Le Plan gouvernemental « Vélo et mobilités actives » fête ses deux ans !

Thierry du Crest, coordonnateur interministériel pour le développement de l’usage du vélo au ministère de la Transition écologique, travaille à la mise en œuvre du plan Vélo. Il nous en présente les dernières évolutions en lien avec la crise de la Covid et le plan France Relance.

Propos recueillis par Nathalie Garat

Les dynamiques autour du vélo s’accélèrent. En quoi la crise sanitaire actuelle y contribue-t-elle ?

Tout n’est pas parti de la crise de la Covid. La dynamique existait déjà avant.

Fin 2017, lors des assises de la mobilité, le vélo a pris une place de choix assez inattendue. Ce qui a conduit au plan gouvernemental « Vélo et mobilités actives » de 2018 et à une intégration spécifique dans la loi d’orientation des mobilités. Et depuis les dix derniers mois, la dynamique cyclable ne cesse de croître. Dans l’urbain dense, les grèves de décembre et janvier derniers ont redonné de l’appétit pour ce mode de transport utilisé alors en substitution. En outre, il s’est invité dans les sujets de campagnes municipales sur de nombreux territoires.

Mais depuis le déconfinement de mai dernier, l’intérêt pour le vélo s’affirme à un niveau encore inégalé en France. Selon l’association Vélo et Territoires, la fréquentation des pistes cyclables a augmenté de 29 % entre 2019 et 2020 pour la période mi-mai à mi-août. Ceci concerne aussi bien les territoires urbains (34 %) et périurbains (20 %), que le milieu rural (18 %).

Fin mai, le plan gouvernemental Vélo a été revisité. Que comprend ce volet « déconfinement » ?

Dans l’urgence du déconfinement, l’objectif est alors de faciliter la remise en selle rapide des cyclistes sur les territoires, qu’il s’agisse de pratiquants réguliers ou de nouveaux usagers. Puisque face à la situation sanitaire, beaucoup de personnes y voient une alternative à leur mode de transport antérieur.

Ainsi, cela passe en premier lieu par la réalisation de pistes cyclables provisoires. De nombreuses collectivités locales s’y emploient. En période de déconfinement, les démarches administratives ont été facilitées. De plus, le Cerema a organisé plusieurs webinaires au printemps. Et son guide des aménagements cyclables provisoires, publié en quelques semaines, fournit dorénavant autant de repères utiles pour les aménageurs.

Par ailleurs, le plan « Coup de pouce réparation Vélo » connaît un franc succès. 50€ sont défalqués des factures de réparation, aidant ainsi les nouveaux cyclistes à ressortir leurs vieux vélos des garages. Au départ, on tablait sur 300 000 vélos. Mais face à l’engouement, l’objectif a été porté à plus d’un million de vélos jusqu’à la fin de l’année.

En outre, depuis le 1er juin dernier, l’État a simplifié son bonus d’aide à l’achat de VAE (Vélo à Assistance Électrique). Là où les collectivités aident déjà les particuliers, l’État double l’aide dans la limite de 200 € pour les ménages les plus modestes. Le VAE s’est fortement développé ces cinq dernières années. Limitant l’effort, aplanissant les côtes…, l’assistance électrique favorise l’accès de la bicyclette à des territoires vallonnés mais aussi à d’autres publics plus réticents, comme les séniors ou les femmes. Ce qui s’avère des plus utiles pour généraliser la pratique du vélo au quotidien.

En lien avec le plan France Relance, quelles mesures viennent d’être annoncées pour soutenir la pratique du vélo ?

Le 14 septembre dernier, le plan « Vélo et mobilités actives » a fêté ses deux ans. Il vise à  tripler l’usage du vélo d’ici 2024. Si celui-ci est vraiment devenu un mode de transport à part entière depuis le déconfinement, l’objectif n’en demeure pas moins ambitieux. Ceci passe notamment par la sécurisation des parcours cyclables ou la lutte contre le vol.

Et avec le plan France Relance, l’idée est d’enclencher la vitesse supérieure. Ainsi, l’État va abonder le « Fonds mobilités actives » de 100 millions d’euros de subventions supplémentaires pour les investissements d’infrastructures cyclables de collectivités les deux prochaines années. Ils s’ajouteront à l’enveloppe initiale de 350 M€. Depuis sa création en 2019, ce fonds de l’État est affecté aux opérations après sélection par appel à projets. Il a fait l’objet de deux éditions qui visaient à résorber les discontinuités cyclables. 339 projets lauréats ont ainsi été retenus pour 113 millions de subventions.

Il s’agit donc de développer les aménagements, mais aussi les stationnements sécurisés. En effet, outre la sécurité lors du déplacement, la crainte du vol constitue l’un des deux freins majeurs à l’usage du vélo. Aussi, 100 M€ seront versés aux Régions et consacrés au stationnement sécurisé en gare favorisant par la même l’intermodalité train/vélo.Un nouvel appel à projets « Fonds mobilité active » vient d’être lancé en juillet dernier. Outre la résorption des discontinuités cyclables, il vise à soutenir la pérennisation de pistes cyclables de transition et la réalisation d’itinéraires cyclables sécurisés. La date limite de dépôt des dossiers est fixée au 30 octobre prochain.