La parole à Sébastien Maire, directeur général de France Ville Durable

L’association France Ville Durable a été créée fin 2019, prenant alors la suite de l’Institut de la ville durable. Avec sa première journée nationale “Villes durables en action” du 19 mai 2021, elle s’affirme comme un acteur central et incontournable pour accélérer la transition écologique des villes et territoires. Sébastien Maire, directeur général de France Ville Durable depuis septembre 2020 et précédemment responsable de la transition écologique de la ville de Paris, précise les outils et modes d’actions de l’association.

Photo du site « Les 100 qui font la ville »

Comment a été conçu le “manifeste pour les villes durables” ? 

À l’origine, j’ai fait la proposition aux membres de l’association France Ville Durable de se doter d’un cadre logique d’intervention. Il s’agissait de s’entendre sur ce que veut dire la ville durable. Les services de l’État ont largement contribué, la DGALN et l’Ademe en particulier. C’est le fruit d’un travail collectif.

Le manifeste intègre la question des limites planétaires, une révolution dans la façon de concevoir les politiques publiques. Sur le plan technique, c’est déjà un acquis : les travaux du Cerema, du Puca, de l’Ademe sont des ressources exceptionnelles qui nourrissent au quotidien tout ce que fait France Ville Durable. Par contre, sur le plan politique, beaucoup reste à faire.

Valorisez-vous cette expertise auprès des élus, dans les territoires ?

Tout à fait. Nous pensons que pour être crédible, il faut se confronter en permanence à la mise en œuvre et ses difficultés dans les territoires. Le manifeste doit être alimenté par les territoires, et réciproquement. Depuis un an, nous proposons donc à toutes nos collectivités membres, l’organisation d’ateliers en 2 temps. Un premier temps consacré à la présentation du cadre logique suivi d’un débat avec tout l’exécutif municipal et les équipes de direction. 

Nous visons l’échelon stratégique pour sensibiliser, former, puis outiller. Une fois que la stratégie de transition du territoire est calée, on déroule par secteur les objectifs de décarbonation. Quels indicateurs choisir ? Quelle évaluation mettre en place ? Puis on propose à la collectivité de soumettre certains des projets structurants du mandat en cours, encore en phase amont, à l’analyse de nos membres publics et privés.

Auriez-vous un exemple ?

Nous avons travaillé avec Caux Seine agglo. Pour les élus, ce fut, d’après les mots de leur présidente Virginie Carolo, un véritable électrochoc. Nous avons organisé des ateliers avec la collectivité pour inspirer élus et techniciens, ainsi que des visites de sites avec les maires et leurs services. Et ce dans le cadre du programme petites villes de demain de l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT), dont nous sommes partenaires.

Nous avons exploré le défi d’une décarbonation de ce territoire dont 15 000 emplois dépendent de la raffinerie d’Exxon Mobil ! Ravie des pistes que nous avons collectivement pu dessiner, la collectivité nous demande une nouvelle convention pour réfléchir avec elle à son futur contrat de relance et de transition écologique (CRTE). Notre plus-value est vraiment de présenter l’expertise privée et publique existante pour accélérer les projets de transition. Nous souhaitons déployer ce dispositif et contractualiser sur le long terme avec l’État.

Quels autres outils développez-vous pour passer d’une logique de pionniers de la ville durable à une massification des bonnes pratiques ?

La demande de la ministre de mettre en valeur des démonstrateurs (116 démonstrateurs ont été dévoilés le 19 mai, ndlr) a permis d’enclencher un processus. Nous allons en permanence identifier et sélectionner de nouveaux démonstrateurs en les étudiant au crible des 4 critères du manifeste (sobriété, résilience, inclusion et créativité, ndlr) et aux différentes échelles – du logement au territoire. Nous irons bien au-delà des seules questions d’habitat pour embrasser toute la stratégie territoriale de transformation, puis des approches sectorielles sur l’énergies, les mobilités, etc.

Ces démonstrateurs viendront alimenter en continu notre portail, dont la mise à jour est prévue cet été. Il remplira la mission phare de donner à voir ce qui fonctionne, des réalisations concrètes opérationnelles. Sa conception est orientée services et usagers. Et il incarnera la sobriété que nous prônons avec une plateforme sobre en utilisation, des innovations techniques pour consommer moins de données et d’énergie.

France Ville Durable est-elle dimensionnée pour porter la ville durable en France comme à l’international ?

L’État a souhaité créer une structure légère et agile, sous la forme d’une association loi 1901. Toute sa force, toute son expertise viennent de ses membres – répartis en 4 collèges paritaires que sont les collectivités locales, les entreprises, l’État et les experts – et de ses partenaires. En France, comme à l’international, nous représentons l’ensemble des parties prenantes professionnelles publiques et privées de la ville et des territoires.

Nous travaillons en équipe restreinte, avec 5 etp (équivalent temps plein, ndlr) et un budget d’un peu moins de 800 000€ à ce jour. Notre développement se fait via l’expertise et les moyens des nouveaux membres, de plus en plus nombreux à vouloir nous rejoindre. Nous étendrons nos activités en conséquence, comme nous l’avons fait avec les ateliers territoriaux lancés en début d’année pour accompagner les exécutifs locaux dans leurs projets de transition.  

À l’international, nous agissons en appui à la diplomatie économique et aux ministères compétents, par la valorisation de l’expertise et du savoir-faire de nos entreprises. Nous assurons notamment une présence sur les salons professionnels de référence en collaboration avec Business France.

Dans ces instances, France Ville Durable porte le message assumé d’un pilotage public de la transition, et en profite pour rappeler l’importance des logiques d’inclusion dans la fabrique de la ville. Nous pensons qu’en cela, l’élu local est le plus légitime pour conduire la transformation de son territoire. A contrario, par exemple, des États-Unis où certains quartiers sont entièrement aux mains d’acteurs privés.

Propos recueillis par Florent Chappel


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.