France Relance au service de la rénovation énergétique

Une mobilisation massive de 100 milliards d’euros qui va notamment concerner les bâtiments publics de l’État, le parc privé de logements et l’habitat social.

Le plan France Relance, en réponse aux conséquences de la crise mondiale de la Covid 19, finance massivement des activités permettant “la refondation économique, sociale et écologique du pays.” Les chiffres donnent la mesure de l’effort consenti : 100 milliards d’euros, soit un tiers du budget annuel de l’État, dont 40 milliards de contribution européenne.

Ces sommes pharamineuses se doivent d’être bien employées. France Relance fait “le pari d’une société plus économe en ressources et axée sur la proximité…” Trente des 100 milliards sont consacrés à cet objectif. Concernant le domaine de la construction et de la réhabilitation thermique des bâtiments, l’un des points essentiels du plan, les investissements consentis le sont au service des économies d’énergie mais également au service immédiat du retour à l’activité des professionnels du secteur. Comme le rappelle Yannick Pache, chef du bureau QC4 au ministère de la transition écologique, “les chantiers de construction ont connu un quasi coup d’arrêt durant le premier confinement. Le fonds de solidarité et le chômage partiel ont permis de parer au plus pressé. Mais comment rebondir ensuite, après ces arrêts de chantiers ?” D’autant que, dans le même temps, l’activité a diminué, en particulier dans le domaine de la construction d’immeubles destinés au tertiaire.

Le lancement, via le plan, de nouveaux chantiers de rénovation énergétique, participe à la solution des problèmes de l’heure. Le plan va ainsi rehausser le budget du dispositif MaPrimeRénov’ de 2 Md€ durant les années 2021-2022. “Il y a, poursuit Yannick Pache, un triple intérêt à agir, la rénovation elle-même, le respect des objectifs de la Cop 21 et la reprise de l’activité.”

France Relance se décline en diverses thématiques et programmes. La rénovation énergétique en est l’un d’entre eux et concerne différents types de bâtiments, au nombre desquels les bâtiments publics de l’État qui représentent près de 100 millions de m². L’objectif de leur rénovation “est la diminution de la facture énergétique, un gain de confort pour les usagers et les agents – notamment une meilleure protection face aux vagues de chaleur – et une réduction de l’empreinte énergétique et environnementale de l’État.” L’ensemble du territoire français est concerné. Une attention particulière sera accordée aux bâtiments publics situés dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville. Des appels à projet ont été lancés, le premier concernant “les bâtiments d’enseignement supérieur et de recherche – sous tutelle du Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation – le second pour l’ensemble des autres bâtiments de l’État. L’appel à projets relatif aux bâtiments des collectivités fait, par ailleurs, l’objet d’un dispositif spécifique.” Les bâtiments des PME, tout comme le logement privé font également l’objet de mesures spécifiques.

Le parc de logements sociaux bénéficie lui aussi de financements exceptionnels. “Le parc de logement sociaux en France est de très bon niveau, constate Yannick Pache. Mais il reste 6 % de logements HLM très énergivores, classés en F ou G, ce qui désigne les “passoires thermiques”. C’est un volume important”.
Le parc HLM a été massivement rénové dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville. Cependant, comme l’observe Yannick Pache, “il reste de nombreux logements chauffés à l’électricité dans des zones géographiques qui échappent à la géographie prioritaire, des tours en périphérie de villes moyennes, jamais rénovées, ou des maisons individuelles isolées.”

Pour donner un “coup d’accélérateur” à cette rénovation énergétique, le plan France Relance permet la mise en œuvre de l’appel à projet Massi Réno. Les opérations retenues s’inspireront du concept d’Energie Sprong. Développé aux Pays-Bas en 2016, cette méthode favorisant l’industrialisation des techniques de rénovation énergétique par la préfabrication de structures d’isolation par l’extérieur, bénéficia pour son développement du soutien de l’Union Européenne dans le cadre d’un programme H2020. En France, ce concept fut développé par la société Green Flex, une filiale de Total.

Marc Lemonier

“France Relance” accélère la rénovation thermique des logements sociaux

Le plan “France Relance” donne la mesure des enjeux de la rénovation thermique des logements sociaux. “Une partie du parc de logement social est aujourd’hui vétuste ou inadapté aux besoins actuels, notamment au regard de ses caractéristiques et des aspirations des demandeurs. En raison de son ancienneté, ce parc présente également de faibles performances thermiques et nécessite des travaux de rénovation thermique indispensables...”. Amélie Renaud, adjointe au directeur de l’habitat, de l’urbanisme et des paysages, au sein du ‎Ministère de la Transition écologique, revient pour nous sur la manière dont le plan s’empare de cette problématique.

Propos recueillis par Marc Lemonier.

Comment le plan “France Relance” est-il décliné au plus près des territoires dans le domaine de la rénovation thermique des logements sociaux ?

Lors de l’annonce du plan France relance, début septembre 2020, chacun des ministères concernés a déterminé à son niveau les grands équilibres financiers et les thématiques pouvant en être l’objet. Pour ce qui nous concerne, nous avons identifié la rénovation massive de bâtiments en particulier dans le logement privé et le logement social.

En ce qui concerne les logements sociaux plus précisément, l’application de ce cadre national est gérée localement par les préfets et les collectivités délégataires des aides à la pierre qui, sur la base des principes fixés, repèrent les projets répondant aux attentes, et notamment ceux qui seraient prêts à démarrer immédiatement. La rapidité de mise en œuvre est l’un des impératifs du plan de relance. Il doit s’agir de projets déjà avancés, car nous n’avons que deux ans pour monter un dossier, trouver les financements complémentaires et engager leur mise en œuvre…

Durant cette période préalable, il a fallu préciser les modalités de gestion de ces enveloppes, les critères d’éligibilité, le calendrier et les modes d’association des acteurs au niveau local. Ensuite, a débuté une phase de pré-recensement des projets qui pourraient bénéficier du plan. Les services déconcentrés les ont repérés, ce qui nous permettait en retour, d’affiner un peu nos critères d’éligibilité et l’ambition que l’on souhaitait donner à ces actions.

La rénovation énergétique des logements sociaux, l’un des thèmes retenus dans le cadre de France Relance, s’inspire du procédé néerlandais EnergieSprong. Quel en est le principe ?

La grande majorité du parc de logements sociaux a déjà fait l’objet de travaux de rénovation énergétique. Aussi nous ne visons pas l’ensemble du parc, mais des logements ayant plus de 20 ans, et nécessitant une réhabilitation.

EnergieSprong constitue un “coup d’accélérateur”, grâce à un saut technologique et aux 40 millions d’euros de financement, qui visent à développer et à massifier des modes de rénovation à coûts maîtrisés. À l’image de ce qui s’est fait aux Pays-Bas, avec ce programme dont le nom signifie “Saut énergétique”, nous allons déployer des solutions industrielles pour avoir des bâtiments à consommation nulle, voire à énergie positive, en amplifiant les solutions industrielles mise en œuvre pour y parvenir, tout en pour réduisant les coûts des travaux. Actuellement le coût de la rénovation artisanale de bâtiments anciens demeure prohibitif. Nous cherchons donc à développer des solutions standardisées, applicables à de plus gros volumes, moins chers d’un point de vue unitaire.

C’est l’objet de l’appel à projet “Massification de la rénovation exemplaire du parc locatif social, MassiRéno” qui s’inspire en l’adaptant d’EnergieSprong.

À l’occasion nous privilégions des travaux qui permettent également d’adapter les logements à des publics spécifiques : personnes âgées, personnes handicapées…

La mise en œuvre de MassiRéno, cette démarche de massification des travaux de rénovation, aurait-elle également un impact sur le secteur professionnel du bâtiment ?

Nous visons à promouvoir des solutions innovantes, comme par exemple la production de façades préfabriquées, que l’on puisse massifier et industrialiser pour diminuer les coûts de travaux et les rendre accessibles au plus grand nombre. Il s’agit de développer des filières à bas coût pour la rénovation de bâtiments, permettant d’aboutir à des bâtiments zéro consommation.

Les entreprises sont concernées évidemment. Comme le rappelle l’objectif principal (ou l’intention) de l’appel à projet “les candidats sont invités à déployer des solutions industrielles innovantes et intégrées pour la rénovation énergétique afin que les logements du parc locatif social parviennent à une consommation énergétique très faible, en vue de passer à une échelle de projets plus significatifs en France, en massifiant le procédé“. Cela va dans le sens de l’un des objectifs du plan, la relance économique, par la relance de l’activité des entreprises françaises dès 2021. ■

Le Plan gouvernemental “Vélo et mobilités actives” fête ses deux ans !

Thierry du Crest, coordonnateur interministériel pour le développement de l’usage du vélo au ministère de la Transition écologique, travaille à la mise en œuvre du plan Vélo. Il nous en présente les dernières évolutions en lien avec la crise de la Covid et le plan France Relance.

Propos recueillis par Nathalie Garat

Les dynamiques autour du vélo s’accélèrent. En quoi la crise sanitaire actuelle y contribue-t-elle ?

Tout n’est pas parti de la crise de la Covid. La dynamique existait déjà avant.

Fin 2017, lors des assises de la mobilité, le vélo a pris une place de choix assez inattendue. Ce qui a conduit au plan gouvernemental “Vélo et mobilités actives” de 2018 et à une intégration spécifique dans la loi d’orientation des mobilités. Et depuis les dix derniers mois, la dynamique cyclable ne cesse de croître. Dans l’urbain dense, les grèves de décembre et janvier derniers ont redonné de l’appétit pour ce mode de transport utilisé alors en substitution. En outre, il s’est invité dans les sujets de campagnes municipales sur de nombreux territoires.

Mais depuis le déconfinement de mai dernier, l’intérêt pour le vélo s’affirme à un niveau encore inégalé en France. Selon l’association Vélo et Territoires, la fréquentation des pistes cyclables a augmenté de 29 % entre 2019 et 2020 pour la période mi-mai à mi-août. Ceci concerne aussi bien les territoires urbains (34 %) et périurbains (20 %), que le milieu rural (18 %).

Fin mai, le plan gouvernemental Vélo a été revisité. Que comprend ce volet “déconfinement” ?

Dans l’urgence du déconfinement, l’objectif est alors de faciliter la remise en selle rapide des cyclistes sur les territoires, qu’il s’agisse de pratiquants réguliers ou de nouveaux usagers. Puisque face à la situation sanitaire, beaucoup de personnes y voient une alternative à leur mode de transport antérieur.

Ainsi, cela passe en premier lieu par la réalisation de pistes cyclables provisoires. De nombreuses collectivités locales s’y emploient. En période de déconfinement, les démarches administratives ont été facilitées. De plus, le Cerema a organisé plusieurs webinaires au printemps. Et son guide des aménagements cyclables provisoires, publié en quelques semaines, fournit dorénavant autant de repères utiles pour les aménageurs.

Par ailleurs, le plan “Coup de pouce réparation Vélo” connaît un franc succès. 50€ sont défalqués des factures de réparation, aidant ainsi les nouveaux cyclistes à ressortir leurs vieux vélos des garages. Au départ, on tablait sur 300 000 vélos. Mais face à l’engouement, l’objectif a été porté à plus d’un million de vélos jusqu’à la fin de l’année.

En outre, depuis le 1er juin dernier, l’État a simplifié son bonus d’aide à l’achat de VAE (Vélo à Assistance Électrique). Là où les collectivités aident déjà les particuliers, l’État double l’aide dans la limite de 200 € pour les ménages les plus modestes. Le VAE s’est fortement développé ces cinq dernières années. Limitant l’effort, aplanissant les côtes…, l’assistance électrique favorise l’accès de la bicyclette à des territoires vallonnés mais aussi à d’autres publics plus réticents, comme les séniors ou les femmes. Ce qui s’avère des plus utiles pour généraliser la pratique du vélo au quotidien.

En lien avec le plan France Relance, quelles mesures viennent d’être annoncées pour soutenir la pratique du vélo ?

Le 14 septembre dernier, le plan “Vélo et mobilités actives” a fêté ses deux ans. Il vise à  tripler l’usage du vélo d’ici 2024. Si celui-ci est vraiment devenu un mode de transport à part entière depuis le déconfinement, l’objectif n’en demeure pas moins ambitieux. Ceci passe notamment par la sécurisation des parcours cyclables ou la lutte contre le vol.

Et avec le plan France Relance, l’idée est d’enclencher la vitesse supérieure. Ainsi, l’État va abonder le “Fonds mobilités actives” de 100 millions d’euros de subventions supplémentaires pour les investissements d’infrastructures cyclables de collectivités les deux prochaines années. Ils s’ajouteront à l’enveloppe initiale de 350 M€. Depuis sa création en 2019, ce fonds de l’État est affecté aux opérations après sélection par appel à projets. Il a fait l’objet de deux éditions qui visaient à résorber les discontinuités cyclables. 339 projets lauréats ont ainsi été retenus pour 113 millions de subventions.

Il s’agit donc de développer les aménagements, mais aussi les stationnements sécurisés. En effet, outre la sécurité lors du déplacement, la crainte du vol constitue l’un des deux freins majeurs à l’usage du vélo. Aussi, 100 M€ seront versés aux Régions et consacrés au stationnement sécurisé en gare favorisant par la même l’intermodalité train/vélo.Un nouvel appel à projets “Fonds mobilité active” vient d’être lancé en juillet dernier. Outre la résorption des discontinuités cyclables, il vise à soutenir la pérennisation de pistes cyclables de transition et la réalisation d’itinéraires cyclables sécurisés. La date limite de dépôt des dossiers est fixée au 30 octobre prochain.