UrbanVitaliz : l’outil qui “défriche” !

Face aux défis que doivent relever les collectivités pour limiter l’étalement urbain, le recyclage foncier est une nécessité. Mais la formulation d’un projet sur une friche, la mobilisation d’expertise ou de financements pour le mener à bien, sont autant de difficultés parfois infranchissables pour les élus et leurs services. L’outil UrbanVitaliz a justement été conçu par le CEREMA pour aider au démarrage de projets de réhabilitation de friches là où la volonté politique de faire est acquise.

Vue sur un jardin vert en France depuis une vieille fenêtre d’un immeuble incendié © Istock

L’artificialisation a consommé en moyenne 24 000 ha par an d’Espaces naturels, agricoles et forestiers (ENAF) entre 2021 et 20311. Une moyenne qui devrait baisser fortement (de moitié) sur la prochaine décennie si la territorialisation de la planification écologique parvient à tenir ses objectifs. Elle devra même atteindre en 2050 le fameux zéro artificialisation nette (ZAN) fixé par la loi climat et résilience en 2021. Cette injonction à la sobriété foncière met la réhabilitation des friches au cœur de l’agenda urbain des collectivités. Et le gisement est considérable, avec 150 000 ha pour les seules friches industrielles2.

L’outil UrbanVitaliz développé par le CEREMA et ses partenaires (la DGALN, l’ANCT, l’EPF des Hauts-de-France et beta.gouv.fr) s’adresse précisément aux collectivités qui ont la volonté politique de réhabiliter leurs fonciers abandonnés, qu’ils soient industriels, commerciaux, administratifs ou encore militaires.

Un service en trois temps

De quoi s’agit-il ? UrbanVitaliz est à la fois un outil numérique et un service humain. Lauréat du prix de l’Innovation territoriale au Salon des Maires et des Collectivités Locales 2021, il permet de formuler une réponse sur mesure à un besoin exprimé par l’usager.

Concrètement, face à un blocage identifié par une commune qui souhaite réinvestir une friche, le service se déroule en 3 étapes. La première consiste à remplir un dossier sur la plateforme. Un formulaire simplifié suffit mais un questionnaire détaillé facultatif est également proposé. “Ce questionnement du projet, qui comporte 40 questions multi-thématiques assorties d’informations et de documents ressources, est souvent salué par les utilisateurs” note Anouk Jeanneau, urbaniste en charge du déploiement d’UrbanVitaliz.

Bâtiment abandonné, Cassel, Chemin du Chapitre © Salomé Deschênes

Seconde étape, une urbaniste de l’équipe prend contact avec le porteur du projet, au plus tard un mois après le dépôt du dossier sur la plateforme.“Un contact humain essentiel, insiste Anouk Jeanneau, en particulier pour les petites collectivités”. C’est le moment de qualifier précisément les difficultés rencontrées sur le terrain. “Dans la majorité des cas, un seul interlocuteur nous est proposé. Souvent le chargé de projets Petites villes de demain, l’élu à l’urbanisme ou encore le DGS ou le maire dans une petite commune”.

Sur la base de cet échange, l’équipe d’UrbanVitaliz soumet enfin sur la plateforme des recommandations avec une fiche explicative pour passer à l’action. Les conseils portent autant sur les acteurs à mettre autour de la table et les contacts associés, les pistes de financement [UrbanVitaliz s’appuie notamment sur la plateforme Aides-territoires pour l’identification des aides financières et d’ingénierie mobilisables, ndlr], les outils méthodologiques… Ensuite, le dossier numérique, auquel peuvent accéder l’ensemble des acteurs parties prenantes du projet, reste en ligne et peut être enrichi sur toute la durée du projet.

Des financements publics au rendez-vous ! Depuis 2021, dans le cadre du plan de Relance, le gouvernement a mis en place un fonds pour le recyclage des friches, dit “Fonds friches”. Il a permis de mobiliser 750 M€ en 2021 et 2022 pour soutenir 1 382 projets représentant 3 375 ha de friches. Un million d’euros du fonds a donc permis d’enclencher 4,5 ha de projets de recyclage foncier. Dans son étude sur les lauréats des premières éditions du fond friches, le CEREMA estime les surfaces de friches à 170 000 ha sur le territoire national.

Des réponses adaptées aux blocages rencontrés

Les conseils apportés par UrbanVitaliz dépendent bien entendu des problématiques de chaque demandeur.

C’est parfois le manque d’ingénierie et de financements. Comme dans cette petite commune de 200 habitants en Haute-Marne dont plusieurs anciens bâtiments privés (granges, remises…) menaçaient de s’effondrer. “Les recommandations ont permis au maire de bâtir un plan de financement et d’obtenir des subventions qu’il n’avait pas identifiées : Département, Région, Fonds vert, dotations de l’État”.

C’est parfois aussi la difficulté d’établir une programmation sur le site de réhabilitation. Ce fut le cas d’une commune de Corrèze, bénéficiaire du programme Petites villes de demain, qui souhaitait obtenir des conseils sur la démarche la plus vertueuse pour aménager un nouvel îlot, constitué d’une maison en friche et d’un ancien Point P. “Sur ce site stratégique, les élus n’avaient pas tous les mêmes idées ou envies. Grâce à l’implication de la délégation territoriale de l’ANCT sur UrbanVitaliz, une étude financée par la Banque des Territoires a pu être lancée”.

Pour un recensement national des friches – Cartofriches est un outil national développé par le CEREMA qui opère un recensement des friches pour les qualifier et faciliter leur réutilisation. Lire l’encadré ici

Autre cas de figure, le blocage peut concerner la maîtrise foncière d’un site et sa pollution. Une commune de 4 000 habitants en Loire-Atlantique souhaitait ainsi acquérir une usine de chaussures désaffectée pour aménager un nouveau quartier, créer des logements et prévoir de la renaturation. “Des ressources lui ont été transmises pour le lancement d’une déclaration d’utilité publique qui est en cours, ainsi que des éléments sur la gestion de la pollution des sols sur le site, grâce à la DDTM et l’unité départementale de la DREAL. Par ailleurs, la DGS qui suivait le projet a quitté son poste cette année, et sa remplaçante a pu prendre possession des échanges et éléments du dossier facilement grâce à l’outil numérique”.

Ces exemples emblématiques montrent l’utilité du service UrbanVitaliz, qui oriente et aide au démarrage de projets encore balbutiants. “Nous proposons du conseil en amont, de premier niveau, une incitation à l’action, de l’aiguillage pour mettre les projets sur les bons rails”, résume Anouk Jeanneau. “Mais nous ne remplaçons pas une AMO ni les gens de terrains”.

Ancien bâtiment d’habitat, Lille, Rue de Maubeuge © Salomé Deschênes

Une dynamique à déployer

Qu’en est-il de l’impact actuel d’UrbanVitaliz ? Au 17 janvier 2024, 377 sites sont actuellement accompagnés, 342 ont reçu au moins une recommandation et 78 % des collectivités suivies sont passées à l’action. “Nos résultats dépassent notre objectif de maintenir un taux minimal de 65 % de collectivités qui appliquent au moins l’une de nos recommandations”, précise l’urbaniste. “Nous souhaitons continuer d’accueillir et accompagner environ 150 à 200 nouvelles friches chaque année”.

La dynamique est donc lancée et se poursuit. Elle est parfois couplée avec des dispositifs de financements comme le Fonds vert. Dans le département de Corrèze par exemple, les services de l’État demandent aux collectivités qui souhaitent mobiliser des aides pour leurs friches de créer un dossier sur UrbanVitaliz.

Mais la voilure suffira-t-elle à couvrir les besoins ? UrbanVitaliz évalue à 6 500 le nombre de sites qui pourraient utilement recourir à son service3. Le déploiement du service UrbanVitaliz doit s’accélérer pour être à l’heure du ZAN en 2050. “Le défi d’aujourd’hui consiste à communiquer largement sur le service pour le faire connaître aux collectivités, ainsi qu’aux conseillers locaux pour qu’ils co-aiguillent les projets aux côtés des urbanistes de l’équipe”, conclut Anouk Jeanneau.

Florent Chappel

  1. Source : Portail de l’artificialisation des sols du gouvernement. []
  2. Source : Rapport d’information de l’Assemblée nationale du 27 janvier 2021. []
  3. Un chiffre obtenu par le recoupage des données de l’Observatoire de l’EPF Bretagne, des ratios nationaux, et des candidatures à l’appel à projets Recyclage foncier du Plan de Relance. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Revue d'urbanisme Diagonal (24 janvier 2024). UrbanVitaliz : l’outil qui “défriche” ! Revue Diagonal. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vnyc


3 réflexions sur « UrbanVitaliz : l’outil qui “défriche” ! »

  1. Bonjour, il serait utile et coherent d’inviter à penser que les “friches” ne sont pas que des friches urbaines, mais peuvent etre aussi des friches agricoles (3,5 millions d’hectares).
    Repondre à l’enjeu du logement devrait aller de pair avec l’enjeu alimentaire.
    Prevoir de loger 1000 ou 100000 habitants à un horizon de 10 ou 20 ans devrait être indissociable de la question du comment nourrir ces personnes avec le moins de dependance alimentaire possible dans un perimetre donné.
    Daniel Le Blay

    1. Bonjour Daniel,
      Merci pour cette réflexion. Je crois en effet que l’avenir des friches agricoles est majeur, soit pour garantir la sécurité alimentaire soit pour redonner à la nature et à la biodiversité un espace qu’elle n’a plus… Mais votre commentaire vise-t-il à suggérer la création d’un outil/ service analogue à celui réalisé par UrbanVitaliz sur les friches agricoles ? Ou/et à imaginer des projets d’agriculture urbaine sur les friches non agricoles ?
      Nul doute en tous cas que nous ayons, Diagonal et ses lecteurs, encore bien des enseignements à retirer de votre expérience à Mouans-Sartoux !
      Cordialement,
      Florent Chappel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search