Urbanisme : faire avec le vivant

Philippe Clergeau est professeur d’écologie au muséum national d’histoire naturelle à Paris. Ses recherches portent sur la biodiversité urbaine, qu’il approche depuis l’échelle du bâtiment jusqu’à celle de la planification. Face à la disparition massive de la biodiversité, il adresse des recommandations aux acteurs qui font la ville.

 

A l’issue de la septième plénière de l’IPBES, un rapport publié le 6 mai a confirmé la crise majeure que traverse la biodiversité. Quelle responsabilité peut-on imputer à l’urbanisme en France ?
L’urbanisation contribue fortement à la baisse d’effectif des espèces. Le phénomène d’étalement urbain, par la fragmentation et la destruction des habitats, porte une atteinte évidente à la biodiversité. Aujourd’hui, l’urbanisation représente 20% de la surface métropolitaine d’après l’INSEE, contre 8 à 10% il y a seulement 10 ans. Aujourd’hui, la ville a un devoir d’intervenir et de participer à une forme de protection de la nature. Plus encore dans le cadre actuel du changement climatique. Les aires de répartition des espèces glissent vers le nord, et les grandes villes et métropoles constituent de vraies barrières. Intégrer davantage la biodiversité est de surcroît une stratégie payante pour la ville. Elle peut en retirer une utilité directe par les multiples services que rendent les écosystèmes : santé, bien-être ou encore gestion des eaux pluviales.

Comment l’urbanisme doit-il changer pour effacer ses impacts sur la biodiversité ?
Il faut raisonner à plusieurs échelles. Localement, de bonnes pratiques se développent. La gestion écologique des espaces verts se généralise et des labels exigeants se diffusent (ÉcoJardin ou Terre Saine par exemple). Autre exemple, le choix des essences, plus locales et mieux adaptées aux évolutions climatiques en cours. Pour que la ville soit durable, sa végétation doit l’être. Les monocultures de platane sont encore trop fréquentes. Autre pratique vertueuse, au niveau du bâtiment, la végétalisation de façades ou de toitures. Des travaux de recherche sont en cours pour limiter l’entretien de ces dispositifs. J’encadre en particulier une thèse opérationnelle pour développer le concept d’une végétalisation spontanée des façades, en partenariat avec des architectes. Parmi eux, l’agence Chartier-Dalix qui s’est illustrée avec le bâtiment de l’« école des sciences et de la biodiversité » à Boulogne-Billancourt. Sa structure béton astucieuse a permis une auto-végétalisation partielle en façade, et abrite une toiture végétalisée exceptionnelle.

Cette échelle concerne d’abord les architectes et les services espaces verts des collectivités. Qu’en est-il des urbanistes ?
Leur rôle est essentiel pour intégrer la biodiversité à l’échelle de la ville entière. Il s’agit de recréer des chaines alimentaires. La question de la dispersion des espèces en ville suppose une réflexion sur les continuités. Les espèces doivent pouvoir circuler pour atteindre de grands espaces (grandes toitures, parcs urbains). Une rue n’est pas toujours une frontière infranchissable, des travaux l’ont démontré. Des continuités existent déjà qu’il faut conforter, comme les berges des cours d’eau. Il faut en inventer d’autres, telles que les suites de pieds d’arbres, les noues, objets sur lesquels je travaille avec Plaine-commune en tant que consultant. La gestion de l’écoulement des eaux pluviales est l’occasion de repenser les caniveaux, de traiter ensemble le risque inondation et l’enjeu de végétalisation. Le développement des voies dédiées aux mobilités douces peut aussi se doubler d’un effort sur la nature en ville. Plus généralement, la forme urbaine doit être repensée pour s’inscrire dans une réflexion structurante sur la biodiversité. Le PUCA lance un programme dédié au sujet, dont je présiderai le conseil scientifique. Il associe chercheurs et concepteurs pour repenser les liens entre formes urbaines et biodiversité. Un appel d’offres sera lancé en janvier prochain pour faire émerger des projets expérimentaux.

Comment convaincre les collectivités de s’engager dans l’urbanisme écologique que vous prônez ?
La sensibilisation des décideurs est indispensable. Les élus d’abord, mais aussi les services municipaux et en premier lieu le directeur général des services. Il lui incombe d’organiser l’appropriation des sujets transversaux dans la commune comme celui de la biodiversité. Pour cela, la formation est un levier essentiel. Elle doit aussi toucher les concepteurs et les aménageurs. Les écoles du paysage ont bien avancé, mais les écoles d’architecture et d’urbanisme sont en retard. L’État et les organismes publics ont un rôle pour faciliter, impulser, montrer l’exemple. le ministère en charge du logement le fait avec la démarche ÉcoQuartier. La question de la localisation d’un quartier nouveau y est posée. De même celle du diagnostic écologique préalable à la forme urbaine, ou de la trame verte et bleue urbaine. Les résultats sont encourageants mais encore limités. Citons aussi le concours « Capitale française de la Biodiversité » organisé par l’agence régionale pour la biodiversité en Île-de-France avec Plante et Cité, en partenariat avec le ministère. On y trouve un vivier considérable de réalisations exemplaires qui peuvent inspirer les collectivités volontaires. Je fais partie de ceux qui aimeraient aller plus loin sur le volet réglementaire : le débat est ouvert.

Propos recueillis par Florent Chappel.

Article extrait de la lettre “En Diagonal” N°1.


2 réflexions sur « Urbanisme : faire avec le vivant »

  1. Bonjour et merci pour votre invitation à partager et supporter les valeurs et enjeux que vous portez et à renforcer les échanges et les liens, entre les acteurs d’un changement de mode de penser, de projeter et de vivre nos villes et nos territoires. Les trouveurs sont ils des chercheurs et vice versa ? Les concepteurs et citoyens engagés ont ils une place dans vos débats et une rubrique dans vos entêtes ?

    Nos projets urbains et d’aménagement des villes et des territoires constituent chacun des recherches concrètes et appliquées, qui ont la responsabilité de trouver et mettre en œuvre des réponses pertinentes et efficaces aux questions et enjeux de société. Ils doivent démontrer la capacité et l’intérêt de changer de mode, pour de réconcilier durablement naturalité et urbanité des villes et des territoires.
    Ainsi nos projets qui ont la responsabilité de transformer les modes de voir, de penser et de faire, ont l’obligation aussi de rétablir les solidarités indéfectibles qui ont toujours historiquement présidé aux relations heureuses composées entre les villes et les territoires.

    Nos projet sont des recherches et doivent d’abord et toujours réinterroger les questions de société, afin d’être pertinents et efficaces ensuite à la production de réponses qui engagent la suite de l’histoire. Ils ont ainsi une valeur d’exemple et de (dé)monstration et une responsabilité sociale et pédagogique évidente, afin d’être partagés par l’ensemble des responsables et des acteurs en charge de la programmation, de l’aménagement et de la gestion des villes et des territoires, ainsi que par les habitants qui y vivent.

    Ces conditions auxquelles nous sommes attachés, sont indispensable pour dépasser la notion de cadre de vie à laquelle on été trop souvent réduits les enjeux d’urbanité de naturalité et de paysage, comme des variables d’ajustement et des valeurs d’accompagnement… pour embrasser la notion de mode de vie qui engage chacun d’entre nous dans nos responsabilités électives et professionnelles ou dans nos vies quotidiennes.

    Bien à vous,
    Thierry laverne

    1. Bonjour Thierry,
      Tu anticipes une évolution que nous souhaitons apporter au rubriquage, pour donner la parole à tous les types d’acteurs qui font évoluer la pensée et la réalisation concrète de l’urbanisme. Une rubrique “Paroles d’acteurs” sera créée, donnant place aux chercheurs bien entendu – ce blog prend place dans une communauté “recherche”- mais également aux concepteurs – qui portent bien leurs noms. Paysagistes, urbanistes, ou encore architectes y trouveront leur place. N’hésite pas à m’appeler pour en parler de vive voix.
      Bien à toi,
      Florent Chappel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.