Des oasis urbaines pour se ressourcer

Stéphan Dégeorges est responsable du pôle architecture, villes et territoires au CAUE de Haute-Savoie. Il témoigne d’une nouvelle méthode de fabrication de la ville autour d’oasis urbaines.

Le principe d’oasis urbaines semble bienvenu suite aux canicules de cet été. Vous y avez travaillé dans le cadre d’un projet de recherche. Que recouvre cette notion?
Comme une oasis en plein désert, l’oasis urbaine se démarque par son ambiance singulière, apportant un bien-être aux passants qui la traversent, aux habitants qui en bénéficient. Plus encore qu’aux siècles précédents, la ville du XXIè siècle interroge sur sa viabilité sociale, économique et environnementale. Exacerbés lors des canicules, les îlots de chaleur urbain illustrent bien les problématiques de confort et de santé qui se posent là plus intensément qu’ailleurs. Mais la démarche ne traite pas que de fraîcheur des villes en été. Il s’agit aussi d’ensoleillement en hiver. Et plus globalement, l’oasis urbaine touche au domaine de l’ambiance. Le bien-être sensoriel doit être au rendez-vous, découlant de la qualité de l’environnement thermique, mais aussi sonore et visuel.

Dans quel cadre avez-vous développé cette démarche?
Nous sommes lauréat de l’appel à projet de recherche de l’Ademe “Modeval Urba 2015”. A l’origine de la démarche, le bureau d’études Tribu et le cabinet d’architecture Casa architecture, urbanisme et environnement sonore nous ont proposé de nous associer pour définir et approfondir le concept d’oasis urbaine. Partenaire local, le Caue de Haute-Savoie a suggéré les sites et assuré le lien avec la collectivité.

Vous avez testé le concept à Annecy. Pourquoi ce choix?                                              Le Caue de Haute-Savoie investit les champs de la recherche et de la prospective. En effet, nous souhaitons proposer d’autres éclairages aux collectivités sur l’aménagement du territoire. Pour ce projet, l’objectif était d’expérimenter sur site. Nous recherchions une ville suffisamment importante pour disposer d’un SIG (Système d’Informations Géographiques) et d’une palette variée de terrains. Annecy a connu un essor considérable au cours du XXè siècle. Elle offre ainsi une grande diversité de formes, de densités et d’ambiances qui constituent un laboratoire parfaitement adapté au projet.

Sur le terrain, à quoi ressemble une oasis urbaine?
Nous avons calibré nos outils sur l’ensemble du tissu urbain. Suite à une analyse SIG, nous avons mené une campagne complète de mesures et d’enquêtes sociologiques, comparant des espaces aux caractéristiques très tranchées. Et il s’avère que l’oasis urbaine prospère aussi bien dans la vieille ville d’Annecy le long de la rivière du Thiou, que dans les grands ensembles. A côté des 38°C généralement ressentis par une chaude journée d’été à Annecy, les berges du Thiou baignent le passant dans un rafraîchissant 28°C. Au cœur des tours et barres du quartier des Teppes, les vastes espaces engazonnés en pleine terre, les ombrages des arbres de haute-tige et la ventilation généreuse de l’espace ouvert s’avèrent tout aussi efficaces, permettant aux habitants de ce quartier d’habitat social de bénéficier d’un agréable 28°C. Même type de constat au niveau de l’ambiance acoustique. Plus généralement, les témoignages parlent du tilleul en fleur qui embaume tout le quartier, de la vue sur le lac, les montagnes du Parmelan, de la Tournette, du calme des berges du Thiou où l’on se promène à pied ou à vélo. Bien que très différentes, chacune de ces oasis urbaines offre pourtant des qualités analogues de bien-être.

Quelles perspectives s’ouvrent pour faire vivre cet outil d’oasis urbaine?
Aujourd’hui, nous travaillons à une démarche prospective avec la ville d’Annecy. Le département de Haute-Savoie gagne 13000 habitants chaque année. Ce qui nous conduit vers une urbanité plus intense. Ainsi, la question porte sur la capacité de la ville à se densifier, tout en gardant des lieux de qualité et de plaisir. Mobiliser le principe d’oasis urbaine nous aide à cerner les sujets fondamentaux pour le bien-être des habitants et permet de cartographier les espaces importants à ré-investir.
En fait, l’oasis urbaine replace la question des sens et du vécu au cœur de la conception urbaine. Outil efficace et rapide, il permet de diagnostiquer la qualité du territoire en termes d’ambiance urbaine. Il est aussi mobilisable pour concevoir l’aménagement de quartiers. L’urbanisme pratiqué aujourd’hui intègre rarement la qualité d’ambiance. Mais, ce faisant, on oublie que sa vocation première devrait être de faire bien vivre une société dans un lieu donné.


Propos recueillis par Nathalie GARAT