Forensic, caractériser le crime

Des architectes et des urbanistes sont appelés en renfort afin de mettre au service des institutions internationales leurs compétences professionnelles en matière de conception des bâtiments… pour analyser la manière utilisée pour les détruire.

Le collectif Forensic architecture, fondé au sein du Goldsmith College de Londres en 2010 par l’architecte Eyal Weizman, a créé des méthodes d’analyse des lieux où se sont déroulées des actions violentes – crimes, guerres, violences policières – en s’inspirant des pratiques de la médecine légale. Il s’agit de relever les traces matérielles des actions violentes, en prélevant sur les bâtiments des impacts de balles ou de bombardements, en utilisant les ressources de l’imagerie 3D pour comparer l’état d’un bâtiment avant et après une explosion, et à analyser grâce à cela les trajectoires des tirs ou d’explosions permettant d’en déterminer l’origine. Ce qui aide en particulier à désigner qui a réellement tiré et depuis quelle position. « La plupart des conflits actuels prennent place dans des villes… les gens meurent dans des bâtiments », affirmait l’architecte israélien Eyal Weizman dans un documentaire consacré à ses travaux. Aussi la collecte de ces informations est-elle essentielle pour constituer des dossiers lorsqu’il s’agira de punir des crimes de guerre.

La collecte est également fondée sur une démarche collaborative. Forensic rassemble les vidéos amateurs présentant l’état antérieur des sites bombardés ou les actions commises durant leur destruction. Ces techniques peuvent avoir des applications « civiles ». Lors de l’explosion du port de Beyrouth du 4 août 2020, Forensic a ainsi rassemblé un grand nombre d’images et de vidéos prises par les témoins. Ce qui lui a ensuite permis de concevoir une image 3D de l’événement.

Dès le mois de mars 2022, des architectes de l’association se sont rendus en Ukraine. Ils sont allés au nord-ouest de Kyiv pour analyser les circonstances de la destruction de la tour de télévision de la ville, non loin du site de Babyn Yar, qui fut durant la Seconde Guerre mondiale le théâtre de l’une des pires atrocités de la « Shoah par balles », et dont un missile russe détruisit le mémorial.

Car l’histoire semble toujours vouloir se répéter.

Marc Lemonier

Références :

  • Eyal Weizman, La vérité en ruines : Manifeste pour une architecture forensique, La découverte, 2021
  • Eyal Weizman, archéologue et enquêteur d’une vérité en ruines, diffusé sur France Culture le 20 mai 2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search