun, ils invitent à poser la question de leur habitat et celle des ressources en végétaux qui leur sont indispensables. Ces espèces clés de voûte peuvent aussi entrer en contact avec les citadins via les sciences participatives.

D’autres travaux ont-ils montré un lien positif entre morphologie urbaine et comportement d’une espèce ?

Les projets de recherche de BAUM sont majoritairement partis d’une réflexion sur les habitats que peuvent proposer telle ou telle forme urbaine, pour s’intéresser ensuite aux espèces indicatrices du bon état de ces milieux avant de tenter de caractériser les impacts de la morphologie urbaine sur ces espèces.

Plusieurs d’entre eux ont pu mettre en évidence l’influence de certaines caractéristiques de la forme urbaine sur le vivant.

C’est le cas du projet Morphobiot qui a pu analyser le potentiel d’accueil de l’avifaune dans 5 quartiers résidentiels toulousains2. En s’appuyant sur des situations relationnelles variées entre le bâti et la végétation alentour, baptisées “formes bâti-végétal”, il est parvenu à montrer des effets différenciés sur différents groupes fonctionnels d’oiseaux.

Dans le grand-ensemble d’Ancely, le groupe des mésanges charbonnières affectionne particulièrement le parc boisé public entouré d’immeubles, puis dans une moindre mesure les immeubles face à la ripisylve. Au contraire, celui de la tourterelle turque prise davantage le parvis végétal en entrée d’immeubles et en second lieu les immeubles avec stationnements résidentiels plantés. Tandis que le groupe des piverts est le seul à être présent dans la forme “bâti-végétal” que constitue le massif végétal en pied d’immeuble. Source : Morphobiot

La recherche Morphobiot montre également, sur le segment de la maison individuelle avec jardin, l’importance du rapport entre la forme de la parcelle et celle du bâti qu’on y implante. Plus la parcelle est profonde et plus elle peut offrir ce que l’équipe a qualifié de “gradient de quiétude” pour l’avifaune. Ce qui invite à privilégier les constructions en front de parcelles.

Quels sont à ce stade les principaux apports de BAUM à l’aménagement opérationnel ?

BAUM reste un programme de recherche qui ne va pas fournir un livre de recettes. Il ne vise pas à fournir une boîte à outils mais à mieux comprendre les interactions entre formes bâties et communautés biotiques.

Par exemple, je pense que l’approche par buffers, c’est-à-dire par des voisinages circulaires de rayons variables, est très éclairante pour l’architecte ou l’urbaniste. Car pour un certain nombre d’insectes,  la forme urbaine n’est pas une bonne question. La morphologie du bâti n’a pas d’influence sur elle. En revanche, le buffer permet de caractériser la biodiversité d’un site et ses fluctuations dans un rayon de 300 m. C’est un outil très prisé des écologues et qui permet de comprendre la nécessité des continuités écologiques.

Autre apport majeur de ces travaux – quatre projets de BAUM y ont recours –, le sujet de la modélisation et de la théorie des graphes. La production d’images et de représentations inédites est essentielle pour renouveler l’imaginaire des aménageurs. C’est un outil de médiation fondamental vers les acteurs opérationnels pour croiser les enjeux d’urbanisme et ceux de l’écologie.

Détail de la ligne N autour des gares de Maule et Mareil-sur-Mauldre. Source : Frugacité, présentation des résultats au colloque du 28 septembre 2023

Prenons l’exemple du projet Frugacité, qui a étudié les effets des formes urbaines propres aux quartiers de gare sur la biodiversité, le long d’une ligne ferroviaire francilienne. Dans ce cadre, une modélisation de la connectivité paysagère a été produite par la théorie des graphes : on voit des nœuds, qui représentent des taches de biodiversité par espèces et des barres, qui représentent leurs déplacements. En superposant le graphe et le tissu urbain, la barre exprime une facilitation ou une résistance au passage de l’espèce. Pour prendre le cas du hérisson dans un tissu pavillonnaire, la modélisation tient compte des clôtures et donc de la possibilité ou non pour lui de les traverser.

Ce genre d’observations sur la forme urbaine peut se traduire ensuite en prescriptions très fines dans un PLUi.

Le programme BAUM intègre-t-il également une dimension temporelle ?

Elle y est abordée mais pas centrale. Et pourtant le sujet des temporalités est essentiel : on sait qu’il faut 30 ans pour restaurer un sol artificialisé, que le bâti vieillit et que la biodiversité évolue de même.

Cependant, le programme Evolville aborde le sujet indirectement en observant les mécanismes de réponse des plantes aux conditions environnementales urbaines. En analysant les populations et communautés de plantes spontanées le long d’un gradient d’urbanisation sur 60 placettes de l’Eurométropole de Strasbourg, le programme a mis en évidence tous les comportements : extinction, plasticité et adaptation.

Certaines espèces végétales vont donc s’éteindre, d’autres s’adapter au niveau de leur phénotype – comme la Pariétaire de Judée qui se rabougrit et devient rampante à force de piétinements et autres pressions de fréquentation-, et d’autres modifier leur génotype et le transmettre pour s’adapter aux contraintes urbaines. EvolVille met ainsi en évidence des capacités d’adaptation du trèfle et du plantain, dont la taille diminue face à l’îlot de chaleur urbain ou à la compacité du bâti.

La taille du plantain ou du trèfle diminue avec la compacité du bâti. Source : Evolville, présentation des résultats au colloque du 28 septembre 2023

C’est intéressant que les urbanistes en aient conscience ! Car la biodiversité peut s’adapter à l’anthropisation du milieu, sous réserve de sa bonne gestion.

Le programme BAUM a-t-il permis le rapprochement des cultures de l’urbaniste et de l’écologue ?

Il a permis une acculturation mutuelle, c’est certain. Peut-être de façon inégale au sein des 6 équipes du programme, mais c’est l’une de ses grandes qualités.

Pour ne citer qu’un exemple, prenons Morphobiot. Les modes de représentation des formes “bâtie-végétal”326 déjà évoquées illustrent la pluridisciplinarité au cœur même du programme : une coupe paysagère double un plan masse et se voit assortie d’indicateurs de présence animale, notamment de l’avifaune.

Formes bâti-végétal à diverses échelles : représentation systémique d’un continuum paysager
au sein du grand-ensemble d’Ancely. Source : Morphobiot, présentation des résultats au colloque du 28 septembre 2023

La journée de restitution locale du projet MorphoBiot, organisée à Toulouse le 8 décembre dernier, est convaincante de ce point de vue. La salle était remplie avec une grande diversité d’acteurs représentés, pas seulement ceux directement impliqués dans la recherche : des agents de l’OFB, de la promotion immobilière, des services de collectivités, des botanistes, des écologues, des architectes ou encore des paysagistes.

Faire la synthèse de BAUM – Chacun des 6 travaux de recherche du programme BAUM fera l’objet d’une publication de synthèse. Un ouvrage collectif sera ensuite publié en 2024, comportant les enseignements les plus marquants de chaque projet ainsi qu’une synthèse transversale. Cette dernière sera réalisée par François Marie-Martin, postdoctorant à l’Université de Franche-Comté, et visera un large public, en particulier les concepteurs et les décideurs. L’élaboration d’un référentiel des formes urbaines, assorties de descripteurs pour mesurer leur impact sur la biodiversité, est en réflexion. Il s’appuierait sur les travaux issus de BAUM pour répondre aux besoins d’un outil simplifié de compréhension des morphologies urbaines et orienter l’aménagement dans un sens favorable au vivant.

Et dans ce rapprochement en bonne voie entre écologues et urbanistes, je tiens à saluer le travail de Morgane Flégeau, conduit au début du programme et qui fait aujourd’hui référence. Ce fut une contribution importante, une cartographie qui a mis en lumière une partie de la production scientifique auprès des acteurs et opérateurs de l’aménagement urbain. Ces notions sont encore une découverte pour les étudiants aujourd’hui, en écologie comme en urbanisme.■

Propos recueillis par Florent Chappel.

  1. Formes urbaines et biodiversité, un état des connaissances. Morgane Flégeau, Éditions du PUCA, 2020 []
  2. Le Faubourg : Busca ; la cité-jardin : Castors-Bagatelle ; le grand-ensemble : Ancely ; le pavillonnaire : Saint-Simon ; l’écoquartier : Vidailhan à Balma. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Revue d'urbanisme Diagonal (30 janvier 2024). Xavier Lagurgue, architecte : “Il n’y a pas de forme urbaine idéale”. Revue Diagonal. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vpq5


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search