« France Relance » accélère la rénovation thermique des logements sociaux

Le plan « France Relance » donne la mesure des enjeux de la rénovation thermique des logements sociaux. « Une partie du parc de logement social est aujourd’hui vétuste ou inadapté aux besoins actuels, notamment au regard de ses caractéristiques et des aspirations des demandeurs. En raison de son ancienneté, ce parc présente également de faibles performances thermiques et nécessite des travaux de rénovation thermique indispensables... ». Amélie Renaud, adjointe au directeur de l’habitat, de l’urbanisme et des paysages, au sein du ‎Ministère de la Transition écologique, revient pour nous sur la manière dont le plan s’empare de cette problématique.

Propos recueillis par Marc Lemonier.

Comment le plan « France Relance » est-il décliné au plus près des territoires dans le domaine de la rénovation thermique des logements sociaux ?

Lors de l’annonce du plan France relance, début septembre 2020, chacun des ministères concernés a déterminé à son niveau les grands équilibres financiers et les thématiques pouvant en être l’objet. Pour ce qui nous concerne, nous avons identifié la rénovation massive de bâtiments en particulier dans le logement privé et le logement social.

En ce qui concerne les logements sociaux plus précisément, l’application de ce cadre national est gérée localement par les préfets et les collectivités délégataires des aides à la pierre qui, sur la base des principes fixés, repèrent les projets répondant aux attentes, et notamment ceux qui seraient prêts à démarrer immédiatement. La rapidité de mise en œuvre est l’un des impératifs du plan de relance. Il doit s’agir de projets déjà avancés, car nous n’avons que deux ans pour monter un dossier, trouver les financements complémentaires et engager leur mise en œuvre…

Durant cette période préalable, il a fallu préciser les modalités de gestion de ces enveloppes, les critères d’éligibilité, le calendrier et les modes d’association des acteurs au niveau local. Ensuite, a débuté une phase de pré-recensement des projets qui pourraient bénéficier du plan. Les services déconcentrés les ont repérés, ce qui nous permettait en retour, d’affiner un peu nos critères d’éligibilité et l’ambition que l’on souhaitait donner à ces actions.

La rénovation énergétique des logements sociaux, l’un des thèmes retenus dans le cadre de France Relance, s’inspire du procédé néerlandais EnergieSprong. Quel en est le principe ?

La grande majorité du parc de logements sociaux a déjà fait l’objet de travaux de rénovation énergétique. Aussi nous ne visons pas l’ensemble du parc, mais des logements ayant plus de 20 ans, et nécessitant une réhabilitation.

EnergieSprong constitue un « coup d’accélérateur », grâce à un saut technologique et aux 40 millions d’euros de financement, qui visent à développer et à massifier des modes de rénovation à coûts maîtrisés. À l’image de ce qui s’est fait aux Pays-Bas, avec ce programme dont le nom signifie « Saut énergétique », nous allons déployer des solutions industrielles pour avoir des bâtiments à consommation nulle, voire à énergie positive, en amplifiant les solutions industrielles mise en œuvre pour y parvenir, tout en pour réduisant les coûts des travaux. Actuellement le coût de la rénovation artisanale de bâtiments anciens demeure prohibitif. Nous cherchons donc à développer des solutions standardisées, applicables à de plus gros volumes, moins chers d’un point de vue unitaire.

C’est l’objet de l’appel à projet « Massification de la rénovation exemplaire du parc locatif social, MassiRéno » qui s’inspire en l’adaptant d’EnergieSprong.

À l’occasion nous privilégions des travaux qui permettent également d’adapter les logements à des publics spécifiques : personnes âgées, personnes handicapées…

La mise en œuvre de MassiRéno, cette démarche de massification des travaux de rénovation, aurait-elle également un impact sur le secteur professionnel du bâtiment ?

Nous visons à promouvoir des solutions innovantes, comme par exemple la production de façades préfabriquées, que l’on puisse massifier et industrialiser pour diminuer les coûts de travaux et les rendre accessibles au plus grand nombre. Il s’agit de développer des filières à bas coût pour la rénovation de bâtiments, permettant d’aboutir à des bâtiments zéro consommation.

Les entreprises sont concernées évidemment. Comme le rappelle l’objectif principal (ou l’intention) de l’appel à projet « les candidats sont invités à déployer des solutions industrielles innovantes et intégrées pour la rénovation énergétique afin que les logements du parc locatif social parviennent à une consommation énergétique très faible, en vue de passer à une échelle de projets plus significatifs en France, en massifiant le procédé« . Cela va dans le sens de l’un des objectifs du plan, la relance économique, par la relance de l’activité des entreprises françaises dès 2021. ■