Mobilisation en urgence des logements vacants

Développant l’une de ses missions habituelles, la Direction générale de l’aménagement, du logement et de la nature (DGALN), au ministère en charge de ces politiques publiques, s’est mobilisée pour participer à l’effort général de recherche de logements vacants pouvant être mis à la disposition des soignants et du personnel des Ehpad. Henry Ciesielski, chef de projet « lutte contre la vacance de logements » au sein de la direction, apporte son éclairage.

Pendant la crise de la Covid-19, votre mission au sein de la DGALN s’est étendue à la recherche dans l’urgence de logements vacants pouvant être mis à disposition des personnels mobilisés pour lutter contre la pandémie. Comment cette action s’est-elle opérée ?
Dans le cadre de son activité « normale » d’élaboration et de suivi du Plan national de mobilisation des logements et locaux vacants, l’État avait déjà une forme de visibilité sur la nature des propriétaires pouvant être contactés. Une petite structure s’est donc mise en place au sein de la Direction de l’habitat, de l’urbanisme et des paysages (DHUP). Elle a pu bénéficier du soutien de la mission d’appui à la réalisation des projets du secrétariat général du Ministère de la Cohésion des Territoires tout en travaillant en parallèle avec la Délégation interministérielle à l’hébergement et à l’accès au logement (DIHAL). Au début de la crise nous avons procédé à un recensement de l’offre mobilisable, en établissant une liste d’une cinquantaine d’acteurs ayant un volume important de logements. On y retrouve des grands groupes, Nexity, Foncia… Nous avons également recensé les initiatives existantes, en particulier dans le monde associatif, tandis que le ministre du logement, Julien Denormandie, impliquait directement des acteurs d’ordinaire moins présents dans le domaine de la solidarité, la plateforme Airbnb ou le service de petites annonces de Particuliers à Particuliers.
Il s’agissait de repérer une offre de logements pouvant être mis à disposition à titre gratuit pendant une durée déterminée. Les « publics » concernés relevaient principalement du secteur de la santé et de la sécurité, le personnel soignant des hôpitaux ou des Ehpad, les pompiers, les policiers… tandis que la DIHAL participait à la mise en confinement des SDF par la mobilisation de chambres d’hôtel.

Ces propriétaires de natures très différentes pouvaient être rétifs à l’idée de mettre à disposition un bien sans garanties légales. Fallait-il inventer un type de contrat de location adapté à la circonstance ?
Le type de contrat nécessaire existait. Parmi les informations qu’elle a immédiatement mises en ligne sur les conséquences de la crise COVID-19 sur les rapports locatifs, l’Agence nationale d’information sur le logement (Anil) a adapté très rapidement un modèle permettant la « mise à disposition temporaire et à titre gratuit d’un logement au bénéfice d’un personnel soignant dans le contexte de la lutte contre le virus Covid-19. » L’établissement de cette convention donne un confort juridique aux institutions ou aux particuliers qui prêtent leurs logements.

Quels sont les enseignements que l’on peut retenir d’une opération montée dans l’urgence dans le cadre d’une situation exceptionnelle, en particulier dans la perspective d’autres types de catastrophes naturelles ou industrielles ?
En créant une plateforme numérique présentant les acteurs engagés dans cette démarche, nous avons donné de la lisibilité à leur action. Dans l’avenir il faudrait sans doute davantage de coordination entre les différents ministères concernés, pour éviter par exemple que certains aient recours à des solutions « payantes » pour loger leur personnel, alors que nous recensions des offres gratuites. Cette action menée en quelques semaines, quels qu’en soient les résultats, est cependant porteuse d’enseignements pour l’avenir. Elle pourrait apporter la réponse à différentes situations : le logement de repli des femmes battues, le logement des jeunes chassés de leur famille à la suite d’un coming-out…
Il s’agissait d’un élan de solidarité particulier, lié à une situation exceptionnelle.
Nous avons appris à repérer et à mobiliser des acteurs venant d’horizons très divers. Nous avons contacté des propriétaires qui relèvent du monde institutionnel ou privé, ayant des patrimoines de toutes tailles, mais aussi des particuliers « organisés » au sein d’un réseau ou indépendants. Nous avons aussi rapidement mis en place un type de contrat qui sécurise les prêts des logements vacants.
Des pratiques sont apparues qui pourraient être réactivées dans le cadre de crises d’autres natures. Grâce aux contacts pris à l’occasion, à la démonstration faite qu’il était possible d’offrir une sécurité juridique aux propriétaires dans des situations particulières, nous espérons pousser certains de ces propriétaires à envisager plus sereinement de louer leurs logements dans le cadre de l’intermédiation locative.

Propos recueillis par Marc Lemonier

Vers une architecture biodiversitaire

Alors que la biodiversité s’effondre et que le milieu scientifique appelle de ses voeux une “ville biodiversitaire”, des pionniers inventent de nouveaux visages pour l’architecture. Sophie Deramond, directrice et responsable recherche et développement à l’agence Chartier- Dalix (1), revient sur l’histoire et le fonctionnement du bâtiment exemplaire de l’École des sciences et de la biodiversité à Boulogne-Billancourt. Tout en pointant les difficultés persistantes.

Propos recueillis par Florent Chappel

N°208 : Vers une architecture biodiversitaire – Interview de Sophie Deramond

Choisir le bon arbre, Sesame ouvre la voie

Premier en Europe, le dispositif Sesame propose un outil d’aide pour concevoir la trame végétale des aménagements urbains. Il fait partie de la démarche de la ville de Metz, primée “meilleure grande ville pour la biodiversité 2019”. Luc Chrétien, chef de la division Biodiversité, eau et aménagement à la direction territoriale Est du Cerema, nous le présente.

Propos recueillis par Nathalie Garat

N°208 : Choisir le bon arbre, Sesame ouvre la voie – Interview de Luc Chrétien

L’eau comme ressource de la ville perméable

Le Grand Lyon poursuit depuis plusieurs années l’objectif de devenir une “ville perméable”. Elisabeth Sibeud, responsable études et travaux au sein de la direction de l’Eau, répond à nos questions.

Propos recueillis par Florent Chappel

N°208 : L’eau comme ressource de la ville perméable – Interview d’Elisabeth Sibeud

L’écologie plaide pour la nature en ville

Luc Abbadie est professeur à la Sorbonne et chercheur au département “Diversité des communautés et fonctionnement des écosystèmes” au sein de l’Institut d’écologie et des sciences de l’environnement. Il livre ici son analyse sur les causes de la crise majeure que connaît la biodiversité partout dans le monde et sur les orientations que doivent prendre l’urbanisme et l’aménagement du territoire pour la préserver.

Propos recueillis par Florent Chappel

N°208 : L’écologie plaide pour la nature en ville – Interview de Luc Abbadie

L’économie symbiotique en quelques lignes

Agronome et environnementaliste, Isabelle Delannoy développe en 2017 le concept d’économie symbiotique. Depuis cette nouvelle approche sociétale, elle nous présente une autre manière de tisser l’urbain.

Propos recueillis par Nathalie Garat.

N°208 : L’économie symbiotique en quelques lignes – Interview d’Isabelle Delannoy

Au chevet des villes moyennes

Avec les nouveaux critères mobilisés pour redéfinir les quartiers prioritaires, des situations jusqu’alors ignorées ont émergé. Les villes moyennes sont ainsi plus nombreuses que par le passé à bénéficier de l’appui de l’Agence pour la rénovation urbaine, qui s’attache aussi à intervenir sur les quartiers de centre-ville. Benoît Zeller, directeur opérationnel de l’Anru, revient pour nous sur la spécificité de certains projets.

Propos recueillis par Marc Lemonier.

N°208 : Au chevet des villes moyennes – Interview de Benoît Zeller